ArenSor_T_Williams

Alors parle-moi comme la pluie et laisse moi écouter (laisse-moi m'étendre ici et écouter).

Tennessee Williams, Parle moi comme la pluie et laisse moi écouter

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Reif Larsen

    Partagez
    avatar
    Bédoulène

    Messages : 2859
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 72
    Localisation : En Provence

    Reif Larsen

    Message par Bédoulène le Sam 17 Déc 2016 - 23:54


    Reif Larsen (Né en 1980)

    Né à Cambridge au Massachusetts le 2 mars 1980, Reif Larsen a étudie à Brown University et enseigne actuellement à Columbia University, où il termine sa maîtrise en Fiction. Il est également cinéaste et a réalisé de documentaires aux États-Unis, Royaume-Uni et en Afrique subsaharienne sur les étudiants qui travaillent dans le domaine des arts. Il vit à Brooklyn. Le premier roman de Reif Larsen, L’extravagant voyage du jeune et prodigieux T. S. Spivet est sans conteste la meilleure surprise de ce début 2010.

    Source : www.randomhouse.co.uk/


    _______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________



    L'extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet

    Une très bonne lecture, j'ai tout apprécié dans ce livre, l'esthétique, le thème, l'écriture et la fin m'a réjouie.

    Cet adolescent surdoué est fantastique par la manière qu'il a d'appréhender les évènements, les obstacles, les découvertes qu'il fait durant ce long voyage et lors de son séjour dans la «grande ville».
    Sa vision et sa compréhension des adultes est étonnante, souvent amusante. TS connait ses capacités et ses limites - je suis un petit garçon se rappelle-t-il souvent.

    Son frère Layton (mort il y a quelques mois) lui manque, et il l'associe parfois à ce voyage initiatique en s'interrogeant sur ce qu' il aurait fait, lui. TS se sent d'ailleurs mal aimé par son Père et il pense sa mère plus intérêssée par la science et sa recherche dans la cicindèle que par son état de Maman, il l'appelle d'ailleurs Dr Clair pour cette raison et par respect aussi pour la Scientifique.

    T.S Spivet a quitté le ranch où vit sa famille dans le Montana en catimini mais en laissant un message qu'il s'avait être découvert plus tard, alors qu'il serait déjà dans le train. Il part pour recevoir un Prix obtenu grâce à la précision et justesse de ses cartes scientifiques.

    J'ai apprécié tous les dessins et explications sur toutes les anotations - «l'histoire des trous de ver» m'a tout particulièrement intriguée. Un livre très intéressant et original

    (commentaire rapatrié)


    Dernière édition par Bédoulène le Dim 18 Déc 2016 - 11:14, édité 1 fois


    _________________
    "Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

    "Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
    avatar
    topocl

    Messages : 2177
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 57
    Localisation : Roanne

    Re: Reif Larsen

    Message par topocl le Dim 18 Déc 2016 - 10:55

    L’extravagant voyage du jeune et prodigieux TS Spivet



    Voilà un roman extrêmement agréable ludique et plein de bon sens. D’abord la forme. Ces annotations, ces dessins en marge, ces digressions. On peut au début croire que ce n’est qu’un truc pour faire joli et pour faire vendre, mais pas du tout, c’est vraiment quelque chose qui s’impose, qui est en ligne directe avec ce jeune garçon qui vit le monde en observateur précis et réfléchi, et pense comme cela : des notes, des remarques, des dessins à foison. Ce n’est pas un procédé amusant, c’est une description psychologique fine. J’ai particulièrement aimé la première partie qui montre le jeune héros dans sa famille dans le Montana. Il y a le père , un rancher passionné et taciturne :

    « Un soir, au dîner, alors que nous rentrions de l’une de nos expéditions, Layton avait dit « on peut apprendre beaucoup d’une rivière, pas vrai, p’pa ? » Et même si Père n’avait rien répondu, j’avais bien vu, à la façon dont il avait terminé sa purée, que c’était le genre de pensée qu’il appréciait chez son fils. »

    La mère, le Dr Clair, est une entomologiste tout aussi perdue dans son monde :

    « Ma mère était une grande femme osseuse, au teint si pâle que les gens ne pouvaient s’empêcher de la dévisager quand nous marchions dans les rues de Butte. Un jour, j’entendis une vieille dame en chapeau de paille fleuri chuchoter à sa compagne : « Elle a les poignets si fragiles ! » Et c’était vrai : si ce n’avait pas été ma mère, je l’aurais trouvée bizarre ».

    La grande sœur Gracie ne rêve que de théâtre et de futilités :

    « Peut-être que l’air un peu fou qu’elle affichait quand elle épluchait le maïs n’était rien de plus que cela, une pose, une façon de nous rappeler qu’elle était avant tout une actrice incomprise profitant d’une des nombreuses corvées qu’on lui infligeait sur ce ranch du Montana pour peaufiner ses jeux de scènes »

    Lui aussi, TS Spivet, court après ses chimères :

    « mais moi, je ne veux pas mourir sans avoir essayé de comprendre comment tous les petits morceaux du monde tiennent ensemble (…) c ‘est juste cette impression que j’ai tout le temps, qui est là comme un tout petit bourdonnement derrière chaque chose, que nous savons tout, et que nous avons seulement oublié comment accéder à ce savoir. »

    Et pour cela, TS Spivet note tout, grabouille, calcule, vérifie, prend des notes , fait des cartes. Quant à Layton le petit frère infaillible et adoré, il est mort un jour dans la grange alors que tous deux jouaient avec un fusil. C’est l’histoire de l’amour incommunicable de cette famille qui ne sait plus se parler et où chacun court après ses propres chimères en croyant qu’il est le seul à crever de solitude. Alors forcément , TS Spivet décide de partir, traînant sa culpabilité et ses doutes. Il refait d’Ouest en Est la traversée des États-Unis qu’avaient fait bien avant lui ses ancêtres finlandais, et au cours de ce voyage initiatique il découvre plein de choses, notamment l’histoire de sa famille, la vraie vie des gens qui ne vivent pas dans un ranch du Montana, et aussi au final l’amour de sa famille…

    (commentaire récupéré)


    _________________
    Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
    Dany Laferrière

      La date/heure actuelle est Mer 26 Juil 2017 - 16:32