Chamaco_VilaMatas

On sait que l’un des aspects les plus séduisants de la littérature est sa possibilité d’être une sorte de miroir qui avance ; un miroir qui, comme certaines horloges peut avancer.

Enrique Vila-Matas, Perdre des théories

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Andreï Makine

    Partagez
    avatar
    tom léo

    Messages : 323
    Date d'inscription : 04/12/2016
    Localisation : Bourgogne

    Andreï Makine

    Message par tom léo le Mer 14 Déc - 16:17

    Andreï Makine
    Né en 1957




    en russe : Андрей Сергеевич Макин, né le 10 septembre 1957 à Krasnoïarsk/Sibérie, est un écrivain et académicien français. Dès l’âge de quatre ans, il devient bilingue grâce à une vieille dame française qui s'occupe de lui ; elle est nommée Charlotte Lemonnier et présentée comme la grand-mère du narrateur dans le roman autofictif « Le Testament français ». La famille s'installe à Penza, puis à Novgorod.

    Durant une scolarité erratique, il étudie notamment et à partir de l’école primaire le français. Il étudie à l'université de Kalinine, rédige une thèse de doctorat d'État sur la littérature française contemporaine intitulée « Roman sur l'enfance dans la littérature française contemporaine (des années 70-80) » à l’université de Moscou, et enseigne la philologie à l'Institut pédagogique de Novgorod, où il collabore à la revue Littérature moderne à l'étranger.

    En 1987, à trente ans, il s'installe clandestinement à Paris puis demande l’asile politique, qu'il obtient. Il mène d'abord une vie précaire, qu'il décrit comme un « désespoir permanent ». Il est d'abord assistant de russe au lycée Jacques-Decour, puis dépose une thèse de doctorat sur Ivan Bounine — intitulée « La Prose de I.A. Bounine : la poétique de la nostalgie » — à la Sorbonne. Il enseigne à l'Institut d'études politiques de Paris5 et envisage une carrière universitaire en littérature slave.

    Son premier roman, La Fille d’un héros de l’Union soviétique, paru en 1990, est le point de départ d'une carrière littéraire avec le français comme langue d'écriture. Il obtient en 1995 les prix Goncourt, Goncourt des lycéens et Médicis pour son roman « Le Testament français ». L’obtention du Goncourt lui vaut, entre autres, d'obtenir la nationalité française en 1996, ce qui lui avait été précédemment refusé.

    En 2011, il révèle qu'il a publié des romans sous le nom de Gabriel Osmonde.

    Le 3 mars 2016, il est élu membre de l'Académie française au premier tour, au fauteuil occupé précédemment par Assia Djebar. Il sera reçu le 15 décembre de la même année par Dominique Fernandez.

    Il vit à Paris.


    Œuvres:

    Sous le nom d'Andreï Makine :

       1990 : La Fille d'un héros de l'Union soviétique
       1992 : Confession d'un porte-drapeau déchu
       1994 : Au temps du fleuve Amour
       1995 : Le Testament français
       1998 : Le Crime d'Olga Arbélina
       2000 : Requiem pour l'Est
       2001 : La Musique d'une vie
       2003 : La Terre et le Ciel de Jacques Dorme
       2004 : La Femme qui attendait
       2006 : Cette France qu'on oublie d'aimer
       2006 : L'Amour humain
       2007 : Le Monde selon Gabriel
       2009 : La Vie d'un homme inconnu
       2011 : Le Livre des brèves amours éternelles
       2013 : Une femme aimée
       2014 : Le Pays du lieutenant Schreiber
       2016 : L'Archipel d'une autre vie

    Sous le nom de Gabriel Osmonde :

       2001 : Le Voyage d'une femme qui n'avait plus peur de vieillir, Albin Michel
       2004 : Les 20 000 Femmes de la vie d'un homme, Albin Michel
       2006 : L'Œuvre de l'amour, Pygmalion
       2011 : Alternaissance, Pygmalion





    J'aime bien commencer ce fil sur Andreï Makine, dont j'ai lu quasimment l'oeuvre complète (jusqu'à maintenant)?! Oui, je le considère actuellement comme le meilleur écrivain francophone (même s'il ne faut pas trop comparer) et c'est par cela qu'il a sa place dans cette rubrique-ci. C'est par ailleurs étonnant qu'un auteur d'origine russe arrive à si bien maîtriser la langue français ! Au point que toutes les références données en haut sont des livres écrits en français, et pas des traductions, comme on soupçonnait au début. Une fois j'ai pu l'entendre parler sur tout et rien, et on voyait littéralement comment il cherchait d'être au plus près avec ses mots de ce qu'il voulait vraiment exprimer.

    Ce qui m'attire en ses livres c'est d'un coté un certain ancrage dans un réel pârfois très dur, lié avec la guerre, ou des conflits ou des tensions autres… Mais de l'autre coté se dégage quelque part aussi une lumière, une lueur qui donne l'espoir « d'une autre vie ». Probablement l'auteur déclinerait une adhésion claire à une fois (j n'ai rien trouvé là-dessus), mais il me semble clair qu'il est ouvert, comme transparent vers d'autres dimensions. Qu'il y a comme une soif de transcendance, d'amour quelque part. C'est pour cela qu'à mes yeux ses écrits me paraissent spirituellement très riches, nourrissant toujours une réflexion personnelle.

    On devine dans ses livres derrière ou après toute la fiction une part autobiographique. Certaines scènces trouvent leur origine dans un vécu. Et ainsi – dans une période où il paraissait un peu inconnu et secret – on a eu des bribes de son histoire. On souponne des périodes de sa vie… Dans la biographie on parlait alors d'auto-fiction. Cela vaut très probablement d'autres livres aussi, se nourrissant de rencontres, d'entretiens, de souvenir d'enfance etc
    avatar
    tom léo

    Messages : 323
    Date d'inscription : 04/12/2016
    Localisation : Bourgogne

    Re: Andreï Makine

    Message par tom léo le Mer 14 Déc - 17:14



    La fille d'un héros de l'Union soviétique


    1990

    Ivan est en 1941 dans la Russie occidentale témoin impuissant du massacre de sa mère et de son frère par les Allemands. Il peut s’enfuir et s’engage, en trichant sur son âge, à l’armée. Pour sa participation courageuse dans des batailles, aussi à Stalingrad, il recevra des plus hautes décorations et devient un « héros » qui pendant longtemps sera invité aux cours à l’école et doit encore et encore raconter des histoires dont à la fin il perd presque le savoir sur ce qui était et n’était pas vrai et vécu. Après une bataille il est trouvé in extremis par une infirmière qui deviendra plus tard sa femme, Tatiana. Ensemble ils traverseront des dates, des périodes clés de l’histoire soviétique. Leur fille Olia travaillera comme traductrice, d’abord aux Jeux Olympiques de 1980. Une affaire avec un sportif français est habilement utilisé par le KGB de l’insérer de plus en plus dans le réseau de l’espionnage en la faisant se prostituer auprès des hommes d’affaires.

    Voici seulement quelques idées sur le contenu si bien fisselé et riche en si peu de pages. Mais combien de mythes seront détruits ici ? Comment sont étroitement liés le destin personnel avec la grande Histoire ? Est-ce que l’amour, le bonheur est possible ?

    Déjà dans son premier roman, écrit (publié?) en 1990 on trouve des thèmes et un style chers à Makine. Ici l’intrigue est intimement lié avec l’histoire soviétique/russe. Cela commence sous Staline et les années terribles de la Grande Guerre Patriotique et nous accompagnerons Ivan et Tatiana à travers des années terribles de la famine d’après-guerre, leur fuite vers l’ailleurs, la mort de Staline, et un bonheur plus tranquille sous les dirigeants suivants dont Makine brosse des portraits brefs mais très perspicaces. On va aller jusque dans les années Gorbatchev. Une vision réaliste et historique avec une multitude de détails de la vie pratique d’un coté, et aussi une certaine poèsie : éléments de la prose de Makine.

    D’un coté la décoration comme héros de la guerre apporte des petits avantages et récompenses. Mais puis montent des doutes, de temps en temps, ce qu’il en était vraiment de la vérité ou si on n’est pas en train de construire une histoire, loin de la réalité des batailles affreuses et si déshumanisantes. Et même l’élément de perte de soi, ou de soif d’ailleurs va être ignoré, va aussi être détourné par les responsables en idéologie. Le héros, mais plus tard par une autre manière aussi sa fille, vont être instrumentalisés par le système pour les intégrer dans leur propagande et créer une réalité opportune. Makine décrit remarquablement bien la naissance d’un mythe, la sacralisation du héros et aussi…, sa chute. Ce qui nous rend les acteurs si proches, ce n'est pas juste leur statut de victime, mais leurs doutes légers, leur mise en question des données autour d’eux. La recherche du bonheur, au-delà d’une instrumentalisation, nous les rapproche.

    Ce premier livre de Makine (mais pas lu comme le premier) fut comme toujours un bonheur. C’est avec grande joie que je vois encore quelques lectures à découvrir, et que j’attends des livres futurs d’un des meilleurs écrivains francophone contemporain (à mon avis) !
    avatar
    tom léo

    Messages : 323
    Date d'inscription : 04/12/2016
    Localisation : Bourgogne

    Re: Andreï Makine

    Message par tom léo le Jeu 15 Déc - 22:27



    Une femme aimée


    CONTENU :
    Ed du Seuil a écrit:Défendre cette femme... Effacer les clichés qui la défigurent. Briser le masque que le mépris a scellé sur son visage.

    Aimer cette femme dont tant d’hommes n’ont su que convoiter le corps et envier le pouvoir.

    C’est cette passion qui anime le cinéaste russe Oleg Erdmann, désireux de sonder le mystère de la Grande Catherine. Qui était-elle? Une cruelle Messaline russo-allemande aux penchants nymphomanes? Une tsarine clamant son « âme républicaine »? La séductrice des philosophes, familière de Voltaire et Diderot, Cagliostro et Casanova? Derrière ce portrait, Erdmann découvre le drame intime de Catherine ? depuis son premier amour brisé par les intérêts dynastiques jusqu’au voyage secret qui devait la mener au-delà de la comédie atroce de l’Histoire.

    L’art de ce grand roman transcende la biographie. L’effervescence du XVIIIe siècle européen se trouve confrontée à la violente vitalité de la Russie moderne. La quête d’Erdmann révèle ainsi la véritable liberté d’être et d’aimer.

    REMARQUES :
    Cathérine la Grande, le 18ième siècle – et qu'est-ce que cela a à faire avec nous, avec cet Oleg Erdmann, ce cinéaste russe, né en 1954, qui s'intéresse si passionément à la vie de la tsarine de souche allemande ? Et voilà un premier point commun : C'était la même Catherine qui a fait venir dans la deuxième moitié du 18ième siècle des Allemands dans l'Empire Russe. Et parmi eux alors les aieuls d'Erdmann aussi. Et quand on se rappelera dans sa famille des reproches de colloboration ou tout simplement de ses origines allemandes, on dira avec un petit sourire «et tout cela à cause d'une petite princesse allemande ».

    Alors, comment s'approcher d'une vie, comment la décrire ? Erdmann/Makine nous propose plusieurs grilles de lectures : certaines dates clés de sa biographie ; le changement incessant des amants multiples chez cette nymphomane insatiable (sic?) ; ses changements, reformes proposés et imposés par une vision éclairée d'impératricce absolutiste (sous son regne la Russie était en certains points bien en avance dans les « droits humains »...) sous l'influence d'un Voltaire, d'un Diderot ; l'agrandissement de l'Empire par la fondation de villes, d'administration structurée, des guerres...

    En quatre chapitres l'auteur saute souvent de ce niveau « historique » du temps de la tsarine vers la Russie d'aujourd'hui des dernières décennies. En celles-ci Erdmann cherchent à adapter la vie de Cathérine dans des films, comme scénariste, comme metteur en scène, dans des versions plus ou moins censurées et existentielles. Et au même moment toute sa vie peut se lire en dialogue avec des événements de la vie de la tsarine.

    Mais où se trouvent les interrogations et la recherche d'un Erdmann et, en lui, probablement de Makine ?:
    Où est le noyau de vérité d'une personne, d'un homme, d'une femme ? Est-ce qu'on peut vraiment (cette question nous revient souvent) réduire cette femme au jeu du pouvoir et du sexe, à une suite de copulations ? Comment la réprésenter comme un être plus vaste, avec ses désirs, sa recherche d'amour, dans sa complexité ? Qui profite de qui : Cathérine de ses amants (vraiment aimés semble-t-il) ou ces amants de la richesse et de l'influence de la tsarine qui les comblent de cadeaux ?...

    Ce sont, transposées, des questions similaires qu'on pourrait poser vis-à-vis d'Erdmann dans sa vie professionnelle et amoureuse, et à nous tous... Et voilà que l'Histoire, l'histoire gagne un autre lien directe avec la réalité d'aujourd'hui. Ce niveau de la narration débute au début des années 80, encore sous Brejnev et puis Andropov, au temps des jeux de Moscou et ensuite. Erdmann doit gagner une part de sa vie dans les abattoirs et vit simplement dans un « appartement de communauté » (Kommunalnaya). Au même moment il lutte ensemble avec le metteur en scène Kozine avec la censure soviètique pour monter et montrer une telle version plus complète, existentielle de la vie de la tsarine. Mais qu'est-qu'on aimait voir, ne pas voir dans un temps où « tous les tsars étaient quasimment par définition sanguinaire et des nuls, et contre le peuple de toute façon etc ? Est-ce que cela serait le bienvenu de présenter la tsarine avec des interrogations et aspirations plus profondes ? Comment intégrer un tel message dans un film soviètique ? (Plus tard il y aura quand même un clin d'oeil vers Tarkovski qui y a réussi!)

    Plusieurs années ont passé et nous nous trouvons en 1994 au temps d'Eltsine : Maintenant Erdmann devrait réaliser pour son ex-ami et milliardaire Jourbine une nouvelle adaptation du sujet de Cathérine. Mais qu'est-ce qui s'impose maintenant comme « censure ou barrière » ? C'est la logique frénétique du marché qui, lui non plus, ne veut pas des films intellectuels, demandant une interrogations. Non, on est amené à tourner une de ces versions en 101 épisodes, un soft-porno ! Pas de place pour de la profondeur ! Cela n'attire personne !

    Et voilà qu'on arrive à cette conclusion bizarre qu'aussi bien sous le régime totalitaire que sous le nouveau pouvoir on n'est plus ou pas capable de voir ce plus de l'être humain, sa quête la plus profonde pour le bonheur d'amour... L'impossibilité donc de montrer l'être humain dans sa complexité, imposer plutôt la simplification et les schématas !

    Désenchantement ? Mais aussi invitation à resister autrement, montrer qu'une « autre vie est possible ». Dans ce sens-là Erdmann n'abdique pas complétement : à la fin du livre se dessine très doucement une autre possibilité pour lui.

    Donc, un livre extrêmement riche qui m'a convaincu ! Makine poursuit son œuvre et nous devrons essayer de discerner certaines interroagtions fortes. Un livre plein de connaissances historiques, mais qui ne se laisse certainement pas reduire à un roman historique. Restent des questions essentielles :
    Qui est l'homme ? Chercher à aimer et être aimé...
    avatar
    tom léo

    Messages : 323
    Date d'inscription : 04/12/2016
    Localisation : Bourgogne

    Re: Andreï Makine

    Message par tom léo le Dim 18 Déc - 21:54



    La Femme qui attendait

    2004

    CONTENU :
    L’Union Soviétique au milieu des années 70 : Du milieu artistique et estudiantin un peu décadent de Leningrad un jeune étudiant de 25 ans vient pour les « études des mœurs » dans un village isolé au bord de la Mer blanche.
    Au milieu de vieilles femmes desquelles elle s’occupe : Véra. Elle est encore attractive, attend depuis déjà une trentaine d’années le retour du bien-aimé, parti juste avant la fin de la guerre pour le front.
    Le jeune étudiant est attiré par cette femme et essaye de comprendre sa vie…

    OPINION :
    Le jeune visiteur de la métropole - qui semble se vanter de posséder la vérité de la vraie vie - et peut-être nous avec lui, nous devons réviser à plusieurs reprises les jugements hâtifs sur cette femme, et corriger les formulations bien tournées qui essaient de cerner trop rapidement le mystère d’une vie et ne peuvent pas correspondre à l’attitude vécue par cette femme : Véra est ni coincée ou retardée, ni bête ou sans plaisir de la vie. Lentement une commisération et un regard décalé se change en respect, car cette femme ne s’est pas juste sacrifiée, mais a choisi une vie, a pris une option si incompréhensible pour beaucoup.

    Makine réussit à nouveau, comme dans plusieurs de ses romans, de confronter des mondes : ici la vie trépidante, mais superficielle de la deuxième capitale et des fois la vie désillusionnée dans les campagnes, et puis, cette femme, qui a fait une autre choix. Le tout inséré dans un paysage de la Russie campagnarde. Certaines scènes sont d’une beauté incroyable : le désir de donner une vie décente aussi à ces vieilles femmes seules, mourantes dans l’isolement. La héroïne rend la dignité, à elle-même, et à eux.

    Bref, de ma part : recommandation !
    avatar
    Tristram

    Messages : 1117
    Date d'inscription : 09/12/2016
    Age : 60
    Localisation : Guyane

    Re: Andreï Makine

    Message par Tristram le Dim 18 Déc - 22:21

    Il sait parler aussi de la France (manifestement exotique pour lui au début) :

    « Les gens de notre Atlantide [la France] pouvaient donc éprouver un attachement sentimental envers un café, aimer son enseigne, y distinguer une atmosphère bien à lui. Et garder pour toute leur vie le souvenir que c’était là, à l’angle d’une rue, qu’on buvait du ratafia dans des coquilles d’argent. Oui, pas dans des verres à facettes, ni dans des coupes, mais dans ces fines coquilles. C’était notre nouvelle découverte : cette science occulte qui alliait le lieu de restauration, le rituel du repas et sa tonalité psychologique. ”Leurs bistros favoris, ont-ils pour eux une âme, nous demandions-nous, ou, du moins, une physionomie personnelle ?” »
    Andreï Makine, « Le testament français », II, 1
    avatar
    tom léo

    Messages : 323
    Date d'inscription : 04/12/2016
    Localisation : Bourgogne

    Re: Andreï Makine

    Message par tom léo le Mer 21 Déc - 16:35

    Oui, Tristram, on remarquera même et aussi plus tard, un grand attachement à la France. Je pense au livre consacré au Lieutenant Schreiber ou "le pamphlet de ne pas oublier la France...

    On a déjà « bien » parlé des romans, partagés en admiration avec beaucoup. Mais « Un amour humain » ne semblait pas avoir plu autant chez les lecteurs?. D’accord: C’est sûr que Makine y change un peu l’univers, peut-être aussi de langage (?) et c’est peut-être toujours une tentation de notre part de le voir dans ses anciens sujets?! Moi de ma part, j’ai aussi aimé « Un amour humain » et je vais alors essayé de vous en parler :



    L’amour humain

    CONTENU:
    Un agent/journaliste russe raconte la vie de son ami Elias Almeida, un révolutionnaire de métier angolais: de ses expériences d’impuissance face à l’oppression et la souffrance dans l’Angola natale. Comme enfant il y a vécu et a rencontré d’autres résistants comme son père mais aussi un certain Ernesto (Che) au Zaïre. Puis il a une formation à Cuba, ensuite à Moscou pour après vivre des opérations en Afrique. Quelques expériences clés et particulièrement un amour « impossible » envers Anna,  une Sibérienne vivant à Moscou ; marquent sa vie pour toujours.

    REMARQUES:
    D’un coté le livre me paraissait d’une certaine simplicité envoutante: de point de vue de langue et de certains énoncés. Mais à voir de plus près on y découvre des changements de perspectifs constants, des retours en arrière, des anticipations etc. A coté de la narration apparemment chronologique de la vie d’Elias, il y a toujours à nouveau l’apparition « concentrique » de certains motifs et sujets à l’intérieur du « rapport ». Au début j’y voyais une manque de finition, mais dans une remarque très belle l’auteur nous donne à travers le narrateur le début d’une réponse : l’essentiel dans nos vie est au bout du compte dans quelques gestes, rencontres, paroles, lesquels nous font vivre et nous nourrissent, nous accompagnent une vie durant.

    On peut lire l’histoire sur des niveaux divers :
    - comme la vie d’un agent et révolutionnaire professionnelle lequel nous accompagnons dans son cheminement du début d’une révolte envers des situations inacceptables en passant par sa formation jusqu’à ses opérations actives
    - comme une histoire de la lutte de libération et de la guerre civile angolaises
    - comme une analyse, un dialogue assez profonde de l’auteur des contradictions et limites du communisme (comme il s’est montré historiquement)
    - comme une belle histoire d’amour

    Et encore autrement.

    Il était fascinant pour moi comment Makine présente le personnage central sans jugement hâtif et critique superficielle du système communiste, lui (Makine) qui a quand même vécu et connu l’Union soviétique de l’intérieur et aurait pu avoir une tendance de polémiquer. Mais non, il met Elias dans une tension très authentique et presque spirituelle entre l’idéalisme et la fidélité envers la révolution et puis, de l’autre coté, un désenchantement, l’expérience de mettre en question et soi-même et les données extérieures. Il pose la/une question centrale : est-ce qu’après la révolution les hommes et les femmes vont être autrement ? Est-ce qu’ils auront un autre comportement ? Et après un cheminement il va ajouter : est-ce qu’ils vont apprendre à (s’)aimer ?

    Makine décrit certaines scènes de sexe et de violence assez, inmakinément me paraît-il, crument  et puis, comme dans un contrepoint, on y trouve des passages d’une grande beauté, d’un vécu intense. Cela reflète bien le champ de tension dans lequel se meut Elias et, peut-être avec lui, nous autres.
    avatar
    Tristram

    Messages : 1117
    Date d'inscription : 09/12/2016
    Age : 60
    Localisation : Guyane

    Re: Andreï Makine

    Message par Tristram le Sam 24 Déc - 13:42

    Un peu de lecture d'actualité...
    http://www.academie-francaise.fr/discours-de-reception-de-m-andrei-makine
    avatar
    tom léo

    Messages : 323
    Date d'inscription : 04/12/2016
    Localisation : Bourgogne

    Re: Andreï Makine

    Message par tom léo le Ven 17 Fév - 15:59

    Le livre des brèves amours éternelles


    CONTENU:
    Dmitri Ress s’est décidé très tôt pour la révolte. Sa résistance contre le régime soviétique revêt un aspect original : il ne critique pas tellement le régime comme plutôt la majorité plus ou moins tranquille qu’il divise, un peu cyniquement, en trois catégories. Mais voilà : trois longs séjours dans des camps en résultaient très tôt dans sa vie, et il en sort, prématurément vieilli et va en mourir déjà à l’âge de 45 ans. Un ami d’un ami d’un ami – le narrateur ! – se demande après une brève rencontre avec ce personnage, si celui-ci n’a jamais eu le temps d’aimer ou si, par un cruel destin, il n’a pas raté l’essentiel d’une vie.

    Dans le „maintenant“ de l’écriture, vers 2010, ce narrateur se rappelle de cette rencontre, faite il y a une trentaine d’années. Et il y associe des histoires (six) de sa propre vie, commençant avec l’enfance dans les années 60/70 dans l’ère Brejnev jusqu’à l’effondrement de l’Union soviétique. A leurs manières, ces histoires lient brièveté et éternité.

    REMARQUE:
    Est-ce qu’au début de ce roman il y a alors la rencontre avec quelqu’un qui semble ne pas avoir eu des chances, qui n’a pas pu, apparemment, connaître un bonheur ? Alors : danger d’un apitoiement?

    Alors quand le narrateur pense, après coup, à ce Ress, il va y associer des souvenirs de sa vie (6). Apparemment plus brillants !? Mais à voir de plus près, chacune de ces histoires commencent aussi à leur façon par des abandons vécus, par la stérilité d’une répétition, par des expériences différentes d’exclusion. Et puis, comme par un éclair, un cadeau, un scintillement de quelque chose d’eternel, surgit une expérience d’amour, quelques fois dans un très bref lapse de temps.

    D’un coup, me semble-t-il, l’expérience du temps (vécu) est chamboulée : il y a des périodes si courtes, des minutes mêmes, qui peuvent revêtir une apparence d’éternité et qui peuvent compter tellement plus que de longues périodes qui, souvent dans un regard en arrière, se laissent résumer par quelques paroles.

    De là le titre paradoxe et significatif ? « Des brèves amours éternelles ».

    Et après ces six histoires de la vie du narrateur on retourne vers ce personnage de Ress qui, par un entretien avec un ami commun, reçoit d’un coup encore un peu plus de relief. Est-ce qu’alors pour lui aussi il y avait eu une histoire, un moment d’amour qui valait la peine pour tout le reste ?
    Comment devenir des hommes et des femmes qui savent discerner le beau ? Devenir des vrais poètes ?

    Livre excellent, qui m’a plu énormément. On y retrouve ce mélange makinien entre poésie pure et des descriptions d’un réalisme, venant de la vie en URSS.
    Mais la critique d’un système (communiste) s’étend à tous régimes qui font croire que tout soit prévisible ou ordonnable. Mais jamais on pourra donner (ou défendre) l’amour par décret. Ces moments ne pourront pas devenir en absolu des victimes des structures.

    Splendide !

    Contenu sponsorisé

    Re: Andreï Makine

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 24 Juin - 14:01