Brigitte Giraud

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Brigitte Giraud

Message par topocl le Jeu 29 Déc - 9:45

Brigitte Giraud
Née en 1960






Brigitte Giraud, née en 1960 à Sidi-Bel-Abbès en Algérie, est un écrivain français, auteur de romans et de nouvelles.

Brigitte Giraud est lauréate du Goncourt de la nouvelle en 2007 pour son recueil L'amour est très surestimé, a reçu en 2001 la mention spéciale du prix Wepler pour À présent, et le prix Giono pour Une année étrangère en 2009.

Brigitte Giraud dirige la collection de littérature "la forêt" aux éditions Stock,

Œuvres

Romans
   La Chambre des parents, Fayard, 1997
   Nico, Stock, 1999
   Marée noire, Stock, 2004
   J'apprends, Stock, 2005
   Une année étrangère, Stock, 2009
   Pas d'inquiétude, Stock, 2011
   Avoir un corps, Stock, 2013
   Nous serons des héros, Stock, 2015

Récit
   À présent, Stock, 2001

Nouvelles
   L’amour est très surestimé, Stock, 2007
   Avec les garçons, suivi de Le Garçon, J'ai lu, 2010

_________________
Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
Dany Laferrière
avatar
topocl

Messages : 2375
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Brigitte Giraud

Message par topocl le Jeu 29 Déc - 9:48

Pas d'inquiétude



C'est le récit de la lente dérive, de l'anéantissement profond d'un père qui est en train de perdre son enfant, et qui se perd lui-même.

Alors que la mère se rigidifie en surinvestissant son travail, le père arrive à se dégager de celui-ci et à ne se consacrer qu'à son enfant. Outre la douleur de la maladie et le futur deuil il doit aussi assumer une perte totale de son identité et de sa place de la société, renonçant à être fournisseur d’un travail, élément d'un groupe professionnel chaleureux, nourrisseur de la famille, époux de sa femme (qui a fait des choix autres), père de sa fille aînée, ami de ses amis, responsable de sa maison… Tout en profitant de quelques moments heureux avec son fils (des balades en Vespa, des poèmes appris ensemble par cœur, une visite musée où l'enfant se soucie plus de l'avenir des ours polaires que de son propre sort), il se dissout dans un cocon de repli sur soi, comme s'il ne bougeait plus pour ne pas se heurter. On attend tout de lui, mais il sait qu'il ne peut rien mais il n'a pas d’autre choix.

   On me faisait croire que j'étais solide parce que ça arrangeait tout le monde, mais moi je savais bien où j'en étais.

Pas d’inquiétude
est l'histoire prenante et d’un anéantissement lucide et désolé.

(commentaire récupéré)
mots-clés : #famille #pathologie #social

_________________
Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
Dany Laferrière
avatar
topocl

Messages : 2375
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Brigitte Giraud

Message par topocl le Jeu 29 Déc - 9:49

A présent



Difficile de critiquer un livre où Brigitte Giraud nous parle aussi sobrement et dignement de son deuil. Elle adopte un discours extrêmement précis et factuel pour nous décrire scrupuleusement les 10 journées qui vont de la nouvelle du décès de son compagnon dans un accident de moto, jusqu'à l'enterrement de celui-ci. Cependant, et sans doute parce que je n'ai personnellement jamais connu de deuil vraiment proche, je suis restée un peu à l'écart de tout ceci. Intéressée cependant pas l'idée que, prise par le temps et l'énormité des efforts qu'une rébellion demanderait, efforts impossibles à fournir dans une période aussi douloureuse, elle se laisse mener et imposer pour ses obsèques une conduite qui lui déplaît, et qui déplairait à son époux.
Rien à redire à ce court texte, plutôt une perception personnelle.

(commentaire récupéré)

_________________
Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
Dany Laferrière
avatar
topocl

Messages : 2375
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Brigitte Giraud

Message par topocl le Jeu 29 Déc - 9:51

Marée noire



Brigitte Giraud écrit de superbes petits livres très denses et douloureux, où s’engouffrer pendant une heure ou deux, et vivre détail par détail la fragilité des destins et la force que les êtres trouvent en eux pour y faire face, leur solitude aussi.

Ils sont cinq, cinq réunis pour des vacances au large de l’océan, un homme veuf et son fils déchiré, une femme divorcée et ses deux filles délicates, bien décidés à construire tous ensemble une nouvelle histoire. A tourner la page sur leur cinq histoires douloureuses, à décider ensemble d’un nouveau chemin qui permettra de dépasser leurs passés mal assumés. Leurs gestes quotidiens, leurs silences, leurs colères , leurs échecs face à ce bonheur qui s’offre à eux, mais qu’ils ne peuvent accueillir parce qu’il n’est pas celui qu ‘ils avaient connu, sont rythmés par la progression d’une marée noire qui dévaste les rivages proches de leur lieu de vacance.

Encore une fois une grande simplicité, une dignité ordinaire, des êtres ballottés par la vie…Beaucoup d’émotion.

(commentaire récupéré)

_________________
Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
Dany Laferrière
avatar
topocl

Messages : 2375
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Brigitte Giraud

Message par topocl le Ven 6 Jan - 17:16

Nous serons des héros





Olivio a fui le Portugal avec sa mère, après la mort de son père dans les geôles de Salazar. Ils se réfugient à Lyon où la mère forme un nouveau couple avec Max, un pied noir bravache. Et Olivio se noue d'amitié avec Ahmed, qui habite l' HLM d'à côté, fils d' immigrés algériens, empli d'une violence mal contenue.

Dès la première ligne on sent que le mélange de ces trois exils sera explosif. On suit la formation d'un adolescent sans repères, par une plume assez douce habilement située à hauteur d'enfant, avec ses énigmes et ses espoirs. Le suspense monte face à ce mélange de trois personnages si similaires et si  différents à la fois, et puis sur les cinq pages finales la violence explose dans un sens qu'on n'attendait pas, ou en tout cas pas comme ça, qui, malgré une belle ferveur, surprend par son manque de lien avec les forces en puissances. Tout ça pour ça?  Certes, c'est comme dans la vie où les faits ne suivent pas une logique organisée, mais dans un roman cela m'a déconcertée: toutes ces pistes abandonnées.


(commentaire récupéré)
mots-clés : #immigration #regimeautoritaire

_________________
Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
Dany Laferrière
avatar
topocl

Messages : 2375
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Brigitte Giraud

Message par bix_229 le Ven 6 Jan - 17:50

A PRESENT

En moins de 110 pages, Brigitte Giraud raconte l' onde de choc qui frappe une femme après la mort accidentelle de son compagnon.
Les phrases avancent, de façon brève et saccadée comme l' aiguille des secondes qui rythme
l' écoulement du temps après la nouvelle et tout ce qui s' ensuit pendant cinq jours.
Le questionnement à vide, l' incompréhension, la stupeur, la révolte, l' irréalité...
Ce n' est pas un livre morbide, c' est un livre sur le travail de la mort sur celle qui reste et qui se
demande comment et pourquoi survivre.
Tout est insupportable : le bruit et le silence. La présence des autres ou la solitude.
Les objets personnels de l' autre qu' on essaie de choisir parce qu' ils rappellent la vie, mais qui sont devenus inutiles précisément parce qu' ils étaient personnels.
L' obligation du rituel funéraire et la difficulté à trouver des mots d' adieu.
La dernière révolte...

Le temps n' est pas encore venu où l' improbable adaptation remplacera l' instinct de survie.
Un beau livre que j' ai lu d' un trait pour éviter la suffocation...


Puis le moment arrive où je sais...

Je suis muette. Je suis calme étrangement. Qu' est-ce qui sépare la vie de la mort ? On est tout, puis on n' est

rien. Rien. On n' a plus de voix, on n' aime plus, on ne sait plus. Qu' on a une femme, qu' on a un fils. Que c' est

l' été et qu' on doit aménager dans une nouvelle maison. Qu' il y en a pour des mois de travaux. Qu' on avait choisi

de ne pas prendre de vacances... On est dans la vie, c' est normal, après on est mort et personne n' est habitué.

Alors vous improvisez. Vous faites du rien avec du rien...


A présent, pp 16-17

Message récupéré
avatar
bix_229

Messages : 2692
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Brigitte Giraud

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum