Anna Kavan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Anna Kavan

Message par bix_229 le Ven 16 Déc - 16:34

Anna Kavan (1901-1968)


Anna Kavan, Helen Woods de son vrai nom, est née à Cannes en 1901 et a passé son enfance en Europe, aux États-Unis et en Angleterre, une enfance dominée par une mère impitoyable. C’est en Birmanie qu’elle publie ses premiers romans sous son nom de jeune mariée, Helen Ferguson. Les dépressions nerveuses consécutives à la dissolution de son second mariage l’amèneront à séjourner en hôpital psychiatrique. Une expérience asilaire dont elle émergera avec un nouveau nom – Anna Kavan, celui de la protagoniste de l’un de ses précédents livres, Laissez-moi ma solitude – et un nouveau style. Une représentation à l’asile, le premier roman qu’elle publie sous ce pseudonyme – dont elle aurait emprunté le K à Kafka – lui vaut une certaine reconnaissance. Sa longue addiction à l’héroïne et la fragilité de son état mental sont indissociables de son oeuvre. Anna Kavan est décédée à Londres en 1968, peu de temps après la publication de Neige, son roman le plus célèbre. Morte d’une crise cardiaque, dans sa chambre silencieuse, sa fidèle seringue à coté d’elle. « Elle était prête à affronter la glace. »
source : Cambourakis éditeur.

Bibliographie  française :

- L' Adversaire célèste. - 1947
- Neige - Mal aimées. - 1975
- Demeures du sommeil. - 1977
- L' Oiseau, qui es-tu ?
- Une représentation à l' asile. - 1983
- Nouvelles d' une vie - Julia et son bazooka. - 1992
- Laissez-moi ma solitude
- Neige. - 2013
avatar
bix_229

Messages : 2701
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Anna Kavan

Message par bix_229 le Ven 16 Déc - 16:43



Autoportrait

Anna Kavan


Anna Kavan eut une enfance difficile sous l'emprise étouffante d'une mère possessive. Divorcée deux fois, elle devait perdre son fils pendant la guerre de 40.
Sa vie ne fut qu' une suite désespérée de suicides manqués, de fuites éperdues à travers le monde, d'internements dans des hopitaux psychiatriques. La drogue, l'héroïne, l'aidait peut-être à vivre, mais l'emprisonnait aussi, la projetant dans un monde de rêves, d'hallucinations, de fantasmes.
Toutes choses qu'on retrouve dans son oeuvre entière.

Et cette oeuvre, obsédante, onirique est tout aussi unique que celle d'un Blake ou d'un Michaux. Toute la vie d'Anna Kavan, sera une quête sur son identité à travers les faux semblants et l'horreur du quotidien, une suite d'horribles répétitions sans trève ni fin. Une sorte de voyage dans la folie.
Je pourrais vous en parler encore et encore, mais sans véritable nécessité. Son oeuvre parle pour elle.  Et elle crie de douleur...

Message récupéré
avatar
bix_229

Messages : 2701
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens de langues anglaise et gaéliques

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum