Mario Levi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mario Levi

Message par topocl le Dim 18 Déc - 16:42

Mario Levi
Né en 1957




Mario Levi est né en 1957 à Istanbul. Il a été diplômé à la Saint Michel High School en 1975, et à l'université d'Istanbul à la Faculté de langue et littérature française en 1980.

Œuvres  traduites  sien français

   Jacques Brel: Un homme seul (Jacques Brel: Bir Yalnız Adam) (1986)
   Ne pas être capable de rejoindre une ville (Bir Şehre Gidememek), 1990
   Madame Floridis ne reviendra sans doute pas (Madam Floridis Dönmeyebilir), 1991
   Notre meilleure histoire d'amour (En Güzel Aşk Hikayemiz), 1992
   Istanbul était un conte (İstanbul Bir Masaldı), 1999
   Lunapark fermé (Lunapark Kapandı), 2005
   C'était une pluie d'été (Bir yaz Yağmuruydu), 2005De
   Où étiez-vous quand la nuit est tombée ? (Karanlık Çökerken Neredeydiniz?), 2009

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 2825
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mario Levi

Message par topocl le Dim 18 Déc - 16:44

Istanbul était un conte



L'éditeur a écrit:
   Istanbul était un conte. Saga familiale, livre-fleuve, déambulation intime et roman-monde, Istanbul était un conte est tout cela à la fois. Issu d'une famille juive séfarade arrivée à Istanbul au moment de la Reconquista, l'écrivain plonge dans la mémoire de sa ville natale comme s'il ouvrait une malle aux trésors. Les objets, les tableaux et les photographies sépia s'animent, et c'est la vie quotidienne de trois générations de Juifs stambouliotes au cours du XXe siècle qui prend forme. II faut accepter de se perdre dans les ruelles étroites de la ville, sur les rives du Bosphore et dans les méandres des histoires familiales : au gré des errances du narrateur, dévoilant à travers mille récits et anecdotes les secrets de chacun de ses quarante-sept personnages (qu'il inventorie dans un lexique en début d'ouvrage), le charme agit. Istanbul est un conte, comme le sont les aventures, réelles ou rêvées, de ses habitants. D'une histoire à l'autre, se dessine le portrait d'une ville-monde, mais aussi son évolution vers la modernité. La ville cosmopolite et accueillante pour les communautés étrangères change au fil des ans, tandis que retentissent jusque dans le coeur des foyers les tragédies du siècle. Puissamment nostalgique, le livre de Mario Levi tente, et ce n'est pas son moindre attrait, de sauver un monde englouti, un monde de commerçants parlant encore le yiddish et le ladino, un monde où cohabitaient toutes les traditions et toutes les religions. Istanbul était un conte est le chant d'amour de l'écrivain à sa ville, en même temps qu'une formidable invitation au voyage.

Du début de cette lecture, j’ai pensé à un collier.. chaque personnage de ce livre est une part de cette chaîne et parfois on ne les rencontre qu’une fois.. parfois ils reviennent.. mais il y a toujours un lien entre eux.

D’ailleurs le livre s’ouvre sur 47 petits paragraphes qui décrivent différents personnages qui vont faire leur apparition au cours du livre. Je conseille de les laisser de côté jusqu’à la fin.. au début, on n’arrive pas à stocker toutes ces informations et on les oublie aussi vite qu’on les lit.. mais à partir du moment qu’on est dans le livre et qu’on a lu plusieurs pages sur le destin de telle et telle personne, on arrive à comprendre le ‘concentré’ que Mario Levi donne au début.

Après ces petites esquisses sur les personnages figurant dans le livre, il y a une page avec Des contes et des souvenirs.. et c’est en effet cela..

Il est conteur qui puise dans tous ces souvenirs de multiples personnages pour faire le portrait d’une ville, mais plus que cela, il donne de la vie aux murs.. des voix aux maisons et de la magie au fleuve..

Enchantée et enthousiasmée j’étais par cette lecture.

(commentaire récupéré)


mots-clés : #historique #communautejuive

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 2825
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mario Levi

Message par Armor le Lun 19 Déc - 20:57

Je l'ai justement emprunté à la médiathèque. Pas certaine d'avoir envie de lire un tel pavé actuellement, mais tentée tout de même de voir si ça pourrait être un livre pour moi… Je vais le parcourir avec d'autant plus d'intérêt !
avatar
Armor

Messages : 1647
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mario Levi

Message par topocl le Mar 20 Déc - 13:04

C'est très joueur, comme livre, et très ouvert à l'imaginaire. J'espère qu'il pourrait te plaire...

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 2825
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Mario Levi

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains du Proche et Moyen Orient

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum