Panait Istrati

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Panait Istrati

Message par bix_229 le Sam 17 Déc - 17:08

Panait Istrati (1884-1935)


Panait Istrati, 1884-1935, est né en Roumanie

Lecteur compulsif, idéaliste sincère, il s' est lancé dans le voyage poussé par une curiosité aussi naive qu' enthousiaste.
C'est cette curiosité qui l'a poussé à visiter l' URSS en 1927 avec l' écrivain grec Kazantsakis.
Il y découvre la dictature stalinienne et en repart écoeuré et révolté.
Mais contrairement à la plupart des écrivains de gauche (exception faite pour Gide ou Ante Ciliga), il écrit ce qu' il a vu et de façon très virulente dans l'Autre flamme. Ce livre lui attirera les foudres des communistes et notamment en Roumanie, où il fut traité de "fasciste".
Comme Victor Serge et beaucoup d' autres. Et Aragon n'était jamais le dernier...

Il se rend en France et apprend la langue française. Il découvre Romain Rolland et en fait son maitre à penser.
Et de fait Romain Rolland ayant appris qu'Istrati avait essayé de se suicider, vint aussitot à son
aide, ce qui lui permit de se remettre à écrire.

Il meurt de la tuberculose dans un sanatorium de Bucarest en 1935, vilipendé tant par les communistes, qui le traitent de « fasciste, » que par les fascistes qui le traitent de « cosmopolite ».
Figure assez connue de la littérature de l’entre-deux-guerres, Panait Istrati tombe dans un oubli quasi complet pendant plusieurs décennies ; son œuvre est interdite en France durant la guerre et en Roumanie durant le régime communiste. Elle est peu à peu rééditée en France à partir des années 1960.

Bibliographie en français :

Romans
Le Refrain de la fosse
Les Chardons du Baragan
Mes Départs

Recueils de nouvelles
La Jeunesse d'Adrien Zograffi : Codine - Mikhaïl - Mes départs - Le Pêcheur d'éponges
Les Récits d'Adrien Zograffi : Présentation des haïdoucs
Les Récits d'Adrien Zograffi : Domnitza de Snagov
Les Récits d'Adrien Zograffi : Kyra Kyralina, Gallimard
Les Récits d'Adrien Zograffi : Oncle Anghel
Vie d'Adrien Zograffi : La maison Thüringer - Le bureau de placement - Méditerranée (Lever de soleil) - Méditerranée (Coucher de soleil)
Nerrantsoula - Tsatsa Minka - La famille Perlmutter - Pour avoir aimé la terre

Témoignages

Vers l'autre flamme
Premier volume : Après seize mois dans l'U.R.S.S.
Second volume : Soviets 1929
Troisième volume : La Russie nue

Les oeuvres complètes ont été publiées par les éditions Gallimard (1977, 4 tomes) et par les éditions Phoebus (2005 à 2015, 3 volumes).





Je rends hommage à Romain Rolland qui a su reconnaitre en Istrati un humaniste et un idéaliste
comme lui-meme.

Et pour moi, Panait Istrait est un écrivain d' une grande sensbilité, d' une chaleur humaine communicative, souvent dirigée vers l' enfance.


Message récupéré
avatar
bix_229

Messages : 3420
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Panait Istrati

Message par bix_229 le Dim 18 Déc - 17:55



LES CHARDONS DU BARAGAN

Sur les terres pauvres du Baragan, en Roumanie, seuls poussent les chardons et quand le vent du Nord souffle avec violence en autome, il les arrache du sol et les pousse en avant.
Seuls les enfants affamés écoutent le vent avec envie. Pour eux le vent souffle la liberté et l'espérance. Alors ils suivent les chardons en les enfourchant comme des chevaux et en espérant qu'il les conduira vers un sort meilleur.

Tel est la situation dans la Roumanie paysanne de l'automne 1906.
Cettte situation c'est celle que vit un jeune garçon dee 14 ans. Lui aussi a suivi les chardons et il finit par arriver dans une ferme où un paysan généreux accepte de diminuer leurs maigres rations pour le faire manger et lui donner une formation..
Mais les récoltes sont mauvaises et tous les paysans sont encore appauvris. A l'exception des boyards, seigneurs et maîtres de tous les biens.

L'année d' après, les paysans se soulèvent au Baragan et dans toute la Roumanie et, s'ensuivra une répression sanglante.

Ce livre est une évocation historique, mais aussi poétique et sensible. La vision des événements est celle d' un adolescent doux et rêveur, baignant dans une atmospère de traditions et de légendes.
Et cette vision-là, celle d'un jeune ado, presqu'un enfant, convient particulièrement à l'écrivain Istrati.



A suivre...



Message récupéré


mots-clés : #initiatique
avatar
bix_229

Messages : 3420
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Panait Istrati

Message par bix_229 le Dim 18 Déc - 17:57

Les chardons dont il est question ici apparaissent, dès que fond la neige, sous la forme d' une petite boule, comme un champignon, une morille.
En moins d'une semaine, ils envahissent la terre. C'est tout ce que le Baragan peut supporter sur son dos.
Il supporte encore les brebis qui sont gourmandes de ce chardon et le broutent avidement. Mais plus elles le broutent, et plus il se développe ; il grandit, toujours en boule, et atteint les dimensions d' une grosse dame-jeanne, et quand le bétail lui laisse la paix, il pique alors affreusement...
Il commence à régner dès que l'homme laborieux rentre chez lui, dès que les les chardons deviennent méchants et que le vent de Russie se met à souffler.
Cela se passe en septembre.

Les Chardons du Baragan, p. 12


... Le crivatz (le vent du Nord) galope sur l'empire du chardon, bouleverse le ciel et la terre, mêle les nuages à la poussière, anéantit les oiseaux, et les voilà partis, les chardons, les chardons !
... Les boules épineuses se mettent à rouler... C'est le grand départ des chardons "qui viennnet Dieu sait où et vont Dieu sait où" disent les vieux à la fenêtre.

Les Chardons du Baragan, p. 14

Dehors, c'était un branle-bas harmonieux, avec sifflements, grondements, craquements. Une cheminée à l'abandon mugissait comme un taureau. Des planches tombaient partout.
J'écoutais cela, seul le regard vainement fixé sur le trou de l' ancienne fenêtre… Soudain une brusque poussé de bise, puis quelque chose d'épouvantable me saute au visage...
- Les chardons ! Les chardons, hurlais-je !
Chacun un bâton à la main, nous fûmes vite dehors...

Les Chardons du Baragan, p. 67
avatar
bix_229

Messages : 3420
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Panait Istrati

Message par bix_229 le Dim 18 Déc - 18:00

J'ai lu presque tous ses récits et nouvelles et qui sont vraiment très agréables. Ils racontent la vie de gens de peu, mais qui s'accrochent vaillamamment à la vie. Beaucoup de récits sur l'enfance aussi, la sienne et celle des autres.

Et puis aussi ce livre dont je viens de parler ailleurs Vers l'autre flamme et qui est le témoignage véridique et très amer de ce qu'il vit en URSS. Et qu'il ne voulut pas cacher, contrairement à d' autres, sa profonde déception. Et c'est vrai qu 'il y eut partout dans le monde en ces années-là de très braves gens qui crurent en toute bonne foi que l'humanité allait enfin sortir de l' éternelle malédiction de la misère, de l'injustice, de l'exploitation...

Message récupéré
avatar
bix_229

Messages : 3420
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Panait Istrati

Message par Arturo le Mar 4 Juil - 19:37

bix_229 a écrit:
Ce livre est une évocation historique, mais aussi poétique et sensible. La vision des événements est celle d' un adolescent doux et rêveur, baignant dans une atmospère de traditions et de légendes.
Et cette vision-là, celle d'un jeune ado, presqu'un enfant, convient particulièrement à l'écrivain Istrati.

Tu as bien parlé des Chardons du Baragan.
C'est une écriture à la fois lyrique, et presque enfantine.
L'histoire, est celle de tant d'autres, parmi les déshérités. J'ai pensé aux révoltes mexicaines d'à peu près la même époque, et le slogan de Zapata : "tierra y libertad".
Le proverbe roumain cité, évoque merveilleusement la situation de ces pauvres hères (des riens, ou des sans-dents) : "le chien ne fuit pas la tarte, mais le gourdin".
Alors on fuit, en quête d'un ailleurs, d'une autre vie.


Dernière édition par Arturo le Mer 5 Juil - 10:21, édité 1 fois
avatar
Arturo

Messages : 1048
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 31
Localisation : Par-delà le bien et le mal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Panait Istrati

Message par bix_229 le Mar 4 Juil - 20:00

Merci Arturo !
Content que tu aies été sensible à ce livre !
avatar
bix_229

Messages : 3420
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Panait Istrati

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum