Nirmal VERMA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nirmal VERMA

Message par bix_229 le Lun 26 Déc - 18:24

Nirmal Verma (1929-2005)


Nirmal Verma est né en 1929 à Simla, sur les pentes de l'Himalaya. Il est le septième de hit enfants. L'un de ses frères, Ram Kumar, est un l'un des peintres indiens les plus connus.

Nirmal Verma écrivit son premier texte lorsqu'il était étudiant dans les années 50. Il a ensuite publié dans différents magazines littéraires.

Il n'a jamais caché son activisme politique, assistant aux séances de prières du mahatma Gandhi dans les années 47-48, alors qu'il avait sa carte au parti communiste. (qu'il quittera en 1956 après l'invasion de la Hongrie).
Nirmal Verma a ensuite résidé à Prague durant une dizaine d'années, dans le cadre d'un projet de traduction des grands auteurs tchèques en hindi. (Karel Capek, Milan Kundera, Bohumil Hrabal). Durant cette période, il a également beaucoup voyagé en Europe, et a écrit plusieurs récits de voyage. Son premier roman s'inspire de ses années d'étude à Prague.

De retour en Inde, Nirmal Verma s'est ouvertement déclaré contre l'état d'urgence instauré par Indira Gandhi. Il fut aussi un avocat de la cause tibétaine, militant pour l'indépendance du Tibet.

Nirmal Verma est décédé à New Delhi en 2005.
source : wikipédia

Oeuvres traduites en français :

Le toit de tôle rouge (1974)
Un bonheur en lambeaux (1979)




Il est l'un des grands romanciers de langue hindi. Et quand on le lit, même en français, on n'a aucun doute là dessus. Il y a chez lui l'authenticité d'une culture et d'une langue qu'on ne retrouve pas toujours chez les romanciers indiens de langue anglaise, davantage tournés vers l' Occident.
avatar
bix_229

Messages : 6802
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Nirmal VERMA

Message par bix_229 le Lun 26 Déc - 18:38




LE TOIT DE TOLE ROUGE

Kaya est une adolescente qui a encore un pied dans l'enfance. En quelques mois, elle va vivre quelques évènements qui changent une vie. Et qui font d'une enfant une femme. Ou presque.
Kaya a une riche nature, une grande soif de connaissance, une vitalité remarquable, un courage et une tendresse magnifiques.
Elle vit dans un bourg de montagne de la chaîne himalayenne. Avec sa mère, son frère, un bon ange à tout faire, une très vieille dame anglaise et quelques ombres humaines animées par le souvenir.

Nirmal Verma donne une voix à ce qui n'en en a pas : une maison branlante et déglinguée au coeur d' un village perdu, un petit monde très solitaire où les rares personnes sont très vieilles ou plongées dans dans la solitude de leurs souvenirs ou dans une sorte de sommeil hypnotique...
Au vent qui balaie les arbres qui murmurent et bruissent… A la lente évolution des saisons. Aux illusions qui se dissipent. Aux premières douceurs et douleurs de l'amour.

Ce livre est touché d'une grâce frémissante qui se nourrit de ces presque rien qui sont tout, qui sont magie pure.
Comme tout ce qui est beau et fondamental et nécésssaire ce livre se lit, mais défie les commentaires ou les descriptions.

Messages récupérés


mots-clés : #initiatique
avatar
bix_229

Messages : 6802
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Nirmal VERMA

Message par bix_229 le Jeu 4 Oct - 18:58



Le toit de tôle rouge

J'ai relu ce livre que j' avais tant aimé et j'ai bien fait. Ce livre m'a enchanté au delà de ce dont  je me souvenais.

D'abord, il y a Kaya, une fille de 13 ans,  qui est en train de quitter l'enfance, le royaume  où elle exerce sa magie.
Kaya est l'âme vive de la maison. Une âme inquiète pourtant, qui erre dans la maison et au delà, et même la nuit tombée. Et qui pour se rassurer, va parfois demander l' hospitalité à Mangtou, qui vit dans une baraque, attenante à la maison.
Mangtou, c'est un vieux montagnard, un homme à tout faire, et par ailleurs, le seul esprit pratique dans une maison où les adultes sont trop âgés ou vivent un existence larvaire, comme la mère.
Kaya souffre de solitude, même si parfois elle la recherche, mais son père bien aimé travaille à Delhi et ne fait que passer, et son frère cadet est trop fragile et trop dépendant encore.

Et puis, il y a l'absente, l'inoubliable Lama, une cousine, partie de force pour aller se marier contre son gré. Et dont le fantôme est plus qu'une présence ou un souvenir obsédant.
Kaya est consciente de son évolution, de ses transformations physiques, même si elle n'a pas de repères, mais seulement un miroir.
Depuis toujours, elle est attirée par le mystère de la vie et aussi de la mort qui commence à insinuer sa présence sournoise.

Kaya rayonne. Par sa présence seul, elle transcende tous ceux qu'elle rencontre ou qu'elle croise. Ainsi son oncle qu'elle visite
lors des vacances d'été. Un militaire à la retraite. Un vieil original qui a choisi de vivre dans cette haute solitude. Comme son fils qu'il a emmené avec lui.
La solitude est d'ailleurs le trait commun de tous ces êtres confrontés à un sort qu'ils choisissent ou subissent. Et Verma sait nous les rendre attachants, pas de personnages secondaires chez lui.

Il sait aussi donner une présence et une voix à tout ce qui est. Et dans la grande maison tout parle, surtout les absents et les  éléments, le vent, la pluie, l'abricotier qui affronte les saisons et manifeste sa présence permanente.

Kaya fait partie de ces personnages inoubliables qui peuplent notre imagination et nos souvenirs.
Et Verma sait animer aussi les paysages intérieurs, les maux de l'âme. Son univers, empreint d'une philosophie personnelle, révèle la mémoire, l'imaginaire, le monde de l'entre deux, l'obscurité et la pénombre.
C'est une écriture tournée vers l'intime, le soi, le monde intérieur mais en constante connexion avec le monde extérieur et l'univers.
C'est un livre qui ravira les contemplatifs, avec une puissance d'évocation qui est celle des grands livres.
avatar
bix_229

Messages : 6802
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Nirmal VERMA

Message par Armor le Jeu 4 Oct - 19:31

Je ne suis pas une contemplative, bix, ou alors ce livre est juste tombé au mauvais moment... Je n'avais pas été conquise, même si je vois très bien ce qui a pu tant te plaire dans ce livre.
J'ai acheté récemment Un bonheur en lambeaux, pour une nouvelle tentative avec l'auteur.

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
avatar
Armor

Messages : 2569
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 37
Localisation : A l'Aise Breizh

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Nirmal VERMA

Message par bix_229 le Jeu 4 Oct - 20:22

C' est dommage, Armor. Mais Un bonheur en lambeaux m' avait également
beaucoup plu.
avatar
bix_229

Messages : 6802
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Nirmal VERMA

Message par bix_229 le Jeu 4 Oct - 20:27



Un bonheur en lambeaux
Nirmal VERMA
Gill GAGAN

"De santé fragile, le jeune Munnu, qui a grandi sur les bords du Gange, a été confié à sa cousine Bitti, comédienne à New Delhi.
Peu à peu, Munnu, fasciné par les sortilèges de la mégapole, devient le spectateur complice d’une bande de jeunes saltimbanques idéalistes qui, sur la terrasse de Bitti, refont le monde et dressent le bilan, parfois déjà amer, de leurs expériences respectives. Sensible, émotif, le jeune garçon fait siennes les intermittences du cœur de ses compagnons, devine leurs difficultés, apprend le nom de Strindberg en même temps que l’existence des chagrins d’amour, s’initie à la faiblesse et à la lâcheté, découvre les déchirements de ceux qui, après un séjour prolongé en Angleterre, ne peuvent se réadapter à l’Inde. Bientôt, lui aussi apprend la tristesse, la nostalgie, et connaît, prématurément, les affres de la fuite du temps…
Dans ce roman crépusculaire, Nirmal Verma fait revivre la jeune scène théâtrale de Delhi des années soixante-dix et quatre-vingt, où chacun joue à la fois son rôle et son destin en tentant désespérément d’incarner et de transposer dans la vie ordinaire l’idéalisme, la grâce, l’héroïsme et les accomplissements rencontrés dans les œuvres du répertoire… Mais ce livre est également un grand roman sur Delhi, la ville aimée, que Nirmal Verma célèbre ici en poète."

Actes Sud
avatar
bix_229

Messages : 6802
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Nirmal VERMA

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Asie


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum