Kamel Daoud

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Kamel Daoud

Message par topocl le Sam 17 Déc - 9:43

Kamel Daoud
né en 1970



Kamel Daoud (arabe : كمال داود), né le 17 juin 1970 à Mesra (wilaya de Mostaganem), en Algérie, est un écrivain et journaliste algérien d'expression française.

Kamel Daoud est le fils d'un gendarme, seul enfant de sa famille à avoir fait des étude3. Après des études de mathématiques, il étudie la littérature à l'Université. Il est divorcé et a deux enfants. S'il écrit en français et non en arabe, c'est, dit-il, parce que « la langue arabe est piégée par le sacré, par les idéologies dominantes. On a fétichisé, politisé, idéologisé cette langue. »

En 1994, il entre au Quotidien d'Oran, journal francophone. Il y publie sa première chronique trois ans plus tard, titrée Raina raikoum (« Notre opinion, votre opinion »)'. Il est pendant huit ans le rédacteur en chef du journal.  Il est aussi éditorialiste au journal électronique Algérie-focus. Ses articles sont également publiés dans Slate Afrique.

Le 12 février 2011, dans le cadre d'une manifestation, il est brièvement arrêté.

wikipedia

Ouvrages

   Raïna raïkoum, Dar El Gharb, Oran, 2002 (recueil de chroniques publiées dans le Quotidien d'Oran)
   La Fable du Nain, Dar El Gharb, 2003 (récit)
   Ô Pharaon, Dar El Gharb, 2005
   L'Arabe et le vaste pays de ô... (nouvelles), 2008
   Minotaure 504 (nouvelles), 2011 Publié initialement en Algérie en 2008 sous le titre La Préface du Nègre
   Meursault, contre-enquête , 2013 : Page 1
Zabor ou les psaumes 2017 : Page 1

màj le 2/11/2017

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 3093
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Kamel Daoud

Message par topocl le Sam 17 Déc - 9:46

Meursault, contre-enquête



Quand finit  L'Etranger, de Camus, l'histoire de Meursault s'arrête . Un trait est  tiré sur cette existence étriquée, que le hasard du meurtre a cru pouvoir magnifier, et qui a conservé jusqu'au bout sa solitude et sa haine ordinaire. En reste  un livre qui restera une référence de sobriété, d' intelligence  et d'élégance, a ému des générations entières, est parmi les plus vendus au monde.


  « Un homme qui boit rêve toujours d'un homme qui écoute. »

Alors, Haroun raconte...

Car sur le carreau est resté Moussa, l'Arabe jamais nommé, descendu par un revolver flamboyant sur une plage assommée de soleil. Soixante dix ans après, dans l'Algérie déchirée et muselée d'aujourd'hui, liée par des despotes religieux, c'est son frère Haroun qui raconte, cet homme au destin brisé, cette famille démantelée, cette image d'un pays ou l'Arabe et réiifié par le roumi. Si Meursault n'a plus la parole, Haroun, sa mère et l'Algérie, eux, ont une réponse, ont une révolte d'une humanité tourmentée et évidente de violence.

   
« Sept ans de guerre de Libération avaient transformé la plage de ton Meursault en un champ de bataille. »

Et, l'heure de la réponse passée, devant le présent d'un pays anéanti, Haroun ne croit plus à rien, lui non plus.


  « La religion pour moi est un transport collectif que je ne prends pas. J'aime aller vers ce Dieu, à pied s'il le faut, mais pas en voyage organisé. Je déteste les vendredis depuis l'Indépendance, je crois. Est-ce que je suis croyant ? J'ai réglé la question du ciel par une évidence : parmi tous ceux qui bavardent sur ma condition - cohorte d'anges, de dieux, de diables ou de livres –, j'ai su, très jeune, que j'étais le seul à connaître la douleur, l'obligation de la mort, du travail et de la maladie. Je suis le seul à payer des factures d'électricité et à être mangé par les vers à la fin. Donc, ouste ! Du coup, je déteste les religions et la soumission. A-t-on idée de courir après un père qui n'a jamais posé son pied sur terre et qui n'a jamais eu à connaître la faim ou l'effort de gagner sa vie ? »

Je ne suis pas une fan de L'Etranger, donc je ne prenais pas le risque de voir honteusement esquinter l'une de mes lectures fétiches. Il me semble d'ailleurs que les inconditionnels de ce livre peuvent attaquer cette lecture sans angoisse, et même en tirer un furieux plaisir. C'est un livre magnifique en soi, plein d'une humanité déchirée, malmenée par l'histoire. il peut se lire pour lui-même,ou en réponse/hommage/mise en valeur assez époustouflante du livre de Camus (et de son œuvre en général).. Il me semble que plus on connaît l'ensemble de l’œuvre de cet auteur, plus on pourra tirer de cette lecture, comprendre de références et d'allusions.

   « Je philosophe ? Oui, oui. Ton héros l'a bien compris, le meurtre est la seule bonne question que doit se poser un philosophe. Tout le reste bavardage. »

Texte court, d'une densité lumineuse, magnifique, envoûtant, d'une prose riche et sobre à la fois qui emprunte à l' économie de Camus  sans la piller, l’honore d'un brio humble, Meursault, contre-enquête, éclaire L'Etranger, l'enrichit, complète son message, le situe dans un temps et dans un lieu auxquels l'avenir, encore inconnu avec 1942, a donné un éclairage nouveau et terrifiant.

Daoud mène très habilement cette histoire, dans un parallèle évident mais jamais lourd, entre Meursault et son « jumeau » Haroun, dont les histoires se répondent, en pleins et en déliés, à travers les années, pour donner à voir que l'absurde n'a pas dit son dernier mot.



 
Les sentiments vieillissent lentement, moins vite que la peau. Quand on a cent ans, on éprouve peut-être rien de plus que la peur qui, à six ans, nous saisissait lorsque, le soir, notre mère venait éteindre la lumière.


 
Il y a toujours à un autre, mon vieux. En amour, en amitié, et même dans un train, un autre, assis en face de vous et qui vous fixe ou vous tourne le dos et creuse les perspectives de votre solitude.

(commentaire rapatrié)

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 3093
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Kamel Daoud

Message par tom léo le Ven 23 Déc - 18:43



Meursault, contre-enquête


REMARQUES :
On l’aura compris qu’il s’agit comme point de référence de « L’étranger » d’Albert Camus. Dans ce premier roman Kamel Daoud surprend le lecteur par une élaboration d’un autre point de vue sur les événements, racontés dans le roman par Meursault. Le « récit » de l’Etranger lui a construit un espèce de monument et a cisélé une philosophie d’une certaine indifférence. Mais on y retrouve aucune mention du nom de la victime... On se réfère à lui en parlant de « l’Arabe ». Refus de nom, refus d’identité – ainsi le frère de la victime, Haroun, qui monologue une soixantaine d’années après les faits dans un bar d’Oran, ayant comme auditeur un universitaire enthousiaste du livre de Meursault.

Dans cette présentation fictive de son histoire, et celle de son frère tué, Haroun parle en espace de quinze soirées et rencontres, et donne ainsi chair et vie à une autre vision sur ce qui s’est passé et les personnes impliquées : en gros son frère, sa mère, et lui-même. Non, ils ne sont pas juste des figurants de glorification de Meursault, mais ils ont vécus leurs propres histoires de souffrances, de rêves, de défaites.

Donc, l’Arabe tué du roman de Camus, du récit du narrateur Meursault, c’est Moussa, Moïse ! Est-ce qu’il était éventuellement destiné – commme son illustre patron des récits bibliques (et valables aussi pour l’Islam) – comme un « sauveur, un redempteur ? Ainsi au moins le vit, le rêve son frère plus jeune, Haroun, quand il regardait dans sa petite enfance vers son frère ainé. Cela semble pompeux, mais est-ce qu’il n’y a pas – comme l’ont exprimé d’autres en d’autres mots – dans chaque être humain le germe d’un autre avenir possible? Et l’enfant Haroun a besoin de la légende, d’une histoire. A la suite de la mort de son frère il est devant une situation, un héritage difficile, voir impossible, insupportable : pour la mère souffrante, ne voyant que son fils mort, Haroun devient un ersatz de celui-ci, une tâche et une place qu’il ne pourra -  et ne voudra - assumer.

Je ne viens pas poursuivre à décrire les conséquences (néfastes) de ce meurtre, et de ce moment sur la plage d’Alger, mais le suivant est clair et net : toute la vie en est touchée. Il sera, dit en passant, aussi intéressant que ce n’est pas juste le deuil éternel qui résultera, mais aussi, né de la jalousie, de l’impossibilité d’endosser une autre identité etc, la haine des siens, voir de sa propre mère, de son propre frère... (bonne observation!!!)

Haroun, qui accuse Meursault tellement, lui devient par un jeu de réactions et de mimétisme, de plus en plus semblable : dans sa relation envers sa propre mère, envers la mort, les femmes, l’indifférence envers Dieu.

Cette forme d’absolutisation des conséquences de cette mort nie par ailleurs – une critique possible – une forme de résilience et crée une atmosphère de plainte, voir d’accusation perpetuelle. Est-ce que c’est le signe de grandeur ? Ou de petitesse ? Où sont les forces de résistance intérieures, l’espace d’une vraie liberté ? Aussi libre qu’il veut être, Haroun est cloué à un « destin » subi. Et il deviendra un miroir de l’homme tant haï.

Ainsi le roman devient, comme on avait dit ici et là, un hommâge en forme de contre-point qui contient beaucoup d’aspects intéressants. Il n’est nullement une négation de l’oeuvre de Camus.

Dernièrement Daoud était cible d’une fatwa exprimée par un extrêmiste : une Algérie de l’Islam devrait, ainsi les mots, condamnait à mort un homme comme Daoud qui, par ses écrits, attaquerait la foi. Ainsi le prix est haut. Et s’inscrit aussi, sans que nous le voyons toute de suite, dans un questionnements jusqu’à où on pourra, devra, pourra-t-on s’exprimer.


mots-clés : #creationartistique
avatar
tom léo

Messages : 490
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Kamel Daoud

Message par topocl le Ven 13 Oct - 22:02



Zabor ou les psaumes.

C'est très beau quand ça démarre:

Ecrire est la seule ruse efficace contre la mort. Les gens ont essayé la prière, les médicaments, la magie, les versets en boucle ou l'immobilité, mais je pense être le seul à avoir trouvé la solution: écrire.

Cela enchaine sur une espèce de conte  façon Mille et unes nuits où le narrateur écrit son histoire personnelle et familiale, pour lutter contre la mort de son père, boucher détestable, mais homme néanmoins.

Il s'engage dans un texte érudit, où la réflexion l'emporte sur la narration, et qui regorge sans doute de sous-textes qui m'ont échappé. J'ai cependant trouvé sa façon d'abord poétique, mystérieuse, élaborée. Imperceptiblement, tout cela est devenu redondant, pontifiant, bourratif...

Certes j'ai échappé à la mort, mais il ne m'a pas sauvée du sommeil qui m'a gagnée, et gagnée encore.
Regrettant la précision sèche quoique ample de Meursault contre-enquête, à la page 160, je l'ai laissé poursuivre seul son chemin, peu fière d'abandonner cet enfant déjà abandonné...

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 3093
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Kamel Daoud

Message par Bédoulène le Sam 14 Oct - 14:34

dommage, j'avais pourtant l'impression à ton début de commentaire que tu avais fait un bon choix !

mais cela me vaut un contentement et un sourire à ta conclusion ! Smile

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4729
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Kamel Daoud

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains du Maghreb

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum