Lawrence Durrell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lawrence Durrell

Message par bix_229 le Ven 16 Déc - 19:08

Lawrence Durell (1912-1990)


Lawrence Durrell est un écrivain et voyageur britannique, né à Jalandhar (Indes britanniques) en 1912 et décédé à Sommières en France en 1990.

Envoyé au Royaume-Uni à l'âge de 11 ans pour faire son éducation, il subit la vie britannique qu'il considère comme une corvée, et finit par refuser de passer ses examens à l'université. Il veut être écrivain et publie son premier roman, Pied Piper of Lovers en 1935, et un deuxième, Panic Spring, en 1937, cette fois sous le pseudonyme de Charles Norden.

1935 fut pour lui une année décisive. Il persuada sa mère, sa famille et sa femme Nancy Myers d'aller s'installer sur l'île grecque de Corfou, afin d'y vivre plus simplement et d'échapper à la rigueur du climat britannique.

Ce fut également cette année qu'il décida d'écrire à Henry Miller après avoir lu son Tropique du Cancer (1934). Cette première lettre fut le début d'une amitié qui allait durer 45 ans.

En 1942, séparé de sa femme, Durrell déménagea à Alexandrie, et devint attaché de presse pour le British Information Office, poste qui lui servit de « couverture » pour s'inspirer de la vie égyptienne durant la Seconde Guerre mondiale et gagner sa vie. C'est dans cette ville qu'il rencontra Eve Cohen, une juive d'Alexandrie qui devait devenir son modèle pour Justine, premier tome de Le Quatuor d'Alexandrie, également appelé Livre des Morts (Book of the Dead).

Entre temps, Durrell a vécu en Égypte, en Grèce, à Rhodes, en Argentine, en Yougoslavie puis finalement à Sommières, petit village situé à une quarantaine de kilomètres d'Uzès dans le Gard. Il se sera marié quatre fois et publiera plus de vingt-cinq livres avant de disparaître en 1990.

Il est le frère de Gerald Durrell, zoologiste et naturaliste (1920-1995).
source : Babélio

Bibliographie :

Romans
Petite musique pour amoureux, 1935
Le carnet noir, 1938
Les aigles blancs de Serbie, 1957

Le quatuor d'Alexandrie
1) Justine, 1957
2) Balthazar, 1958
3) Mountolive, 1958
4) Cléa, 1960

The revolt of Aphrodite
1) Tunc, 1968
2) Nunquam, 1970

The Avignon Quintet
1) Monsieur, ou le Prince des ténèbres, 1974
2) Livia ou Enterrée vivante, 1978
3) Constance ou les pratiques solitaires, 1982
4) Sébastian ou les passions souveraines, 1983
5) Quinte ou la version Landru, 1985

Nouvelles
Sauve qui peut, 1973
Un peu de tenue, messieurs ! 1983
Esprit de corps

Récits de voyage
L'île de Prospero, 1945
Vénus et la mer, 1953
Citrons acides, 1957
L'Esprit des lieux, (anthologie de lettres et d'essais de voyages uniquement parue en français), 1972
Le carrousel  sicilien, 1977
Les piles grecques, 1978
Le sourire de Tao, 1980
L'ombre infinie de César : regards sur la Provence, 1990

Théâtre
Sappho, 1967
avatar
bix_229

Messages : 2701
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Lawrence Durrell

Message par Tristram le Sam 17 Déc - 1:30

Le quatuor d'Alexandrie donne à exercer divers angles de vue sur Justine, superbe femme fatale, et le milieu diplomatique alexandrin de l'entre-deux guerres. Il n'y a pas de fil conducteur dans les intrigues ésotériques (l'Egypte est le pays d'origine de l'alchimie) de la cosmopolite Alexandrie, mais toute l'atmosphère de la ville est restituée (c'est d'autant plus précieux qu'il n'en reste pratiquement rien aujourd'hui). Petit plus, une part est faite à la communauté copte, autrement étouffée dans ce pays.
Là aussi, c'est une symphonie ; les personnages, les interprétations s'entrelacent, servis par un style magistral. Dans le premier roman, c'est le narrateur, un écrivain, qui parle _ procédé bien exploité depuis.
C'est pour moi un chef-d'oeuvre, et une référence ; il n'est pas loin dans ma PARL (de préférence les quatre volumes à la suite).

« L’appeler nymphomane ou faire du freudisme ici, mon cher, c’est lui retirer toute sa substance mythique – la seule chose qu’elle soit réellement. Comme tous les êtres amoraux, il y a de la déesse en elle. »
Lawrence Durrell, « Justine »

Quintette d'Avignon : je n'ai lu que Sébastien ou les passions souveraines ; à la fin de la deuxième guerre mondiale, et à Genève (cette fois, je mets les cinq dans la LAL).

« Tout, disait la phrase, se conquiert par la soumission, jusqu’à la soumission elle-même, comme la matière est con-quise par l’entropie et la vérité par son contraire. Même l’entropie, apparemment si absolue dans son fonctionnement, est capable, laissée à elle-même, de se convertir à une forme régénératrice. Le phénix n’est pas un mythe ! »
Lawrence Durrell, « Sébastien ou les passions souveraines »

Le sourire du Tao est un petit livre plein de charme : l'auteur rencontre un vieux taoïste, et ils font la cuisine ensemble...

« À vous Chantal de Légume
où que vous soyez et qui que vous soyez. »
Lawrence Durrell, dédicace à « Le sourire du Tao »
« Mais du jour où mes yeux tombèrent sur le Tao-tö king, œuvre d’une grande beauté et d’une merveilleuse précision qui renferme une énigmatique description du grand moteur de l’univers et de son fonctionnement, je m’aperçus que c’était à cela que je croyais – ou choisirais de croire si je découvrais un jour que croire m’était devenu nécessaire. »
« …] la grande métaphore du monde – celle du TAO. »
« Son attitude dépend d’une proposition bien simple, à savoir que ce monde est un Paradis et qu’il est de notre devoir de le rendre le plus présent possible avant de le quitter. Le grand impératif, en cette affaire, c’est de ne supporter aucun gaspillage, aussi minime soit-il, dans ce grand festin de vie innocente. »
Lawrence Durrell, « Le sourire du Tao », I

Cefalû (roman, dans un labyrinthe de Crète), Vénus et la mer (l'auteur en Grèce), et Citrons acides (le même mais à Chypre) m'ont moins marqué.
avatar
Tristram

Messages : 1498
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens de langues anglaise et gaéliques

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum