Paul-Marie Lapointe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Paul-Marie Lapointe

Message par Jack-Hubert Bukowski le Lun 19 Déc - 23:03

Paul-Marie Lapointe (1929-2011)


Sur l’autre forum, je vous ai soumis la nomination de Paul-Marie Lapointe. De longue date, je vous dirais que son exemple demeure l’une des références poétiques classiques sûres. Avec Hector de Saint-Denys Garneau et Marie Uguay, Paul-Marie Lapointe a bien traversé les générations. Il a écrit une œuvre qui a fini par s’imposer envers et contre toutes. Surréaliste en parallèle, il a reçu l’appui de Claude Gauvreau pour la publication du recueil Le vierge incendié en 1948. Il ne fut pas signataire du Refus global, il l’a tout juste manqué de peu. Le long silence qui a suivi la publication de son premier recueil laisse préfigurer un «prochain épisode» fécond. Son recueil Pour les âmes fera figure de classique inattaquable. Son parcours jusqu’à écRiturEs tient du tour de force. Il aura eu assez d’indépendance pour assumer l’héritage poétique qui est le sien.

Œuvre

- Le vierge incendié, 1948
- Choix de poèmes. Arbres, 1960
- Pour les âmes, 1964
- Le réel absolu. Poèmes 1948-1965. Comprenant toutes les œuvres précédemment citées, 1971
- Tableaux de l’amoureuse suivi de Une, Unique, Art égyptien, Voyage et autres poèmes, 1974
- Bouche rouge, 1976
- Arbres, 1978
- Tombeau de René Crevel, 1979
- écRiturEs (2 volumes), 1980
- Le sacre, 1998
- Espèces fragiles, 2002
- L’espace de vivre. Poèmes 1968-2002, 2004

#poésie #québec
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 769
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 35
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Paul-Marie Lapointe

Message par Jack-Hubert Bukowski le Mar 20 Déc - 0:09

J'ai un peu de mal à résumer Pour les âmes. À mon sens, Paul-Marie Lapointe poursuit ce qu'il avait débuté dans Le vierge incendié. Encore une fois, il est difficile de citer. J'ai déjà cité quelque chose sur l'autre forum. Mais si nous voulons relier ses deux premiers recueils, voici un poème qui tient la distance :

«Épitaphe pour un jeune révolté»

tu ne mourras pas un oiseau portera tes cendres
dans l’aile d’une fourrure plus étale et plus chaude
que l’été
aussi blonde aussi folle que l’invention de la lumière

entre les mondes voyagent des tendresses et des
coeurs
des hystéries cajolantes comme la fusion des corps
en eux plus lancinantes
comme le lever et le coucher des astres
comme l’apparition d’une vierge dans la cervelle des
miracles

tu ne mourras un oiseau nidifie
ton coeur
plus intense que la brûlée d’un été quelque part
plus chaud qu’une savane parcourue par l’oracle
plus grave que le peau-rouge et l’incandescence

(les âmes miroitent
plus particulièrement le soir
entre chien et loup
dans la pâleur des lanternes
dans l’attisement des fanaux
dans l’éblouissement d’une ombre au midi du
sommeil)

tu ne mourras pas

quelque part une ville gelée hélera ses cabs
une infanterie pacifique pour mûrir les récoltes
et le sang circulera au même titre que les automobiles
dans le béton et la verdure

tu ne mourras pas ton amour est éternel

Source informatisée (merci) : https://bibliomancienne.com/2011/08/16/epitaphe-pour-un-jeune-revolte/
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 769
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 35
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Paul-Marie Lapointe

Message par Jack-Hubert Bukowski le Mar 20 Déc - 0:43

Je peux sembler louvoyer, mais il est possible de citer. C'est plus le commentaire et l'hésitation à se fixer sur un extrait lu. Je suis plus décidé lorsque je visualise un extrait informatisé. Je vous en présente d'autres :

«Hibernations»

Je laisse en toi voler des oiseaux blancs

peu d’oiseaux sont blancs outre les colombes
sinon d’avoir vécu l’hiver
plantés comme des croix dans l’espace
un déploiement de sécheresse et de frissons
aussi étranges que la neige
a-t-elle autre souci que de se poser sur nous
                                                               les villages
                                                               les cages

entre les pierres les brindilles sculptées par le vent

nos morts ne s’envolent pas
sinon en nous-mêmes
                              comme les enfants que nous
                              avons
et qui fraient leur chemin dans l’intérieur
oiseaux blancs      aériens ossements

Source informatisée (merci) : http://lalitoutsimplement.com/hibernations-de-paul-marie-lapointe/
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 769
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 35
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Paul-Marie Lapointe

Message par Jack-Hubert Bukowski le Mar 20 Déc - 0:49

Par élégance, je ne recopierai pas un autre poème à la forme ample. J'ai tranché sur un poème plus bref :

AMOUREUSE

amoureuse
thé des bois
par touffes répondant au soleil

amoureuse
salubrité conquise au-delà des murs et telle qu’une
savane progresse vers le centre de mon cœur
habitée de ta seule chair violette    ô ouverte

amoureuse
thé des bois.

Source informatisée (merci) : http://laurentiana.blogspot.ca/2010/11/choix-de-poemes-arbres.html

Par ailleurs, je tiens à répéter que Paul-Marie Lapointe a écrit Tableaux de l'amoureuse.
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 769
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 35
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Paul-Marie Lapointe

Message par Jack-Hubert Bukowski le Sam 31 Déc - 10:52

Je vais reproduire deux extraits déjà parus sur l'autre fil. Paul-Marie Lapointe est l'un des poètes majeurs. Il n'a jamais craint le silence prolongé pour maturer une oeuvre des plus abouties.

Dans Le sacre, pour faire référence à l'un des jurons suprêmes de la langue française telle que les Québécois-es l'employent, «Tabarnak». Paul-Marie Lapointe en a tiré un poème très bien songé et non pas dénué d'humour et d'affection envers la langue :

«Ta barre n'a qu'os»

Tes champs bénis sarclés,
harnachées les bêtes,
les corbeaux de Satan
se berçaient, salaces
et sacres bêlant,
râlant au clan des étables
où valsaient cent berceaux

Ainsi se berna d'éclats
ta rage et se bâcla ton sort.
Te fut ravi ce banc d'étoiles
où nul oracle ne se bat plus.

La clé des tabernacles
à la taberna s'éclata
et le Tabarnacos
au torse d'Abénaki
s'y bâta de l'éternel cabas.

Aux cieux aberrants
s'étalent, calebasses ou reliques
baroques, des catins écartelées.

Le bâtard qu'a noces
y serine la Chose..........
...............................
..........................Basta!
Ta barre n'a qu'os
(os abracadabrant)
Tel Ossian n'a baroque en Océan!

Extrait de poésie rapatrié


Dernière édition par Jack-Hubert Bukowski le Sam 31 Déc - 10:59, édité 1 fois
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 769
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 35
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Paul-Marie Lapointe

Message par Jack-Hubert Bukowski le Sam 31 Déc - 10:56

Pour ce poème du Vierge incendié qui a introduit le fil sur le forum, je tiens à signaler le respect démontré par Constance - elvire sur ce forum - face à cet extrait de poésie :

Je suis une main qui pense à des murs de fleurs
à des fleurs de murs
à des fleurs mûres

C'est pour regarder la vie que je lis interminablement
le cristal du futur du cristal

Le réservoir de cendrier
pourquoi des villes de café y surgir?
des plantations de pauvres gens
soleils de fagots fertiles
violoncelles senteur de mauves

C'est en songeant à construire un verger de frères
que pour pleurer je descends mon bras
que je mets ma vie dans mes larmes

Les grands châteaux poires pourries
avec quoi des vieillards à femmes mutuelles
lapident leurs vacheries
les églises de faux sentiments
l'écroulement des cadavres
les haines dans les schistes séculaires

Quand le marteau se lève
quand les bûcherons vont flamber noir
sur le peuple déterminé

Les cadavres purifiés par le feu
et le fracassement des crânes de béton

L'horizon que je vois libéré
par l'amour et pour l'amour.

Le Vierge incendié est l'un des textes surréalistes québécois par excellence. Je pourrais considérer qu'il a été décisif dans ma phase de maturation du processus poétique.

Extrait de poésie rapatrié
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 769
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 35
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Paul-Marie Lapointe

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains du Canada

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum