Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Descente aux enfers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Descente aux enfers Empty Descente aux enfers

Message par shanidar le Mer 21 Déc - 10:30

Ishtar/Inanna

La descente aux enfers d'Ishtar est l'un des mythes mésopotamiens les plus anciens qui nous soit parvenu. Il remonterait d'après les tablettes trouvées à Ninive (aujourd'hui à côté de Mossoul) au deuxième millénaire avant notre ère. Mais rien n'empêche d'imaginer que ces tablettes (sumérienne et akkadienne) reprennent un mythe provenant d'un âge encore plus ancien.

A titre préliminaire, il est peut-être bon de dire qu'Ishtar a pour autres noms et autres avatars : Inanna (Sumer), Ashtart, Ishtar (Akkad), Cybèle, Aphrodite et Vénus ; mais vous verrez que le mythe de la descente aux enfers d'Inanna rappelle également le mythe grec de Déméter et Perséphone ou chez les romains Cérès et Proserpine. Nous y reviendrons.

Inanna est dans le panthéon sumérien une des plus importantes déesses, celle de la Fertilité et de l'Amour. Sa sœur, Ereshkigal dirige les enfers. Or, un jour, Inanna décide d'aller visiter 'le pays de non-retour', elle veut surtout se mesurer à sa sœur dont elle trouve les pouvoirs trop importants comparés aux siens.

Avant de descendre en enfers, Inanna revêt sept parures qui sont les attributs de ses sept pouvoirs :

Elle coiffa le Turban, Couronne-de-la-steppe
Se fixa au front les accroche-cœurs
Empoigna le Module de lazulite
S'ajusta au cou le collier de lazulite
Disposa élégamment sur sa gorge les perles couplées
Se passa aux mains les bracelets d'or
Tendit sur sa poitrine le Cache-seins
S'enveloppa le corps du pala, Manteau royal
Et maquilla ses yeux de Fard

A la porte des enfers, elle laisse sa servante Ninshubur qui étant humaine ne peut entrer à sa suite.

A chaque porte tenue fermée par un gardien, Inanna se dépouille de l'un de ses atours. Pour sept portes, elle dépose aux pieds des gardiens sept 'vêtements'. Et c'est nue qu'elle arrive devant sa sœur. Il s'agit donc bien ici du premier strip tease de l'histoire du monde. Une mise à nue, une déposition de ses pouvoirs qui conduit la déesse, dans la plus pure des nudités sur le trône. Car, Inanna n'hésite pas une seconde et prend le trône qu'elle convoite. Alors Ereshkigal, folle de rage et aidée par les sept juges des enfers, empoigne sa sœur et la pend à un crochet, comme un vulgaire paquet de viande.

A l'extérieur, la servante Ninshugur s'impatiente puis s'inquiète. Au bout de trois jours d'attente, elle décide d'aller voir les dieux, persuadée que sa maîtresse est retenue prisonnière par sa méchante sœur. Enlil, le roi des dieux déclare à la servante qu'il ne peut rien faire, les dieux n'étant pas autorisé à entrer dans le royaume de la mort. Alors la servante se rend chez Enki, le dieu de l'air et le supplie de venir en aide à Inanna.

Enki (qui n'en était pas à une première entourloupe) décide de fabriquer une sorte d'androgyne (asexué), seul être capable grâce à sa stérilité de pénétrer dans le royaume des morts sans attirer l'attention. L'androgyne part avec l'herbe de la vie qui permettra de sauver Inanna.

Mais au moment de la régénérescence d'Inanna, Ereshkigal exige que sa sœur, une fois retournée dans le monde des vivants lui envoie un être pour la remplacer en enfer.

En sortant, Inanna découvre sa servante Ninshugur, toujours en train de l'attendre. Il lui est impossible de l'envoyer en enfer à sa place, pas plus que tous ceux qu'elle croise jusqu'à son retour chez elle. Mais justement, chez elle, elle découvre son époux Dumuzi qui, au lieu de pleurer la mort de son épouse fait bombance. C'est lui qu'elle décide d'envoyer à sa place. Cependant, pour faire bonne figure elle accepte que la sœur de Dumuzi le remplace six mois par an.

On estime que ce mythe permettait d'expliquer le changement des saisons, exactement comme c'est le cas dans le mythe de Déméter et Perséphone. On remarquera qu'à l'époque sumérienne les femmes semblent être maîtresses d'elles-mêmes et sont même supérieures à leurs époux (le mythe de la Déesse-Mère n'est sans doute pas si loin) et qu'elles décident seules de leur destinée. On voit également que la nudité n'est ni perverse, ni honteuse et qu'on se dépouille de ses vêtements comme de ses pouvoirs pour arriver nue, pure et lumineuse sur le trône des morts. On peut voir dans la figure de Salomé dansant et se dénudant, retirant un à un les voiles qui la couvrent, une résurgence possible du mythe d'Inanna, mais il est pratiquement impossible que Wilde ou Strauss aient eu connaissance du mythe mésopotamien, la redécouverte des tablettes et leur traduction datant d'environ 1860.

On peut lire d'autres descentes aux enfers, par exemple, sous la plume de Virgile dans L'Enéide, où (si ma mémoire n'est pas trop mauvaise) Enée se rend pour prendre conseil auprès de son père Anchise (le royaume des guerriers n'est pas ici un enfer mais plutôt un lieu de repos).

On retrouve d'ailleurs Virgile accompagnant Dante dans sa descente à travers les neuf cercles de l'Enfer jusqu'au lac glacé. Ce voyage ayant été magnifiquement illustré par Gustave Doré.

Plus tard, le mythe d'Orphée descendant aux enfers pour y rejoindre Eurydice sera mis en musique par Glück dans une fabuleuse partition d'opéra.

Enfin, je crois (mais tom léo le confirmera peut-être) que Jésus a 'profité' des trois jours entre sa mort et sa résurrection pour visiter les morts.


Si vous avez d'autres versions : je suis preneuse !
shanidar
shanidar

Messages : 1592
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Descente aux enfers Empty Re: Descente aux enfers

Message par Armor le Mer 21 Déc - 11:54

Très intéressant !

Je nuancerais quand même la place des femmes à l'époque sumérienne.

On a certes retrouvé des artefacts prouvant qu'à une époque très reculée, ces sociétés furent matriarcales. Certains mythes fondateurs aux origines très anciennes font la part belle aux déesses, et parlent donc indirectement de cette place essentielle qu'occupa la femme.
Mais à l'époque sumérienne, le basculement vers une société patriarcale s'est déjà produit. Il aurait eu lieu au IVème millénaire av JC. (Pour information, l'époque sumérienne englobe la seconde moitié du IVème millénaire et tout le troisième millénaire)
Dans les mythes fondateurs, les dieux masculins tiennent désormais une place des plus importantes, même si les mythes féminins ont été conservés.

"Ce panthéon masculin se double d'un panthéon féminin comportant des divinités de tout rang, certaines simples épouses, d'autres chargées de tâches particulières, et à la tête desquelles trônent Ninhursag, la déesse mère, et la déesse Inanna (…) qui, avec son amant préféré Dumuzi, joue un rôle considérable dans la mythologie sumérienne."

Si l'on avance un peu dans le temps (1760 av JC), on peut regarder le fameux code d'Hammurabi.
Le code d'Hammurabi a figé dans la pierre des lois déjà appliquées depuis des générations. (On retrouve d'ailleurs beaucoup de ces lois, identiques ou avec des réponses différentes, dans l'ancien Testament)
Sur certains points, il apporte même une nette amélioration. Il n'y a qu'à le lire pour comprendre que les femmes ont perdu depuis bien longtemps perdu toute toute suprématie, ou même toute égalité...

Les lois concernant la famille représentent un louable effort pour protéger la femme et les enfants contre l'abandon, les sévices et la pauvreté. (…)
L'adultère de la femme est puni de mort, mais le mari peut pardonner à son épouse et le roi à son amant. (…)
Un homme peut répudier sa femme sans rien lui donner si elle se conduit mal, mais s'il divorce parce qu'elle est stérile, il "lui remettra l'argent correspondant au montant de sa terhatum et lui rendra la dot qu'elle avait apporté à la maison de son père.
Le mari dont l'épouse est gravement malade peut prendre une autre femme, mais il doit garder la malade chez lui "aussi longtemps qu'il vivra."



Source ; Georges Roux : La Mésopotamie.
Armor
Armor

Messages : 3226
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 38
Localisation : A l'Aise Breizh

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Descente aux enfers Empty Re: Descente aux enfers

Message par shanidar le Mer 21 Déc - 12:07

Tu as tout à fait raison de me corriger, Armor. J'aurai dû dire qu'il s'agissait d'une réminiscence lointaine d'un temps (hélas !?) bien révolu !

(et je vois que nous avons les mêmes références avec Roux !)
shanidar
shanidar

Messages : 1592
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Descente aux enfers Empty Re: Descente aux enfers

Message par Armor le Mer 21 Déc - 15:08

@shanidar a écrit:
(et je vois que nous avons les mêmes références avec Roux !)

C'est quand même fou, quand on pense que l'auteur, médecin, était un "amateur", et qu'il a écrit un livre reconnu aujourd'hui encore comme une référence incontournable par les plus grands spécialistes !

C'est néanmoins un ouvrage touffu, alors pour une première approche avec la Mésopotamie, je conseillerais volontiers L'histoire commence à Sumer, de Samuel Noah Kramer. C'est clair et concis, facile à lire, avec beaucoup d'extraits de textes de l'époque sumérienne.
Il faudrait aussi que je me procure les ouvrages de Jean Bottéro.


Dernière édition par Armor le Mer 21 Déc - 16:09, édité 1 fois
Armor
Armor

Messages : 3226
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 38
Localisation : A l'Aise Breizh

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Descente aux enfers Empty Re: Descente aux enfers

Message par shanidar le Mer 21 Déc - 16:05

J'ai l'impression que les travaux de Bottéro sont peut-être aujourd'hui un petit peu dépassés mais en attendant je recommande la lecture de : Il était une fois la Mésopotamie (Découvertes Gallimard) qui retrace la manière dont ce pays et son histoire ont été peu à peu redécouverts.

Je trouve terriblement fascinant que les textes mésopotamiens (de Gilgamesh au Déluge) portent en germe tous les développements de nos mythes actuels...
shanidar
shanidar

Messages : 1592
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Descente aux enfers Empty Re: Descente aux enfers

Message par ArenSor le Mer 21 Déc - 18:35

Passionnante cette histoire d'Inanna /Ishtar ! En lisant la description de l'habillement puis la scène du "strip-tease", je souriais intérieurement en me demandant quelles créations auraient pu être développées par nos saloméistes de la fin 19e et début 20e, s'ils avaient eu connaissance de ce mythe  farao

@shanidar a écrit:J'ai l'impression que les travaux de Bottéro sont peut-être aujourd'hui un petit peu dépassés
Je ne suis pas l'actualité de la recherche sumérienne mais je ne suis pas sûr que les travaux de Bottero soient vraiment dépassés, probablement sur des détails suite à de nouvelles découvertes ou interprétations, mais sur la vision d'ensemble, je doute (c'est le privilège des bons historiens de pouvoir résister un peu au temps !) Smile
ArenSor
ArenSor

Messages : 1794
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Descente aux enfers Empty Re: Descente aux enfers

Message par Fancioulle le Mer 21 Déc - 21:20

Ils ont quand même bien vieilli, ce qui, effectivement, n'enlève rien au brillant de certaines intuitions. Un peu comme Dumézil, du reste : l'oeuvre est fabuleuse pour les sentiers qu'elle a ouverts plus que par ceux qu'elle a empruntés.
Un fil où j'espère avoir le temps de participer.
Fancioulle
Fancioulle

Messages : 162
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 25
Localisation : çà et là

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Descente aux enfers Empty Re: Descente aux enfers

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Discussions autour des livres :: Lecture comparée, lecture croisée

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum