Olyvier Leroux-Picard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Olyvier Leroux-Picard

Message par Jack-Hubert Bukowski le Ven 30 Déc - 11:24

Olyvier Leroux-Picard
(1989-)



Qui allait croire que j'allais me reposer sur mes lauriers aujourd'hui après avoir cité quelques poètes illustres. Olyvier Leroux-Picard est l'une des jeunes voix de la poésie québécoise qui détonnent. Il est remarquablement sobre dans ses effets d'écriture. La maison d'édition La Tournure lui a offert un site d'accueil où il allait pouvoir prendre part à l'avant-garde poétique du Québec. Avec Tantales, il a prouvé tant qu'à moi qu'il était un poète majeur. Après avoir établi ses Fondations, il a repris son envol.

Oeuvre

Poésie

Fondations, 2013
Tantales, 2014
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 935
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 36
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Olyvier Leroux-Picard

Message par Jack-Hubert Bukowski le Ven 30 Déc - 11:47



Olyvier Leroux-Picard est un poète qui se lit et dont on déguste la poésie jusqu'au dernier mot. J'ai lu ses deux recueils. Je commence aujourd'hui avec Tantales. Pour avoir lu Fondations en premier, j'estime qu'Olyvier a trouvé chaussure à son pied en passant à la Tournure. Il continue son évolution poétique.

Des cinq sclérosés qui passent à la sclérose, j'ai opté pour le troisième sclérosé :

sclérosés

à border le vertige
avec ses draps d'oubli

surtout ne pas s'en faire

meubler le temps
jusqu'au grenier

l'abri tombeau

Comme nous pouvons voir, la poésie d'Olyvier cultive une unicité dans sa quête. Il n'en reste pas moins membre de la communauté des poètes :

mes mains       coulées d'outre-mer
ne tracent plus les lignes
qui en toute alchimie achèvent        le doute
en fibres certaines

je m'avise de l'intenable

Le poète se tient sur la pointe des pieds, habile quand même :

j'écris
sur le point toujours
de ne pas me distendre        la partition
sur le point toujours
de ne pas s'acharner

sur le bout de la langue        ma présence
dans tes bras peut-être

Olyvier Leroux-Picard n'a rien à envier à Gaston Miron et aux poètes des années 1970 :

ma langue lambeaux
dérobée dans l'entre-ligne
avant les mots         les ratures
mêlées d'empreintes
et d'adresses

je m'adonne        avec elle
au plus souple des foutoirs

Quand je vous disais que Miron...

je laisserai ma gorge
défigurer les attentes

rien à suivre
d'établi d'avance

le cri se passera de diction

Parfois, il arrive de ces fulgurances :

crier
comme le verbe appel d'air       se fraye incendie
du torse à la mâchoire

j'attends tes lèvres pour parler



* Les italiques sont de Kim Doré

Puisqu'il nous faut conclure, complétons cette entrée en matière dans l'univers des Choses :

nos images
se produiront encore       comme une chose
qui aime à s'étendre
dans ce qui nous sépare

Je trouve la poésie très douce et quand même vive, parfois sans ménagement dans ses effets. Il y a quand même une élévation d'âme. Nous sentons la griffe de l'équipe de la Tournure. Ça prenait quand même Olyvier Leroux-Picard pour y arriver.


mots-clés : #poésie #quebec
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 935
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 36
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Olyvier Leroux-Picard

Message par Jack-Hubert Bukowski le Ven 20 Jan - 7:21



Olyvier Leroux-Picard a débuté sa carrière de poète aux éditions du passage. Son style bref fait en sorte qu'il ait fait cette entrée en matière sans trop de difficultés. Son style est très évocateur, propose des métamorphoses et des images qui s'y prêtent bien.

Je vous propose un premier extrait :

les rafales marquent
d'une voix sans nom
mes paysages précaires

érodent
mes flancs démunis
par milliers d'années

le roc
miscible dans la secousse

Quand je vous évoquais ces métaphores qui métamorphosent :

j'articule mes convulsions

révélations provisoires
marques décisives
j'esquisse ma carte
sur fond d'épanchement

pourrais-je ainsi
rejoindre l'autre?

Quand on se demande comment la poésie peut étonner :

j'outrepasse
l'uniforme des visages

je pose
à la face du monde
ses versants assombris

suis-je vraiment seul
à y être allé

Il m'a semblé à la lumière des relectures que j'ai faites des recueils d'Olyvier, que c'est une poésie qui se digère lentement. Elle est douce, mais il nous faut l'assimiler à petites bouchées sans quoi le sens pourrait nous échapper ou encore sa force d'évocation.
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 935
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 36
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Olyvier Leroux-Picard

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains du Canada

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum