Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Karel Capek

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Karel Capek Empty Karel Capek

Message par bix_229 le Ven 16 Déc - 15:59

Karel Capek
(1890 - 1938)


Karel Capek Cas4r110

Karel Capek est né en Bohème en 1890 et décédé à Prague en 1938. On reconnait en lui l'un des premiers écrivains tchèques, l'un des plus grands créateurs de l'entre deux guerres. En effet il a rénové et modernisé la langue tchèque. Son oeuvre est diverse. On trouve aussi bien un ouvrage de «science-fiction» comme R.U.R. qui imagine un monde dirigé par les machines. Mais c'est son ouvre romanesque qui reste ce qu'il a fait de meilleur. On peut dire d'ailleurs que c'est un grand romancier populaire.

Ouvrages traduits en français :

Prose
1916 : Les profondeurs rayonnantes et d'autre prose, en collaboration avec son frère Josef,
1922 : La Fabrique d'Absolu,
1929 : L'année du jardinier, Page 1
1932 : Récits apocryphe,
1933 : Hordubal, Page 1
1934 : Une vie ordinaire
1934 : Le Météore, Page 1
1936 : La Guerre des Salamandres,
1939 : La vie et l'œuvre du compositeur Foltyn (inachevé)
2009 : Nouvelles,
2010 : Voyage vers le nord, Page 1

Théâtre, scénarios, livrets
1920 : R.U.R. Rezon's Universal Robots
1921 : De la vie des insectes, en collaboration avec son frère Josef,
1922 : Le dossier Makropoulos
1927 : Adam le Créateur, en collaboration avec son frère Josef,
1937 : La Maladie Blanche, Page 1
1938 : L’Époque où nous vivons

Message récupéré

Màj le 1 mai 2019
bix_229
bix_229

Messages : 10225
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Karel Capek Empty Re: Karel Capek

Message par bix_229 le Ven 16 Déc - 16:07

Karel Capek Captur61

HORDUBAL. - L'Age d'homme

De Capek, j'avais lu dans le temps un recueil de nouvelles et, plus récemment, L'Année du jardinier, un vériable almanach à l'ancienne, plein de conseils poétiques et fantaisistes. et d'illustrations amusantes.Et puis là, avec Hordubal, j' ai eu un vrai choc littéraire.

Juraj Hordubal, revient au pays, (un village de Bohème) après 8 ans d' absence. Pendant ces huit ans il a trimé dur comme mineur dans une mine de charbon à Johnstown, aux Etats-Unis.
On a exploité sa naiveté, son ignorance de la langue, pour utiliser sa force de travail et pour lui voler ses économies, 3000 dollars.

Mais il lui reste 700 dollars. Hordubal est optimiste, il a suffisamment pour voir venir, et n'a qu'une hâte, retrouver sa femme et sa petite fille, qui n'avait que trois ans lors de son départ. Et puis, bien entendu, sa ferme, le village, les amis.

Mais sa femme l'accueille très mal et sa petite fille ne le reconnait même pas. Désemparé, il erre dans la campagne en étranger. Et de fait, personne ne semble le reconnaitre. Le soir, il revient à ce qui était sa ferme et va se coucher à l' étable, attendant, espérant que sa femme lui revienne.

Mais elle le trompe depuis longtemps déjà avec le valet de ferme qu'elle a embauché. Tout le monde au village le sait, mais contre toute logique, Juraj se refuse à le croire.
Non, Juraj n'est pas logique. Il est seulement aimant, bon, fidèle et généreux. Peut-être même un peu trop...
A vouloir défendre son épouse à tout prix, un soir, à la taverne, il se fait assommer par des villageois qui la traitaient de pute...

Mais lui, toujours humble et patient, attend encore et espère... Jusqu'au moment où il finit quand même par chasser le valet de ferme qui se moquait trop ouvertement de lui.

Je ne vous raconterai pas la suite, car il y a mort d'homme et une enquête fort subtile et pleine de bon sens que je ne vous révélerai pas.

Si vous m'aimez un peu, vous lirez ce livre... Et sinon, vous prendrez le train ! Karel Capek Icon_surprised

Ce livre m'a fait penser à un autre livre que j'ai beaucoup aimé : Un Roi sans divertissement de Giono.
Comme Giono, Capek sait retrouver l'essence des êtres humains ou plutôt ceux d'une communauté paysanne obéissant à des règles strictes et primaires.
Et là aussi, il s'agit bien d'une tragédie où l'on trouve des hommes frustes et brutaux, mais aussi des justes et des indifférents.

Le livre est savamment composé. La majeure partie est vue du coté de Hordubal. Les deux autres sont une enquête policière (comme dans Un roi sans divertissement) menée par des gens du village et qui font assaut de subtilité, une subtilité qui n' a d' égale que leur bon sens...
A la clé, des révélations tout à fait inattendues...

Ce livre est un grand livre et j'attends de lire avec impatience : Une vie ordinaire et Météore qui forment une trilogie...

Message récupéré
mots-clés : #criminalite


Dernière édition par bix_229 le Ven 16 Déc - 21:38, édité 1 fois
bix_229
bix_229

Messages : 10225
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Karel Capek Empty Karel Capek

Message par tom léo le Ven 16 Déc - 18:12

Karel Capek 51jlkn10

L'année du jardinier


Originale :  Zahradníkův rok (Tchèque, 1929)
Avec des illustrations de son frère Joseph Čapek

Traduction : Joseph Gagnaire

CONTENU/COMMENTAIRE:
Doublé d'un amoureux passionné de jardins, cet almanach,  Čapek l'a publié en 1929. (…) Sa lecture est foisonnante de poésie et d'émotions. De quoi combler tous les jardiniers expérimentés ou débutants. Car ce n'est pas de conseils qu'il est question ici. Mais bien de sensations, d'odeurs, d'amour des plantes. Dans le jardin de Čapek on ne s'ennuie jamais. Mieux, on s'amuse. L'auteur sait se moquer de lui et donc de nous... Pour preuve : les dessins de son frère qui illustrent malicieusement son propos. De Janvier à Décembre, Čapek nous propose une véritable promenade au paradis. Passionnant.

"Le véritable jardinage ne comporte aucune activité méditative. Čapek, son dernier grand théoricien, savait bien, lui, de quoi il retournait : le vrai jardinier n'est pas celui qui cultive les fleurs, mais celui qui travaille la terre. Les rosiers sont faits pour les dilettantes. Lui n'a d'yeux que pour ce que le profane ne voit pas ; ses secrets sont enfouis dans la composition de son incroyable humus dont il connaît, seul, la formule chimique. Capek sait d'ailleurs reconnaître l'authentique jardinier entre mille, à sa curieuse physionomie. Ordinairement terminé, vers le haut, par son derrière, sa tête, elle, pend quelque part entre les genoux. Et hormis le soir, au moment de l'arrosage, il mesure rarement plus d'un mètre de hauteur…" Joël Jegouzo
(Source : Descriptions du produit, amazon.fr)

REMARQUES :
Le livre consiste de douze chapites, consacrés aux mois de l’année et où l’auteur va parler d’une façon à la fois réaliste, mais avant tout plein d’humour, du jardinier enthousiaste. Là, il prendra en focus le jardinier de fleurs, pas le maraîcher ou le paysan d’arbres fruitiers. Ce sont ses occupations typiques, liées aux saisons, les aventures, souffrances, enthousiasmes qu’il vise. Et bien sûr le narrateur fait lui-même partie de cette étrange tranche spéciale de la population que présente les jardiniers. Donc, se montrer avec un regard d’humour, voir un peu de moquerie, deviendra jamais méchant, mais au contraire un signe d’amour, une grande capacité de pouvoir rire des particularités des jardiniers. Avant ou entre ces chapitres sur les mois, on trouvera encore des chapitres thématiques sur diverses activités.

Donc, pour moi un melange quasi idéale entre une belle capacité d’observation sur le jardinage, certaines activités fort néccessaires un moment donné de l’année (Čapek doit avoir des connaissances bien élaborées sur ce sujet!), ET, d’un autre coté, un si grand sens d’humour et d’autodérision que le tout devient une déclaration d’amour. Et derrière ces deux volets se dessinent discrètement et sans s’imposer même une forme de sagesse !

Les illustrations si simples mais très parlantes du frère de l’auteur, Joseph, augmentent encore le bonheur !

Est-ce qu’il peut y avoir un meilleur cadeau pour soi ou tout amateur du jardinage, drôle, littéraire et profond ? Donc, récommandation spéciale aux jardiniers du monde entier !


mots-clés : #nature
tom léo
tom léo

Messages : 1056
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Karel Capek Empty Re: Karel Capek

Message par Hanta le Ven 16 Déc - 20:16

Karel Capek 41mtbb10

La maladie blanche

Ce commentaire suit une relecture et cette pièce est toujours aussi instructive.
Critique du totalitarisme, critique des sociétés où l'ignorance et la superficialité dominent, Capek par un style léger appuie là où cela fait mal.
Le style est toujours ironique, ridiculement emphatique par moment, on est dans la comédie dramatique si l'on peut dire, les personnages sont blasés pour parler d'horreurs et très égocentriques en général, une façon d'insister sur cette superficialité destructrice d'idée.
Le héros le seul à avoir une idée, est le seul au tempérament linéaire, le seule conscient des enjeux, le seul inquiet.
Une jolie leçon qui serait très adaptée à un cours au collège.


mots-clés : #regimeautoritaire #théâtre
Hanta
Hanta

Messages : 1341
Date d'inscription : 03/12/2016
Age : 31

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Karel Capek Empty Re: Karel Capek

Message par Tristram le Sam 18 Fév - 22:07

J'ai Le météore dans ma LAL depuis quelques décennies (trouvé dans la Bibliothèque idéale, préfacé par Pivot ?) : quelqu'un sur le forum l'a-t-il lu ?

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8078
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Karel Capek Empty Re: Karel Capek

Message par kashmir le Ven 1 Déc - 4:42

@tom léo a écrit:
Karel Capek 51jlkn10

L'année du jardinier


Est-ce qu’il peut y avoir un meilleur cadeau pour soi ou tout amateur du jardinage, drôle, littéraire et profond ? Donc, récommandation spéciale aux jardiniers du monde entier !


Oh, non, tu as bien raison Tom Léo,  très beau petit livre pour ceux qui aiment leur jardin et leur potager, à consulter toute l'année, chaque année (!) comme un almanach perpétuel !!
Le ton est parfois moqueur et fait de petites critiques qu'on ne peut s'empêcher de trouver très justes surtout lorsqu'elles concernent des habitudes que l'on a , le râteau à la main !

La couverture que tu as postée, Tom Léo, est très jolie, mon exemplaire a une couverture plus désuète...

Karel Capek K_cape12
kashmir
kashmir

Messages : 1794
Date d'inscription : 10/09/2017

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Karel Capek Empty Re: Karel Capek

Message par bix_229 le Ven 1 Déc - 15:11

Très joli en effet !
Si je me souviens bien, l' illustrateur du livre est le frère de Capek.
Mon édition à moi :

Karel Capek Captur15

Karel Capek Capek_10


Dernière édition par bix_229 le Ven 1 Déc - 15:50, édité 1 fois
bix_229
bix_229

Messages : 10225
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Karel Capek Empty Re: Karel Capek

Message par bix_229 le Ven 1 Déc - 15:38

Karel Capek Capek_10

VOYAGE  DANS  LE  NORD. - Ed. du Sonneur. - 2010

Lorsque Karel Capek entame son voyage, en 1936, il sait déjà que le sort de son pays, la Tchécoslovaquie, est  scellé.
Pourtant, à part de très brèves allusions, on peut dire que le voyage est vraiment enchanteur.
Du Danemark, pays de cocagne à la Suède installée dans un paysage et une sagesse inamovibles. De la Norvège au Cercle polaire, Capek nous laisse l'impression d'un voyageur attentif, généreux, émerveillé. Sa vision est à la fois familière, chaleureuse, mais aussi imaginative à souhait.

"Nous voilà donc très bas, près de gracieux lacs cernés de bosquets crépus, des fermes rouges et des prés lumineux partout sur les hauteurs, des cîmes de granit couvertes de neiges éternelles : tout cela est ma foi admirable : seulement voilà, on aimerait bien savoir ce qu'il y a de l'autre côté des montagnes."

"Le Danemark : un enfant gras de  la campagne, à la caboche trop grosse et trop intelligente. Imaginez une ville d'un million d'habitants à la tête d'un pays qui en compte trois ; une belle ville, royale et quasi neuve, vaste et vivante.
Il parait qu' il y a quelques siècles à peine, chaque nuit, on fermait les portes de Copenhague et on déposait les clefs sur la table de nuit du roi du Danemark."


"De ces moments, on en trouve partout dans le monde, ma foi, à quoi bon en discuter ; mais ce sont des instants fugitifs, insaisissables, trop courts , et un quart d'heure plus tard la fête est finie.
Alors que nous autres ici dans le Sternfjors ou ailleurs encore, nous assistons à des couchers de soleil dorés qui durent des heures, des pans de ciel et de mer toujours  plus grands sont submergés, l'ouest et le nord tout entiers ont déjà pris feu, l'incendie s'étend à présent à l'est, où les lueurs de l'aube commencent  à poindre ; et voici que la mer et le ciel se  fondent en une chose infiniment étrange et magnifique."


Pourtant que voit-il ?  Des forêts sans fin, des montagnes, des glaciers, à perte de vue. La toundra et des arbres nains.
Des maisons coquettes peintes en rouge ou ailleurs en bois  ou en pierre.
Des chevaux, des vaches avec ou sans cornes. Des îles et des îlots. Des falaises. Des fjords.
Les rochers semblent avoir été éjectétés ici et là par des éruptions volcaniques et les montagnes ont accouché de récifs déchiquetés.
Ces éléments, tous ces éléments, sont les véritables personnages de Capek.
Sans oublier le Hakon Adalstein, le vaillant petit bateau où il a embarqué.

Les humains ne manquent pas de relief pourtant. Du capitaine, imposant et impertubable, au mécanicien très imbibé.
Les plus drôles sont qund même les membres cachochymes d'une congrégation religieuse américaine.

"Le seul malheur de notre joli bateau tenait à sa cargaison spirituelle : un groupe de représentants d'une quelconque église américaine, d'une sorte de congrégation chrétienne en voyage organisé vers le Cap Nord."

Ce qu'il nous en dit est le passage le plus drôle du livre.

Mais le voyage s'achève :

"Les lumières de l'Europe luisent dans un petit matin gris ; rien à faire c'est la fin du voyage.... En ce moment le Hakon Adalstein doit mettre le cap au nord entre les falaises nues des Lofoten. Quoi qu'on en dise, c'était un bon bateau et c'était un beau voyage."

Si le voyage vous tente ...

Récupéré


mots-clés : #voyage
bix_229
bix_229

Messages : 10225
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Karel Capek Empty Re: Karel Capek

Message par kashmir le Mar 5 Déc - 20:33

@bix_229 a écrit:
Karel Capek Capek_10

VOYAGE  DANS  LE  NORD. - Ed. du Sonneur. - 2010

Si le voyage vous tente ...


Oui, je crois bien...
kashmir
kashmir

Messages : 1794
Date d'inscription : 10/09/2017

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Karel Capek Empty Re: Karel Capek

Message par Tristram le Mer 1 Mai - 23:39

Le Météore

Karel Capek Le-met10


Le traducteur, Alain Van Crugten, nous apprend dans une préface que cet ouvrage fait partie de…
« …] la trilogie parue en 1933 et 1934 et dont Le Météore constitue le deuxième volet, les deux autres étant Hordubal et Une Vie Ordinaire. »
(Cependant, les romans seraient indépendants.)
Un chirurgien et un interniste (l’œil du médecin est prépondérant dans ce roman), un poète et un voyant s’interrogent sur un agonisant tombé en feu d’un avion pendant une tempête.
Agonie à l’hôpital :
« Pouls insensible. Amenez un paravent, Mademoiselle, s’il vous plaît. »
« Comme ces oréodoxes déchiquetés sifflent et craquent ! »
Curiosité, ou lubie de traducteur, cet oréodoxe (-doxa, -doxe, du grec « gloire, splendeur »), qui serait un grand palmier américain, peut-être le palmier royal, palmiste montagne ou Prestoea
L’inconnu apparaît en rêve à la religieuse qui le veille, l’extralucide donne sa version de l’histoire de cet homme, et l’écrivain l’imagine de façon vraisemblable en partant d’hypothèses plausibles. C’est l’occasion pour Capek de formuler l’écriture comme nécessité, comme chasse des possibilités de la réalité, et aussi « passion du détective », enquête sur le mystère du vivant ‒ voire comme déconstruction de la perception du réel.
« Moi [le poète] je regarde continuellement, et pendant ce temps-là j’imagine continuellement des choses. Ou plutôt ça se passe ainsi : elles se mettent à s’inventer toutes seules en moi, elles se déroulent, elles commencent à vivre leur propre vie. Bien sûr, moi aussi je m’en mêle : je donne des conseils, je corrige, etc., vous comprenez ? »

« Je vais vous dire une phrase de démence métaphysique : la possibilité qui entre toutes serait seule possible serait la réalité. »

« Mon cher ami, le monde est grand, plus grand que notre expérience ; il est composé d’une poignée de faits et de tout un univers de possibilités. Tout ce que nous ne savons pas est là en tant que possibilité et chaque fait est un petit grain dans le rosaire des éventualités passées et à venir. »

« Je cours derrière quelque chose de vivant et je ne sais pas encore où cela me mènera. Croyez-moi, écrire des romans est une activité plus proche de la chasse que, par exemple, de la construction d’une église selon des plans préconçus. Jusqu’au dernier moment nous vivons dans l’attente de ce que nous allons rencontrer ; nous aboutissons à des endroits inattendus, mais seulement parce que nous nous accrochons avec un acharnement absurde à la trace de cette chose vivante. Nous chassons un cerf blanc et ce faisant, presque sans le vouloir, nous découvrons de nouvelles contrées. Écrire est une aventure – je ne vous dirai rien de plus à la gloire de cette vocation. »

« Je tente d’excuser la littérature et sa complaisance pour le tragique et le risible. Car ces deux choses sont les détours que l’imagination a inventés pour donner par ses expédients, par ses voies irréelles, l’illusion de la réalité. La réalité en elle-même n’est ni tragique ni comique ; elle est trop importante et infinie pour l’un ou l’autre. La pitié et le rire ne sont que des secousses passagères, à l’aide desquelles nous accompagnons et nous commentons les événements en dehors de nous. Suscitez d’une manière quelconque ces secousses et vous susciterez également l’impression que quelque chose de réel s’est passé en dehors de vous, d’autant plus réel que le choc sentimental a été plus rude. Mon Dieu, quels trucs et quels tours n’inventons-nous pas, nous les spécialistes de l’imagination, pour secouer convenablement et impitoyablement l’âme sclérosée du lecteur ! »
(Et là, dans le dernier extrait, j'ai fortement pensé à Kundera !)
L’auteur expose la genèse de l’ouvrage en abîme (chapitre 22 sur 39), puis narre les aventures de l’inconnu au fil de son imagination, celles d’un amnésique dans les Antilles coloniales (et racistes), surnommé Kettelring (qui pourrait traduire par "maillon de chaîne" ?) ‒ là encore, la présence du narrateur-auteur n’est pas discrète…
« Montrez à ces pauvres sauvages les bienfaits de la civilisation sous la forme de gens furieux, irritables, maladifs, qui se sentent ici en exil et comptent les jours et les sous qui leur permettront de retourner chez leurs tantes et leurs cousins. »

« (Quelle magnifique invention que les colonies ! Découvrir des terres qui ne sont pas le foyer de l’homme, mais seulement un espace à exploiter ! Comme cela a dû libérer ses aptitudes économiques !)
Il y a beaucoup d’observations et de remarques intéressantes au cours du récit :
« Si l’on y réfléchit bien, la morale sexuelle n’est-elle pas fondée sur le déplaisir causé par le plaisir que d’autres ont ensemble ? »

« Nos paroles sont des succédanés de nos sensations, elles sont dérivées de ce que nous voyons, entendons et touchons. Elles ne permettent pas d’exprimer précisément les choses qui ne sont pas accessibles à ces sens. »

« Quand vous vous représentez un fleuve, tout un fleuve, non pas comme une ligne en zigzag sur la carte, mais pleinement et globalement avec toute l’eau qui, lorsqu’elle coule le long de ses rives, contient aussi une représentation de la source et du fleuve qui coule et de la mer, de toutes les mers du monde, des nuages, de la neige et de la vapeur, le souffle des morts et l’arc-en-ciel, tout cela, tout le circuit de toutes les eaux du monde sera ce fleuve. »

« Il recherche la solitude pour qu’il n’y ait pas cette rupture entre lui et l’entourage. Il essaie de faire fondre comme un morceau de glace son abandon intérieur dans les mers infiniment solitaires ou les terres étrangères. Il doit sans cesse abandonner quelque chose pour que son abandon ait une cause extérieure. »
Une étonnante découverte, et plus qu’une intéressante curiosité, une véritable pensée métaphysique à la valeur intrinsèque.
« Que veux-tu, un homme n’est totalement lui-même que lorsqu’il est vaincu. C’est alors qu’il se connaît ; c’est infaillible et réel, c’est la réalité indiscutable. »


Mots-clés : #ecriture

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8078
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Karel Capek Empty Re: Karel Capek

Message par Bédoulène le Jeu 2 Mai - 11:30

merci Tristram, je pense venir un jour à cet auteur !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12364
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Karel Capek Empty Re: Karel Capek

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Europe centrale et orientale

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum