Nicolas Leskov

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nicolas Leskov

Message par bix_229 le Sam 31 Déc - 18:00

Nicolas Semionovitch Leskov
(1831-1895)



Nikolaï Semionovitch Leskov, né en 16 février 1831 à Gorokhovo, dans le gouvernement d'Orel, mort le 21 février 1895 à Saint-Pétersbourg, est un écrivain et journaliste russe. Il écrivit aussi sous le pseudonyme de M. Stebnitski. De nombreux Russes le considèrent comme « le plus russe de tous les écrivains russes ».

Leskov n'a pas encore la place qu'il mérite dans la littérature universelle. Par suite d'un malentendu, il fut mis en quarantaine et persécuté par les intellectuels progressistes, et les critiques de son temps firent le silence sur lui. Malgré les efforts de Gorki, qui le considérait comme un de ses maîtres et qui montra son importance, cet interdit pesa longtemps, et l'on parla rarement de Leskov en Union soviétique. Pourtant, par sa connaissance exceptionnelle de la vie russe, par la variété de ses sujets, par la richesse de sa langue, c'est un des conteurs russes les plus féconds et les plus originaux.
source : Encycloaedia Universalis

Bibliographie en français

- Lady Macbeth au village
- Gens d' église
- L' Ange scéllé
- Le Vagabond ensorcellé
- Unefamille déchue
- Le Chasse-Diable
- L' Artiste en potiche

Tous édités en Pléiade/Gallimard mais il existe des éditions de poche.
avatar
bix_229

Messages : 2692
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Nicolas Leskov

Message par bix_229 le Sam 31 Déc - 18:21

L'oubli de Leskov est assez étonnant. On peut penser que comme Tourgueniev, il a été éclipsé par Tostoi, Dostoievsk, Tchekhov.
Il faut dire aussi que c'était un esprit indépendant et même volontiers polémique. Il n'a pas hésité à s'en prendre à l' église dans plusieurs de ses livres.
C'était un exprit observateur et attentif. Il admirait beaucoup Gogol sans vouloir lui ressembler. Mais comme lui, c' est un grand conteur. Comme lui aussi, il connaissait les petites gens et notamment ces croyants minoritaires qui s'appelaient ou qu'on appelait "vieux croyants". Il était assez fasciné par eux et cela se sent dans un conte comme l'Ange scellé.

J'ai à peu près tout lu de Leskov et j'ai beaucoup oublié, mais si je devais relire un livre, ce serait probablement le Vagabond ensorcelé. On y retrouve la Russie des petites gens et des petites villes, de vastes paysages, et il me semble aussi qu'il y a une grande diversité de tons...

Allez, je me suis convaicu moi-meme. Je vais le relire.
A noter que La Pléiade a regroupé une bonne partie de son oeuvre. Dans le même volume, un autre méconnu, Saltykov-Chtchedrine...

Message récupéré
avatar
bix_229

Messages : 2692
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Nicolas Leskov

Message par bix_229 le Sam 31 Déc - 18:25



LE VAGABOND ENSORCELE

Ivan, un colosse en habits de moine, raconte à ses compagnons de rencontre les aventures qui ont fini par l'amener à devenir moine. Moins par vocation que pour être tranquille. A ce qu'il croit...

Et des aventures il en a eues et des souvenirs ! Il a traversé la moitié de la Russie, d'abord militaire forcé, capturé par les Tartares, quasiment marié par eux (plutôt deux fois qu'une), il finit par s'associer à un prince lunatique en tant qu'expert en chevaux. Les chevaux, c'est la seule chose qu'il connaît à fond. Un don quasiment inné. Les chevaux, leurs qualités et leurs défauts et quant il en trouve un vraiment bon, il l'aime. Mais comme il doit aussi les vendre, il pleure et boit pour se consoler.
Et puis le prince se révèle être une canaille.
Tous deux tombent raides amoureux d'une tzigane, mais c'est le prince qu'elle choisit. A tort ! Le prince se lasse vite et l'abandonne. Il hypothèque la maison d'une autre maîtresse pour épouser la fille d'un notable.

On peut comprendre qu'Ivan lassé veuille se mettre à l'abri d'un monastère. Mais comme il est ensorcelé, il a tendance à prendre les vessies pour des lanternes et les vaches pour des diables cornus ! A la fin, les moines font venir un médecin pour l'examiner. Mais le médecin se déclare incompétent.

"Je ne parviens pas, dit-il à comprendre ce qu'il est au juste : un faible d' esprit inoffensif, un fou ou bien un véritable prophète. C'est d' ailleurs plutôt de votre ressort… Envoyez le faire un grand tour, le plus loin possible..."

Le vagabond ensorcelé est un récit brillant, drôle, remarquablement écrit et traduit. L'intérêt ne faiblit jamais, chacun des chapitres étant une nouvelle histoire, à la manière des Mille et une nuits ou du Testament trouvé à Saragosse. Et aussi des Ames mortes de Gogol qu'il admirait.

Leskov écoutait beaucoup et bien, et notamment un peintre d'icônes qui lui inspira cette histoire.
On peut dire qu'Ivan Severianovitch, c'est un peu le chevalier et le géant des contes et des récits épiques. Et aussi le paysan russe encore peu touché par la civilisation européenne.
Un être qui endure les privations et les coups et cherche le salut de son âme à travers ce qu'il sait des Ecritures.
Un être profondément naïf, bon et généreux, même s'il est excessif dans tous ses appétits, ses beuveries et ses amours.

Messages récupérés


mots-clés : #aventure
avatar
bix_229

Messages : 2692
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Nicolas Leskov

Message par tom léo le Sam 1 Juil - 17:12



Lady Macbeth du district de Mtsensk


Originale : Леди Макбет Мценского уезда (Russe, 1864 et publié en 1865)

CONTENU :
Dans le district de Koursk notre Katarina Lvovna Ismailova a été marié très jeune avec un veuf de vingt ans plus âgé. Comme marchand il est tout le temps en vadrouille et notre héroïne, d'origine « simple », n'arrive pas à goûter de sa solitude : elle souffre les maux de la riche abandonnée, elle est fatiguée, baille, connaît l'ennui et un isolement pénible. Aussi un enfant se fait attendre, « qui pourrait la consoler et occuper », même après cinq années de mariage (elle a entre-temps 24 ans). Et le mari si probablement stérile, infécond, comme aussi le beau-père haineux lui en font un procès, oui, quasiment un crime.

Est-il si étonnant qu'elle va assez rapidement céder aux avances à peine dissimulées du cerf Sergeï, un bel homme, Don Juan connu? Il lui rappelle – plus que son propre mari tellement mal-aimant – des choses désirées et la vie sans contraintes et dans la simplicité de son enfance. Et lors d'une absence de son mari croît rapidement une intimité, une appartenance, oui presque une dépendance, un délire, au moins de sa part à elle. Et déjà on s'habitue à une vie commune possible devant les yeux de tout le monde.

Ils élaborent toutes sortes de projets et le drame va se dérouler devant nos yeux...

REMARQUES :
J'avais trouvé un recueil de cinq, six nouvelles de ce grand auteur russe et je les lis peu à peu.

On le devine : Empruntant le titre vaguement chez Shakespeare, il s'agit bien d'une vrai tragédie, sans pourtant d'être écrit en forme versifiée. Des motifs de cette version pourrait être tirés alors de la pièce de l'Anglais : Macbeth est au début un vassale fidèle du roi Duncan de l’Écosse. Après la prophétie de devenir roi à son tour, il décide ensemble avec Lady Macbeth d'assassiner le roi. Après cette mort Macbeth se fait couronner roi et établit peu à peu une tyrrannie. Les deux sont mus par un grand soif de pouvoir et d'avidité, mais perdent à la suite de leurs crimes la raison et leur humanité (voir aussi : http://fr.wikipedia.org/wiki/Macbeth_(Shakespeare) )

Mais Leskov s'est laissé inspiré aussi par un cas judiciaire authentique, suivant ainsi l'exemple de certains auteurs (dont Dostoïevski) à utiliser des faits réels pour en faire des trames d'histoire.

Assez impressionnant comment Leskov nomme les choses par son nom sans devenir obscène. Il y a un désir profond, une forte charge derrière les lignes : actions et sentiments. Mais j'ai fût saisi particulièrement par les chapitres du début sur la vie isolée, pleine de souffrance de Katarina/Cathérine dans la cage d'or. Oui, plus tard elle semble insensible des fois, froid sous certains égards, mais est-ce que cela ne se préparait pas ? La responsabilité et la « culpabilité » restent sans doute, et pourtant...

Ayant lu quelques nouvelles de ce Russe je comprends pourquoi on le compte parmi les tout grands, oui, il « était lors de sa vie à coté de Dostoïevski et Tolstoï l'auteur de prose le plus important » (selon wikipedia.de).

Il y a probablement des éditions et traductions différentes de diverses époques. Grande recommandation de découvrir cet auteur !

Soit dit en passant pour les passionnées de la musique, que Shostakovitch en a fait une adaptation extraordinaire...!
avatar
tom léo

Messages : 378
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Nicolas Leskov

Message par Bédoulène le Sam 1 Juil - 17:15

c'est intéressant quand un auteur se sert d'un fait réel. merci Tom Léo !

j'ai dans ma pal "le voyageur enchanté" c'est peut-être le "vagabond ensorcelé" ?

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 3261
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Nicolas Leskov

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains Russes

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum