Jean Roger Caussimon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jean Roger Caussimon

Message par Nadine le Sam 3 Déc - 13:27

Jean Roger Caussimon
1918-1985

Jean-Roger Caussimon est un acteur et auteur-compositeur-interprète français, ami de Léo Ferré. 
A 18 ans, il obtient un premier prix de comédie au Conservatoire de Bordeaux. Charles Dullin l'engage, en 1944, à son retour de captivité en Allemagne, au Théâtre de la Cité. Il 
présente aussi ses poèmes et chansons dans différents cabarets, accompagné de Léo Ferré. En même temps, il continue le théâtre sous la houlette de Charles Dullin, Jean Mercure, Roger Planchon. Il joue également avec Francis Blanche, écrit des chansons pour le théâtre de F. Dürrenmatt et W. Shakespeare.
Il a joué dans une centaine de films "L'auberge rouge" (C. Autan Lara), "French Cancan" (J. Renoir) et aussi avec Bertrand Tavernier et jean Yanne. Il joue également pour des dramatiques à la télévision. 
C'est en 1970 qu'il enregistre son premier disque pour lequel il reçoit un prix de l'Académie Charles Cros. En 1975 il reçoit le prix André-Didier Mauprey de la S.A.C.E.M
En 1967, Pierre Seghers lui a consacré un volume dans la collection "Poètes d'aujourd'hui", préfacé par Léo Ferré.
Il est notamment l'auteur de la chanson "Monsieur William", dont le texte a été mis en musique par Léo Ferré.
Sa fille Céline Caussimon est également comédienne, auteur-compositeur-interprète.
Source BABELIO
avatar
Nadine

Messages : 2132
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Jean Roger Caussimon

Message par Nadine le Sam 3 Déc - 13:40

Parolier reconnu, jean roger Caussimon a été interprète de ses propres textes assez tardivement.

j'ai entendu cette semaine un pod cast qui lui est consacré :
cela a conforté mon idée qu'il est un poète sensible et remarquable. Sa langue est vraiment belle.
Si vous voulez , voici l'émission Les greniers de la mémoire qui lui était consacrée : Clic
 On l'entend y lire un de ses textes, magnifique : ma mère.
Je n'aime pas autant la version chantée, mais dans cette archive, sa manière de le lire est magnifique.

Les matins où le jour se lève avec mauvaise volonté
Lorsque je m'entonne du thé pour me désengluer d'un rêve,
Par ces matins de bouche amère
Où le suicide a des attraits


Sans que j'en puisse voir les traits , auprès de moi se tient ma mère.

Elle est venue du cimetière
Où l'an mil neuf cent trente-six
Après un bref De Profundis
On l'a couchée dessous la pierre,
Moi qui la croyais feuille morte
L'humus d'où jaillit le printemps,
Voilà qu'après plus de trente ans
Elle a bien su trouver ma porte

Elle me regarde en silence
Sans avoir contour ni linceul,


Je fais bien semblant d'être seul mais je me heurte à sa présence,
Je ne suis plus cet enfant sage qu'elle avait nourri de son sein
Pourquoi vient-elle ? En quel dessein ?
Et pour me dire quel message ?

Dis-moi, viens-tu chercher mon âme
Ou simplement la surveiller ?
Mes enfants vont se réveiller et je dois réveiller ma femme,
Va-t'en maman, le jour va poindre,
Un jour de plus, un jour de moins,
Entre nous soit dit, sans témoin, je me prépare à te rejoindre. 
avatar
Nadine

Messages : 2132
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Discussions arts divers :: Musique

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum