Lajos Zilahy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lajos Zilahy

Message par Bédoulène le Mar 20 Déc - 10:20

Lajos Zilahy
(1891-1974)



Lajos Zilahy, ou Lajos de Zilahy, est un romancier et dramaturge hongrois, également scénariste et réalisateur, né le 27 mars 1891 à Nagyszalonta (alors en Autriche-Hongrie, aujourd'hui Salonta en Roumanie), mort le 1er décembre 1974 à Novi Sad (Yougoslavie, aujourd’hui en Serbie). Né dans une famille de la petite noblesse hongroise, il fait des études de droit à l'Université de Budapest. Pendant la Première Guerre mondiale, alors qu’il sert dans l'armée austro-hongroise, il est blessé sur le front russe, expérience qu’il évoquera plus tard dans son roman Deux Prisonniers (Ket fogoly).

La guerre finie, il se consacre entièrement à l’écriture. Dès le début des années 1920, il rencontre le succès avec ses pièces de théâtre et ses romans, fréquemment adaptés au cinéma. En 1930, sa pièce, A tábornok, (Le Général), est portée au cinéma en quatre versions linguistiques différentes. Parallèlement, Zilahy est journaliste, notamment à Paris et à Londres, et collabore régulièrement à différents journaux, les quotidiens Budapesti Hirlap et Est, le journal Magyarorszag, la revue d'art Híd (Le Pont). En 1939, il crée son propre studio de cinéma, la société Pegazus, avec laquelle il réalise trois films entre 1940 et 1943, dont une adaptation de son roman de 1928, Quelque chose sur l'eau (Valamit visz a viz).

Défenseur des principes démocratiques, Zilahy se trouve en opposition avec le régime de droite du régent Horthy, gouvernant en Hongrie. Lors de l'occupation allemande de la Hongrie, en 1944, il est recherché et doit se cacher avec sa famille. Après la guerre, il est nommé président de la Société culturelle hongro-soviétique de la littérature et des sciences (Magyar–Szovjet Művelődési Társaság). Mais son attachement à la démocratie, et surtout son opposition au communisme, en train de s'emparer du pouvoir, l'amènent à quitter la Hongrie en 1947, et à s'installer aux États-Unis.

À New York, Zilahy écrit l'une de ses œuvres majeures, une vaste trilogie romanesque, Les Dukay (Les Dukay, L'Ange de la colère, Le Siècle écarlate), histoire d'une riche famille aristocratique hongroise depuis l'époque napoléonienne jusqu’au milieu du xxe siècle. Lajos Zilahy meurt en 1974 à Novi Sad (en hongrois, Újvidék), Yougoslavie, dans une relative indifférence.

En 1930 Zilahy a épousé Piroska Bárczy, née en 1907, fille de István Bárczy, ancien maire de Budapest. Ils ont eu un unique fils, Mihály, né en 1931, mort tragiquement dans un accident d'arme à feu en 1949. Piroska Bárczy est morte en 2005.

(wikipedia)


Traduits en français

Le soleil brille
Deux Prisonniers
Printemps mortel
Cette nuit-là
L'Âme qui s'éteint
Clochers de bois
Fiançailles
Le Boomerang
Les Dukay
L'Ange de la colère
Le Siècle écarlate

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________



Les Dukay


En toile de fond de la vie de cette famille de l’aristocratie Hongroise (austro-hongroise avec la Comtesse Menti) principalement dans l’entre-deux guerres se construit la seconde guerre mondiale alors que les monarchies se meurent. Que les révoltes du Peuple  grondent et que s’en nourrissent de futurs dictateurs.
La somptuosité des demeures, des coutumes de cette Famille nous fait mesurer à travers d’infimes faits la profondeur de la misère et de l’exploitation des Humbles.

Toutefois les personnages sont attachants, car ils ont parfois de ces élans de cœur ou de justice  qui surprennent le lecteur : L’amour que le Comte Dupi porte à Zia, l’attachement de Kristina envers le roi déchu qu’elle suivra dans l’exil, l’intransigeance de la Comtesse à garder auprès d’elle son Aîné (simple d’esprit), à faire soigner l’un des jardiniers tuberculeux ; et le don de son domaine par Zia à ceux qui faisaient vivre la Terre.

Les enfants ont été façonnés par leur précepteur ou gouvernante, même s’ils ont hérité du fort caractère de leurs ancêtres, ce qui explique par exemple que Zia soit habile en maniant des objets dont ne se servent point les aristocrates et que Janos se joignent aux adorateurs d’Hitler.

Un très bon moment de lecture !
L’écriture de cet auteur est généreuse.
Les descriptions sont superbes qu’ils s’agissent des personnages, des paysages, ou des objets

(message rapatrié)



mots-clés : #famille

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 3929
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Europe centrale et orientale

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum