Pu Song-Ling

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pu Song-Ling

Message par bix_229 le Ven 30 Déc - 18:43

Pu Song-Ling (1640-1715)


"Auteur de ce chef-d'œuvre inégalé de la littérature d'imagination chinoise qu'est le Liaozhai zhiyi (Contes extraordinaires du pavillon du loisir), Pu Songling semble être issu d'une branche exilée au Shandong et appauvrie d'un clan puissant et riche aux lointaines origines arabes et marchandes. Peut-être pratiquait-on encore la religion islamique dans son village natal ? Non qu'on en trouve la trace dans son œuvre, mais il aurait pu puiser dans cette condition de minoritaire la force de son originalité critique.

Certes, l'amertume qui la traverse s'explique par sa situation de lettré frustré : des échecs répétés aux examens supérieurs l'ont amené à une carrière de secrétaire privé de mandarin, auprès d'amis plus fortunés. Mais est-ce si sûr ? Son père était resté dans le commerce, lui-même sut faire apprécier ses talents dans un cercle intime de lettrés, certains éminents. Ce qui semble l'avoir marqué profondément, ce sont les querelles des femmes d'une grande famille divisée : le thème de la mégère non apprivoisée revient dans ses contes avec une fréquence presque obsessionnelle.

On le retrouve dans un long roman en langue vulgaire, le Xingshi yinyuan zhuan, en cent chapitres, ce qui, en conjonction avec maints autres indices, le lui a fait attribuer, bien que la plus ancienne édition connue soit de 1870. Les contes du Liaozhai ont longtemps circulé en manuscrits, certains autographes, attestant divers états de l'œuvre qui comprend une dizaine de pièces de plus que les 431 de la meilleure édition courante. Jusqu'en 1707, au moins, Pu Songling n'a cessé d'ajouter au recueil achevé en 1679 et commencé une dizaine d'années plus tôt, peut-être au moment où il renonçait à la carrière mandarinale. Voulait-il démontrer l'injustice qui lui était faite par cette éblouissante virtuosité dans le maniement de la prose classique à des fins aussi futiles que le conte fantastique ?

Le monde surnaturel, dont il assume le titre de chroniqueur, y apparaît bien plus humain que celui des hommes. Le secret de cette réussite exceptionnelle, c'est sans doute d'avoir su allier le réalisme narratif de la nouvelle classique des Tang à la concision de l'anecdote des Six Dynasties. Pourtant l'illustre recueil ne sera imprimé et diffusé qu'en 1766, un demi-siècle après la mort de Pu Songling. Il exercera alors une influence d'autant plus grande que le conte en langue vulgaire ne s'écrit pratiquement plus. D'innombrables collections seront livrées au plaisir du lecteur lettré. Mais la popularité du recueil de Pu Songling se traduira par maintes adaptations destinées à un public plus vaste, éditions annotées, versions en vulgaire, dramatisations, sans compter, plus récemment, le cinéma."
source : encyclopedia Universalis

Bibliographie en français :

J'ajoute que le texte a été traduit en français et d'autres langues sous des titres divers. Tels que Contes extraordinaires du Pavillon du Loisir.
Contes étranges du Cabinet Leao, Le Sudio des loisirs. Etc...
avatar
bix_229

Messages : 3916
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Pu Song-Ling

Message par bix_229 le Ven 30 Déc - 18:47



La première sélection que j'ai lue, sous le titre de Contes extraordinaires du Pavillon des loisrs,
traduits par A. Hervouet. Connaissance de l'Orient/Gallimard





Autre sélection dans une jolie éditon publiée par Tchou sous le titre
Contes du Ying et du Yang,
traduits par Hélène Chatelain
présentés par Claude Roy

avatar
bix_229

Messages : 3916
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Pu Song-Ling

Message par bix_229 le Ven 30 Déc - 18:58

"Avec ma pauvre lumière de ver luisant d'automne, je m'affronte aux farfadets du grand âge.
Je ne suis qu'un grain de poussière dans un rayon de soleil, une plaisanterie des esprits. Je charge mes amis d'écrire pour moi des histoires qu'ils connaissent, et je leur donne la forme d' un conte. La minuit me trouve, le pinceau à la main, près de la lampe qui faiblit, tandis que dehors souffle le vent mélancolique. Penché sur ma table austère, j'ajuste pièce à pièce mes fables.
Je suis pareil à l'oiseau effrayé par le grand froid d'hiver et qui ne trouve plus d'abri dans l'arbre ; à l'insecte d' automne, que la lune froide glace, et qui cherche à franchir une porte au delà de quoi, il fera de nouveau chaud."

Contes du Ying et du Yang. - Tchou

Extrait cité par Claude Roy dans la présentation.

Message récupéré
avatar
bix_229

Messages : 3916
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Pu Song-Ling

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Nouveaux fils en devenir ou à ranger

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum