ArenSor_T_Williams

Alors parle-moi comme la pluie et laisse moi écouter (laisse-moi m'étendre ici et écouter).

Tennessee Williams, Parle moi comme la pluie et laisse moi écouter

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Jay McInerney

    Partagez
    avatar
    topocl

    Messages : 2177
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 57
    Localisation : Roanne

    Jay McInerney

    Message par topocl le Lun 19 Déc - 13:30

    Jay McInerney
    Né en  1955



    Jay McInerney, né le 13 janvier 1955 à Hartford dans le Connecticut, est un écrivain américain. Il a appartenu au Brat Pack, un groupe de romanciers américains. De son nom complet John Barrett McInerney, Jr. Son véritable prénom est John qui est aussi le prénom de son père. Dans le style américain son vrai nom est donc John Barrett McInerney, Jr. ou John Barrett McInerney, II.

    Jay McInerney a étudié l’art d’écrire avec Raymond Carver et a travaillé comme vérificateur au magazine The New Yorker, tout comme le protagoniste principal de son premier roman, Journal d'un oiseau de nuit (Bright Lights, Big City, 1984). D’emblée, Jay McInerney impose sa marque de fabrique, un ton grinçant et désabusé. Dans ce récit culte, symptomatique des années 1980 aux États-Unis, il offre une vision désenchantée de la jeunesse dorée new-yorkaise dans laquelle les états d'âme caustiques et les lignes de coke se croisent dans la pénombre des night-clubs de Manhattan. Le succès du roman incite d’autres éditeurs à publier des œuvres similaires (Moins que zéro de Bret Easton Ellis, par exemple). Ellis et McInerney deviennent alors les fers de lance d’un nouveau groupe littéraire, le Brat Pack.

    Durant de nombreuses années, McInerney éprouve les plus grandes difficultés à se dépouiller de l’image véhiculée par le Journal d'un oiseau de nuit, la plupart des médias l’ayant assimilé à une autobiographie déguisée. Malgré tout, l’écrivain poursuit son œuvre mordante et satirique (proche d’Ellis pour sa description de la vacuité urbaine, mais privée de violence). Ainsi, dans Trente ans et des poussières, si les questions existentielles passent au second plan, il brosse un portrait vitriolé du monde actuel, artificiel et sans âme, un constat qu’il dresse également dans ses romans suivants, Le dernier des Savage et Glamour attitude. Dans La Belle vie (2007), McInerney retrouve ses personnages de Trente ans et des poussières, la veille du 11 septembre 2001. Avec en toile de fond les attentats, il décrit ce qui se passe lorsque l'onde de choc vient percuter des millions de destins.

    En 2005, McInerney est retourné à Greenwich Village, New York après avoir vécu plusieurs années près de Nashville avec sa troisième épouse.

    Bibliographie en français

    Fiction

       1984 : Journal d'un oiseau de nuit (Bright Lights, Big City)
       1985 : Ransom
       1989 : Toute ma vie (Story of My Life)
       1992 : Trente ans et des poussières (Brightness Falls)
       1997 : Le Dernier des Savage (The Last of the Savages)
       1999 : Glamour attitude (Model Behaviour)
       2001 : La Fin de tout (How it ended), nouvelles
       2006 : A Hedonist in the Cellar, non traduit
       2006 : La Belle vie (The Good Life)
       2009 : Moi tout craché, nouvelles (How It Ended: New and Collected Stories)
       2016 : Bright, Precious Days, non traduit

    Hors-fiction

       2006: A Hedonist in the Cellar adventures in wine
       2013: Bacchus et moi (Bacchus and Me: Adventures in the Wine Cellar, 2002)


    _________________
    Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
    Dany Laferrière
    avatar
    topocl

    Messages : 2177
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 57
    Localisation : Roanne

    Re: Jay McInerney

    Message par topocl le Lun 19 Déc - 13:32

    Bright Lights, Big City
    (anciennement Journal d’un oiseau de nuit)



    Je crois bien qu'on ne sait pas comment s'appelle le héros. L'auteur s'adresse à lui tout au long du livre grâce à un « tu » complice. Pas le tu qu’on pourrait trouver dans un Nouveau Roman. Non, le tu empathico-moqueur qu’on adresse à un type sympa. Il s'agit d'un jeune provincial débarqué à New York sûr que tout va lui réussir, une épouse jeune et gagnant (et dépensant) l’argent facilement, un boulot dans un journal en vue qui lui permettra de réaliser ses rêves et de devenir écrivain. Mais la Big City et sa vie noctambule n'est pas celle qu'il croyait, il se noie d'alcool et de drogue, de sensations intenses et brèves, et perd au passage sa femme, son boulot, tous ses rêves… dans un univers où cela n'intéresse pas grand monde.

    Il y a deux choses que tu aimes bien chez Allagash : la première, c'est qu'il ne te demande jamais comment tu vas ; la deuxième, qu’il ne te laisse jamais le temps de répondre à ses questions. Autrefois, ce détail t’énervait. Mais quand les nouvelles sont mauvaises, il est réconfortant d'avoir affaire à quelqu'un d'aussi peu curieux.

    Cette première partie est extrêmement brillante, mêlant dans un savant équilibre cynisme et tendresse vis-à-vis du personnage, McInerney use d'un humour décapant pour le décrire dans tous ses déboires. C’est drôle au possible. Ensuite, quand le jeune homme, peu à peu reprend goût la vie, voit des mains qui se tendent, trouve le chemin de la rédemption, c'est, sans être totalement classique, sans doute un peu plus banal : tout en gardant un oeil acerbe, McInerney a un propos qu'on a l'impression d'avoir déjà vu un certain nombre de fois (bien que totalement fasciné par les excès des paradis artificiels, happé par une superficialité protectrice, le jeune homme a finalement bon fond). Quoi qu'il en soit, ça se lit extrêmement bien, la plume est alerte, on rigole beaucoup, et si cela n'a pas le caractère abouti de Trente ans et des poussières, c'est un bon moment de passé.

    Ça ne me fait pas rire. C'est d'un goût douteux
    Le goût, dit Tad, c'est essentiellement une affaire de goût.

    (commentaire récupéré)


    _________________
    Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
    Dany Laferrière
    avatar
    Mordicus

    Messages : 846
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Localisation : Myocarde

    Re: Jay McInerney

    Message par Mordicus le Lun 19 Déc - 13:48


    (J'aime beaucoup McInerney ! C'est cool de le revoir par ici. Merci Topocl.)


    _________________

    Je suis sensible au divertissement
    Mes gencives savent que le dentiste ment
    La drogue agit sur moi lentement
    Ah nan je suis con c'est un Efferalgan
    avatar
    topocl

    Messages : 2177
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 57
    Localisation : Roanne

    Re: Jay McInerney

    Message par topocl le Lun 19 Déc - 18:00

    Dans une vie anté-forumesque, j'avais aussi beaucoup aimé Trente ans et des poussières


    _________________
    Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
    Dany Laferrière
    avatar
    animal
    Admin

    Messages : 3361
    Date d'inscription : 27/11/2016
    Age : 36
    Localisation : Tours

    Re: Jay McInerney

    Message par animal le Lun 19 Déc - 19:58

    on dirait que ce n'est pas forcément un truc pour moi ça non ?


    _________________
    Keep on keeping on...
    avatar
    topocl

    Messages : 2177
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 57
    Localisation : Roanne

    Re: Jay McInerney

    Message par topocl le Mar 20 Déc - 13:03

    C'est sûr que c’est pas directement ciblé panda.
    (mais bon on a dit aussi qu'un forum c'est bien parce que ça fait découvrir des univers nouveaux...)


    _________________
    Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
    Dany Laferrière
    avatar
    Mordicus

    Messages : 846
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Localisation : Myocarde

    Re: Jay McInerney

    Message par Mordicus le Dim 8 Jan - 9:02


    Le Dernier des Savage




    Deux amis de Yale que tout oppose. D'un côté, il y a Will, Le Rebelle, beau, blindé de thunes et charismatique. Puis, y'a Patrick, l'ami timide et prolo. Evidement, on tombe sous le charme et l'aura mystique de Will. Les années passent, leurs chemins se séparent, mais ils restent liés. Will devient producteur de musique, baise tout ce qui a un cul et devient vite camé à souhait (c'est Patrick qui raconte), Patou, lui, il devient avocat et il pourrait être un peu jaloux, mais ça va. Avocat, c'est pas mal non plus. On suit la dynastie Savage. Les excès en tout genre. Patrick qui cherche sa place. C'est dramatique mais drôle. Mais beaucoup plus sombre qu'il n'y parait. (Y'a quelques années, j'avais écrit sur la première page de titre ce résumé hautement pertinent, je cite : "Excellent")


    _________________

    Je suis sensible au divertissement
    Mes gencives savent que le dentiste ment
    La drogue agit sur moi lentement
    Ah nan je suis con c'est un Efferalgan
    avatar
    topocl

    Messages : 2177
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 57
    Localisation : Roanne

    Re: Jay McInerney

    Message par topocl le Dim 8 Jan - 9:32

    Je l'avais adoré aussi, ce dernier des Savage. Une histoire de frères, presque.
    Je l'avais un peu trop oublié, McInerny, finalement.


    _________________
    Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
    Dany Laferrière
    avatar
    Mordicus

    Messages : 846
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Localisation : Myocarde

    Re: Jay McInerney

    Message par Mordicus le Dim 8 Jan - 14:11


    Il faut relire 30 ans et des poussières et La belle vie (post 11 septembre) !


    _________________

    Je suis sensible au divertissement
    Mes gencives savent que le dentiste ment
    La drogue agit sur moi lentement
    Ah nan je suis con c'est un Efferalgan
    avatar
    Billiethefall

    Messages : 31
    Date d'inscription : 18/04/2017

    Re: Jay McInerney

    Message par Billiethefall le Mar 16 Mai - 11:39

    Après son passage à la grande librairie (quelle insipide émission et présentateur, à mon humble avis), une charmante personne m'a jeté un "QUOIIII ? Tu n'as jamais lu ?! Mais ça te plairait TAAANT !" (D'accord j'exagère légèrement sur l'hystérie des exclamations. La personne était sous le coup d'une immense surprise en tout cas) et m'a presque littéralement jeté à la figure Trente ans et des poussières. "Tiens lis ça, manant". Voilà, je vais être obligée de m'y mettre.
    (Et ce titre m'est directement logé dans le sillon de mes premières rides)
    avatar
    Bédoulène

    Messages : 2859
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 72
    Localisation : En Provence

    Re: Jay McInerney

    Message par Bédoulène le Mar 16 Mai - 18:41

    Bonne lecture alors Billie !

    je présume que le livre est tombé, le logement doit être insignifiant ! Smile


    _________________
    "Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

    "Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud

    Contenu sponsorisé

    Re: Jay McInerney

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 26 Juil - 16:46