Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Le One-shot des paresseux

Page 8 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le One-shot des paresseux - Page 8 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par Armor le Sam 9 Mar - 18:34

Ca m'intéresse encore plus, alors !

Si tu veux lire un témoignage sur la montée du nazisme, je te conseille vivement Histoire d'un allemand, de Sebastian Haffner. Un livre qui m'a beaucoup marquée. On a en parlé ici : clic

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 3527
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 38
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Le One-shot des paresseux - Page 8 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par kashmir le Dim 10 Mar - 9:32

Merci beaucoup, Armor, cela m'intéresse. je l'ai noté et vais aller voir à la bibliothèque.
kashmir
kashmir

Messages : 1826
Date d'inscription : 10/09/2017

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Le One-shot des paresseux - Page 8 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par églantine le Dim 10 Mar - 11:06

@Armor a écrit:Ca m'intéresse encore plus, alors !

Si tu veux lire un témoignage sur la montée du nazisme, je te conseille vivement Histoire d'un allemand, de Sebastian Haffner. Un livre qui m'a beaucoup marquée. On a en parlé ici : clic

Je l'avais acheté suite à vos échanges .
Il est temps peut-être de le sortir du dessous de la PAL .
églantine
églantine

Messages : 4297
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Savoie

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Le One-shot des paresseux - Page 8 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par bix_229 le Dim 10 Mar - 11:46

Je vous conseille aussi Irmgard Keun.


Le One-shot des paresseux - Page 8 Keun10

Un chef-d’œuvre de la littérature allemande, écrit en 1937 et injustement oublié pendant des années, témoignage unique sur les tensions, les ambiguïtés et l’hystérie régnant dans l’Allemagne des années 30, dénonciation sans appel de l’idéologie nazie, un roman plein de charme et d’humour, lors même qu’il décrit les premiers instants d’un cauchemar. Et au passage, la redécouverte – ou la réhabilitation – d’une des personnalités les plus fascinantes de la littérature : Irmgard Keun.
bix_229
bix_229

Messages : 10633
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Le One-shot des paresseux - Page 8 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par Armor le Dim 10 Mar - 12:25

Merci bix ! Sûr, je le note, celui-ci !

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 3527
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 38
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Le One-shot des paresseux - Page 8 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par kashmir le Dim 10 Mar - 14:38

Merci, bix ! De la lecture en perspective, tout cela. cheers
kashmir
kashmir

Messages : 1826
Date d'inscription : 10/09/2017

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Le One-shot des paresseux - Page 8 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par animal le Mar 23 Avr - 21:28

Le One-shot des paresseux - Page 8 51fx6810

Clash à Tours de Philippe-Michel Dillies

Si les rebondissements peuvent prendre le dessus sur le scénario. Si savoir qui parle à qui n'empêche pas de suivre l'action. Si passé de 10h à 2h du mat' ou l'inverse en trois lignes n'est pas un problème. Si le polar du terroir peut la jouer international à l'égyptienne antique et que la franc-maçonnerie peut aussi tenir dans le sandwich. Si une phrase c'est d'abord utilitaire. Si plus de trois cent pages ce n'est pas un peu long. Si le grand guignol, les drones, les flingues peuvent le disputer aux bonnes adresses et repères locaux... mais légèrement détournés ?

Alors alors alors, et j'en oublie, peut-être pouvez-vous tenter ce genre d'expérience. Sinon vous risquez de vous faire un peu ch... et se faire rappeler tous les deux bas de pages que "dans la même collection par le même auteur..." ne vous servira à rien.

Incroyable non ? cat


_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10203
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Le One-shot des paresseux - Page 8 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par églantine le Mar 23 Avr - 21:35

Le One-shot des paresseux - Page 8 3866672782
églantine
églantine

Messages : 4297
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Savoie

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Le One-shot des paresseux - Page 8 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par Bédoulène le Mar 23 Avr - 23:03

la ville t'a joué un tour ! Smile

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12868
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Le One-shot des paresseux - Page 8 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par Aventin le Dim 4 Aoû - 18:26

Ernst Zürcher

Le One-shot des paresseux - Page 8 Zzrche10


Biographie:

Ingénieur forestier, docteur en sciences naturelles, professeur et chercheur en sciences du bois à la Haute École spécialisée bernoise, chargé de cours à l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et à l'École polytechnique fédérale de Zurich (ETHZ), Ernst Zürcher étude plus particulièrement les structures temporelles des arbres (la chronobiologie). Il est l'auteur de nombreux articles scientifiques.

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Les Arbres, entre visible et invisible

Le One-shot des paresseux - Page 8 E_zzrc10
Paru en France chez Actes Sud en 2016, 270 pages environ y compris préface, postface, annexes, schémas, tableaux et photographies.

Débutant par une fascinante partie consacrée aux arbres sacrés, arbres remarquables et peuples de l'arbre, Ersnt Zürcher nous embarque sans coup férir et nous ne lâcherons plus l'ouvrage, même dans les sections très techniques ou très scientifiques, comme par exemple ce qui a trait à la chronobiologie, à la spiralité (sic) et à la polarité (j'ai enfin compris, entre mille autres choses, comment un arbre s'y prend pour pousser vers le haut, défiant ainsi les lois de l'attraction terrestre !).
Les parties sur les messages subtils (les interactions entre arbres, et entre arbres et le reste du vivant si l'on veut), et tout ce qui a trait à la fertilité et à la fertilisation paraissent moins absconses, ou alors le lecteur commence à se roder, ce qui reste hypothétique mais dans le champ du possible.  

Ceux qui, comme moi, traînent depuis les ouvrages de Jacques Brosse et aussi leur enfance campagnarde un attrait incommensurable pour l'arbre, sortent régénérés, ragaillardis d'une telle lecture, qui ouvre à chacun tant de perspectives tout en instruisant avec une grande (et sans doute professionnelle) pédagogie.

Ouvrant, au passage, de nouveaux champs d'investigations pour les chercheurs actuels et futurs, versant avec autant de ténuité que possible dans le constat accablant de l'asphyxie par pollution, du biocide généralisé et de la déraison économique qui mène le monde, Ernst Zürcher analyse et met en évidence des solutions, inlassable force de propositions, avec l'humilité du scientifique, du chercheur face à un problème posé, dût-il y avoir le sort de la planète en jeu (ce qui est le cas).

C'est cette humilité, couplée à cette solidité dans ses travaux scientifiques, qui, je le présume, l'a aidé à surmonter le dédain, voire les sarcasmes; en effet, ainsi que le signale le préfacier (Francis Hallé):
Dans les années 1990, les biologistes français étaient hostiles à toute recherche portant sur les liens éventuels unissant la Lune aux êtres vivants; il a fallu à Ersnt un réel courage pour présenter en France ce thème de recherche et je me souviendrai toute ma vie, avec honte, de ce congrès international sur "L'Arbre, biologie et développement", que j'avais organisé en 1995 à l'Institut botanique de Montpellier.
Lorsque Ernst est monté à la tribune et a pris la parole pour décrire l'influence de la Lune sur le rythme de germination d'un arbre tropical, Maesopsis eminii, beaucoup de mes collègues sont sortis avec ostentation ou ont commencé à discuter entre eux, à bâiller ou à rire, dans l'intention évidente de déstabiliser le conférencier.
Contrastant avec la courtoisie habituelle de ces congrès scientifiques, ce comportement choquant signifiait: "Manifester le moindre intérêt, ce serait nous compromettre avec l'obscurantisme".
Au cours des années qui ont suivi, Ernst a montré que l'obscurantisme était bel et bien du côté de ses adversaires; [...].



Aventin
Aventin

Messages : 1117
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Le One-shot des paresseux - Page 8 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par bix_229 le Dim 4 Aoû - 19:16

Merci, Aventin, ça fait longtemps que je veux lire ce livre.
Je lis en ce moment un livre prodigieux, L'Arbre d'or : John Vaillant,
qui parle de la destruction génocidaire des forets en Colombie Britannique

au seul bénéfice de l'industrie du bois.
On y parle de bien d'autres sujets que j'ignorai totalement.
C'est un livre d'histoire et de contre histoire,qui met en question nos connaissances
et nos préjugés.
On sait vraiment peu de choses.
bix_229
bix_229

Messages : 10633
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Le One-shot des paresseux - Page 8 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par Aventin le Dim 4 Aoû - 19:47

L'arbre d'or n'est-ce pas cet arbre prodigieux de Colombie-Britannique, Bix ?
Si c'est bien lui, Ernst Zürcher en parle dans un petit encadré au chapitre I:

Dans ce contexte, mentionnons encore le tragiquement célèbre arbre sacré des Haïdas de la côte de Colombie-Britannique.
"L'Arbre d'or" était un exemplaire unique d'épicéa de Sitka (Picea Sitchensis) vieux de 300 ans et haut de 50 mètres, entièrement couvert de lumineuses aiguilles dorées, probablement issues d'une mutation particulière.
Dans un geste paradoxal, il fut abattu en 1997 à la tronçonneuse par un bûcheron expérimenté.
L'auteur du crime voulait protester par là contre la dévastation apparemment inexorable des forêts primaires, jetant la communauté locale dans la consternation.  





Aventin
Aventin

Messages : 1117
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Le One-shot des paresseux - Page 8 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par bix_229 le Dim 4 Aoû - 19:57

C'est cela meme.
Un acte fou commis par un bucheorn, et en temps temps une protestation contre la
dévastation à laquelle il avait lui-meme participé.
Mais qui ne tenait évidement pas compte du fait que l'arbre d'or était sacré pour Haidas.
bix_229
bix_229

Messages : 10633
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Le One-shot des paresseux - Page 8 Empty La Pala (Saga Historique) - Christian Maria

Message par TaeYeon le Jeu 17 Oct - 12:48

Je vous conseil de découvrir La Pala, le premier polar de cette saga historique incroyable qui m'a plongé dans le XVIe siècle du Sud de la France. J'ai été séduite par sa richesse qui entremêle aventure, enquêtes mystérieuses, passion, superstitions et mœurs de cette époque tourmentée… L'on suit Charles de Montreil qui nous entraîne dans les racines du patrimoine historique.

Très riche en rebondissements et très prenantes, je l'ai dévoré en peu de temps. J'ai hâte de me plonger dans la suite puisque cette saga se compose de 9 romans.
Elle est écrite par un grand auteur niçois et professeur honoraire.

Résumé :
Une saga de polars historiques qui traversent les États de Savoie au XVIe siècle : Nice, Chambéry, Turin et les Terres Neuves de Provence, ultime refuge de la Maison de Savoie menacée par la belliqueuse politique de François Ier.

Nice en l’an 1521. Une œuvre d’art sacré s’enflamme spontanément. Un jeune chevalier qui a quitté Chambéry et traversé les Alpes arrive dans une cité où tout semble se liguer contre lui : la ville bouillonne de ragots et de rancœurs, les moines augustins voient dans l’incendie de la pala un impérieux message divin, les Niçois y voient l’œuvre du diable et le gouverneur soupçonne un complot des génois. Le jeune vicaire ducal saisit une main qui se tend, la main de Ludovic Brea qui a connu les meilleurs peintres de Florence et agrège une partie des connaissances de son temps…
Le One-shot des paresseux - Page 8 La-Pala-1200x1760

TaeYeon

Messages : 1
Date d'inscription : 17/10/2019

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Le One-shot des paresseux - Page 8 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par Aventin le Mer 20 Nov - 17:05

Les nouveaux alpinistes

Le One-shot des paresseux - Page 8 Les-no10

2018, éd. Glénat. 240 pages environ, plus un glossaire et une note bibliographique.

Par Claude Gardien:
Alpiniste, guide de haute-montagne, a été rédacteur en chef de la revue spécialisée Vertical, est membre permanent du jury des Piolets d'Or.

On est en 1953. Lucien Devies, après la première ascension de l'Everest (qu'on se met -et c'est joie- à appeler de plus en plus de nos jours de son nom népalais, Sagarmāthā, ou de son nom tibétain Jomo lang ma - souvent transcrit Chomolungma), lâche un retentissant:

Pour les alpinistes, le temps du monde fini commence.

Tout l'art, toute l'érudition et tout le recul d'un observateur aussi bien placé que Claude Gardien tend vers la démonstration, assez fine et pertinente dois-je dire, que cette finitude n'en est guère une, et que le ressort créatif et performant se porte toujours aussi bien, enneigeant d'un coup les respectables notions d'âge d'or, d'alpinisme d'exploration (si ce n'est de prétexte scientifique, comme ce fut le cas au temps des grands ancêtres), et les sous-entendus: tout a été fait, et c'était mieux avant.

Il en vient à conclure:

chapitre L'état de l'art a écrit:Au milieu des années 1970, grimpeurs et alpinistes, en se tournant vers l'escalade libre et le style alpin, ont remis l'impossible au goût du jour. On sait que certaines ascensions ne sont pas encore envisageables. Paradoxalement, c'est le retour de cet impossible qui a fait faire d'incroyables progrès à l'escalade et à l'alpinisme. En quarante ans, on est passé du 6b au 9c, on a réintroduit le respect du rocher, et donc de la nature, on a réinventé l'escalade mixte, on s'est engagé dans les plus hautes parois du monde avec l'aide d'un seul compagnon de cordée, en emportant seulement ce qu'un sac à dos pouvait contenir. Les expressions "vaincre" ou "conquérir" une montagne ont disparu des discours. On tente, on réussit parfois, les seules victoires, les seules conquêtes sont intérieures. On est passé d'un alpinisme de conquête à un alpinisme du respect. La seule lutte qui reste à mener est celle de la protection des montagnes.

 Ce n'est pas l'absence de projets encore irréalistes et de perspectives nouvelles qui guette l'alpinisme. L'activité n'est pas pour autant à l'abri d'une érosion de son intérêt...
Les sociétés dites évoluées acceptent de plus en plus difficilement la prise de risques gratuite.

Et cette dernière menace pèse énormément, à mon humble avis, elle est à prendre très au sérieux.

Sur les choix de voies, de faces, de sommets, d'alpinistes mis en lumière par Claude Gardien, il m'est arrivé de tiquer un peu.
Quelques grands oublis, du moins tel que je les perçois vaché au relais à l'appui de mon balcon orienté sud-ouest, mais l'auteur se fend d'un mot d'excuse liminaire:
mot d'excuse... a écrit: ...à tous les alpinistes qui ne sont pas cités dans ce livre, qui ont pourtant donné tout ce dont ils étaient capables dans des ascensions extraordinaires.
  Le but était de tenter d'expliquer l'évolution de l'alpinisme à partir d'exemples concrets. Choisis bien sûr en toute subjectivité...et en nombre limité, afin de faire tenir cette histoire tronquée en un seul volume.

Puis-je introduire une remarque d'ordre tracé, itinéraire et choix, cher M. Gardien ?

Le pyrénéiste que je fus et suis encore un tout petit peu trouve fâcheux que la seule voie pyrénéenne ayant l'honneur de votre encre et de vos pages soit l'exploit Overdose, voie sur la Grande Cascade du cirque de Gavarnie, ouverte en mars 1978 par Dominique Julien, Rainier "Bunny" Munsch, Serge Casteran et Michel Boulang: encore à ce jour jamais répétée.
(NB: On ajoutera, mais c'est géographiquement très capillotracté, la mention sèche en mode "no other comment" -de quoi réveiller les TOCS de ceux qui en sont affligés- du Naranjo de Bulnes, sur lequel se nourrissent encore les exploits en ces 2010 finissantes et vous êtes placé pour le savoir, mais le Naranjo de Bulnes se trouve dans les Picos de Europa, ceci dit les alpinistes qui ont fait le renom de cette incroyable face géante sont tous pyrénéistes).

Le lecteur pyrénéen trouve aussi que des cordées comme celle des jumeaux Ravier, ou celle des aragonais légendaires Rabada-Navarro n'eussent nullement déparé ces pages.
Il estime que si le Vignemale avait été enchâssé quelque part entre Drus et Jorasses, Claude Gardien n'eût pas manqué de parler d'une voie comme celle de Patrice de Bellefon & compères, directissime en face nord dans les années 1970, non encore répétée à ce jour, ou encore en pages historique la conquête du couloir de Gaube et son fameux bloc coincé, voie étrennée par le grand guide Célestin Passet & clients (Brulle, Bazillac, de Monts) & guide associé (François Bernat-Salles) en août 1889, la première répétition s'osant seulement un demi-siècle plus tard.
Dans la même face, la voie Les Délinquants de l'Inutile  (mars 1994) valut, rappel (sur 2 brins de huit mm) M. Gardien, le Piolet d'Or à Christian Ravier, Rémi Thivel et Benoît Dandonneau.

Il estime enfin que le Pamir, le Caucase, la Sibérie orientale, les rocheuses nord-américaines, le Québec, les Andes d'altitude (mais quel oubli !), le Groenland, etc... pour ne citer qu'un faible échantillon, ont déroulé des pages alpinistiques de tout premier plan.

Tout mon étonnement aussi de constater que les Alpes finissent, au sud, au gapençais, à l'est aux dolomites, au nord à l'Eiger.
Et pas un mot sur les Carpathes, les Tartas, le Triglav à peine cité...Et que dire des voies glaciaires de Lionel Daudet aux Îles Kerguelen, archétype de réalisation à même de vous séduire...

Pour en rester à vos montagnes de prédilection, par exemple la première des Drus par les russes Babanov et Kochelenko en 1998 juste après que des pans entiers de la montagne se fussent écroulés, rendant caducs à jamais les itinéraires, les tracés précédents, et sans que nul sache ce que valait ce granit tout neuf, comme nouveau-né, issu des entrailles des Alpes, eût amplement mérité mention...  

Mais, je vois bien que je chipote: qu'un jour advienne à partager un bivouac abominaffreux autour d'un réchaud en fin de gaz et je suis sûr, cher Claude Gardien, que si l'on vous laisse parler de ces laissés-pour-compte, ce sera magnifique.    
Juste l'impression que vous êtes victime du mal français qui veut une capitale, votre Paris est Chamonix, et qui tende vers l'universel, pour l'imposer le plus souvent malencontreusement: sur ça aussi je ne doute pas une seconde que vous ayez beaucoup à dire.

Merci, un grand merci d'avoir fait un ouvrage grand-public, le moins technique possible et ce n'était pas facile, c'est à lire à proximité d'un moteur de recherches, visualiser ces faces rocheuses &/ou glaciaires (et ces visages humains) est essentiel.  
Si je recommande cet ouvrage ?
Oui, ça va de soi !

Mots-clés : #alpinisme #aventure #historique #sports
Aventin
Aventin

Messages : 1117
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Le One-shot des paresseux - Page 8 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par Bédoulène le Mer 20 Nov - 21:13

Il parlera peut-être des "oubliés" dans un autre livre ?

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12868
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Le One-shot des paresseux - Page 8 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par Aventin le Jeu 21 Nov - 14:29

@Bédoulène a écrit:Il parlera peut-être des "oubliés" dans un autre livre ?
Je ne pense pas que ce soit d'actualité, et puis c'est titanesque - il en met en lumière parfois quelques-unes en revue, ou sur les sites internet auxquels il participe - après ça lui est sûrement plus difficile de jauger un peu, et de rendre compte, lorsque le massif lui est totalement ou partiellement inconnu.
Aventin
Aventin

Messages : 1117
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Le One-shot des paresseux - Page 8 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par Aventin le Ven 29 Nov - 19:34

Trois curés en montagne

Le One-shot des paresseux - Page 8 Trois_10

Récit, ré-édité en 2012 par Hoëbeke, qui l'avait déjà ré-édité en 2004, première publication: 1950, éd. B. Arthaud.
165 pages environ.

Jean Sarenne est le pseudonyme du curé d'Huez en Oisans, Jean Zellweger (1915-1974).
Son pseudo est tiré du glacier de Sarenne, devenu aujourd'hui le théâtre lifté d'une...piste noire de la station de ski de l'Alpe d'Huez...O tempora...


________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Avant-propos a écrit:D'ordinaire l'alpiniste "pond" son livre sur la montagne quand il a pu le bourrer d'exploits qui le remplissent comme un œuf.
  Nous n'avons pas voulu faire de même, non par souci d'originalité, mais parce qu'en fait nos plus fortes émotions, nos plus beaux souvenirs, nos plus prestigieuses aventures restent attachés à notre premier contact avec la haute montagne.

  Que les gens d'expérience, qui seraient tentés de crier à la mystification, veulent bien se rappeler leurs débuts.
Ils deviendront indulgents.  

La découverte de l'alpinisme par de jeunes séminaristes autodidactes, à la fin des années 1930.
Il y règne un humour tendre, un humour de joie, antithétique au ricanement, le sourire fondant en rire qui ne fait pas mal, n'égratigne pas (le seul qui vaille ?), fondé sur beaucoup d'autodérision, ne se laissant jamais tout à fait aller au narquois; on pense (mais c'est facile, ils sont cités) à Tartarin sur les Alpes, d'Alphonse Daudet, et (beaucoup !) aux aquarelles de Samivel:

Le One-shot des paresseux - Page 8 Samive10

Le One-shot des paresseux - Page 8 2_sami10


Ce Jean Sarenne a une très agréable plume, on sent, et c'est régal, qu'il ne se prend absolument pas au sérieux dans son rôle d'écrivain, qu'il est là pour faire passer un bon moment, dénué de la moindre prétention, à son lecteur.
On sourit d'attendrissement, un peu en pouffant "oh la la !" aux tribulations de nos séminaristes, qui ne sont d'ailleurs que deux sur un bon deux tiers de l'ouvrage.

Le dernier chapitre (dix ans après, en face nord des Drus) sonne un peu comme un addenda, chapitre de littérature alpine pas loin de l'excellence (on sent que l'auteur en connaît les codes, tiens, tiens !), qui ne déparerait pas publié dans l'une de ces revues aussi prestigieuses que confidentielles (suivez mon regard).
Mais, si ça se déguste volontiers ce type de trouvaille inespérée, c'est moins dans le ton, un peu déconnecté du reste du livre, une manière d'à-part.

On troublerait probablement la modestie de l'auteur en son repos en regrettant que ce livre-là soit sa seule parution, en ajoutant qu'il a l'œil et qu'il sait crayonner: je fus totalement embarqué par son regard doux, qu'il sait faire passer via sa plume agile, gracile même par instants, allant jusqu'à des accointances avec un burlesque un peu perdu aujourd'hui et qui faisait florès il y a un siècle, façon Pieds Nickelés ou Buster Keaton.



Chapitre 1, L'idée a écrit:Un piolet peut être très pratique. Dans les rues d'une ville, avec une soutane et le grand chapeau ecclésiastique, il peut aussi être très encombrant.

Chapitre 10, La piste a écrit:En face de nous jaillissaient en plein ciel les Bans, telle une incisive noire sur une incisive blanche. Ils étaient ce que nous avions imaginé. Par contre, le glacier était plus blanc et lumineux que prévu. Son aspect de crème fouettée nous faisait songer aux montagnes suisses; je ne sais pourquoi, car nous ne les avions pas encore vues. Il s'étirait à la base en une coulée grise semblable à une monstrueuse patte. Elle rappelait le mystère que le Corrège a peint sur les flancs de son Io.

Chapitre 9, La Gandolière a écrit: Un alpiniste a dit quelque part que dans un cas pareil le mieux est de s'occuper l'esprit avec une idée absorbante, celle de la femme aimée par exemple. La recette m'avait paru un remède de commère, injurieux et pour la dignité de l'élue assimilée aux narcotiques et pour la vigueur intellectuelle de celui qui voulait en user ainsi. Ne sachant plus comment soulager ma peine, je fus sur le point d'envier ceux qui pouvaient ainsi se droguer mentalement. Heureusement pour moi je me mis à avoir peur, ce qui me guérit de la monotonie et de ses tentations.

Chapitre 9, La Gandolière a écrit:Une large crevasse la longeait à la base.
"Ce doit être une rimaye", me dit Jo. Et il sourit comme pour s'excuser de l'emploi d'un terme aussi technique. Nous étions un peu confus et troublés, Il faut dire que les lèvres de la crevasse étaient un peu trop ouvertes pour notre ardeur de débutants. Elles semblaient avides, et découvraient de longues stalactites de glace semblables à des dents de requin...
 En vérité j'aurais préféré une moins belle rimaye, mais j'ignorais encore les délicates intentions de la Providence.
 Je regardais le col, quand il sembla descendre à notre rencontre. D'un seul coup, et partout à la fois, la neige qui le remplissait se mit à glisser vers nous. Cette fois je voyais l'avalanche...
  Exactement dans son axe, les pieds dans une masse gluante et profonde, il nous eût été difficile de fuir. La terreur nous paralysa. Bouche ouverte, et ahuris, nous ne pûmes que nous faire tout petits en regardant l'énorme bourrelet qui dévalait de la montagne. Ils ont dû connaître notre peur les malheureux qui, le pied pris dans un rail, voient arriver sur eux soufflant et crachant un lourd train de marchandises,car ce qu'il y avait d'effrayant dans la masse qui avançait, ce n'était pas sa vitesse - elle n'allait pas vite - c'était plutôt quelque chose de comparable à un bouillonnement interne. De puissantes bielles semblaient faire tournoyer la neige sur elle-même en une multitude de rouleaux s'écrasant les uns sur les autres, et le tout avait des allures d'une vague écumeuse courant sur la grève.    

Chapitre 12, Les bœufs rouges a écrit:- À la messe ?
 La pauvre fille en perdit la voix. Comment, nous avions fait les fous, nous avions ri, chanté, plaisanté, nous étions trois gaillards qui semblaient être de joyeux lurons, et nous parlions de bigoteries moyenâgeuses ! Elle ne comprenait plus.
Cette histoire de messe mettait en déroute toute sa psychologie pratique. Elle se mit à nous épier.
Finalement, n'y tenant plus, elle s'écria:
"Mais qui êtes-vous donc ?
- Des séminaristes, on vous l'a dit ce matin.
- Ah !" fit-elle.
  Puis, après un silence: "Et qu'est-ce au juste que des séminaristes ?"
 Le ton était dégagé, comme celui qu'on prend pour dire:
Mais quel est donc ce personnage bien connu, vous savez, celui qui...
"Des séminaristes, dis-je, ce sont des gens qui portent la soutane. Nous sommes trois curés, si vous aimez mieux, trois curés en montagne."
 L'incognito est toujours amusant. Mais on a quelquefois plaisir à le dévoiler. Un jour je fus pris par un clochard pour un de ses respectables confrères. Je revenais d'Oisans. La méprise était donc excusable. Notre conversation roula sur les curés, "ces salauds qui se nourrissent sur la sueur du peuple". Je sus parler du Grand Soir avec enthousiasme. Ce qui me valut plusieurs tapes dans le dos: "Toi t'es un pote, disait l'ami, viens boire un verre".
 Par hasard j'avais une carte de visite. Au moment des adieux je la donnais au bonhomme en guise de souvenir. Il parut surpris.
 Je crois que Simone le fut davantage. Elle devait être de celles qui touchent du bois au passage des robes noires.
   



Le One-shot des paresseux - Page 8 Samive11

Mots-clés : #alpinisme #amitié #humour #sports #xxesiecle
Aventin
Aventin

Messages : 1117
Date d'inscription : 10/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Le One-shot des paresseux - Page 8 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par églantine le Sam 30 Nov - 0:28

Hé hé c'est une belle présentation ça .  Smile
De la bonhommie et de l'auto-dérision .
C'est rare dans ces pratiques , alpinisme et escalade .
Et c'est rare tout court de nos jours .
églantine
églantine

Messages : 4297
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Savoie

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Le One-shot des paresseux - Page 8 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par bix_229 le Mer 4 Déc - 14:38

Une remarque à propos de Hoebeke, excellent éditeur. J'y pensais déjà en lisant le livre de Kathleen Jamie.
Sur leur catalogue, on trouve Nicolas Bouvier, Wilfred Thesiger, Lafcadio Hearn, Colin Thurbron, Paolo Rumiz, Tim Robinson, John Muir, pour citer quelques noms
que je connais.
Des auteurs qui pourraient figurer chez Gallmeister, mais Hoebeke publie peu.
Et une aubaine pour les amateurs de voyages.
bix_229
bix_229

Messages : 10633
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Le One-shot des paresseux - Page 8 Empty Re: Le One-shot des paresseux

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 8 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Discussions autour des livres :: Nos lectures

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum