Chigozie Obioma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chigozie Obioma

Message par Avadoro le Lun 26 Déc - 12:01

Chigozie Obioma
Né en 1986



Né dans une famille de douze enfants, Chigozie Obioma fait des études supérieures à Chypre, où il obtint une bourse et un poste d'enseignant. Après cela, il publie son premier roman intitulé Les Pêcheurs. Une année plus tard, il part aux États-Unis, où il reçoit des cours de Creative Writing à l'université du Michigan. Il enseigne aujourd'hui la littérature africaine à l’Université du Nebraska.
(Source : Wikipedia)

Oeuvres traduites en français

Roman
2015 : Les Pêcheurs
avatar
Avadoro

Messages : 423
Date d'inscription : 07/12/2016
Age : 32

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Chigozie Obioma

Message par Avadoro le Lun 26 Déc - 13:41




Les Pêcheurs

Nigeria, les années 90 : le narrateur Benjamin et ses frères, en l'absence de leur père, bravent un interdit et pêchent sur les rives d'un fleuve déclaré maudit par les habitants. Un jour, l'aîné est témoin d'une malédiction lancée par un marginal craint et rejeté pour ses prophéties. Ce moment précipite une spirale auto-destructrice qui bouleverse le quotidien de la fratrie.

Ce premier roman de Chigozie Obioma a été une lecture marquante parmi mes récentes découvertes. Le style de l'auteur met en valeur une dimension symbolique et donne au récit la portée d'un conte, d'un mythe, d'une tragédie, alors que le contexte contemporain reste toujours visible à l'arrière-plan. L'univers décrit est parfois étrangement familier à travers le regard d'un enfant, puis terrifiant dans la révélation d'un chaos et d'une démesure.

Si la violence est souvent tétanisante, reflet d'un cataclysme face auquel l'être humain ne semble pouvoir lutter, Obioma utilise l'écriture comme instrument d'une réhabilitation et d'une fragile rédemption. Les mots, d'abord le miroir d'un imaginaire effrayant, incarnent peu à peu un potentiel libérateur bien qu'incertain.


mots-clés : #contemythe #enfance #traditions #violence
avatar
Avadoro

Messages : 423
Date d'inscription : 07/12/2016
Age : 32

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Chigozie Obioma

Message par topocl le Lun 26 Déc - 15:05

Les pêcheurs



Au sein de la famille Agwu  parmi les enfants, symboles de la virilité de leur père, et de ses espoirs de promotion sociale,  les quatre frères aînés sont unis comme les doigts de la main. Dans ce paysage nigérian des années 90, ravagé par la  dictature militaire et la corruption, la famille est un rempart solide par sa foi chrétienne omniprésente, son éducation autoritaire où le fouet est un interlocuteur premier, et ses aspirations à une "éducation occidentale" salvatrice. Mais il suffit que le père soit muté à l'autre bout du pays pour que les enfants n'en fassent qu'à leur tête, bravent les interdits séculaires, et la farandole des superstitions s'emballe : prophétie maléfique, fratricide, culpabilité, vengeance emportent le quotidien, que nous rapporte Benjamin le plus jeune des quatre frères, témoin qui paiera le prix fort cette solidarité.

Après une mise en place un peu cliché, on est vite emporté par cette fatalité démoniaque qui balaie le confort familial et les espoirs  d'échapper au destin ordinaire nigérian.

   Pendant des années, il avait porté ce baluchon de rêves. Sans savoir que ce qu'il avait porté tout ce temps n'était qu'un baluchon de rêves rongés par les vers, pourris depuis longtemps, qui n 'était plus qu'un poids mort.

Entre les gamins délurés, les parents dévastés, le  fou-clochard prophète et une  société civile qui ploie sous la répression, Chigozie Obioma livre une puissante fable contemporaine, entre tradition et modernité, désespérée sans être fermée. Son style est lyrique, haletant,  emporté, et malgré une tendance un peu répétitive aux flash-backs, il tient son lecteur en haleine, déchiré face à la tragédie de cette fratrie maudite.

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 3092
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Chigozie Obioma

Message par Barcarole le Mer 25 Oct - 20:34

Le communiqué sur le très beau, magnifique livre Les Pêcheurs, ne va pas tarder.
avatar
Barcarole

Messages : 1699
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 62
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Chigozie Obioma

Message par Armor le Mer 25 Oct - 21:11

J'ai hâte de lire ça. Wink
J'avais repéré ce livre, d'autant plus que les auteurs nigérians m'ont réservé de belles surprises ces dernières années.
avatar
Armor

Messages : 1816
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Chigozie Obioma

Message par Barcarole le Mer 25 Oct - 22:18

Tu ne seras pas déçue, il est vraiment superbe ce livre !
Je termine ce soir les quelques pages qu'il me reste, les bonnes choses ont une fin !
Au plus tard dimanche, mon avis sera ici !
avatar
Barcarole

Messages : 1699
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 62
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Chigozie Obioma

Message par Avadoro le Mer 25 Oct - 23:46

Très intéressé aussi par ton avis ! (j'ai raccroché tes messages au fil existant).
avatar
Avadoro

Messages : 423
Date d'inscription : 07/12/2016
Age : 32

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Chigozie Obioma

Message par Barcarole le Jeu 26 Oct - 0:35

Tu as bien fait ! Je n'avais pas vu qu'il avait déjà un fil ! Autant pour moi ! Ou plutôt, au temps pour moi !
avatar
Barcarole

Messages : 1699
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 62
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Chigozie Obioma

Message par Barcarole le Ven 27 Oct - 23:36



Les Pêcheurs

Chigozie Obioma a fait fort avec Les Pêcheurs. Un superbe roman, poétique à certains moments et cruel le plus souvent, où s’entremêlent les imprécations d’un vieux fou, les superstitions, les croyances très ancrées qui mènent à la tragédie. L’histoire se déroule à Akure, au Nigeria - la ville natale de Chigozie Obioma - de la communauté igbo. Le récit se déroule dans les années 1990.

Le père des six enfants, cadre à la Banque centrale du Nigeria, est muté à Lagos, laissant et délaissant son épouse et ses six enfants à Akure. C’est une famille plutôt nantie. Les quatre aînés, Ikenna, Boja, Obembé et Benjamin n’ont pas l’intention de perdre leur temps avec des camarades de classe ou du voisinage qui ne semblent pas les accepter vraiment. Ils n’ont pas non plus l’intention de s’ennuyer dans leur coin. Le père est parti, la mère est occupée. Ils vont aller pêcher dans le fleuve Omi-Ala pas loin d’ici. C'est une très bonne idée d'Ikenna.

Le fleuve et ses rives ont la réputation d’être maudits depuis le temps de la colonisation, et malgré les interdits de s’y rendre, ils vont s'y rendre tous les jours, la pêche étant devenue une vraie passion, même s'ils ne ramènent que des têtards. Malgré le voisinage de commères et autres langues pendantes qui s’empressent de tout dénoncer à leurs parents. Le narrateur, Benjamin, raconte :

« De notre côté, nous nous contentions de recueillir des têtards dans nos boîtes de soda. J’adorais les têtards, leur corps lisse, leur tête surdimensionnée et leur apparence presque informe, telles des baleines miniatures. […] Parfois nous ramassions des coraux ou les coquilles vides d’arthropodes morts depuis longtemps. »

Sur le chemin, ils rencontrent et abordent le vieux fou, Abulu, qu'ils n'avaient jamais vu avant, une sorte de prophète malfaisant et sale, devenu une menace pour la population d’Akure.

« Tandis que nous le regardions, le fou leva les mains et les garda dressées, bizarrement, silencieusement, en un geste sublime qui me frappa de terreur. »

Abulu a la réputation de voir ses prophéties se réaliser à chaque fois. Et en effet, à chaque fois qu’il annonce la mort prochaine à quelqu’un, elle vient à coup sûr. Et Abulu prédit à Ikenna sa mort prochaine, comme une promesse… [je n’en dévoilerai pas trop quand même].

« Le plus troublant chez Abulu, c’était sa capacité à percer le passé des gens autant que leur futur, au point souvent de démanteler l’empire illusoire des âmes, de retirer le suaire du cadavre des secrets enfouis. Avec un résultat toujours sinistre. »

Dans toute l’Afrique, et ailleurs bien sûr, ce type de croyances est toujours très répandu et vivace. Quand le « mal » est lancé, rien ne peut plus l’arrêter. Les victimes prennent les mots au pied de la lettre, y croient dur comme fer, donnant tout pouvoir au prophète fou, et se positionnent aussitôt en victime, et la peur, tenace, est un moteur puissant pour aider à concrétiser ce type de malédiction. Sans cette rencontre maudite au bord du fleuve, la mort ne serait sans doute pas survenue... Ensuite tout s'enchaîne...

Abulu le maudit, Abulu le crasseux prédit à Ikenna qu’il sera tué par un pêcheur, et que ce pêcheur sera l’un de ses frères. Si Ikenna n’a pas tout entendu parce qu’un avion passait à ce moment-là, son frère Obembé, lui, a bien enregistré le message et saura le restituer à Ikenna qui l'exige de suite. La peur, intense, que la prophétie se réalise s'intensifie chaque jour un peu plus, et la méfiance entre les frères s’exacerbe jusqu’à devenir invivable... Ikenna soupçonne Boja. Boja le rassure… Ikenna s’apaise, puis ça revient comme une maladie… car ils ont mordu dans cette dangereuse chimère.

Le pouvoir des mots est d’autant plus puissant que, dans la région d’Akure, le dialecte yorouba est utilisé, l’anglais étant la langue véhiculaire réservée plutôt aux étrangers, sortis de la région. La force des mots dans la langue d'origine est encore plus intense.

« Car la prophétie, telle une bête furieuse, était incontrôlable et détruisant son âme avec toute la férocité de la folie, décrochant les tableaux, cassant les murs, vidant les placards, renversant les tables jusqu’à ce que tout ce qu’il connaissait, tout ce qui était lui, tout ce qu’il était devenu ne soit plus qu’un chaos. Pour mon frère, la peur de mourir comme l’avait prédit Abulu était devenue palpable, une cage dont il était irréversiblement captif, un monde au-delà duquel plus rien n’existait. »

En fond, Chigozie Obioma nous baigne également dans la politique dictatoriale, les partis au pouvoir à l’époque, ceux qui veulent le prendre, puis la guerre civile de 1969 est évoquée, ainsi que les élections prochaines, les troubles dans la rue, etc.

Le rêve du père de voir ses enfants réussir dans des professions au statut social valorisant s’écroule.

La suite du récit est celle d’une vengeance par les deux plus jeunes des quatre frères aînés. La suite logique, donc, de cette malédiction qui a mené toute une famille au malheur, au chaos.

C'est pour moi un livre magnifique, et même une petite merveille ! Un roman anthropologique !
Nous ne sommes pas dans le réalisme magique, mais dans la réalité de la magie, la magie comme une noirceur qui tue, et qui existe encore aujourd'hui.

mots-clés : #contemporain #famille #initiatique
avatar
Barcarole

Messages : 1699
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 62
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Chigozie Obioma

Message par Tristram le Ven 27 Oct - 23:55

Noté !
avatar
Tristram

Messages : 2424
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Chigozie Obioma

Message par Barcarole le Sam 28 Oct - 0:10

Super !
avatar
Barcarole

Messages : 1699
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 62
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Chigozie Obioma

Message par Armor le Sam 28 Oct - 15:19

Tous ces avis cumulés ne rendent le livre que plus tentant encore. Wink C'est noté !
avatar
Armor

Messages : 1816
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Chigozie Obioma

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Afrique et de l'Océan Indien


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum