Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Svetlana Alexievitch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Svetlana Alexievitch Empty Svetlana Alexievitch

Message par topocl le Ven 16 Déc - 8:29

Svetlana Aleksievitch
Née en 1948


Svetlana Alexievitch Images34

Svetlana Aleksandrovna Aleksievitch, née le 31 mai 1948 à Stanislav, est une personnalité littéraire et journaliste russophone soviétique puis biélorusse, dissidente soutenue par le PEN club et la fondation Soros.
Le 8 octobre 2015, le prix Nobel de littérature lui est attribué pour « son œuvre polyphonique, mémorial de la souffrance et du courage à notre époque »

Svetlana Aleksievitch naît dans une famille d’enseignants de l'ouest de l'Ukraine, où s'est déroulée une partie de la guerre germano-soviétique. Son père est biélorusse et sa mère ukrainienne. Après la démobilisation de celui-ci en 1950, la famille retourne s'installer en Biélorussie à Mazyr. Sa famille a été fort éprouvée. La mère de son père meurt du typhus alors qu'elle est résistante. Sur trois de ses enfants, deux disparaissent pendant la guerre. Le père de Svetlana revient toutefois vivant du front. Le père de sa mère est tué au front. Elle passe toutefois son enfance, avant la démobilisation de son père, dans un village ukrainien de l'oblast de Vinnytsia. Par la suite, durant de nombreuses périodes de vacances, elle retourne en Ukraine, chez sa grand-mère.

En 1965, Svetlana Aleksievitch termine l'école moyenne à Kapatkevitchy raïon de Petrykaw en Biélorussie. Inscrite aux komsomols (« jeunesses communistes »), elle entreprend ensuite des études de journalisme à Minsk qu'elle termine en 1972.
Elle travaille d'abord comme éducatrice et comme professeure d'histoire et d'allemand dans une école du raïon de Mazyr, puis comme journaliste pour la revue biélorusse Pravda du Pripiat à Narowlia en Biélorussie, également dans le voblast de Homiel (Gomel en langue russe). Ce voblast est situé dans la région géographique de Polésie, le long de la frontière biélorusse avec l'Ukraine et à proximité de Tchernobyl. Il a été profondément contaminé par la catastrophe nucléaire.

En 1972, elle commence à travailler dans une revue locale à Biaroza dans le voblast de Brest. Entre 1973 et 1976, elle est journaliste auprès de la revue Selskaïa puis, de 1976 à 1984, dirige le département études et publications auprès de la revue des écrivains biélorusses Neman (en russe, « Нёман »).
En 1983, elle entre à l'Union des écrivains soviétiques.
Sa carrière de journaliste la conduit à beaucoup écrire sur des conflits et sur les soubresauts de l'actualité comme la guerre d'Afghanistan, la dislocation de l'URSS ou la catastrophe nucléaire de Tchernobyl.

Au début des années 2000, elle vit en Italie, en France, en Allemagne. Depuis 2013 elle vit de nouveau en Biélorussie. Parmi ses maîtres, elle reconnaît l'influence des écrivains biélorusses Ales Adamovitch et Vasil Bykov.
Son premier livre, Je suis partie du village, recueille des monologues d'habitants des villages biélorusses qui sont partis s'installer en ville. Le livre, prêt pour l'édition, est resté en attente avec une pile de livres au comité central du Parti communiste de Biélorussie. En effet, selon les autorités, elle avait critiqué la politique de délivrance des passeports et avait montré son « incompréhension de la politique en matière agricole du parti ».

Très critique à l'égard du « régime » d'Alexandre Loukachenko, Svetlana Aleksievitch s'est toujours systématiquement opposée à la politique du président de la Biélorussie. La maison d'édition qui éditait ses livres cesse de publier après l'arrivée au pouvoir de Loukachenko. Elle critique en même temps les opposants au président qu'elle ne considère pas comme de vrais hommes politiques mais comme des « hommes de culture, des rêveurs, des romantiques ».

Après le début de la crise de Crimée en mars 2014, elle condamne la politique russe envers l'Ukraine dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung.
Lors d'une rencontre à Varsovie, le 13 mai 2015, pour la sortie de son livre Un temps de seconde-main, elle commente ainsi le conflit armé en Ukraine :

   « Il est terrible qu'au lieu de discuter les gens commencent par se tirer dessus. Mais je ne dis pas qu'il ne s'agit que du peuple russe. »

Le 8 octobre 2015, le prix Nobel de littérature lui est attribué pour « son œuvre polyphonique, mémorial de la souffrance et du courage à notre époque ».
source : wikipédia

Œuvres traduites en français
(Ordre chronologique de publication en russe.)

   1985 : La guerre n'a pas un visage de femme, Paris 2004,
   1985 : Derniers témoins, Paris, Presses de la Renaissance, 2005
   1990 : Les Cercueils de zinc, 1991,
   1995 : Ensorcelés par la mort,  1995,
   1997 : La Supplication : Tchernobyl, chroniques du monde après l'apocalypse,  1999,
   2013 : La Fin de l'homme rouge ou le Temps du désenchantement 2013

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6470
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Svetlana Alexievitch Empty Re: Svetlana Alexievitch

Message par topocl le Ven 16 Déc - 8:31

La supplication

Svetlana Alexievitch Images33

Je vais me la jouer pas-courageuse. Je ne vais rien dire sur ce livre si ce n'est qu'il faut attraper son courage à deux mains, qu'il est indispensable si on veut un tant soit peu comprendre Tchernobyl,"complot de l'ignorance et du corporatisme".
Tout en précisant qu'il n'explique rien: n'attendez pas des chiffres , des pourquoi, des comment, il n'y a "que" des gens qui parlent, qui racontent, qui transmettent. Et nous qui lisons, incapables de lâcher ces pages terribles , bouleversantes, terrifiantes.


   Dans les premiers jours, on évacuait les enfants la nuit, pour que le moins de gens possibles puissent les voir. On voulait dissimuler le malheur, mais les gens savaient quand même. Il guettaient les bus qui passaient et offraient aux enfants de petits bidons de lait, des petits pains. Comme à la guerre… À quoi d'autres pourrais-je bien comparer cela ?



 
 On dit: la guerre... La génération de la guerre... On fait des comparaisons... La génération de la guerre? Mais elle était heureuse! Ces gens avaient la victoire. Ils ont vaincu! Cela leur a donné une formidable énergie vitale ou, pour utiliser le vocabulaire d'aujourd'hui, une orientation très forte vers la survie. Ils n'avaient peur de rien. Ils voulaient vivre, étudier, faire des enfants... Et nous? Nous avons peur de tout... peur pour nos enfants... Pour les petits-enfants que nous n'avons pas encore. Ils ne sont pas encore nés et nous avons déjà peur... Les gens sourient moins. Ils ne chantent plus comme avant au moment des fêtes. Non seulement le paysage change, puisque des forêts poussent de nouveau à la place des champs, mais encore le caractère national. La dépression règne sans partage... Chacun éprouve le sentiment d'être condamné. Tchernobyl est une métaphore, un symbole...

(commentaire rapatrié)


mots-clés : #documentaire


Dernière édition par topocl le Ven 16 Déc - 8:38, édité 1 fois

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6470
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Svetlana Alexievitch Empty Re: Svetlana Alexievitch

Message par topocl le Ven 16 Déc - 8:32

La fin de l'homme rouge

Svetlana Alexievitch Images32

Ce livre est une somme, qui, en 550 pages, dit "tout" (ou en tout cas beaucoup) de l'URSS/la Russie depuis un siècle et de cette ahurissante transition. Rien de très neuf pour qui s'y intéresse, par contre, on est dans l'  approfondissement à travers l'intimité du vécu des petites gens.. Svetlana Alexeïevitch continue avec sa technique habituelle, un micro, un stylo, des oreilles, et tout est scrupuleusement noté. L’intervieweuse, bien présente par les choix des histoires rapportées,  s'efface totalement face aux récits de ses interlocuteurs.

Cette technique est à la fois la force et la faiblesse du livre,   ouvrage journalistique et non pas  littéraire. La force, car Svetlana Alexeïevitch a sélectionné ses histoires pour donner un survol historico-  journalistique le plus  complet posssible. Et qu'elle y met  une empathie du fait de sa proximité avec les personnes qui parlent, dans un  respect absolu de leur discours. La faiblesse, c'est que justement ce respect l'a amenée à refuser d'élaguer, ou concentrer, au risque de noyer le lecteur dans la litanie et les redondances  .
Cette démarche est le choix d'une femme pleine de compassion et proche de ses concitoyens, et si la lecture m'a parfois paru longuette, mon intérêt ne s'est pas démenti.


(commentaire rapatrié)


mots-clés : #documentaire #regimeautoritaire

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6470
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Svetlana Alexievitch Empty Re: Svetlana Alexievitch

Message par Pia le Jeu 26 Juil - 15:33

Svetlana Alexievitch La_gue10

La Guerre n'a pas un visage de femme

Je ne savais pas qu’autant de femmes avaient participé à la deuxième guerre mondiale. Beaucoup sur le front Russe. Elles avaient la patrie chevillée au corps!  C’était des gamines pleine de rêves d’héroïsme. Elles l’ont été parfois, héroïne. elles ont souffert, se sont dépassées, sont revenues brisées, vieillies avant l’âge, mais elles étaient surtout, des femmes, même au front. Svetlana Alexievitch a réuni les témoignages de ces femmes. C’est étonnant, bouleversant…éducatif?

On trimballait les hommes sur notre dos, des gars deux ou trois fois plus lourds que nous. Et quant ils sont blessés, ils sont encore plus lourds. On porte le blessé et son arme, et en plus sa capote et ses bottes. On se hisse quatre-vingts kilos sur le dos et on les porte. On dépose le blessé, et on repart chercher le suivant, et c’est à nouveau soixante-dix ou quatre-vingts kilos qu’il faut coltiner….Et ainsi cinq à six fois de suite au cours d’une même attaque. Or moi, je ne pesais que quarant-huit kilos, une vraie ballerine. Maintenant on a du mal à y croire…moi-même je n’y crois pas. … (Maria Petrovna Smirnova, brancardière)

On nous a donné des avions “Po-2. Un petit appareil, très peu rapide. Ils ne volait qu’à basse altitude. L’avion était fait d’une structure en bois, entièrement en contre-plaqué, sur laquelle était tendue de la percale. Il suffisait dun coup au but pour qu’il s’enflamme, comme une allumette. Le seul élément metallique un peu solide, c’était le moteur lui-mêmé. Ce n’est que bien plus tard, vers la fin de la guerre, qu’on nous a fourni des parachutes et qu’on a installé une mitrailleuse auprès du navigateur. […] On faisait jusqu’à douze sorties par nuit. […] Et le travail de nos filles armuriers! Elles devaient accrocher, manuellement, quatre bombes sous l’engin, autant dire trimballer chaque fois près de quatre cent kilos. Alexandra Semionovna Popova (lieutenant de la garde, navigateur)

Vous demandez si nous désirions ressembler à des hommes, au front? Au début oui, beaucoup! On se faisait couper les cheveux très courts, on allait jusqu’à modifier sa façon de marcher. Mais ensuite, non, bernique! Par la suite, on avait une telle envie de se maquiller! Au lieu de manger le sucre, on le mettait de côté, pour se raidir la frange. Klara Semionovna Tikhonovitch (sergent-chef, servant d’une pièce de DCA)



Svetlana Alexievitch Siper_10

Svetlana Alexievitch Femmes10
Pia
Pia

Messages : 135
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 51
Localisation : Utrecht

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Svetlana Alexievitch Empty Re: Svetlana Alexievitch

Message par colimasson le Jeu 26 Juil - 18:26

Merci Pia. Elles étaient nombreuses ? Elles ont du avoir pas mal d'obstacles sur leur chemin non ? Ou bien finalement, elles étaient mieux acceptées qu'on ne pourrait se l'imaginer ?
colimasson
colimasson

Messages : 542
Date d'inscription : 24/11/2017
Age : 28
Localisation : Lyon

http://colimasson.blogspot.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Svetlana Alexievitch Empty Re: Svetlana Alexievitch

Message par bix_229 le Jeu 26 Juil - 18:30

Des obstacles ? Pourquoi ?
On manquait de bras et de chair à canon et les femmes étaient nombreuses.
bix_229
bix_229

Messages : 10449
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Svetlana Alexievitch Empty Re: Svetlana Alexievitch

Message par tom léo le Jeu 26 Juil - 18:54

@colimasson a écrit:Merci Pia. Elles étaient nombreuses ? Elles ont du avoir pas mal d'obstacles sur leur chemin non ? Ou bien finalement, elles étaient mieux acceptées qu'on ne pourrait se l'imaginer ?

Probablement beaucoup plus nombreuses que ce qu'on croit communement..., et pas seulement dans l'Armée Rouge! Par hasard curieux j'avais vu "quelque part" une statistique ces derniers jours. Je ne la retrouve pas, mais à la va vite une autre source, voir ici:

https://worldoftanks.eu/fr/news/challenger/women-in-world-war-ii/

Impressionnant... Mais dans le bon sens???
tom léo
tom léo

Messages : 1075
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Svetlana Alexievitch Empty Re: Svetlana Alexievitch

Message par colimasson le Ven 27 Juil - 16:13

@bix_229 a écrit:Des obstacles ? Pourquoi ?
On manquait de bras et de chair à canon et les femmes étaient nombreuses.

Vu sous cet angle-là, c'est vrai que les obstacles ne devaient pas être si nombreux que ça... Rolling Eyes

@tom léo a écrit:
@colimasson a écrit:Merci Pia. Elles étaient nombreuses ? Elles ont du avoir pas mal d'obstacles sur leur chemin non ? Ou bien finalement, elles étaient mieux acceptées qu'on ne pourrait se l'imaginer ?

Probablement beaucoup plus nombreuses que ce qu'on croit communement..., et pas seulement dans l'Armée Rouge! Par hasard curieux j'avais vu "quelque part" une statistique ces derniers jours. Je ne la retrouve pas, mais à la va vite une autre source, voir ici:

https://worldoftanks.eu/fr/news/challenger/women-in-world-war-ii/

Impressionnant... Mais dans le bon sens???

Merci pour cet article bien documenté Tom Léo.
colimasson
colimasson

Messages : 542
Date d'inscription : 24/11/2017
Age : 28
Localisation : Lyon

http://colimasson.blogspot.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Svetlana Alexievitch Empty Re: Svetlana Alexievitch

Message par Pia le Jeu 23 Aoû - 16:55

@colimasson a écrit:Merci Pia. Elles étaient nombreuses ? Elles ont du avoir pas mal d'obstacles sur leur chemin non ? Ou bien finalement, elles étaient mieux acceptées qu'on ne pourrait se l'imaginer ?

@bix_229 a écrit:Des obstacles ? Pourquoi ?
On manquait de bras et de chair à canon et les femmes étaient nombreuses.

@tom léo a écrit:
@colimasson a écrit:Merci Pia. Elles étaient nombreuses ? Elles ont du avoir pas mal d'obstacles sur leur chemin non ? Ou bien finalement, elles étaient mieux acceptées qu'on ne pourrait se l'imaginer ?

Probablement beaucoup plus nombreuses que ce qu'on croit communement..., et pas seulement dans l'Armée Rouge! Par hasard curieux j'avais vu "quelque part" une statistique ces derniers jours. Je ne la retrouve pas, mais à la va vite une autre source, voir ici:

https://worldoftanks.eu/fr/news/challenger/women-in-world-war-ii/

Impressionnant... Mais dans le bon sens???


Oui il y en avait bien plus qu'on ne se l'imagine. Et pas seulement dans des fonctions de soins aux soldats. Beaucoup sont allées au front, dans des fonctions, comme dit bien l'article que Tom léo a posté, qui se sont ouvertes pour elles. Dans le livre il est dit qu'il y a eu énormément de femmes (quand je dis femme...c'étaient souvent des gamines) Soviétiques qui se sont engagées. Mais il semble que beaucoup de Britanniques se sont engagées aussi. Merci pour l'article Tom léo.

Cela a posé quelques obstacles au début mais vite l'urgence a fait qu'elles ont été acceptées. Quelques obstacles pénibles pour elles comme.... pas de chaussures à leur pointure par exemple....Quand tu es au front et que tu dois marcher des heures avec des bottes de pointure 42 alors que tu fais du 36...ça fatigue.
Pia
Pia

Messages : 135
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 51
Localisation : Utrecht

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Svetlana Alexievitch Empty Re: Svetlana Alexievitch

Message par Arturo le Jeu 23 Aoû - 19:46

Pour les Soviétiques oui, y en a eu beaucoup au front. Comme le dit Bix, fallait bien de la chair à canon.
Pour les autres nations, ça fait un peu réécriture de l'Histoire quand même ...
Arturo
Arturo

Messages : 3061
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Svetlana Alexievitch Empty Re: Svetlana Alexievitch

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Europe centrale et orientale


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum