Mona Chollet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mona Chollet

Message par topocl le Sam 3 Déc - 9:18

Mona Chollet
Née en 1973




Mona Chollet, née à Genève en 1973, est une journaliste et essayiste franco-suisse.

Après une licence en lettres à Genève, elle a étudié le journalisme à École supérieure de journalisme de Lille.
Elle a ensuite été pigiste pour Charlie Hebdo. Mais son contrat est interrompu en 2000 après sa contestation d'un éditorial du directeur de la rédaction Philippe Val qui qualifiait les Palestiniens de « non-civilisés ».

Désormais journaliste au Monde diplomatique, elle anime également le site de critique culturelle « Périphéries », en partenariat avec Thomas Lemahieu.
Elle anime également pour 19 épisodes une chronique sur Arte radio, L'esprit d'escalier (2004-2005), qui aborde des sujets de société, notamment (mais pas uniquement) sur le féminisme et les médias.

Son travail porte sur la condition féminine et le féminisme. Elle a proposé une critique sévère des Femen.

Publications

 2001 : Marchands et citoyens, la guerre de l'Internet, avec Gébé
 2004 : La Tyrannie de la réalité
 2008 : Rêves de droite - Défaire l’imaginaire sarkozyste
 2009 : Les Editocrates, ou comment parler de (presque) tout en racontant (vraiment) n'importe quoi, (avec Olivier Cyran, Sébastien Fontenelle et Mathias Reymond)
 2012 : Beauté fatale - Les nouveaux visages d'une aliénation féminine
 2015 : Chez soi, une odyssée de l'espace domestique

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 2664
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mona Chollet

Message par topocl le Sam 3 Déc - 9:20

Beauté fatale



 
La perfection, voilà l'ennemi !


Mona Chollet décrypte en quoi les diktats de la mode s'inscrivent dans des millénaires d'aliénation féminine à travers le classique « Sois belle et tais-toi ! », pour cantonner les femmes  dans un rôle de frivolité et de soumission. Le souci de l'apparence est présenté comme le grand questionnement de nos vies, annihilant toute remise en question, générant une docilité sociale dans un consumérisme décervelé .
Elle analyse les mécanismes qui formatent dès l'enfance le petit enfant féminin à travers la publicité, le langage des parents et des médias, puissants soutiens d'une industrie, abusivement assimilée à un institution culturelle voire artistique, et planétairement florissante. Elle déconstruit l'image des mannequins et autres stars, dont la vie, abusivement maquillée en conte de fée,  est donnée en pâtée aux consommatrices pour les bercer d'illusions dévastatrices de beauté, de minceur, de blancheur .


   La confusion des genres entre mode et culture, information et publicité est d'autant plus digne d'attention qu'elle se double d'une offensive idéologique majeure. Déguisant l'agressivité commerciale en philanthropie, ou plus exactement philogynie, elle véhicule le présupposé selon lequel les femmes occidentales, aujourd'hui, ont tout gagné :  elles ont obtenu l'égalité, vaincu le machisme, tout va bien dans le meilleur des mondes, et, pour fêter ce remarquable succès, elles ont bien mérité une nouvelle paire d'escarpins. Une sorte de « fin de l'Histoire » au féminin, en somme.


C'est parfois un peu brouillon, parfois un peu scolaire dans une énumération de citations et d'exemples. Mais  c'est toujours bien satisfaisant de voir écrites un certain nombre de vérités outrageantes, de se sentir moins seule dans  des convictions qui nous font nous éloigner du dogme, du conformisme, de l'obéissance, de croiser un esprit de résistance à un ordre établi basé sur le profit et l’assouvissent des désirs masculins, de lire un appel à la rébellion.

J’ai (beaucoup) moins aimé le dernier chapitre, où Mona Chollet règle leur compte à un certain nombre d’hommes exposés,  trop amateurs et consommateurs  d’allégeance sous forme de chair fraîche, qui, dans l'étalage,  ressemble par moments un peu trop à la presse poeple qu'elle vilipende. Et surtout la conclusion  bizarre et vaguement effrayante que nos sociétés occidentales feraient bien de prendre  exemple sur l'organisation des harems, où l'affinité intellectuelle viendrait à égalité avec l'appétit érotique, où « l'enfermement est spatial , alors que, en Occident, il est immatériel et se fait dans l'image d'elles-mêmes qu'on impose aux femmes. ».....Hum ….

Bref… Je passerai (quoique difficilement )sur ces petits égarements de dernier moment, et je retiendrai un livre mené avec humour sinon avec rigueur, qui vaut bien son pesant de flacons de vernis à ongles.


(commentaire rapatrié)


mots-clés : #conditionfeminine


Dernière édition par topocl le Mer 14 Déc - 8:33, édité 1 fois

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 2664
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mona Chollet

Message par topocl le Sam 3 Déc - 9:21

Chez soi, une odyssée de l'espace domestique.



Mona Chollet entrecroise des thèmes tournant, de près ou de loin,  autour de l’habitat, du chez-soi. L'unité qui en ressort est une analyse des situations d' aliénation (notamment féminines) et des inégalités, qui empêchent d'en profiter à sa guise, et une évocation de solutions pour une société qui s'y prêterait mieux.

Mona Chollet explique  en quoi l'espace domestique, le lieu propre, la chambre à soi  sont pour elle et beaucoup d'autres un lieu de ressourcement, d'énergie positive, de béatitude et de créativité ; et ce malgré les regards de travers, les conseils d'aller voir ailleurs, les exhortations à bouger. C'est une éloge des casaniers. Mode de vie qu’elle  ne considère pas comme « le meilleur » pour tous (elle parle de Nicolas Bouvier ) mais celui qui lui convient, qui lui permet à sa façon de mieux appréhender le monde que dans le mouvement,  et auquel elle a droit. (Cette partie entre sérieusement en résonance avec beaucoup de ce qui a été dit ces jours-ci sur le fil « Pourquoi lisez-vous ? »)

Internet, ouverture magique sur le monde offerte aux immobiles, a révolutionné leur univers, transformé la chambre en réceptacle.

Elle étudie ensuite ce qui peut constituer un obstacle à  la jouissance de ce lieu propre, reflet de nous-mêmes.
Le manque de temps (nos vie dévorées par les contraintes et le travail qui ne laissent plus place à la contemplation et à l 'étude), le manque d'espace (avec un détour vers les sans-abris et la crise l'immobilier)
La nécessité de l'entretien de ce lieu, qu'il soit confié aux domestiques ou « aides à la personnes » , ou assumé ( le plus   souvent et comme si c'était naturel, par la femme). Celle-ci est aux premières loges pour subir le carcan d'une société pour qui bonheur domestique veut dire bonheur conjugal et maternité épanouie, alors qu'existent  des solutions alternatives , en solitaire ou en habitat participatif de tous type.

Et cela finit sur quelques expériences architecturales (architecture japonaise traditionnelle, architectures expérimentales et sociales, « hutte primitive », squats) qui alimentent les réflexions, aspirations et rêveries de Mona Chollet sur un « habitat idéal ».


Ce livre va bien au delà de l' apologie du bien-être en soi ou chez soi. C'est  une étude sociologique de la vie en société et en couple/famille de nos jours, une étude critique des dérives liées à une organisation capitaliste qui privilégie le travail sur l’épanouissement, le profit sur le bien-être, l’asservissement  de l'autre  (la femme, le pauvre ) à son propre bénéfice. Tout ce qui empêche en quelque sorte que le « casanier » soit regardé avec bienveillance, ou que faute de moyens il puisse vivre en fonction de ce besoin.

Mona Chollet propose ses solutions ou celles trouvées par d'autres,  collectives( revenu minimal universel, salaire ménager..) ou individuelles. Elle sent bien qu'elles ne sont qu'un premier pas, ou même une amorce pour la réflexion, vers un changement de mentalités et de modes de vie.


On pourra reprocher à ce livre d'être disparate  par une cohérence parfois lointaine avec le thème de départ, et un certain esprit de système qui pousse à observer d'un seul point de vue, à tenir l'exemple comme preuve.
Ce n'en est pas moins une ouverture sur un mode de pensée, une façon de percevoir et d'être sensible au monde qui nous entoure, de dénoncer  ses artifices,  ses hypocrisies et de croire que tout cela n'est pas inéluctable.



(commentaire rapatrié)


Dernière édition par topocl le Mer 14 Déc - 8:34, édité 1 fois

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 2664
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mona Chollet

Message par Mordicus le Sam 3 Déc - 16:05

topocl a écrit:Beauté fatale




 
La perfection, voilà l'ennemi !


Mona Chollet décrypte en quoi les diktats de la mode s'inscrivent dans des millénaires d'aliénation féminine à travers le classique « Sois belle et tais-toi ! », pour cantonner les femmes  dans un rôle de frivolité et de soumission. [...]

C'est "digeste" à lire ?
Parce que la thématique me parle (bien que j'adore me vernir les ongles). Mon féminisme est sauvage... Dans le sens où il ne repose pas sur mille lectures "universitaires".
Mais je suis curieuse.

_________________

Je suis sensible au divertissement
Mes gencives savent que le dentiste ment
La drogue agit sur moi lentement
Ah nan je suis con c'est un Efferalgan
avatar
Mordicus

Messages : 862
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Myocarde

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mona Chollet

Message par Nadine le Sam 3 Déc - 16:15

Ah ah j'aime bien tes chutes topocl; j'aime bien la précision bouncebounce
avatar
Nadine

Messages : 2064
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mona Chollet

Message par topocl le Sam 3 Déc - 17:07

Mordicus a écrit:
[color=#4B0082]C'est "digeste" à lire ?

Oui, elle parle français, elle!!
(sérieusement, c'est très accessible).

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 2664
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mona Chollet

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Documents et essais :: Philosophie-Sociologie-Société

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum