Eduard von Keyserling

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Eduard von Keyserling

Message par bix_229 le Jeu 22 Déc - 22:04

Eduard von Keyserling (1855-1918)


Le comte Eduard von Keyserling (né en 1855, décédé en 1918) était un écrivain allemand.

Il est né dans une famille allemande originaire de Westphalie installée aux confins de la Prusse orientale et de la Russie, dans le gouvernement de Courlande, à Hasenpoth (aujourd'hui Aizpute). Ses romans ont pour cadre la Courlande et ses forêts et pour milieu l'aristocratie de langue allemande aux mœurs prussiennes qui gouverna ces régions jusqu'au début du XXe siècle. Il se sert de la lumière et des subtiles variations de la nature pour peindre les derniers beaux jours de l'aristocratie balte, ses châteaux, ses chasses, ses rituels, tout un art de vivre raffiné qui illustre l'impossibilité de l'amour et l'impuissance à contenir les passions exacerbées d'une société encore somptueuse mais déjà consciente d'un déclin irréversible.

Considéré comme un maître par Thomas Mann il est incontestablement l'écrivain le plus représentatif de l'impressionnisme allemand.

Oncle du philosophe Hermann von Keyserling, il meurt à Munich en 1918.


Bibliographie en français :

1903 Beate et Mareile,
1906 Eté brûlant,
1906 Son expérience de l’amour : Page 1
1908 Dumala,
1909 Cœurs bigarrés,
1911 Le murmure des vagues,
1914 Maisons du soir, [b] Page 1
1914 Harmonie : Page 1
1916 Versant sud,
1917 Altesses : Page 1
1918 Dans un coin tranquille : Page 1

source: wikipedia

Message récupéré

màj le 18/02/2018


Dernière édition par bix_229 le Jeu 22 Déc - 22:18, édité 1 fois
avatar
bix_229

Messages : 5626
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Eduard von Keyserling

Message par bix_229 le Jeu 22 Déc - 22:13



MAISONS DU SOIR
. - J. Chambon

La Courlande est un petit pays mystérieux et même mythique. En tout cas pour moi, mais je sais qu'il a été annexé par plusieurs pays au cours de son histoire. En tout cas, il étais annexé par la Russie au début de 20e siècle.
Dans ce pays vivait alors, si l'on peut dire, une noblesse en pleine déliquescence. Hors du temps hors de tout.
C'est ce milieu qu'a décrit Eduard von Keyserling dans toute son oeuvre.
Dans Maisons du soir, il met en scène quelques unes de ces familles.

Une sorte de torpeur létale semble envelopper ces vieux nobles repliés sur eux-mêmes dans leurs vieilles demeures, leurs codes désuets,  leur morale asphyxiante et arrogante, leur autorité dérisoire parce qu'elle tourne à vide.
Toute manifestation de vie, de mouvement, de gaieté est ressentie comme une traîtrise et une catastrophe. En fait, ils sont déjà morts et oubliés, mais ils ne le savent pas ou font semblant de l'ignorer.

Chez ces gens-là, les filles sont condamnées à prolonger la tradition et éventuellement, à se marier. Pas d'autre alternative. Et c'est ainsi qu'elles vivent, à l'attache. Même si elles s' éloignent et tirent sur la corde un moment, la corde les ramène, plus mortes que vives.
Leur jeunesse s'épuise dans la névrose, la mélancolie, après avoir ressassé vainement rêves et souvenirs.
Les hommes jeunes, couvés qu'ils sont par les femmes de la famille voient leurs velléités d' indépendance rater elles-aussi.

L'alcool, la chasse, le jeu, les amours adultères sont des tentatives de transgression qui finissent mal. Très mal. Dans le sang.
Et le piège se referme sur les survivants.
Seule la nature omniprésente sert de décor souverain à ces petits drames intimes.
Le style de Keyserling tout en nuances subtiles est superbe.
avatar
bix_229

Messages : 5626
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Eduard von Keyserling

Message par shanidar le Ven 23 Déc - 13:15



Ah comme j'ai aimé la lecture d'Altesses !

L'aristocratie et ses petites princesses en attentent de couronne sont assez éloignées des univers que j'aime parcourir en littérature et pourtant, je suis très heureuse d'avoir lu Altesses et de m'être laissée prendre par la prose élégante et colorée de Keyserling.

Deux éléments ont particulièrement retenu mon attention et éveillé ma curiosité : le rapport au corps et la description de l'atomisation d'une société. Parce que, ce qu'il y a de bien avec Keyserling, c'est qu'il connait parfaitement la noblesse qu'il décrit, qu'il fait partie intégrante de cette société déliquescente, apeurée par la démocratie et s'autodétruisant lentement par respect pour des valeurs séculaires.

Mais revenons au corps. Le corps des femmes est ici, en particulier, parfaitement mis en scène par Keyserling et quand je parle du corps des femmes, je devrais dire l'absence, la confiscation, la néantisation de ce corps. Car le carcan social impose une restriction, une retenue, une distance qui donne l'illusion de la force, de la maîtrise, de la captation par le masculin du féminin. Les jeunes femmes sont ainsi étouffées par les tonnes de vêtements qu'elles portent, elles sont consignées au jardin et à l'écoute du chant des oiseaux, elles sont forcément fragiles et pures et n'ont droit à aucune liberté, toujours surveillées par leurs suivantes. Les jeunes épousées convolent avec des inconnus (la plupart du temps volages) qui ne les utilisent que comme des ventres et une fois mère, ses femmes n'ont pas le droit de prendre leurs enfants contre elle, de les caresser, de les embrasser, de leur montrer leur amour. Le corps confisqué de la femme noble est une entité abstraite qui se laisse déshabiller par une servante et ne touche jamais l'autre (ne se touche jamais vraiment non plus), du coup le moindre frôlement, la moindre caresse prend des proportions exceptionnelles dans l'esprit des jeunes oiselles.

Mais les moins jeunes ne sont pas épargnées, comme le montrent les scènes entre la princesse mère qui est veuve mais encore verte et le comte Streith célibataire. Scènes qui marquent le point rouge du désir par cette séduction glacée qui n'a pour simple distinction/déflagration que l'attouchement d'une main sur le velours d'une veste. Je reste sidérée par la puissance de feu de ce désir tu, de ce désir caché, qui éclate comme une bombe dans la nuit.

Il n'en reste pas moins que le roman raconte aussi l'atomisation de ce monde aristocratique, figé dans le formol et dont les coutures craquent. Les jeunes filles se prennent à rêver d'un travail, d'une liberté, d'un accomplissement hors des hommes et ces désirs font peur aux adultes ou leur tournent la tête. Les pères se heurtent à la légèreté de leurs fils (joueurs, endettés, coureurs…) et dans cette atmosphère de fin de règne les nobles résistances des 'anciens' ne parviendront pas à sauver leurs enfants de  l'implosion qui les guette.

Et pour revenir sur la méthode Keyserling, j'ai aimé que l'histoire passe d'un personnage à un autre, d'une identité à une autre, permettant ainsi au lecteur de découvrir les points de vue de chacun et de ne jamais s'ennuyer, bien au contraire. Dans sa postface, fort intéressante, Peter Krauss explique que pour lui le personnage principal du livre est le comte Streith, il sera pour d'autres lecteurs : Marie, la princesse mère ou la jeune et fougueuse Britta, Félix ou Hilda, Eleonore ou bien Roxane.

De cette lecture qui se déploie comme un éventail aux somptueux coloris et aux nuances impressionnistes émane un souffle à la fois rebelle et nostalgique qui reste longtemps en mémoire.  

Je note enfin, et pas seulement sur le ton du divertissement mais plutôt sur celui d'une photographie d'époque, qu'à travers ce livre je découvre ou redécouvre la manière dont les nobles occupaient leurs soirées du temps d'avant les nouvelles techniques de communication. Jeux, discussions, contemplation… tant d'attitudes princières qui donneraient presqu'envie d'attendre, le corps cerclé de taffetas étouffant, une couronne.

mots-clés : #conditionfeminine #historique
avatar
shanidar

Messages : 1594
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Eduard von Keyserling

Message par tom léo le Dim 18 Fév - 8:42

Dans un coin tranquille/Im stillen Winkel



Je me réfère ici à une édition allemande de 2006 sous ce titre, contenant trois de ses nouvelles… !

CONTENU :

1. Harmonie (1905)
Felix rentre dans sa Courlande natale après un long voyage. Pourtant il n’est marié que depuis deux ans, mais nous comprenons vite qu’il a quitte dans la panique sa jeune femme de maison riche, Annemarie. Après la perte de leur premier enfant elle avait glissé vers une dépression, Felix ne pouvait pas en faire face. Est-elle guéri maintenant ? Comment va se passer ce retour ? Mais le sentiment d’un mur de séparation est bien là, d’une aliénation grandissant, voir aussi : d’une jalousie envers l’oncle Thilo plus âgé, qui est si proche de sa femme. Mais comment est-il possible que Felix est bien capable de vouloir bien plus que seulement désirer d’autres femmes tandisque qu’il ne peut aucunement voir un quelconque droit chez sa femme pour un tel désir ? Son plaisir d’être et de jouer le « maître » des lieux est de loin insatisfaisant pour se rendre aimable…

2. Son expérience de l’amour/Seine Liebeserfahrung (1906)
Un jeune écrivain aimerait tant vivre quelque chose de bien exaltant, digne d’être décrit dans un carnet à part, en vue d’une publication… Une première expérience d’amour ? Alors est-ce que la rencontre avec la belle Claudia, si expérimenté en voyages et affaires du monde, va croître vers une telle expérience ? Où est-ce qu’il va se faire leurrer par son « wishful thinking », incapable de discerner chez elle son inclination vers son cousin ? Où son les frontières entre force d’imagination et narcissisme

3. Dans un coin tranquille/Im stillen Winkel (1918)
La famille d’un banquier part en « datcha », retraite d’été : père, mère , fils et fille. Parfois un aide du père-banquier fait son apparition, biensûr attiré par la mère… Et c’est l’été 1914 : la guerre éclatera, et le patriotisme revêt les coeurs. Mais le fils, Paul, vit cette « guerre » déjà depuis longtemps, exclu par ses camarades. Et il va aussi vouloir montrer son courage et « partir en guerre »...


Mais oui, on pourrait souligner les différences entre ses nouvelles ou alors mettre en relief des motifs se répétant. Plutôt peu de protagonistes centraux, trois, quatre. Le couple (dans sa forme traditionnelle) ne semble guère marcher, et se termine par des frctures, séparations, voir la mort… Les femmes étouffent dans un carcan de règles et dans des relations où elles ont le rôle de soumise. Au même moment les inhérences de la vie d’un couple ne sont plus respectés, et on transmet facilement les cadres de l’étiquette et de la fidélité. Keyserling décrit des murs de séparation qui empêchent d’être vraiment soi-même. Un monde va vers sa fin et tel ou tel protagoniste sent l’incertitude de l’existence. L’auteur alors nous montre la fragilité du monde.

C’est bien, voir très bien écrit, mais pas forcement très édifiant. Pourtant un image de son époque. Bien une recommandation aux amateurs de Keyserling !



Encore une remarque sur ces observations de bix :

@bix_229 a écrit:La Courlande est un petit pays mystérieux et même mythique. En tout cas pour moi, mais je sais qu'il a été annexé par plusieurs pays au cours de son histoire. En tout cas, il étais annexé par la Russie au début de 20e siècle.
Dans ce pays vivait alors, si l'on peut dire, une noblesse en pleine déliquescence. Hors du temps hors de tout.
C'est ce milieu qu'a décrit Eduard von Keyserling dans toute son oeuvre.

Pour l’intéressé(e) à l’histoire de la Courlande et son histoire très riche, je ne peux que recommander le livre extraordinaire de Jean-Paul Kauffmann « Courlande » !

mots-clés : #amour #nouvelle
avatar
tom léo

Messages : 659
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Eduard von Keyserling

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens de langue allemande

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum