Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Jim Jarmusch

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jim Jarmusch Empty Jim Jarmusch

Message par animal le Sam 24 Déc - 13:15

Jim Jarmusch
(né en 1953)


Jim Jarmusch 5_z_ja10

Après des études de littérature, Jim Jarmusch part pour Paris et découvre à la Cinémathèque un cinéma différent de celui qu'il voyait dans son Ohio natal. De retour aux Etats-Unis, il suit des cours à l'Ecole de cinéma de New York de 1976 à 1979. En 1980, il signe un film de fin d'études, Permanent Vacation, qui trace l'errance d'un jeune homme dans Manhattan en été. Il travaille ensuite comme ingénieur du son et assistant à la production sur le tournage de Nick's Movie (1980) de Nicholas Ray et de Wim Wenders, puis comme directeur de la photographie et co-scénariste sur You are not I (1981) de Sara Driver.

Exemple parfait du cinéaste indépendant américain, Jim Jarmusch construit depuis le début des années 80 une oeuvre d'une grande cohérence, minimaliste, arty et désenchantée. En 1984, il réalise son premier long métrage, Stranger Than Paradise, premier volet d'une trilogie urbaine. Ce récit en noir et blanc de deux jeunes Américains d'origine hongroise errant dans une Amérique engourdie fait date dans l'histoire de la nouvelle vague américaine.
Influencé par la Nouvelle Vague, par le cinéma tchèque des années 1960 et par l'oeuvre du réalisateur allemand Wim Wenders, Jarmusch devient rapidement un cinéaste à la mode. Il réalise alors un court métrage, Coffee & cigarettes (1986), dont il tournera différentes variations au fil des ans (l'une d'elles en 1993, obtiendra même la Palme d'or du court métrage à Cannes), et qui deviendra en 2003 un long métrage compilant onze épisodes au casting prestigieux et composite autour d'une tasse de café et de cigarettes : Roberto Benigni, Cate Blanchett, Isaach de Bankolé, Steve Buscemi, RZA...
Avec Down by Law (1987), Jarmusch mélange divers autres influences : bande dessinée, néo-réalisme italien, poésie, rock, série noire. Ses personnages sont toujours des antihéros, des marginaux errants à la recherche d'un ailleurs indéfini et soumis au hasard des rencontres. Mystery Train (1988) conclut cette trilogie. Le réalisateur use de mélanges savants entre humour et désespoir, à travers trois histoires imbriquées dont le coeur est la ville de Memphis.
Jim Jarmusch signe ensuite Une nuit sur terre (1990), dans lequel il suit cinq chauffeurs de taxi dans cinq villes américaines. Il réunit Johnny Depp et Robert Mitchum dans Dead Man (1995), faux western poétique et contemplatif tourné en noir et blanc. Alors qu'il a toujours attaché une grande importance à la musique dans ses films (au point d'engager régulièrement des musiciens comme acteurs, de Tom Waits à Iggy Pop), il consacre en 1995 un documentaire au musicien Neil Young, Year of the Horse.
Avec Ghost Dog, la voie du samourai (1997), Jarmusch poursuit sur fond de musique rap son exploration d'une Amérique déliquescente, à travers le parcours d'un tueur solitaire et laconique (comme la plupart de ses personnages) incarné par Forest Whitaker, fasciné par le mode de vie et le code d'honneur des samourais, et confronté à des mafieux dépassés par les temps modernes.
Broken Flowers (2005), présenté à Cannes comme la plupart de ses longs métrages depuis ses débuts, lui vaut enfin une récompense sur la Croisette : le Grand Prix du Jury couronne en effet ce voyage nostalgique et tendre à travers l'Amérique d'un homme (Bill Murray) sur les traces de ses quatre premiers amours.
Après ce film plus psychologique que les précédents, Jarmusch renoue avec sa manière très distanciée en suivant un tueur à gages (Isaach de Bankolé) dans une mission qui demeure jusqu'à la fin mystérieuse dans The Limits of Control (2009). Accueilli assez fraîchement par la critique, contrairement aux films précédents de Jamusch, Only Lovers Left Alive (2013) est l'occasion pour le cinéaste de se pencher à sa singulière manière, mélancolique et contemplative, sur le mythe des vampires.

Passionné de musique, Jim Jarmusch a signé la bande originale de Permanent Vacation et enregistre régulièrement avec les groupes The Del-Byzanteens et The Lone Rangers.

Source : bifi.fr

Filmographie :

1980 : Permanent Vacation
1983 : Stranger Than Paradise
1986 : Down by Law
1989 : Mystery Train
1991 : Night on Earth
1995 : Dead Man
1997 : Year of the Horse
1999 : Ghost Dog : La Voie du samouraï (Ghost Dog: The Way of the Samurai)
2003 : Coffee and Cigarettes
2005 : Broken Flowers
2009 : The Limits of Control
2013 : Only Lovers Left Alive
2016 : Gimme Danger
2016 : Paterson

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9607
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jim Jarmusch Empty Re: Jim Jarmusch

Message par animal le Sam 24 Déc - 13:34

C'est marrant de reprendre une histoire à l'envers et d'ouvrir un fil pour parler du dernier film alors qu'on a les précédents en tête ! Tout le monde à bord pour ce cinéaste de la cool attitude avec le trait d'humour décalé et les images tranquillement très belles...


Jim Jarmusch Paters10

Paterson

J'ai piqué du nez à un moment mais c'est à cause de la semaine. Quoique je reconnais aussi ne pas être "rentré" complètement dans le film. Mais rentrer dans un film ce n'est pas une obligation pour en profiter quand même. Et les apparences tranquilles de Paterson, le chauffeur de bus, le poète ou la ville de la banlieue de New York.

Paterson se lève tous les matins de bonne heure et va promener tous les soir le bouledogue de sa compagne Laura et va boire une bière. Il conduit un bus, il lit William Carlos William et écrit dans un cahier les poèmes qu'il compose au fil de la journée et des journées.

Ca s'écrit sur l'écran et Jarmusch s'amuse à nous faire suivre le regard observateur de ce poète à l'américaine en quête du sens de son quotidien. Un sens qu'il n'a d'ailleurs pas de mal à trouver puisqu'il est amoureux, aussi intensément que simplement. Laura qui repeint le monde en noir et blanc avec le sourire c'est pareil. Peut-être que les gens qu'ils croisent c'est pareil pour eux aussi.

Les images glissent toutes seules comme les reflets du soleil sur les flancs du bus dans cet anormal feel good movie extrême. On ne peut pas lutter contre le charme de ce couple.

Ou alors est-ce le partage d'une lutte tranquille de chaque instant ? On remarque le portrait avec le placard de médailles sur la table de chevet ?

Les poèmes sont de vrais poèmes, de Ron Padgett, qu'on accroche plus ou moins ça ne doit pas vraiment être la question non plus (facilités dans la poésie parfois ?). Un portrait cinématographique anormal dans le paysage d'une autre très concrète Amérique par les temps qui courent ce n'est pas une mauvaise chose. Un film aussi doux, avec ou sans facilités, par les temps qui courent ce n'est pas une mauvaise chose.

Un grand portrait de la douceur sans nunucherie ?

Jim Jarmusch 15158110

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9607
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jim Jarmusch Empty Re: Jim Jarmusch

Message par Arturo le Dim 25 Déc - 17:58

C'est possible ça "un grand portrait de la douceur sans nunucherie" ? En tout cas, très compliqué à atteindre à mon avis.
Le sujet me plaît, et je suis curieux de voir cette dernière sortie de Jarmusch.

Sinon, j'ai revu Ghost Dog récemment, ça passe toujours bien.
Et j'ai emprunté Dead Man, et Only lovers left alive. Jim Jarmusch 4200188299

Pas forcément évident de mettre la main sur ses premiers films.
Arturo
Arturo

Messages : 2703
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jim Jarmusch Empty Re: Jim Jarmusch

Message par animal le Dim 25 Déc - 18:04

dis autrement, le côté très "volontaire" du portrait est trop présent pour faire pencher le spectateur du côté de la nunucherie ?

ils étaient sortis (et ressortis) en coffrets pas trop cher les premiers il y a quelques années, ça doit trainer dans les bacs des magasins d'occasions.

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9607
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jim Jarmusch Empty Re: Jim Jarmusch

Message par Exini le Lun 26 Déc - 8:44

@Arturo a écrit:Pas forcément évident de mettre la main sur ses premiers films.

Tu l'as dit ! Je le cherchais pour mon beau-frère, j'ai appris que "Down by law" n'était plus distribué. "Dawn by law", quand même, merde... Rolling Eyes
Heureusement, le vendeur de la F..C, sympa, en a trouvé un neuf sur le site.

Oui, en périodes de fêtes, c'est plus facile et rapide de trouver pas mal de cadeaux chez les grands distributeurs, même si d'habitude on y met pas les pieds.

Et "Ghost Dog", je ne m'en lasse pas non plus !
Exini
Exini

Messages : 248
Date d'inscription : 03/12/2016
Age : 46
Localisation : Toulouse

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jim Jarmusch Empty Re: Jim Jarmusch

Message par Bédoulène le Lun 26 Déc - 8:57

ah oui je l'ai vu aussi ce film, j'aime beaucoup Whitaker

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 11949
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jim Jarmusch Empty Re: Jim Jarmusch

Message par Jack-Hubert Bukowski le Lun 26 Déc - 11:08

J'aime beaucoup Jarmusch, mais dis Animal... pourquoi révères-tu le cinéaste beat par excellence alors que tu égratignes sans cesse les écrivains beats? N'y a-t-il pas un esprit de contradiction chez toi...? Smile
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1535
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 37
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jim Jarmusch Empty Re: Jim Jarmusch

Message par animal le Lun 26 Déc - 12:52

il nous resterait à définir ce qu'on entend par beat et les images toutes faites qui s'y raccrochent. je suis prêt à retenter l'expérience (première tentative peu concluante) on va rouvrir un fil. pirat

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9607
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jim Jarmusch Empty Re: Jim Jarmusch

Message par églantine le Lun 26 Déc - 17:48

Paterson est un film que j'attends avec impatience .
Et tu en rajoutes de l'impatience Animal avec ton commentaire ! Vivement ! bounce
églantine
églantine

Messages : 4077
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 53
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jim Jarmusch Empty Re: Jim Jarmusch

Message par Arturo le Lun 26 Déc - 20:07

Je pense que je vais me reprendre une carte de ciné, et l'inaugurer avec Paterson. bounce
Arturo
Arturo

Messages : 2703
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jim Jarmusch Empty Re: Jim Jarmusch

Message par Jack-Hubert Bukowski le Lun 26 Déc - 22:54

@Animal a écrit:Paterson se lève tous les matins de bonne heure et va promener tous les soir le bouledogue de sa compagne Laura et va boire une bière. Il conduit un bus, il lit William Carlos Williams et écrit dans un cahier les poèmes qu'il compose au fil de la journée et des journées.

Par rapport à Paterson, il s'agit justement d'une oeuvre de William Carlos Williams. Ce dernier a été influencé par les dadaïstes et le surréalisme naissant. Les écrivains Beats ont tendance à s'inspirer de William Carlos Williams. Pour Jarmusch, je n'ai pas suffisamment de connaissances pour établir comment il se positionne par rapport au mouvement Beat. J'ai lu quelque chose en rapport dans le mouvement Beat qui souligne l'oeuvre de Jarmusch comme influence de ce mouvement. Je viens de retracer cet extrait d'entrevue en anglais de Jarmusch qui établit de façon certaine la l'appariement de sa démarche au mouvement Beat :

There’s almost a Beat Generation attitude to your films, are you influenced by the Beats?

JIM JARMUSCH: “Yeah, I am influenced by the Beats although when I was a kid I read On The Road by Jack Kerouac and I thought the content was really alluring but the style evaded me. I thought this isn’t good writing. Only five years later I heard jack Kerouac on tape reading his own stuff and it made perfect sense to me and then I went back and re-read it and re-read it. I read The Subterraneans and his other books. I really love Kerouac now. I like the Beats. I like the early Ginsburg. I like the early Gregory Corso. I also like the New York school poets, the early poems of John Ashbery and Frank O’Hara. Again, I don’t know really what my influences are but I do like the New York school a lot which was contemporary but they were very separate. They had separate aesthetics from the Beats and in a way I prefer the New York School better but maybe that’s just because of O’Hara who I love so much. I’m a big fan of Robert Frank and I’ll tell you the one film I love, one of the greatest American films, the most perfect piece of art produced by the Beats is Pull My Daisy, a 30 minute black and white film that Robert Frank made in 1959. It has Alan Ginsburg and Gregory Corso in it and Kerouac does the voice-over narration. I love that film; in a way the poetic heart of the Beat movement was captured on film. “

Source : Entrevue Jim Jarmusch par Ian Johnson, 2011
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1535
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 37
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jim Jarmusch Empty Re: Jim Jarmusch

Message par animal le Mar 27 Déc - 7:13

ça apporte de la nuance déjà mais ça ne dit pas encore ce qu'on (et il) peut associer aux deux étiquettes de beat et de new york school.

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9607
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jim Jarmusch Empty Re: Jim Jarmusch

Message par Jack-Hubert Bukowski le Mar 27 Déc - 7:30

Il n'a pas pris ses distances avec les porte-étendards de ceux qu'on identifie au mouvement Beat. Il nuance la manière que ces influences sont venues, et il reconnaît des atomes crochus avec l'École de New York dont O'Hara de qui il reconnaît l'influence prégnante. Il faut quand même dire, pour avoir vu plusieurs films de Jarmusch, que ce rapprochement n'est pas si inusité qu'il y paraît.
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1535
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 37
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jim Jarmusch Empty Re: Jim Jarmusch

Message par animal le Mar 27 Déc - 13:24

Toujours selon ce qu'on associe aux étiquettes. Wink

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9607
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jim Jarmusch Empty Re: Jim Jarmusch

Message par topocl le Jeu 29 Déc - 11:05

J'ai donc vu Paterson.

Je me suis assez ennuyé, mais j'ai beaucoup aimé.

C'est une petite histoire qui ne se prend pas au sérieux, mais mise sur la douceur. Jarmush raconte comment des gens complètement ordinaires, banaux, sans intérêt cachent un regard qui rend leur vie unique. Un regard magnifié par l'amour (entre ce type assez laid et cette fille plutôt pas maline quoique gaie) , qui allie la poésie (celle qu'on peut écrire, celle qu'on peut vous lire, et celle qu'on peut voir dans el monde (les jumeaux par exemple)) une bonne dose d'humour aussi discret que décalé (si le fait d'avoir un héros qui s'appelle Paterson dans une ville qui s'appelle Paterson vous fait rire, le film est pour vous), et une façon d'être à l'autre (de le regarder, de l'écouter, mais aussi de l’assister et de lui tendre la main).
Un beau travail visuel, aussi, tant dans les déambulations, à pied ou en bus, à travers cette ville de briques, ces cascades déferlantes, que dans ce petit appartement peu à peu envahi par les motifs en noir et blanc...jusqu'aux cupcakes...

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6315
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jim Jarmusch Empty Re: Jim Jarmusch

Message par animal le Jeu 29 Déc - 13:05

héhé. bonne nouvelle. Cool

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 9607
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jim Jarmusch Empty Re: Jim Jarmusch

Message par Jack-Hubert Bukowski le Jeu 29 Déc - 22:44

Topocl,

Ta critique du film me donne le goût d'aller le voir. J'imagine que ça va attendre la sortie du dvd... Smile
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1535
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 37
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jim Jarmusch Empty Re: Jim Jarmusch

Message par topocl le Ven 30 Déc - 9:39

Et oui, un chauffeur de bus poète, ça ne peut que te tenter, JHB!

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6315
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jim Jarmusch Empty Re: Jim Jarmusch

Message par Jack-Hubert Bukowski le Ven 30 Déc - 9:56

Tant que ce n'est pas du Jacques Poulin, pourquoi pas... (avis pour ceux-celles qui le connaissent pas, Jacques Poulin est le romancier beat et roadie le plus lent à l'écriture que j'aie jamais vu, mais pas poète... à vous de me dire)

Tout film de Jarmusch se doit d'être regardé en ce qui me concerne. J'essaie de me souvenir, mais je me souviens surtout des vives impressions que m'ont laissé Broken flowers et Down by law. Je pense que je vais essayer de me procurer sa collection, même si elle est assez rare et dispendieuse au demeurant...
Jack-Hubert Bukowski
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 1535
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 37
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jim Jarmusch Empty Re: Jim Jarmusch

Message par églantine le Sam 31 Déc - 15:49

Alors oui , enfin je l'ai vu Paterson !
Et j'ai beaucoup aimé et me suis un peu ennuyée Miss Topocl .
C'est complètement planant , décalé ( juste un brin pour nous permettre d'esquisser un léger sourire entendu ), en "profondeur de surface" . De l'art de filmer des bulles de vie qui s'accrochent aux petits riens de l'existence parce qu'il faut bien donner un sens à nos déambulations . Chacun à sa manière . Dans sa bulle . Qui rejoint la bulle de l'autre .Des fois . Des fois pas . Et le temps n'en finit pas de tourner , eux et nous avec , les cornflakes toujours les mêmes et jamais pareils .
C'est esthétiquement très réussi , délicatement à fleur d'image , laissant les émotions s'adoucir jusqu'au chuchotement .Une célébration du quotidien comme une balade poétique  Par les temps qui courent ça fait du bien .
églantine
églantine

Messages : 4077
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 53
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Jim Jarmusch Empty Re: Jim Jarmusch

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Discussions arts divers :: Cinéma, TV et radio :: Réalisateurs

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum