Wajdi Mouawad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Wajdi Mouawad

Message par topocl le Mer 4 Jan - 14:40


Wajdi Mouawad
Né en 1968





Wajdi Mouawad, né le 16 octobre 1968 à Deir-el-Qamar au Liban, est un homme de théâtre, metteur en scène, auteur, comédien, directeur artistique, plasticien et cinéaste libano-canadien (québécois).
Wajdi Mouawad quitte son pays natal à l’âge de huit ans à cause de la guerre civile au Liban et émigre avec sa famille à Paris en France, puis au Québec dans la ville de Montréal en 1983. Durant sa scolarité il rejoint la troupe de théâtre de son Cégep puis, encouragé par son professeur de français, il entre à l’École nationale du théâtre du Canada dont il sortira diplômé en 19911.
Débuts au théâtre

De 1990 à 1999, il codirige la compagnie Théâtre Ô Parleur avec Isabelle Leblanc, comédienne dans une des pièces de son frère, Naji Mouawad. Il crée à Montréal de nombreuses mises en scènes et adaptations dont Macbeth ou encore L’Exil de son frère. En parallèle il écrit ses premières pièces Willy Protagoras enfermé dans les toilettes, Journée de Noces chez les Cromagnons, Alphonse et Les Mains d'Edwige au moment de la naissance. Littoral et Incendies, les deux premiers volets de ce qui deviendra avec le temps une tetralogie intitulée Le Sang des promesses sont écrites respectivement en 1997 et 2003.

En 1998, sa création Willy Protagoras enfermé dans les toilettes est élue meilleure production montréalaise par l’Association québécoise des critiques de théâtre.

De 2000 à 2004, il dirige le Théâtre de Quat'Sous à Montréal. C'est en 2005 qu'il fonde les compagnies de création Au carré de l’hypoténuse en France et Abé carré cé carré à Montréal avec Emmanuel Schwartz.
Reconnaissance
Ses nombreux succès outre-Atlantique, tels que Littoral (1997) ou encore Incendies (2003), lui apportent la reconnaissance du public et lui offrent la possibilité de revenir en France. L’ensemble de son travail sera à maintes reprises remarqué et récompensé par des prix. Ainsi, en 2000, il est lauréat du Prix littéraire du Gouverneur général du Canada dans la catégorie théâtre.

wikipedia, plus d'infos ici

Œuvre littéraire

Théâtre
   Partie de cache-cache entre deux Tchécoslovaques au début du siècle, 1992
   Alphonse, 1996
   Les Mains d'Edwige au moment de la naissance, 1999
   Pacamambo, 2000 (littérature jeunesse)
   Rêves, 2002
   Willy Protagoras enfermé dans les toilettes, 2004
   Assoiffés, 2007
   Le soleil ni la mort ne peuvent se regarder en face, 2008
   Seuls - Chemin, texte et peintures, 2008
   Journée de noces chez les Cromagnons, 2011
   Sœurs, 2015
   Une chienne, 2016
   Inflammation du verbe vivre, 2016
   Les Larmes d’Œdipe, 2016
   Victoires, 2017

Cycle Le sang des promesses
   1) Littoral, 1999
   2) Incendies, 2003
   3) Forêts, 2006
   4) Ciels, 2009

Romans
   Visage retrouvé, 2002
   Un obus dans le cœur, 2007 (littérature jeunesse)
   Anima, 2012    
   
Essais
   Seuls - Chemin, texte et peintures, 2008
   Le poisson soi, 2011

_________________
Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
Dany Laferrière
avatar
topocl

Messages : 2358
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Wajdi Mouawad

Message par topocl le Mer 4 Jan - 14:44

Anima



On se sent tout petit face à un tel livre, d’une telle ampleur, d’une beauté aussi déchirante, d'une violence aussi définitive.
Un livre que je ne saurais conseiller , tant il est cru et impudique, mais qui parviendra à’ s'y colleter sera payé en retour par une émotion qui laissera en lui une trace, qui n’est pas près de s’effacer. Il faut en être prévenu, et plus d'un abandonneront la lecture. C'est d'ailleurs une des questions que pose le livre : Mouawad a écrit un chef-d'oeuvre douloureux à la noirceur flamboyante, mais il est certain que ce qu'il gagne en majesté, que ses excès lyriques, vont lui faire perdre une bonne part du public. Ce que son message gagne en force risque de n'être accessible qu'à un petit nombre  – et il en est de même dans le choix de ne pas traduire les dialogues prononcés en anglais, même en note, qui a un petit coté élitiste gênant.

Les premières pages décrivent le meurtre atroce de Léonie. Quand son mari découvre son corps violenté, cela déchaîne en lui l’émergence d'un déchirement refoulé et inexploré que Wahhch Debch n'aura de cesse de ramener au jour, la révélation du traumatisme étant le passage obligé pour un possible retour à une vie plus normale. Ainsi Wahhch Debch, muré comme pierre dans sa douleur, étranger aux hommes qui l'entourent, part pour une errance à travers le Canada et les États-Unis, à la rencontre de son passé-destin (que je ne révèle pas mais qui le lie à l’histoire d’aujourd’hui dans ce qu’elle a de plus atroce, histoire des Etats Unis à travers la guerre de sécession et le destin indien, histoire du monde à travers la tragédie palestinienne). C’est une odyssée désespérée qui le mènera à la découverte de son propre sens dans un dénouement en apothéose cathartique d’une violence sauvage.

Cet homme est lié par une étrange communion aux animaux qu’il frôle et rencontre. Et ce sont eux, les animaux, chats et chiens familiers, chevaux, mais aussi oiseaux de passage, insectes, mulots…, étonnant chœur antique, qui se passent le relais pour raconter l'histoire, histoire d'un homme tellement désespéré des hommes que seuls les animaux peuvent le comprendre. Il ne s'agit pas là d'un anthropomorphisme niaiseux, mais d'une façon autre de voir notre monde et de le décrire. Eux seuls savent que :

 
le monde est vaste, mais les humains s’entêtent à aller là où leur âme se déchire.

Ce qui pourrait n'être qu'une astuce, un procédé, nous emporte dans des moments d'émotion littéraire intense. Le style de Mouawad alterne des enchaînements de petites phrases haletantes, sujet-verbe-complément, puis une envolée magique nous fait perpétuellement retourner sur le texte, pour mieux le savourer, en apprécier la portée.

Il faut donc savoir qu'on aborde un livre cruel, insistant dans cette cruauté humaine, souvent à la limite du soutenable, mais un livre totalement unique, bouleversant dans l'écriture, ouvert sur l'histoire et les racines, émerveillant dans une compréhension noire des hommes, crûment descriptif de leurs déchaînements les plus atroces. Mais pas un livre dont on redemande, on en sort épuisé : il prend justement sa valeur parce qu'il est totalement unique et qu’on va l’assimiler peu à peu, On se sent boa, digérant cette prose sublime et malfaisante qu'on a pris un plaisir farouche à avaler.

(commentaire récupéré)


mots-clés : #psychologique #violence

_________________
Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
Dany Laferrière
avatar
topocl

Messages : 2358
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Wajdi Mouawad

Message par Gnocchi le Jeu 5 Jan - 22:47

Ah, ce roman m'intrigue beaucoup depuis sa parution.
Ton commentaire est très séduisant. Merci beaucoup Topocl.
avatar
Gnocchi

Messages : 721
Date d'inscription : 01/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Wajdi Mouawad

Message par topocl le Ven 6 Jan - 9:09

Il faut avoir le cœur solidement accroché car il est extrêmement violent. Mais il nourrit aussi.

_________________
Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
Dany Laferrière
avatar
topocl

Messages : 2358
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Wajdi Mouawad

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains du Proche et Moyen Orient

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum