Karel Capek

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Karel Capek

Message par bix_229 le Ven 16 Déc - 15:59

Karel Capek
(1890 - 1938)



Karel Capek est né en Bohème en 1890 et décédé à Prague en 1938. On reconnait en lui l'un des premiers écrivains tchèques, l'un des plus grands créateurs de l'entre deux guerres. En effet il a rénové et modernisé la langue tchèque. Son oeuvre est diverse. On trouve aussi bien un ouvrage de «science-fiction» comme R.U.R. qui imagine un monde dirigé par les machines. Mais c'est son ouvre romanesque qui reste ce qu'il a fait de meilleur. On peut dire d'ailleurs que c'est un grand romancier populaire.

Ouvrages traduits en français :

Prose
1916 : Les profondeurs rayonnantes et d'autre prose, en collaboration avec son frère Josef,
1922 : La Fabrique d'Absolu,
1929 : L'année du jardinier
1932 : Récits apocryphe,
1933 : Hordubal
1934 : Une vie ordinaire
1934 : Le Météore
1936 : La Guerre des Salamandres
1939 : La vie et l'œuvre du compositeur Foltyn (inachevé)
2009 : Nouvelles,
2010 : Voyage vers le nord

Théâtre, scénarios, livrets
1920 : R.U.R. Rezon's Universal Robots
1921 : De la vie des insectes, en collaboration avec son frère Josef,
1922 : Le dossier Makropoulos
1927 : Adam le Créateur, en collaboration avec son frère Josef,
1937 : La Maladie Blanche
1938 : L’Époque où nous vivons

Message récupéré
avatar
bix_229

Messages : 3327
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Karel Capek

Message par bix_229 le Ven 16 Déc - 16:07



HORDUBAL. - L'Age d'homme

De Capek, j'avais lu dans le temps un recueil de nouvelles et, plus récemment, L'Année du jardinier, un vériable almanach à l'ancienne, plein de conseils poétiques et fantaisistes. et d'illustrations amusantes.Et puis là, avec Hordubal, j' ai eu un vrai choc littéraire.

Juraj Hordubal, revient au pays, (un village de Bohème) après 8 ans d' absence. Pendant ces huit ans il a trimé dur comme mineur dans une mine de charbon à Johnstown, aux Etats-Unis.
On a exploité sa naiveté, son ignorance de la langue, pour utiliser sa force de travail et pour lui voler ses économies, 3000 dollars.

Mais il lui reste 700 dollars. Hordubal est optimiste, il a suffisamment pour voir venir, et n'a qu'une hâte, retrouver sa femme et sa petite fille, qui n'avait que trois ans lors de son départ. Et puis, bien entendu, sa ferme, le village, les amis.

Mais sa femme l'accueille très mal et sa petite fille ne le reconnait même pas. Désemparé, il erre dans la campagne en étranger. Et de fait, personne ne semble le reconnaitre. Le soir, il revient à ce qui était sa ferme et va se coucher à l' étable, attendant, espérant que sa femme lui revienne.

Mais elle le trompe depuis longtemps déjà avec le valet de ferme qu'elle a embauché. Tout le monde au village le sait, mais contre toute logique, Juraj se refuse à le croire.
Non, Juraj n'est pas logique. Il est seulement aimant, bon, fidèle et généreux. Peut-être même un peu trop...
A vouloir défendre son épouse à tout prix, un soir, à la taverne, il se fait assommer par des villageois qui la traitaient de pute...

Mais lui, toujours humble et patient, attend encore et espère... Jusqu'au moment où il finit quand même par chasser le valet de ferme qui se moquait trop ouvertement de lui.

Je ne vous raconterai pas la suite, car il y a mort d'homme et une enquête fort subtile et pleine de bon sens que je ne vous révélerai pas.

Si vous m'aimez un peu, vous lirez ce livre... Et sinon, vous prendrez le train !

Ce livre m'a fait penser à un autre livre que j'ai beaucoup aimé : Un Roi sans divertissement de Giono.
Comme Giono, Capek sait retrouver l'essence des êtres humains ou plutôt ceux d'une communauté paysanne obéissant à des règles strictes et primaires.
Et là aussi, il s'agit bien d'une tragédie où l'on trouve des hommes frustes et brutaux, mais aussi des justes et des indifférents.

Le livre est savamment composé. La majeure partie est vue du coté de Hordubal. Les deux autres sont une enquête policière (comme dans Un roi sans divertissement) menée par des gens du village et qui font assaut de subtilité, une subtilité qui n' a d' égale que leur bon sens...
A la clé, des révélations tout à fait inattendues...

Ce livre est un grand livre et j'attends de lire avec impatience : Une vie ordinaire et Météore qui forment une trilogie...

Message récupéré


Dernière édition par bix_229 le Ven 16 Déc - 21:38, édité 1 fois
avatar
bix_229

Messages : 3327
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

L'année du jardinier

Message par tom léo le Ven 16 Déc - 18:12



L'année du jardinier


Originale :  Zahradníkův rok (Tchèque, 1929)
Avec des illustrations de son frère Joseph Čapek

Traduction : Joseph Gagnaire

CONTENU/COMMENTAIRE:
Doublé d'un amoureux passionné de jardins, cet almanach,  Čapek l'a publié en 1929. (…) Sa lecture est foisonnante de poésie et d'émotions. De quoi combler tous les jardiniers expérimentés ou débutants. Car ce n'est pas de conseils qu'il est question ici. Mais bien de sensations, d'odeurs, d'amour des plantes. Dans le jardin de Čapek on ne s'ennuie jamais. Mieux, on s'amuse. L'auteur sait se moquer de lui et donc de nous... Pour preuve : les dessins de son frère qui illustrent malicieusement son propos. De Janvier à Décembre, Čapek nous propose une véritable promenade au paradis. Passionnant.

"Le véritable jardinage ne comporte aucune activité méditative. Čapek, son dernier grand théoricien, savait bien, lui, de quoi il retournait : le vrai jardinier n'est pas celui qui cultive les fleurs, mais celui qui travaille la terre. Les rosiers sont faits pour les dilettantes. Lui n'a d'yeux que pour ce que le profane ne voit pas ; ses secrets sont enfouis dans la composition de son incroyable humus dont il connaît, seul, la formule chimique. Capek sait d'ailleurs reconnaître l'authentique jardinier entre mille, à sa curieuse physionomie. Ordinairement terminé, vers le haut, par son derrière, sa tête, elle, pend quelque part entre les genoux. Et hormis le soir, au moment de l'arrosage, il mesure rarement plus d'un mètre de hauteur…" Joël Jegouzo
(Source : Descriptions du produit, amazon.fr)

REMARQUES :
Le livre consiste de douze chapites, consacrés aux mois de l’année et où l’auteur va parler d’une façon à la fois réaliste, mais avant tout plein d’humour, du jardinier enthousiaste. Là, il prendra en focus le jardinier de fleurs, pas le maraîcher ou le paysan d’arbres fruitiers. Ce sont ses occupations typiques, liées aux saisons, les aventures, souffrances, enthousiasmes qu’il vise. Et bien sûr le narrateur fait lui-même partie de cette étrange tranche spéciale de la population que présente les jardiniers. Donc, se montrer avec un regard d’humour, voir un peu de moquerie, deviendra jamais méchant, mais au contraire un signe d’amour, une grande capacité de pouvoir rire des particularités des jardiniers. Avant ou entre ces chapitres sur les mois, on trouvera encore des chapitres thématiques sur diverses activités.

Donc, pour moi un melange quasi idéale entre une belle capacité d’observation sur le jardinage, certaines activités fort néccessaires un moment donné de l’année (Čapek doit avoir des connaissances bien élaborées sur ce sujet!), ET, d’un autre coté, un si grand sens d’humour et d’autodérision que le tout devient une déclaration d’amour. Et derrière ces deux volets se dessinent discrètement et sans s’imposer même une forme de sagesse !

Les illustrations si simples mais très parlantes du frère de l’auteur, Joseph, augmentent encore le bonheur !

Est-ce qu’il peut y avoir un meilleur cadeau pour soi ou tout amateur du jardinage, drôle, littéraire et profond ? Donc, récommandation spéciale aux jardiniers du monde entier !


mots-clés : #nature
avatar
tom léo

Messages : 428
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Karel Capek

Message par Hanta le Ven 16 Déc - 20:16



La maladie blanche

Ce commentaire suit une relecture et cette pièce est toujours aussi instructive.
Critique du totalitarisme, critique des sociétés où l'ignorance et la superficialité dominent, Capek par un style léger appuie là où cela fait mal.
Le style est toujours ironique, ridiculement emphatique par moment, on est dans la comédie dramatique si l'on peut dire, les personnages sont blasés pour parler d'horreurs et très égocentriques en général, une façon d'insister sur cette superficialité destructrice d'idée.
Le héros le seul à avoir une idée, est le seul au tempérament linéaire, le seule conscient des enjeux, le seul inquiet.
Une jolie leçon qui serait très adaptée à un cours au collège.


mots-clés : #regimeautoritaire #théâtre
avatar
Hanta

Messages : 679
Date d'inscription : 03/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Karel Capek

Message par Tristram le Sam 18 Fév - 22:07

J'ai Le météore dans ma LAL depuis quelques décennies (trouvé dans la Bibliothèque idéale, préfacé par Pivot ?) : quelqu'un sur le forum l'a-t-il lu ?
avatar
Tristram

Messages : 1898
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Karel Capek

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Europe centrale et orientale

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum