Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


John Maxwell Coetzee

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

segregation - John Maxwell Coetzee - Page 2 Empty Re: John Maxwell Coetzee

Message par Avadoro le Sam 8 Juil - 23:57

Bonne lecture, Tristram...en effet, L'homme ralenti n'est pas vraiment une suite même si le personnage d'Elizabeth Costello est commun aux deux romans.
Avadoro
Avadoro

Messages : 777
Date d'inscription : 07/12/2016
Age : 34

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

segregation - John Maxwell Coetzee - Page 2 Empty Re: John Maxwell Coetzee

Message par Tristram le Jeu 13 Juil - 1:26

segregation - John Maxwell Coetzee - Page 2 419erz10

L’homme ralenti

(en complément du commentaire de Marie)

Suite à un grave accident de vélo, un homme âgé perd une jambe. Sans enfant ni même famille, Australien d’origine française ne se sentant nulle part chez lui, Paul vit mal l’humiliant amoindrissement dû à son handicap, jusqu’à s’enfermer dans un froid rétrécissement existentiel. Devenu dépendant, il s’éprend de son infirmière/ aide à domicile, Marijna, une Croate mariée, sans d’abord se déclarer mais offrant de payer la scolarité de son fils aîné, ce qui encolère le mari.

« …] l’amour est une fixation. » 25

Elizabeth Costello survient pour arranger une rencontre avec Marianna, une belle femme devenue aveugle, qu’il a autrefois photographiée (son ancien métier) : c’est le désir qui les rapproche. Egalement fort âgée, surgie d'on ne sait où, la « coriace » romancière s’ingère dans son existence qu’elle semble connaître intimement, l’observe et le pousse à agir.
Paul persiste dans son amour sans espoir, et à s’immiscer dans la famille de Marijna, malgré la présence réprobatrice de la tenace Elizabeth.

« Rien de ce qui nous arrive dans la vie n’est dénué de sens, Paul. N’importe quel enfant vous le dirait. C’est une des leçons que nous donnent les histoires, une de leurs nombreuses leçons. Avez-vous renoncé à lire des histoires ? c’est une erreur. Vous n’auriez pas dû. » 14

« Toutefois, c’est l’idée de notre amie Elizabeth. L’impulsion première. Elle donne des instructions, nous obtempérons. […]
Une expérience, cela revient à ça, une expérience biologico-littéraire gratuite. » 15

« Vous me traitez comme un pantin, se plaint-il. Vous traitez tout le monde comme des pantins. Vous inventez des histoires et vous nous forcez à jouer vos personnages. […]
Alors que tout ce temps-là il se croyait son propre maître, il était en fait comme un rat en cage, qui court de-ci, de-là, poussant des petits cris, tandis que cette femme sortie de l’enfer était là à l’observer, à l’écouter, à prendre des notes et à enregistrer ses progrès. » 16

« Pourquoi l’amour, tel qu’il le conçoit, a-t-il besoin du spectacle de la beauté pour naître ? » 19

« ‒ Voyons ce que je vais trouver pour que vous puissiez me mettre dans un livre.
‒ Pour que quelqu’un, quelque part, vous mette peut-être dans un livre. Pour que quelqu’un puisse peut-être souhaiter vous mettre dans un livre. Quelqu’un, n’importe qui ‒ pas seulement moi. Pour que vous puissiez valoir la peine qu’on vous mette dans un livre. Prenez de l’envergure, Paul. Vivez en héros. C’est ce que nous enseignent les classiques. Soyez un personnage principal. Sinon, à quoi bon la vie ? » 28

« La griffonneuse dort, le personnage rôde, furète, cherchant de quoi s’occuper. Une blague, si ce n’est qu’il n’y a personne pour la comprendre. » 28


Ce roman a été publié juste après Elizabeth Costello ; ils doivent être lu dans le même ordre, quoique le second ne constitue pas une suite à proprement parler [oui Bédoulène, je confirme qu’il fau(drai)t lire les livres de Coetzee dans l’ordre…]. Elizabeth, sorte de double de l’auteur, a une place quasi centrale dans L’homme ralenti : Paul est objectivement le personnage principal, mais il me semble que la présence de l’écrivaine « rongée par le temps » est aussi primordiale qu’ambiguë.
Est-ce une sorcière, un ange ? Paul est-il mort ? Sorte de Deus ex machina un peu bancal, elle fait penser à Six personnages en quête d'auteur, mais aussi aux textes de Philip K. Dick où il nous voit comme des animaux dans un laboratoire cosmique…
Au terme de cette réflexion sur la création, le fin mot de l’histoire est d’une noirceur absolue.

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8462
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

segregation - John Maxwell Coetzee - Page 2 Empty Re: John Maxwell Coetzee

Message par Bédoulène le Jeu 13 Juil - 8:50

Tristram merci pour ton commentaire et ton conseil ; à plus tard donc pour moi la première lecture

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12860
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

segregation - John Maxwell Coetzee - Page 2 Empty Re: John Maxwell Coetzee

Message par églantine le Sam 11 Nov - 17:05

segregation - John Maxwell Coetzee - Page 2 Coetze10

L'homme ralenti
J'ai la mega flemme mais juste , je recommande !
Parce que pour cet homme ralenti suite à un stupide accident ( se faire renverser par une voiture alors qu'on roule tranquilou en vélo comme depuis toujours ou presque ) , à ressentir à la seconde une sentiment de plénitude dans le vol plané ( l'instant vous savez ...) et se retrouver dans l'après , une jambe en moins : C'est la faute à pas de chance , d'accord . Mais un jour ou l'autre , d'une manière ou d'une autre , ce moment de bascule dans l'irréversible et où toutes les perceptions changent avec une lucidité d'un compte à rebours fortement engagé , nous n'y échapperons pas . Accident , maladie , vieillissement ....Félure ( Deleuze ? ) , n'est-ce pas le cours normal de la vie . Incluant donc sa part tragique . Finie la comédie , on passe aux choses sérieuses . Et quand on ne s'est pas préparé , ça peut prendre des tournures un peu pathétiques : c'est ce qui arrive à Paul , désormais dépendant d'une infirmière , dans son univers restreint , limité qui enfin prend le temps par la force des choses de se relier à l'autre . A part que il a négligé l'apprentissage , et c'est tout un apprentissage tardif , avec un sentiment d'urgence qui le conduit à commettre bévue sur bévue dans ses tentatives '"d'humanité " .
Coetzee , je le découvre . Non seulement ses tensions philosophiques m'interpellent mais son habileté littéraire me séduisent .
Faire apparaitre un personnage en sorte de voix-off ,une écrivaine en mal d'inspiration , ( alter ego féminin de Coetzee ? ) une sorte de fantôme vivant s'imposant à Paul comme une double conscience dont il se passerait bien , l'évitement à soi est souvent plus confortable .
Et en déclinaison de cette grande angoisse existentielle , Coetzee s'amusera à nous parler de la solitude , de la vieillesse , du désir et de la séduction , de la création artistique nourrie de toutes ces divertissements et au final de la vacuité de tout cela .
Sans une causticité suffisamment séduisante pour aider le lecteur à garder un peu de recul et de lumière en soi ,une créativité littéraire indéniable , il serait presque dangereux de le mettre en libre-circulation . Lucidité sans foi , que reste-t-il ?
églantine
églantine

Messages : 4297
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Savoie

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

segregation - John Maxwell Coetzee - Page 2 Empty Re: John Maxwell Coetzee

Message par églantine le Jeu 23 Nov - 20:53

Vers l'âge d'homme

segregation - John Maxwell Coetzee - Page 2 Coetze12
Bon je m'attendais vraiment à mieux ! L'homme ralenti fut une belle découverte et je partais confiante .
Ouvrage autobiographique d'un écrivain descendant d'afrikaners  hanté par l'histoire de son pays , et toutes les blessures de l'humanité  .Et pourtant ,là on nage dans le mou mou de questionnements vaguement existentiels , philosophiques embrumés .L'écriture n'a rien de dynamisant ,ça manque de nerfs tout ça , ce n''est même pas dépressif , ni mélancolique .... Apathique mais pas tout à fait , en quête d'exaltation mais avec tiédeur , lunaire et décalé , dans l'autodérision tristounette, caustique fatigué , Coetzee a un intérêt indéniablement soporifique : Mais même là ça reste du léger Atarax 25 .
.  Le positif , c'est que  j'y ai puisé plein de références , et donc je l'ai lu avec un certain intérêt .Indirect .

Il tue le temps, il s’efforce de tuer le dimanche pour que le lundi vienne plus vite, et avec le lundi le soulagement du travail. Mais vu de plus loin, le travail est aussi une manière de tuer le temps.

En fait , pour rien au monde il n'entreprendrait une psychothérapie .L'objectif de la psychothérapie est de rendre heure heureux .A quoi bon? Les gens heureux ne sont pas intéressants .Mieux vaut porter le  fardeau du malheur et essayer d'en faire quelque chose de valable , de la poésie , de la musique ou de la peinture : c'est là sa conviction.


mots-clés : #autobiographie #segregation
églantine
églantine

Messages : 4297
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Savoie

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

segregation - John Maxwell Coetzee - Page 2 Empty Re: John Maxwell Coetzee

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Afrique et de l'Océan Indien

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum