Chamaco_VilaMatas

On sait que l’un des aspects les plus séduisants de la littérature est sa possibilité d’être une sorte de miroir qui avance ; un miroir qui, comme certaines horloges peut avancer.

Enrique Vila-Matas, Perdre des théories

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Thierry Bourcy

    Partagez
    avatar
    shanidar

    Messages : 1599
    Date d'inscription : 02/12/2016

    Thierry Bourcy

    Message par shanidar le Sam 3 Déc - 14:45

    Thierry Bourcy
    Né en 1955


    Thierry Bourcy, né le 22 juin 1955 à Vannes, dans le Morbihan, est un écrivain, scénariste et dramaturge français. Il a publié plusieurs romans policiers historiques ayant pour héros Célestin Louise, flic et soldat de la Première Guerre mondiale.

    Après un DESS de psychopathologie, il travaille à l’hôpital psychiatrique de Vannes, jusqu’à sa rencontre avec le scénariste Bernard Revon (Baisers volés, Domicile conjugal). Il commence alors une carrière d’assistant, tourne un premier court-métrage La Rose de Paracelse (1986), et réalise en vidéo des portraits de plasticiens.

    Il fait ses débuts de scénariste pour Mag Bodard, (Hôtel de police, 1985), enchaîne ensuite les scripts pour la télévision, tout en réalisant des courts-métrages et des films documentaires.

    En tant que scénariste, il travaille pour des personnalités aussi diverses que Georges Lautner (L’Homme de mes rêves), Laurent Heynemann (Cognacq-Jay), Jean-Claude Brialy (Vacances bourgeoises), Judith Cahen (Deux filles), Jean-Louis Lorenzi (Le Choix de Thomas, La Tranchée des espoirs), Philippe Laïk (Deux frères), Jacques Tréfouël (Saint François d'Assise, documentaire), Jorge Amat (L'Œil du consul, documentaire). Il dirige régulièrement des ateliers d’écriture de scénario.

    Il est également auteur de pièces de théâtre, de romans policiers historiques et de chansons. Il a coproduit le long-métrage de Claude Berne Hôtel du Paradis (2011).


    Bibliographie :

    2005 La Cote 512,
    2006 L'Arme secrète de Louis Renault,
    2007 Le Château d'Amberville,
    2009 Les Traîtres,
    2009 Le Gendarme scalpé,
    2012 Le Crime de l'Albatros,
    2014 Les Ombres du Rochambeau

    source : wikipedia
    avatar
    shanidar

    Messages : 1599
    Date d'inscription : 02/12/2016

    Re: Thierry Bourcy

    Message par shanidar le Sam 3 Déc - 14:47

    La Cote 512

    Après lecture de ce roman policier se déroulant au début de la guerre 14-18, j'ai très fortement l'impression que l'aspect policier n'est qu'un prétexte qui permet à Bourcy d'aborder une période semblant l'intéresser tout particulièrement. En effet, l'intrigue policière démarre réellement au bout de 100 pages, ce qui sur 250 paraît assez tardif et cette intrigue cousue de fil blanc n'est, à mon avis, pas la préoccupation principale du lecteur. Car de coïncidences en hasards heureux, Bourcy nous donne un polar assez mince, non pas ennuyeux mais disons, lisse, attendu.

    En revanche, tous ceux qui ont un peu fréquentés les livres sur la guerre de 14-18 retrouveront la plupart des évènements, réflexions, airs du temps déjà croiser chez Barbusse, Cendrars, Remarque et d'autres (sans y trouver cependant cette angoisse métaphysique impossible à transmettre par celui qi n'est pas au feu). Et si ce livre est une réussite c'est sans doute plus pour sa reconstitution historique que par son intrigue policière. Il faut d'ailleurs sans doute ajouter, qu'il s'agit d'un livre pédagogique, très clair sur les réalités d'une guerre de tranchées, sur le moral des troupes, sur la manière dont se vivait la vie d'un soldat d'août 1914 à juin 1915. On a là une reconstitution qui semble très fidèle et très proche de ce qu'en disent les écrivains lus (que l'on peut retrouver sur ce fil).

    J'ajoute que Bourcy et c'est tant mieux ne tombe ni dans l'écueil d'une narration sanglante ou spectaculaire (bien au contraire) et ne cherche en aucune manière à faire dans le sensationnel ou le jamais lu. On sent en lui une sorte de ténacité tranquille, à l'image de celle de son jeune héros (Célestin Louise, dont le nom à la fois céleste et féminin, décrit parfaitement la personnalité de celui qui le porte), de douceur simple, sans voyeurisme, qui repose des auteurs parfaitement machiavéliques.


    Un livre pas inintéressant, à l'intrigue plutôt gentillette, académique, mais fidèle à l'esprit d'une époque, que je conseille vivement aux 'jeunes' lecteurs désirant découvrir cette période.

      La date/heure actuelle est Sam 24 Juin - 21:11