ArenSor_T_Williams

Alors parle-moi comme la pluie et laisse moi écouter (laisse-moi m'étendre ici et écouter).

Tennessee Williams, Parle moi comme la pluie et laisse moi écouter

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Chaïm Potok

    Partagez
    avatar
    topocl

    Messages : 2177
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 57
    Localisation : Roanne

    Chaïm Potok

    Message par topocl le Mer 21 Déc - 13:38

    Chaïm Potok
    (1929- 2002)



    Chaïm Potok, à l'état-civil Herman Harold Potok, est un romancier américain et un rabbin né à Buffalo le 17 février 1929 et mort à Merion  le 23 juillet 2002. Chaïm Potok est fils d'immigrants juifs polonais. Il est l'aîné de quatre enfants, tous devenus rabbins ou ayant épousé des rabbins. Son nom hébreu est Chaïm Tzvi (חיים צבי). Il a été élevé dans la stricte orthodoxie juive.

    Après avoir lu Retour à Brideshead le roman d'Evelyn Waugh alors qu'il était adolescent, il décide de devenir écrivain. Il commence à écrire de la fiction à 16 ans. À 17 ans, il tente de se faire publier par le magazine The Atlantic Monthly. Bien que son manuscrit soit rejeté, il reçoit une note de l'éditeur complimentant son travail. En 1949, alors qu'il a 20 ans, ses nouvelles sont publiées dans le magazine littéraire de l'université Yeshiva, qui aide à les publier. En 1950, il reçoit son diplôme avec summa cum laude en littérature anglaise. Après quatre ans d'études au Jewish Theological Seminary of America, il est ordonné rabbin. Il est nommé directeur du Leaders Training Fellowship, une organisation de jeunesse affiliée au Mouvement Massorti. Il rencontre Adena Sara Mosevitzsky, une psychiatre et assistante sociale, au Camp Ramah (en) à Ojai en Californie, où il occupe la fonction de directeur de camp (1957–59). Ils se marient le 8 juin 1958 et ont trois enfants.

    Après avoir obtenu un master en littérature hébraïque, il s'enrôle dans l'armée américaine comme aumônier. Il sert en Corée du sud de 1955 à 1957. Il a décrit cette époque en Corée du Sud comme une expérience transformatrice. Élevé dans la conviction que le peuple juif était central dans l'Histoire et dans les plans de Dieu, il a découvert une région quasiment sans juifs et sans antisémitisme, mais dont les croyants prient avec la même ferveur que celle qu'il avait vue dans les synagogues orthodoxes chez lui. À son retour, il intègre l'American Jewish University  à Los Angeles et devient directeur du camp d'été conservateur juif « camp Ramah » affilié au mouvement Massorti. L'année suivante, il reprend les études à l'université de Pennsylvanie et est nommé chercheur invité au Temple Har Zion de Philadelphie. En 1963, il passe une année en Israël, où il écrit sa thèse de doctorat sur Salomon Maimon et commence à écrire un roman. En 1964, il déménage à Brooklyn. Il devient le directeur d'édition du magazine Conservative Judaism et membre du Teachers' Institute du Jewish Theological Seminary. L'année suivante, il est nommé directeur en chef de la Jewish Publication Society (en) à Philadelphie et plus tard, directeur du comité de publication. Il reçoit le titre de docteur en philosophie de l'université de Pennsylvanie. En 1970, il déménage à Jérusalem avec sa famille. Il revient à Philadelphie en 1977. Après la publication de Old Men at Midnight, on lui diagnostique un cancer du cerveau. Il meurt chez lui à Merion en Pennsylvanie le 23 juillet 2002 à l'âge de 73 ans.

    Œuvre en français

    The Chosen (L'Élu), 1967
    The Promise, 1969 (La Promesse)
    My Name is Asher Lev, (Je m'appelle Asher Lev), 1972
    In the Beginning, 1975 (Au commencement)
    The Book of Lights, 1981 (Le Livre des lumières)
    Davita's Harp, 1985 (La Harpe de Davida)
    I Am the Clay, 1992 (Je suis l'argile)
    The Trope Teacher, 1994 (Le Maitre de Trope)
    L'arche de Noah, 2001


    _________________
    Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
    Dany Laferrière
    avatar
    topocl

    Messages : 2177
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 57
    Localisation : Roanne

    Re: Chaïm Potok

    Message par topocl le Mer 21 Déc - 13:40

    Je suis l’argile



    La guerre de Corée du côté des populations. Un vieil homme et sa femme, dont nous ne saurons jamais le nom, fuient les Chinois, «les démons du Nord», dans la grande colonne des réfugiés qui brave le glacial hiver coréen. Ils recueillent un garçon blessé, bouche à nourrir supplémentaire, ou cœur à aimer?. Les objectifs sont : avancer, faire un feu, manger une soupe, dormir, donner satisfaction aux esprits pour gagner leur protection. Peu d'action, mais cela grouille dans la tête des 3 personnages, dont on suit les pensées et les associations d'idées :les douceurs et regrets du passé, les angoisses du présent, les questionnements de l’avenir. Ils sont trois, mais s’ils se soutiennent mutuellement, chacun est seul. C'est assez répétitif, il ne se passe pas grand-chose, mais cela a un charme douloureux auquel je ne suis pas restée indifférente.

    (commentaire récupéré)


    _________________
    Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
    Dany Laferrière
    avatar
    Pilgrim

    Messages : 28
    Date d'inscription : 08/01/2017

    Re: Chaïm Potok

    Message par Pilgrim le Sam 14 Jan - 11:27

    Un des rares auteurs qui nous fait découvrir la communauté des juifs hassidiques.
    avatar
    topocl

    Messages : 2177
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 57
    Localisation : Roanne

    Re: Chaïm Potok

    Message par topocl le Sam 14 Jan - 12:44

    C'est vrai qu'à la relecture, le style est un peu bourratif (pour ne pas dire étouffe-chrétien ) mais c'est passionnant de découvrir ce monde inconnu.


    _________________
    Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
    Dany Laferrière
    avatar
    shanidar

    Messages : 1600
    Date d'inscription : 02/12/2016

    Re: Chaïm Potok

    Message par shanidar le Sam 14 Jan - 17:49

    Je me souviens très bien du sentiment de déception que j'avais éprouvé à la lecture de L'Elu qui semble pourtant être très apprécié.

    L'Elu



    un livre extrêmement intéressant sur le fond et terriblement décevant sur la forme. Un livre passionnant pour ce qu'il dit du judaïsme, des milieux orthodoxes, des frontières insurmontables au sein d'une même communauté, d'une même religion, la quasi haine qui découle de deux formes de pensées opposées et si ce n'est de la haine au moins de l'incompréhension et une certaine envie de condamner. Tous ces sentiments, très forts, qui s'affrontent (entre hassidisme et sionisme) forment un ensemble très cohérent et passionnant. Hélas, triple hélas, le style répétitif, lassant, redondant, rend la lecture ânonnante, fatigante et un peu buissonnière. Quel dommage !
    avatar
    topocl

    Messages : 2177
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 57
    Localisation : Roanne

    Re: Chaïm Potok

    Message par topocl le Sam 14 Jan - 18:03

    Peut-être aurait-il fallu que tu commences par je m'appelle Asher Lev et le don d'Asher. Ils m'avaient beaucoup impressionnée. Je n'en garde pas le souvenir de cette lourdeur stylistique (Mais ma lecture est lontaine).


    _________________
    Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
    Dany Laferrière
    avatar
    shanidar

    Messages : 1600
    Date d'inscription : 02/12/2016

    Re: Chaïm Potok

    Message par shanidar le Sam 14 Jan - 18:06

    Je note pour plus tard, topocl, parce que les thématiques entourant le judaïsme m'intéressent mais cela dépendra de ce que je trouve à la médiathèque... dans ma mémoire si j'avais choisi L'Elu c'est qu'il n'y avait pas beaucoup d'autres propositions.
    avatar
    tom léo

    Messages : 361
    Date d'inscription : 04/12/2016
    Localisation : Bourgogne

    Re: Chaïm Potok

    Message par tom léo le Sam 14 Jan - 22:55

    J'ai lu aussi bien L'élu que La promesse, et j'ai beaucoup aimé. On peut choisir de voir les «murs infranchissables». Cette réalité est transposable à beaucoup de couches des réalités sociales... Pensons à nos «classes» encore existantes avec leurs clivages, ou les débats politiques, même à l'intérieur d'une partie. Nous attendrions à juste titre autre chose des formes de la foi. Mais néanmoins c'est à mettre en balance avec le fait qu'il y a du bon, du mauvais là comme ailleurs. Donc aussi des tensions, des désirs de vérité etc...Néanmoins se dessinent dans L'Elu déjà une proposition de surmonter les clivages qui est plus qu'intéressante. Dans la figure des deux garçons qui deviennent amis, nous découvrons que le respect et l'amitié à la base, on arrivera à communique un peu mieux. De là je ne voudrais pas parler d'infranchissables. La promesse reprend les deux personnages du premier livre:



    La promesse

    Original : The promise (Anglais, 1969)
    Traduction : Nicole Tisserand

    CONTENU :

    Reuven/Ruben Malter vit à Brooklyn et fait des études en vue de devenir Rabbin. Au début de l'histoire nous le trouvons proche, voir amoureux, de Rachel. Il est en conflit avec les interprétations strictes surtout d'un professeur, et se demande jusqu'à quel point il faut rester soi-même et fidèle à ses vérités, ou s'il faut se retenir pour pouvoir terminer les études. Son vieil ami Danny Saunders a abandonné la vie prévue dans la tradition familiale hassidique et étudie avec beaucoup de succès la psychologie. Chacun, à sa façon, va entrer en contact avec le jeune malheureux et déboussolé cousin de Rachel, Michael. Reuven le prend pour un tour en bateau, le fait parler un peu pour la première fois. Il l'introduira chez Danny pour que celui puisse l'aider après quelques thérapies échouées.

    (Source : Amazon.com : ma traduction et raccourcissement)

    STRUCTURE :

    Une introduction et un épilogue cadrent trois « livres » avec 4,8 et puis encore une fois 4 chapitres. En eux on trouver parfois des paragraphes structurantes.

    REMARQUES :

    A nouveau on rencontre alors Reuven Malters et Danny Saunders dont on a fait connaissance dans le livre L'élu (The chosen). Maintenant, quelques années ont passé et nous nous retrouvons à peu près vers l'an 1950 : l'arrivée des réfugiés juifs, survivants de la Shoah, l'ère de McCarthy et le conflit naissant en Corée sont discrètement dans l'arrière-fond historique. Tout d'abord on trouve le narrateur Reuven en contact avec Rachel et son cousin Michael. Dans une situation remarquablement racontée, lors d'un jeu de fortune au cours d'une foire, la tension monte et on trouve le jeune cousin perdant le contrôle de soi-même. Reuven va s'occuper dans la suite un peu de lui, il arrivera à le faire parler un peu. Puis, pour une aide plus professionnelle, il va mettre la famille en lien avec Danny, son ami, en train de devenir un psychologue remarquable. L'un et l'autre seront (ré-)unis dans le souci pour le garçon.

    Dans l'autre grande partie du roman, Reuven est au milieu des études talmudiques poussées pour se préparer à l'ordination comme Rabbin. Venant avec son père adorable d'un milieu ouvert, l'affrontation avec un professeur très stricte devient un vrai défi. Celui-ci, Rabbi Kalmann, venu de l'Europe comme survivant de la Shoah pousse Reuven vers des questions : Est-ce qu'il faut se taire en vue d'obtenir un résultat nécessaire finale ? Est-ce qu'il y a de la place pour des nouvelles approches dans l'interprétation des écritures saintes ?

    À nouveau, ce roman joue aussi quasi uniquement à l'intérieur d'un milieu juif. Cela influence tout le contenu et peut pourrait paraître réducteur ou petit. Mais qui sait transposer des exemples ne retrouvera pas ici seulement des informations intéressantes, voire passionnantes sur le judaïsme et ses divers courants, mais au-delà trouvera des problèmes fondamentaux à tellement de groupes, voir religions, différents : Quelle énergie est gaspillée si souvent dans des combats de tranchées ! Quand est-ce que la fidélité à une parole (une loi) devient infidélité à un esprit ? Où le respect de la tradition, d'une règle devient rétrécissant, exagéré ? Quand est-ce qu'une Loi (ici la Torah et son interprétation) mène vers des situations absurdes, vers une réligiosité qui détruit ? Et d'autre part : quand est-ce qu'une critique, une mise en question des fondements, même justifiées, mènent vers le non-sens et le grand vide, où rien ne reste ? Comment dois-je faire des choix, prendre une décision ?

    Très finement Potok écrit des relations entre parents et enfants, spécialement père et fils. Dans ces relations nous vivons dans l'attirance, le respect, l'amour ET le refus, voir la haine. À nouveau, il s'agit d'un livre admirable. Pour celui qui avait aimé L'élu, ce livre devrait plaire aussi. Pour moi, c'est un univers fascinant. Certaines choses semblent si lointaines, mais c'est au lecteur, de faire connaissance de ce monde et de transposer éventuellement certaines réalités dans sa façon de voir. Quelques scènes me semblent de signification profondément universelle !J'ai lu en langue originale anglaise, donc je ne peux pas me prononcer sur la traduction française...

    Contenu sponsorisé

    Re: Chaïm Potok

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 28 Juil - 0:34