Ernest Gaines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ernest Gaines

Message par topocl le Mar 27 Déc - 10:36

Ernest J. Gaines
Né en 1933



Ernest James Gaines, né le 15 janvier 1933, est un écrivain afro-américain. Son roman publié en 1993, Dites-leur que je suis un homme (A Lesson Before Dying), a remporté le National Book Critics Circle Award et a été nommé au Prix Pulitzer. Gaines est chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres. Né dans une plantation de Louisiane, dès neuf ans il gagne 50 cents par jour en ramassant des pommes de terre. À quinze ans, avec sa famille, il rejoint la Californie où il s'attèle plus sérieusement à ses études et commence à lire avec passion, tout en regrettant que « son monde » ne figure pas dans les livres. Il décide donc d'écrire pour le mettre en scène et publie ses premières nouvelles dans un magazine en 1956, suivies de plusieurs romans. Il s'affirme comme un des seuls écrivains américains à peindre un Sud en évolution, où les Noirs de la nouvelle génération s'opposent aux anciens dans une quête de dignité. La mutation est porteuse de conflits et de drames, car les règles du jeu ne sont plus codifiées. Ernest J. Gaines est aujourd'hui considéré aux États-Unis comme un des auteurs majeurs du « roman du Sud ». En 1996 il assure pendant un semestre entier des enseignements de creative writing à l'Université Rennes 2 Haute Bretagne. En 2004, il est nommé pour le Prix Nobel de littérature mais c'est finalement Elfriede Jelinek qui l'obtient.

Bibliographie française

1964 : Catherine Carmier
1967 : D'amour et de poussière
1968 : Bloodline - Par la petite porte
1971 : Autobiographie de Miss Jane Pittman
1971 : Une longue journée de novembre, publié aussi sous le titre Ti-Bonhomme
1983 : Colère en Louisiane
1993 : Dites-leur que je suis un homme
2002 : Quatre heures du matin
2005 : Mozart est un joueur de blues

_________________
Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
Dany Laferrière
avatar
topocl

Messages : 2358
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Ernest Gaines

Message par topocl le Mar 27 Déc - 10:37

Autobiographie de Miss Jane Pittman



La vie de Jane Pittman se passe en Louisiane, et s’étale sur plus d’un siècle . Née esclave dans une plantation, elle a dix ans quand l’esclavage est aboli, mais gardera toute sa vie la cicatrice des coups de fouet sur son dos.. Elle nous rapporte ses errances d’enfant, puis sa vie de femme au sein d’une plantation où elle continue à habiter « les quartiers », à servir les Blancs , à la cuisine ou au champs, s’imposant à tous par sa sagesse. Et 100 ans plus tard, quand les lois antiségrégationnistes s’imposent peu à peu, elle est encore là, et, avant beaucoup d’ autres, elle comprend que cette liberté dont elle a cru profiter toutes ces années, n’était qu’une misère et qu’un nouvel espoir est en train de naître.

C’est Jane qui raconte à un jeune professeur qui ne veut pas laisser se perdre son témoignage. Une conteuse hors pair, pleine de détermination et d’ humour, entre croyances, certitudes et espérances, dans son langage imagé, d’une grande vivacité .
Un excellent roman du Sud qui nous fait vivre les infortunes et petits bonheurs de cette femme volontaire et attachante et de la communauté noire qui l’entoure. Ce roman n’est pas aussi percutant que Colère en Louisiane (que je considère comme son chef d’œuvre), on y retrouve cependant avec grand plaisir les thèmes chers à Gaines.


(commentaire récupéré)


mots-clés : #segregation #esclavage

_________________
Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
Dany Laferrière
avatar
topocl

Messages : 2358
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Ernest Gaines

Message par topocl le Mar 27 Déc - 10:39

Une longue journée de novembre suivi de Le ciel est gris



Deux nouvelles qui regardent le monde avec les yeux de l’enfance. Des enfants que les adultes, pris dans leurs tourments, traînent par la main, et qui observent. Ils sont profondément aimés, ces enfants, cet amour s’exprime par des leçons à savoir, des dents à soigner, un manteau reboutonné, un fouet accroché au mur. Ce sont deux textes qui ont un rôle essentiellement descriptif, de l'univers intime de  noirs qui vivent encore dans les quartiers, s'assoient au fond du bus , se laissent avec fatalité malmener par les blancs, et n'ont que leur tendresse fragile intimité et leur dignité à leur opposer, douleur et douceur entremêlées.

(commentaire récupéré)


mots-clés : #nouvelle

_________________
Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
Dany Laferrière
avatar
topocl

Messages : 2358
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Ernest Gaines

Message par topocl le Jeu 5 Jan - 11:36

Le nom du fils



Le révérend Philipp Martin, la soixantaine empâtée, bon père, bon époux, belle maison, est unanimement respecté par ses paroissiens et par tous les habitants de Saint Adrienne, les Blancs comme les Noirs, pour avoir construit, organisé, donné un poids réel au Mouvement des Droits Civiques local. Mais quand arrive son fils abandonné d'une première union, étrange, inquiétant, son ancienne vie de débauche lui revient en pleine figure, une paternité honteuse le bouleverse, le doute s'installe et tout s'effondre : la famille, la foi, les amis, l'engagement :

J'étais rien qu'une de ces brutes épaisses, capable de tricher, de voler, de tuer, mais pas de tenir debout, d'être responsable, de vous protéger, toi ou ta mère. Ils nous avaient mis ça dans la tête depuis le temps de l'esclavage.

Le roman commence de façon très prenante dans cette petite ville, la nuit, sous la pluie, par un homme inconnu qui débarque ici sans vouloir communiquer, un désir de vengeance chevillé au corps. On se croirait dans un western, mais non, ce n'est pas d'action que l'on va parler, mais bien de culpabilité, de rédemption et de pardon, dans cette vertigineuse  descente aux enfers d'un homme rattrapé par son passé.

Le récit se centre ensuite sur le pasteur, pris dans un marécage de remords et d'incompréhension, et on pense aux pièces de théâtre à thèse de Sartre ou de Camus : un homme bon, charismatique, traqué par sa conscience. Pièces de théâtre car il y a énormément de dialogues, et que le texte suit avec une précision obsédante les gestes, les déplacements, les contacts physiques entre les personnages, comme une espèce de didascalie géante  romancée . Gaines colle à la peau de son héros, tourne en rond, se noie avec lui (et nous avec) dans ses sables mouvants, et il faut accepter de prendre son temps, de revenir en arrière, de voir  les protagonistes se répéter, dans leurs paroles comme dans leurs non-dits. C'est une ambiance très troublante, étouffante par moment, un reflet terrifiant du tumulte qui s'empare de Philipp :

  Je suis en guerre avec moi-même, Adeline . En guerre avec mon âme. Depuis quelques jours je n'arrête pas de me poser des questions, et je ne rencontre que des doutes, sur tout.

On parle donc ici de liberté, de libre arbitre, de filiation et de paternité. Il faut aussi relever la place des femmes, ces personnages apparemment effacés, vouées au service de leurs hommes, maris ou enfants, (on est dans le Sud des années 70), mais qui au final  sont la source de tout, en particulier de l'élan vital et du pardon : elles sont la source et le refuge. Car ce roman si sombre est un roman de foi, un roman qui croit en l'homme et sa capacité à se sauver lui-même.

(commentairé récupéré)


mots-clés : #psychologique #religion

_________________
Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
Dany Laferrière
avatar
topocl

Messages : 2358
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Ernest Gaines

Message par tom léo le Lun 27 Mar - 22:38



Dites-leur que je suis un homme


Original: A lesson before dying (1993)

Présentation de l'éditeur a écrit:Dans les années quarante, en Louisiane, Jefferson, un jeune Noir démuni et ignorant, est accusé d’un crime qu’il n’a pas commis : l’assassinat d’un Blanc. Au cours du procès, il est bafoué et traité comme un animal par son propre avocat commis d’office devant la cour et, pour finir, condamné à mort. La marraine du jeune homme décide alors que ce dernier doit, par une mort digne, démentir ces propos méprisants. Elle supplie l’instituteur, Grant Wiggins, de prendre en charge l’éducation de Jefferson. Le face à face entre les deux hommes, que seule unit la couleur de la peau, commence alors…

Ce que Gaines écrit dans son premier chapitre de ce roman, constituerait chez d’autres toute l’histoire: crime, procès d’un innocent, condamnation ! Alors on se demande bien comment il va remplir les autres 280 pages restantes ! Mais en fait, ce n’est que le début de la vraie histoire : L’humiliation vécue dans ce procès de marionnettes n’est que le pic visible d’une histoire d’humiliations d’un peuple depuis presque trois siècles. Et la victime est en Jefferson tout un chacun, d’abord évidemment de son peuple : il est comme le bouc émissaire. Mais comment ce mécanisme de victime va pouvoir se transformer ? Comment le désir de sa marraine va s’accomplir que Jefferson mourra dans la dignité, bien droit sur ses deux pieds, et ne point sur quatre pattes ? Alors Gaines décrira ce processus d’apprentissage de Jefferson, mais aussi chez le jeune professeur, le narrateur de l’histoire, lui-même aussi de couleur noir et refusant d’abord à s’approcher de Jefferson.

Un roman magnifique du Sud profond des Etats-Unis qui est situé dans les années 40, mais qui pourtant – écrit alors au début des années 90 ! – contient un message fort pour la vie ensemble des uns avec des autres et qui, surtout, invite chacun de marcher la tête haute à travers la vie et de laisser derrière soi l’esclavage intérieure !

Splendide, une vraie découverte !
avatar
tom léo

Messages : 374
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Ernest Gaines

Message par Bédoulène le Lun 27 Mar - 22:54

Il me tente beaucoup cet auteur, merci pour vos commentaires

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 3233
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Ernest Gaines

Message par tom léo le Mar 11 Avr - 7:36



D'amour et de poussière


Original: Of Love and Dust (Anglais/E.-U. 1967)

CONTENU:
Présentation de l'éditeur a écrit:Une plantation aride de Louisiane, théâtre de tous les déchirements. C'est là que se nouent les amours du contremaître cajun Bonbon et de Louise, une esclave noire. Et celles, plus coupables encore, du farouche Marcus, tout juste sorti de prison, et de Louise, la femme blanche du contremaître. Sous le regard réprobateur de toute une communauté, tabous et non- dits volent en éclats. Mais comme dans une tragédie antique, leurs destins prendront peu à peu valeur d'exemple.

REMARQUES:
Le roman est divisé en trois grandes parties de 22,17 et 16 chapitres. Vu la longeur du roman, alors des chapitres assez courts.

C'est sur une plantation non loin de Baton Rouge, la capitale de la Louisiane, qu'atterrit un jour de 1948 le jeune Marcus, homme de couleur: il fut libéré sous caution, en attendant son procès, et le Maréchal l'emploie alors comme ouvrier peu couteux sur son exploitation de coton, de maïs etc. Sur l'ordre du Maréchal le cajun Bonbon, le contre-maître, prend Marcus dans son viseur, le prend durement. Bonbon, tout en étant marié avec Louise, vit alors une relation avec la belle Pauline. C'est d'abord pour se venger pour les humiliations que Marcus va essayer de s'approcher de Louise qui s'ennuie tout seule dans la maison.

Le narrateur est James „Jim“ oder Jime Kelley, mécanicien et conducteur de tracteur. C'est lui qui est demandé d'accueillir Marcus dans sa maisonette dans „les quartiers“, et que la marraine du jeune garçon demande de bien vouloir jeter un coup d'oeil bienveillant sur son filleul. Difficile, car celui-là vient comme enfant de ville, si possible avec chaussures cirées et chemise en soie, en recherche d'une fille facile et après avoir tué pour pas grande chose un concurrent.

Raconté par Kelley, celui-ci n'a pas vécu tous les événements relatés: donc il doit récourir à la citation, à ce qu'il a entendu etc. Cette technique rend des fois la narration un peu compliquée ou même construite (artificiellement). Mais cela n'empêche pas en général une narration avec des vrais coup de génies, comme par exemple une récolte des épis de maîs qui est narrée sur pas mal de pages: on essaie de mâter Marcus en augmentant lentement le rythme de la vitesse de récolte. Ou il y a cette beuverie et bagarre mémorable dans une hutte entre la moitié des gens du quartier...

Mais l'essentiel du récit est l'atmosphère d'une époque où l'esclavage avait bel et bien disparu, mais ou un esprit de séparation de classes et de races domine encore tout. Dans le centre d'intérêt on trouvera la juxtaposition d'un coté de la relation plus que charnelle (tolerée), mais même d'amour entre Bonbon et Pauline et, d'autre coté de cette relation naissante d'abord d'un acte de vengeance, mais qui se transforme en histoire d'amour entre la „blanche“ Louise et le „negro“ Marcus. Et là, franchement, c'est l'interdit absolu! On se trouve dans le grand sud, et seulement d'envisager une fin de ce tabou est impossible à s'imaginer. Et pas seulement pour la population blanche, non, aussi pour les gens de couleurs eux-mêmes. Marcus suscite ainsi la peur!

Et pendant presque toute la narration domine cette impression du tranquillement admis d'un coté, et de l'impossible de l'autre. Jusqu'à ce qu'à la fin des questions se lèvent...

Mais quel courage faudrait-il pour vaincre les tabous intérieurs, les anciens peurs? Reste un énorme impression d'un drame, oui, d'une tragédie: les personnes, Blancs et Noirs, sont des prisonniers d'un système et chacun dans sa part un pion dans les manigances d'autres. Et où en est la liberté?

Un roman à des multiples facettes qui va plaire aux amateurs de la bonne littérature du Sud des Etats-Unis, et spécialement à ceux qui ont déjà fait connaissance d'Ernest Gaines. Il évite l'unilatéralité, et voit derrière les choses simples la complexité de l'homme, mais derrière les questions apparemment si insolubles aussi les réponses simples, même s'ils sont pas encore universellement admises...

Splendide!


mots-clés : #esclavage
avatar
tom léo

Messages : 374
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Ernest Gaines

Message par tom léo le Lun 24 Juil - 22:24

Après des livres impressionants de lui, on ne peut que continuer d'explorer l'univers d'Ernest J.Gaines. Alors je suis tombé sur



L'autobiographie de Miss Jane Pittman


Original : The Autobiography of Miss Jane Pittman (Anglais/E.-U., 1971)

CONTENU :
Le roman (sic!) raconte l'histoire de Jane Pittman qui a au début des années 1960 env 105 ans ! Donc elle avait encore connu comme petit enfant, il y a une centaine d'années, le temps de la guerre civile américaine. De là elle raconte son histoire jusqu'à « maintenant ». Elle traversera des étapes essentiels de l'histoire américain, sera témoin ou/et aussi actrice.

REMARQUES :
Ce récit dans la première personne est une mise d'ensemble de ce que Miss Jane Pittman raconte, lors de soirées et rencontres à un jeune professeur d'histoire en recherche de témoignages vivants de l'histoire des anciens esclaves. C'est lui qui introduit ce roman comme s'il a enregistré et arrangé ce qui avait été dit. Ce procédé donne rapidement l'impression d'une authenticité au roman. Mais celui-ci, selon Ernest Gaines, restera une fiction, même si l'auteur a énormément consulté des récits historiques. Aussi, comme enfant, Gaines a du fréquente sur les plantations de la Louisiane des gens du calibre de Miss Jane Pittman.

Le livre se présente en quatre parties avec toujours beaucoup de chapitres sous-titrés. Donc des unités de lectures assez lisibles et petites., procédant - après l'introduction – dans une chronologie. Peu d'artifice de mots, de style, mais plutôt un langage vivant de « narration ». L'auteur a essayé de reconstitué une forme entre oralité et récit arrangé.

La petite Ticey a déjà une dizaine d'années lors du départ de leur plantation en Louisiane (où elle travaille comme esclave) des troupes des confédérés, et l'arrivée immédiate des Nordistes. Quand la libération des esclaves est proclamée, elle aurait pu resté sur la plantation, mais elle choisit avec d'autres de quitter vers le Nord,en recherche du fameux Lieutenant Brown qui avait eu des paroles si mémorables pour elle. Rapidement leur groupe se trouve attaqué par des Sudistes en colère, et elle prendra soin d'un petit garçon. Celui-ci deviendra comme son fils « adoptif ». Mais elle n'ira pas loin…, et quittera jamais cette Louisiane. Si l'esclavage semble terminé, les conditions de travail, le refus d'école pour eux etc n'améliorent pas leur vie. Ils resteront exploités, d'une façon ou d'une autre. Le livre retrace cette longue histoire et ira jusque dans les années de la lutte des droits civiques du XXème siècle.

Le connaisseur (américain?) reconnaîtra de temps en temps des allusions à des événements historiques, des personnages. Elle, qui avait changé son nom vers « Jane » pour laissé derrière elle l'identité d'esclave, connaîtra plusieurs hommes (maris), mais aussi des pertes successifs. La vie sera dure.

Vu qu'on parle alors d'un époque englobant presque cent ans, on peut être dubitatif, mais vu de près on constatera, étonné, que tout un chacun de nous, par sa vie, par ses relations avec des grands-parents par exemple, fait le pont entre des siècles… Perspectif magique de s'imaginer que des grands-parents (à moi) sont nés au XIXème siècele, et que la génération de nos enfants va éventuellement entrer dans le XXIIème… Ainsi le temps se raccourcit, des événements historiques ont un écho qui perdure.

Peut-être la qualité de ce livre n'atteint pas, selon mon avis, celle des autres lus de lui, mais néanmoins le lecteur qui aime les sujets de Gaines, sera comblé ici aussi !
avatar
tom léo

Messages : 374
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Ernest Gaines

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains des États-Unis d'Amérique

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum