Bernard Chambaz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bernard Chambaz

Message par topocl le Ven 16 Déc - 18:52

Bernard Chambaz


Bernard Chambaz est un romancier, historien et poète français ayant enseigné l’histoire au lycée Louis-le-Grand à Paris
.

Bibliographie (non exhaustive)

Poésie
   & le plus grand poème par-dessus bord jeté, 1983
   Corpus, Messidor, 1985
   Vers l'infini milieu des années quatre-vingt, 1987
   Italiques deux, 1992
   Entre-temps, 1997
   Échoir, 1999
   Été, Flammarion, 2005
   Été II, 2010

Essais
   Le Principe Renaissance, 1987
   La Dialectique Véronèse, 1989
   Œil noir (Degas), 1999
   Autoportrait sous les arbres, 2001
   La Déposition, avec Jean-Pierre Schneider, 2003
   Ecce Homo (Rembrandt), 2006
   Le vif du sujet, 2010
   Petite philosophie du vélo, 2014
   À tombeau ouvert, 2016

Romans
 L'Arbre de vies, 1992 (Prix Goncourt du premier roman)
   L’Orgue de Barbarie, 1995
   La Tristesse du roi, 1997
   Le Pardon aux oiseaux, 1998
   Une fin d’après-midi dans les jardins du zoo, 2000
   Dernières nouvelles du martin-pêcheur, 2014
   Vladimir Vladimirovitch, 2015

Série Mes disparitions
Kinopanorama, Panama, 2005
   Yankee, Panama, 2007
   Ghetto, Seuil, 2010

Récits de voyage
   Petit voyage d’Alma-Ata à Achkhabad, 2003
   À mon tour, 2003
   Evviva l’Italia : ballade, 2007
   Portugal, 2013

Récits
   Martin cet été, 1994
   Plonger, 2011
   Caro carissimo Puccini, 2012

Autres
   L’Humanité (1904-2004), 2004
   Des nuages, 2006
   Marathon(s), 2011

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 2825
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Bernard Chambaz

Message par topocl le Ven 16 Déc - 18:55

Dernières nouvelles du martin-pêcheur




   Que nous demeurions inconsolables n'enlève rien à notre effort de tenir tête à la tristesse et à ma volonté d'écrire un livre joyeux.


Le 11 juillet 2011 démarre , pour Anne et Bernard Chambaz, une traversée de l'Amérique peu ordinaire. Elle roule en Cadillac, lui à vélo. Ils se retrouvent le soir au hasard des motels. Ils traversent ainsi l'Amérique d'Est en Ouest, courant après Martin, leur fils mort 19 ans plus tôt d'un accident de voiture, dont le symbole est le martin-pêcheur.


Ce livre est donc un road movie, où Bernard Chambaz, qui arbore les socquettes vertes de son fils, parle de la joie du cycliste, non comme un spécialiste qui vous saoule, mais comme un amoureux qui vous fait partager son émotion.


  Quant à la joie, elle est intense, elle est ce désir comblé ou, mieux encore, en train de l'être (…) La joie est ce sentiment qui accompagne en nous une expansion de notre puissance d'exister et d'agir ; elle est un plaisir, en mouvement et en acte, d'exister d'avantage et mieux. Et je comprend l’allégresse comme la joie d'être joyeux.


Concentré sur l'effort, sur le but à atteindre, sur la pente à conquérir,  dont il tire une jouissance rédemptrice, il voit filer des paysages changeants mais ordinaires, croise des voitures, des motards, des autochtones souvent accueillants. Il nous livre ses pensées, déchirées sans être tristes, ses associations d'idées, ses observations. Il observe, il raconte, il y met de l'humour. Au fil des miles parcourus, il raconte d’autres destins, d’autres parents confrontés à la mort d'autres « enfants » saisis trop tôt (chez les Roosvelt, les Lincoln, les Lindberg et bien d'autres). C'est toujours à la fois passionnant et bouleversant, cette douleur à la fois unique et commune.

Et comme le livre est annoncé comme roman, il s'autorise  des coïncidences répétées (tous ces Martin en chemin, ce chiffre 19 qui revient, ces signes qui le ramènent à son deuil...). Il s'autorise même à croiser son garçon qui l'emmène par la main pour un bout de chemin dans des scènes où s'intriquent bonheur et douleur .


   Plus nous sommes tirés en avant, plus nous pouvons regarder en arrière sans y rester empêtrés.


C'est donc bien un livre qui n'est pas triste quoique poignant, qui est empreint de ce que Chambaz appelle « joie »,  cette douceur obstinée à avancer , à ne pas regarder en arrière, mais à conserver aussi en chaque instant le souvenir, voire une manière de présence. Un livre qui donne une version tangible et simplement belle du célèbre texte de St Augustin :

« La mort n'est rien.
Je suis seulement dans la pièce d'à côté.
Je suis moi, vous êtes vous. Ce que nous étions les uns pour les autres, nous le sommes toujours.
Donnez-moi le nom que vous m'avez toujours donné . Parlez-moi comme vous l'avez toujours fait.
N'employez pas un ton différent, ne prenez pas un air solennel et triste.
Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.
Priez, souriez, pensez à moi, priez pour moi.
Que mon nom soit prononcé comme il l'a toujours été, sans emphase d'aucune sorte. Le fil n'est pas coupé.
Pourquoi serais-je hors de votre pensée simplement parce que je suis hors de votre vue ?
Je vous attends. Je ne suis pas loin, juste de l'autre côté du chemin. »



(commentaire rapatrié)


mots-clés : #mort #voyage

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 2825
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Bernard Chambaz

Message par topocl le Ven 16 Déc - 18:56

Martin cet été





J'avais été fort émue par Dernières nouvelles du martin-pêcheur. Je ne pouvais que revenir à Martin cet été, où Bernard Chambaz raconte « à chaud » les six mois qui ont suivi le décès de son fils Martin, mais aussi les quelques semaines, et les 16 années qui l'ont précédé, le bonheur, l'ultime malheur, sa vie en quelque sorte. Six mois au terme desquels il est content d'avoir progressé : il arrive à pleurer assis et non plus la tête enfouie dans l'oreiller.

Je savais que je ne pourrais qu'être déchirée par cette lecture, mais, comme je pense qu'il faut être là pour écouter un ami qui souhaite parler dans sa souffrance, je crois qu'il faut être là pour lire un écrivain qui souhaite écrire dans la douleur. Sans juger si c'est pudique ou impudique, juste ou déplacé, exhibitionniste ou approprié, si c'est réalité ou hagiographie, sans chercher si c'est voyeur, masochiste ou compassionnel de la part du lecteur, toutes questions totalement déplacées face à ce genre d'appel au secours. Parce que pour lui, continuer sans écrire dessus est impossible et que pour moi, je ressens que mon rôle est d'être là.

Lire ce livre le jour de Noël, cet égoïste jour de joies sous le signe du partage, des petits ou grands bonheurs, était assez troublant, inconsciemment provocateur peut-être, ou simplement l'application d'un des messages de Bernard Chambaz : aimez vos enfants et profitez-en tant qu'il est encore temps. Ne tenez rien pour acquis. Evidence, bien sûr, mais évidence sortie de ses tripes.

Je ne peux évidemment pas louer la « justesse » d'un tel livre, mais bien plus certainement sa sincérité, et j'ajouterai qu'il est superbement écrit (Chambaz est aussi poète), donne envie d'accompagner plus loin l'auteur, qui, à la dernière ligne, pour se sauver, pour entamer son long cheminement vers Dernières nouvelles du martin-pêcheur, conclue :


   Demain je me remets au roman.


(commentaire rapatrié)


mots-clés : #mort

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 2825
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Bernard Chambaz

Message par Marie le Sam 17 Déc - 3:00

J'ai lu Martin cet été, j'ai exactement la même vision que toi ...très beau livre que je n'oublierai pas, celui-là.

avatar
Marie

Messages : 482
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Moorea

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Bernard Chambaz

Message par oceanelys le Sam 17 Déc - 18:16

Vos commentaires donnent envie
avatar
oceanelys

Messages : 184
Date d'inscription : 03/12/2016
Age : 33
Localisation : Là où il fait chaud

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Bernard Chambaz

Message par Avadoro le Mer 28 Déc - 23:57



À tombeau ouvert

Bernard Chambaz prend comme point de départ la mort d'Ayrton Senna, le 1er mai 1994 à la suite d'une violente sortie de piste lors du Grand Prix de Formule 1 d'Imola. Cet évènement fait écho au drame personnel qui a nourri plusieurs de ses précédentes oeuvres (la mort de son fils Martin) et le texte crée un pont entre sa propre expérience et celle de Senna, autour d'une méditation sur la perte, la vitesse et la dimension éphémère de la vie.

À tombeau ouvert est parfois inégal dans ses développements, et j'ai été moins intéressé par des passages biographiques consacrés à Senna, plus linéaires et conventionnels. L'écriture émeut davantage quand elle se fixe sur des sensations et des inspirations mythologiques. Bernard Chambaz insiste avec justesse sur l'impact immédiat, étrange et fascinant de l'accident de Senna par le biais de la retransmission télévisuelle, point d'orgue d'une compétition traumatisante puisque le pilote autrichien Roland Ratzenberger avait trouvé la mort lors des essais qualificatifs. En tissant un lien entre des destins, il esquisse un hommage sincère et plein d'humilité.
avatar
Avadoro

Messages : 392
Date d'inscription : 07/12/2016
Age : 31

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Bernard Chambaz

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum