Varlam Chalamov

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Varlam Chalamov

Message par bix_229 le Jeu 15 Déc - 16:29

Varlam Tikhonovitch Chalamov
(1907-1982)



Varlam Tikhonovitch Chalamov est un écrivain russe qui passa 22 ans de sa vie au goulag dont il tira de terribles récits.

Varlam est né dans une famille aisée ruinée par la révolution de 1917. Il est le dernier des cinq enfants d'un ecclésiastique privé de ses fonctions par le nouveau régime. Après ses études secondaires, en 1924, il fuit la misère et trouve du travail près de Moscou. En 1926, devenu ouvrier, il a accès à l'université. À Moscou, il fréquente les bibliothèques, les cercles futuristes et constructivistes. Il commence à écrire.

En 1929, il est arrêté dans une imprimerie clandestine qui diffusait le Testament de Lénine. Il passe deux ans dans un camp de travail à Vichéra, nord de l’Oural, où il rencontre sa femme. En 1931, à Moscou, il publie ses premières œuvres.

En 1937, Varlam Chalamov est condamné à cinq ans de bagne pour « activité contre-révolutionnaire trotskiste ». Il est envoyé en Kolyma, dans cet Extrême-Orient soviétique. Dans des conditions inhumaines, il travaille dans différentes mines, d'or en particulier. Il n'est en fait libéré de sa peine qu'en 1951, mais reste assigné à résidence à Kolyma. Il écrit de la poésie.

Quand il rentre à Moscou en 1954, après une absence de dix-sept ans, c'est pour se faire chasser par sa femme et par sa fille, qui l'accuse d'être « un ennemi du peuple ». L'année suivant, Varlam Chalamov entreprend la rédaction des "Récits de Kolyma". Dès sa libération, Chalamov rencontre Pasternak qui lui confie en 1954 et 1955, en deux fois, le manuscrit de "Docteur Jivago", il en est l'un des premiers lecteurs.

Varlam Chalamov est officiellement réhabilité en 1956, il s’installe à Moscou, rompt avec Pasternak, fait la connaissance de sa seconde femme, O.S. Neklioudova. "Les Récits de Kolyma", refusés en URSS, paraissent à l'étranger en 1960, mais il ne perçoit aucun droit d'auteur. En 1972, Chalamov doit renier ses "Récits", très probablement forcé par les pressions de l'État. Le livre paraît en URSS en 1987.

Isolé et malade, Varlam Chalamov meurt aveugle et sourd, dans un hôpital psychiatrique où il a été transféré contre son gré. De son vivant, il n'a publié dans son pays que quelques recueils de poèmes.
source : Babelio

Bibliographie en français :

La Quatrième Vologda : récit autobiographique
Les Récits de la Kolyma : quai de l’enf
Correspondance avec Boris Pasternak
Cahiers de la Kolyma et autres poèmes
Mes bibliothèques
Essais sur le monde du crime
Tout ou rien : cahier 1 : l'écriture
Correspondance avec Alexandre Soljenitsyne et Nadejda Mandelstam
Les Années vingt : réflexions d'un étudiant
Vichéra : antiroman
Récits de la Kolyma, nouvelle édition
La Quatrième Vologda : souvenirs




Personnellement, je pense que c'est l'un des plus grands écrivains russes. Témoin terrible de son époque et de son pays.
avatar
bix_229

Messages : 2669
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Varlam Chalamov

Message par bix_229 le Jeu 15 Déc - 20:25

Si vous lisez Chalamov -et il faut le lire- sachez que ses oeuvres sont dispersées ici et là, mais il
existe, je crois bien une édition qui contient ses oeuvres complètes.


Je viens de vérifier, c' est Verdier qui publie l'oeuvre complète de Chalamov.
Très bon éditeur, Verdier !

Si quelqu' un a lu récemment les récits de la Kolyma, qu' il se manifeste.
Sinon, lisez-le !
avatar
bix_229

Messages : 2669
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Varlam Chalamov

Message par Tristram le Mer 2 Aoû - 22:42

« Toutes les valeurs sont changées et le moindre concept humain qui garde son orthographe, sa résonance, son assemblage normal de sons et de lettres renferme aussi quelque chose d’autre qui n’a pas de nom sur le "continent" : ici, les mesures sont différentes, les coutumes et les habitudes particulières ; le sens du moindre mot a changé.
Lorsqu’il est impossible d’exprimer un événement, un sentiment ou un concept nouveaux dans le langage humain normal, on voit naître un mot nouveau, emprunté au langage des truands qui sont les arbitres de la mode et du bon goût dans l’Extrême-Nord. »
Valmar Chalamov, « Le procureur vert  », in « Récits de Kolyma »

« – On ne peut se prouver que sa propre bêtise. Vivre, survivre – voilà notre objectif. Et ne pas décrocher… La vie est plus sérieuse que tu ne crois…
Les miroirs ne conservent pas les souvenirs. Mais ce que je cache dans ma valise, il est difficile de lui donner le nom de miroir : c’est un morceau de verre, on dirait que la surface de l’eau s’est troublée, que la rivière est devenue trouble et sale à jamais, après avoir retenu quelque chose d’important, d’infiniment plus important que le flux de la rivière, cristallin, transparent et limpide de haut en bas. Le miroir s’est troublé et ne reflète plus rien. Mais autrefois ce miroir était un miroir, un cadeau désintéressé que j’ai gardé pendant deux décennies ; des décennies de camp et de liberté semblable au camp, et de tout ce qui a suivi le XXe congrès du parti. Le miroir que m’avait offert Kipreiev n’était pas le résultat d’un commerce auquel il se serait livré ; c’était une expérience, une expérience scientifique, la trace d’une expérience faite dans l’obscurité du cabinet de radiologie. J’avais fait un cadre en bois à ce morceau de miroir. Je ne l’avais pas fait mais commandé. Le cadre est encore intact ; c’est un menuisier quelconque, un Letton, un malade convalescent qui me l’avait fait : pour une ration de pain. Je pouvais alors donner du pain pour une commande aussi personnelle, aussi frivole. […]
J’ai toujours ce miroir. Ce n’est pas une amulette. Je ne sais pas s’il porte bonheur. Peut-être attire-t-il les rayons du mal, reflète-t-il les rayons du mal et m’empêche-t-il de me diluer dans le flot humain où personne, moi excepté, ne connaît Kolyma ni l’ingénieur Kipreiev. »
Valmar Chalamov, « La vie de l’ingénieur Kipreiev », in « Récits de Kolyma »

'
Je ne découvre ce fil que maintenant (ainsi que ton injonction, Bix), parce que Dreep vient d'acquérir Récits de la Kolyma, ce que j'ai lu de plus fort sur cette partie du monde et de l'histoire après Soljenitsyne.
avatar
Tristram

Messages : 1450
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 60
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Varlam Chalamov

Message par Dreep le Mer 2 Aoû - 22:46

Ouais, je le lis très bientôt !
avatar
Dreep

Messages : 126
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Varlam Chalamov

Message par ArenSor le Ven 4 Aoû - 20:36

Egalement dans ma PAL. Mais après Musil Very Happy
avatar
ArenSor

Messages : 678
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Varlam Chalamov

Message par bix_229 le Ven 4 Aoû - 22:04

... A mon avis, il est meilleur écrivain et nettement plus interessant que Soljenitsyne qui me fait trop penser à un ayatollah.
avatar
bix_229

Messages : 2669
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Varlam Chalamov

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains Russes

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum