Jil Silberstein

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jil Silberstein

Message par topocl le Sam 7 Jan - 10:22

Jil Silberstein
Né en 1948



Jil Silberstein, né le 17 décembre 1948 à Paris, est un écrivain, poète, journaliste et éditeur vaudois.

Très jeune, il quitte la France pour la Suisse et, après de nombreux voyages, se fixe à Lausanne. Il travaille dix ans aux éditions l'Âge d'homme, publie des chroniques littéraires dans Le Révizor, dans l'hebdomadaire Construire et dans la Gazette de Lausanne, puis il anime la revue Présences de l'Alliance culturelle romande.

Directeur de collection aux éditions du Temps qu'il fait, Jil Silberstein est l'auteur d'une œuvre de création poétique dont Exacerber l'instant (1974), Le Judas (1980) et La pharmacie de l'ange (1983), mais aussi d'essais, d'entretiens et de chroniques. Il a notamment écrit un ouvrage sur Les métiers de la rue (1990) en collaboration avec le photographe Jean Mohr, des entretiens avec le peintre Hesselbarth, un récit de voyage en Roumanie Roumanie, prison des armes (1991).

Traducteur de Czeslaw Milosz, Georg Trakl ou encore T. E. Lawrence, Jil Silberstein part vivre une année à Washington. Il consacre l'essentiel de son temps à la rédaction de Innu (1998), chronique des Indiens montagnais du Québec-Labrador parmi lesquels il séjourne une année.

De retour en Suisse en 1996, d'abord à Zurich puis dans le canton de Vaud, il travaille aux éditions Payot Lausanne, rédige des critiques littéraires pour le quotidien 24 heures et écrit un vibrant témoignage sur les Indiens Kali'na d'Amazonie chez qui il effectue plusieurs séjours. À l'été 2000, il prépare un séjour parmi les Tchoukches du détroit de Béring. En 2003, paraît Sophocle et les tristes sires chroniques (d'avril 1996 à février 1997) rédigées à son retour de Suisse mêlant notations personnelles et impressions fortes (res)surgies par la relecture de Sophocle. En 2009, paraît Une vie sans toi, longue adresse poétique à son épouse, Monique, journaliste à la RSR, décédée en août 2006.
wikipedia

Publications

Poésie
  Exacerber l'Instant, 1974
  Ni vouloir de chair, 1976
  Le Judas, 1980
  Pharmacie de l'ange, 1983
  Sur la mort commune et haïssable, 1993
  La Constellation du renard : une jeunesse, 2006

Essais
  La promesse et le pardon, 1986
  Promenade avec Palézieux, 1987
  H.J. Breustedt : Métamorphoses et méditations, 1989
  Hesselbarth, une souffrance..., 1990
  Lumières sur Joseph Czapski, 2003
  Sophocle et les tristes sires, 2003

Chroniques
  Le visage de l'Homme, 1988
  Les métiers de la rue, 1990
  Roumanie, prison des armes, 1991
  Sur la mort commune et haïssable, 1993
  INNU : À la recherche des Montagnais du Québec-Labrador, 1998
  Kali'na, une famille de Guyane française, 2002 
  Réflexions ovales, 2004
  Dans la taïga céleste : Entre Chine et Russie, l'univers des Touvas, 2005
  La neuvième merveille : Sophocle, Dante, Shakespeare, 2007

Récits-Entretiens
  Une vie sans toi, 2009, récit
  Hesselbarth : Peinture, papillons et autres coq-à-l'âne, 2011, entretiens
  La Terre est l'oreille de l'ours, 2012, récit
  Les voix de Iasi, 2015, récit

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 2825
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Jil Silberstein

Message par topocl le Sam 7 Jan - 10:24

Les voix de Iaşi




Jil Silberstein s'offre le luxe de nous proposer un énorme pavé (700 pages fort denses, quand même), une somme impressionnante de données historiques, sur un sujet des plus austères, et d'y mettre suffisamment d'enthousiasme, d'exhaustivité, de passion et d'humour pour qu'on y adhère sans sourciller.

C'est très tardivement qu'il apprend  que son grand-père Guillaume avait émigré en France, de Iaşi en Roumanie , fuyant l'antisémitisme dans les années 20. Celui-ci échappa ainsi, contrairement à d'autres membres de sa famille, au pogrom pratiqué le 27 juin 41 : 8000 morts, 5000 déportés dont de nombreux vont décéder.

Jil Silberstein n'est pas du genre à en rester là. Certes, il veut retrouver sa famille, mais aussi tout  saisir. Il dévore toute une bibliographie des plus pointues, navigue sur Internet, rencontre en Roumanie des témoins, des survivants, des universitaires, des érudits. Pour lui, savoir, c'est tout comprendre :  le pogrom, l'antisémitisme, l'histoire des juifs de Roumanie dans son ensemble, et à travers elle, l' histoire de la Roumanie. Leur recrutement par les princes moldaves, le caractère indispensable qu'ils ont pris dans la société, les humiliations et discriminations qu'ils ont subies, montant en puissance au fil des régimes et des partenariats. On a droit ainsi au passage à toute l'histoire de la Roumanie, depuis les princes moldaves, l'influence ou l’ingérence de la Sublime Porte, de la Russie, de l'Autriche-Hongrie,  l'horreur nazie et l'oppression communiste. Une communauté de 40 000 juifs à son apogée, qui n'en laisse aujourd'hui que 300.

Cela semble beaucoup pour un seul livre, c'est beaucoup en effet, dans cet ouvrage d'une érudition impressionnante, qui vise à une certaine exhaustivité. Il cite ses sources, ne lâche sur aucun détail, chaque omission serait une insulte aux Juifs qui l'ont vécu.. Cette somme d'informations ferait presque trop,  si Jil Silberstein ne prenait pas le soin de se mettre en scène dans son travail de recherche, nous faisant partager ses enthousiasmes, ses errances, la satisfaction des découverte, les émotions devant l'horreur. Tout cela avec un humour tout à fait particulier qui le fait s'adresser à son lecteur et à lui-même, bousculé dans son humanité. Au passage, il dresse des portraits, raconte les histoires individuelles, rapporte tel récit : on lit  cette histoire à travers les tripes de ceux qui l'ont vécue.

C'est donc une lecture tout à fait passionnante, pleine d'enseignements indispensables, dont les quelques longueurs sont très vite oubliées, une belle aventure historique et littéraire.

 

(commentaire récupéré)


mots-clés : #premiereguerre #historique

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 2825
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Documents et essais :: Histoire et témoignages

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum