Pierre Goldman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pierre Goldman

Message par topocl le Jeu 29 Déc - 10:01

Pierre Goldman
(1944 - 1979 )



Pierre Goldman (Lyon, 22 juin 1944 - Paris, 20 septembre 1979) est un intellectuel engagé d'extrême gauche ayant glissé dans le banditisme, demi-frère aîné du chanteur Jean-Jacques Goldman. Il meurt assassiné dans le 13e arrondissement de Paris. L'acte, revendiqué par un mystérieux groupe clandestin d'extrême droite, Honneur de la Police, n'a jamais été complètement élucidé.

Œuvres

Souvenirs obscurs d'un juif polonais né en France,   1975
L'Ordinaire Mésaventure d'Archibald Rapoport, 1977

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 3092
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Pierre Goldman

Message par topocl le Jeu 29 Déc - 10:04

Souvenirs obscurs d'un juif polonais né en France



J'ai pris envie de lire ce livre en lisant Lola Lafon, qui le cite abondamment, puis en trouvant ceci :


  La bibliothèque idéale de Lola Lafon

   Le livre lu et relu
   Souvenirs obscurs d’un juif polonais né en France de Pierre Goldman (ed Points). C’est une œuvre extraordinaire. Un texte écrit en prison et qui embrasse tout à la fois : la philosophie, le droit, une réflexion sur l’innocence, sur le fait d’être juif. Un livre indispensable.


Si la catégorie Cris jetés à la face du monde existait,j'y aurais mis le livre de Pierre Goldman plutôt que dans la catégorie Témoignage.

Pierre Goldman est le fils de Juifs actifs dans la résistance, écorché vif, étranger en tout lieu . C'est un gauchiste déterminé, partisan de la lutte armée, auteur d'un projet de guérilla urbaine. Fin 1969, ayant besoin d'argent, pour ses plaisirs personnels ou pour aider des amis, il a perpétré trois vols à main armée à Paris. À la même époque, dans le même quartier, un hold-up Boulevard Richard-Lenoir se termine par un double meurtre qui lui est imputé alors qu'il n'a jamais cessé de clamer son innocence.

Ce livre, écrit en prison après sa condamnation, est une mélange d'explications, d'argumentations, de réflexions générées par cette affaire.

   Je lui dis écoutez monsieur Braunschweig peu m'importe la réclusion à vie je n'aime pas la vie j'ai grandi dans l'évocation d'Auschwitz pour moi Fresne c'est un internat un peu rigoureux au Venezuela si j'avais été arrêté on m'aurai tué ou torturé et je serais actuellement en prison pour je ne sais combien d'année la prison j'ai toujours su que je risquais d'y séjourner longtemps ce que je ne supporte pas c'est l'infamie de cette accusation de cette condamnation je suis innocent.


Après avoir présenté des extraits de l'acte d'accusation concernant les affaires dont il se reconnaît coupable et celle dont il se dit innocent, Pierre Goldman écrit une première partie sous le titre de "curriculum vitae", où il décrit son parcours, ses agissements, les trois hold-ups, ainsi que son alibi et les raisons qui font qu'il ne peut pas être coupable du quatrième. S'opposant au « curriculum vitae » établi par les policiers, sur la foi de commentaires subjectifs de son entourage, il s'en tient aux faits. Pas d'explications, pas d 'affects. Pierre Goldman s'attache à rendre cette partie sèche, distante, sans fioritures : j'ai fait ceci. J'ai fait cela. Il s'est passé ceci…C'est l'histoire d'un jeune homme de son siècle déterminé par ses origines, s’exprimant dans une révolte folle furieuse par rapport à une société bourgeoise qui n'est plus admissible.

Ensuite, il décortique obsessionnellement l'instruction pour en faire ressortir les contradictions, les faiblesses, les incohérences. C'est un Douze homme en colère obsessionnel et pointilleux, et donc plutôt fastidieux même s'il est primordial il faut une bonne dose d'obstination pour en venir à bout.

La troisième partie, par contre est assez prenante, par sa description du procès, des personnalités. Goldman est tout aussi capable de mépriser un de ses anciens amis que d'admirer l'avocat général. Et cet homme qui a passé une licence de philo en prison, dissèque les modalités du système juridique, à qui il reproche son racisme, son positionnement politique voire idéologique. Il l'accuse, arguments à l'appui, de préjuger de sa culpabilité sur la seule image atypique qu'il présente, de vouloir piéger le gauchiste plus qu'assurer une vraie justice : « juger l'homme dans son ensemble, et pas seulement son crime ». C'est assez poignant.

   À l'absence de preuves déterminante, matérielles, on a remédié en établissant une relation complètement arbitraire entre ce que j'étais (pour l'accusation, pour certains) et l'acte qu'on me reprochait. Je n'ai pas été jugé parce que j'ai été préjugé, parce que le verdict a seulement consisté à faire découler de mon être supposé (de ma personnalité, etc.) un acte criminel et homicide qui - selon l'accusation - en était l'effet quasiment naturel, et, en tout cas, plausible.il fallait à l'accusation que je puisse être la cause d'un tel acte.

C'est donc une lecture pas toujours passionnante au fil des pages, mais qui ouvre sur un homme des moins ordinaires et pose des questions indispensables.

(commentaire récupéré)


mots-clés : #autobiographie

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 3092
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Documents et essais :: Histoire et témoignages

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum