Véronique Olmi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Véronique Olmi

Message par topocl le Sam 7 Jan - 17:38

Véronique Olmi
Née en 1962




Véronique Olmi est un écrivain français, née en 1962 à Nice.
Après des études d'art dramatique en 1989, Véronique Olmi est assistante à la mise en scène de 1990 à 1993, comédienne et dramaturge, avant d'écrire des romans.

Bibliographie

Théâtre
   Le Passage, 1996
   Chaos debout/Les nuits sans lune, 1997
   Point à la ligne/La Jouissance du scorpion, 1998
   Le Jardin des apparences, 2000
   Mathilde, 2001
   Je nous aime beaucoup, 2006
   Une séparation, 2013
   Des baisers, 2014

Romans
   Bord de mer, 2001
   Numéro six, 2002
   Un si bel avenir, 2003
   La petite fille aux allumettes, 2004
   La pluie ne change rien au désir, 2005
   Sa passion, 2007
   La Promenade des russes, 2008
   Le Premier Amour, 2010
   Cet été-là, 2011
   Nous étions faits pour être heureux, 2012
   La Nuit en vérité, 2013
   J’aimais mieux quand c’était toi, 2015
   Un autre que moi, 2016

Nouvelles
   Privée, nouvelles, 1998
   Participe au recueil "Nous sommes CHARLIE" 60 écrivains unis pour la liberté d'expression. 2015

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 2809
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Véronique Olmi

Message par topocl le Sam 7 Jan - 17:41

Bord de mer  



C'est une histoire du genre des frères Dardenne : une jeune femme, submergée de misère, de solitude et de déprime, tenant à bout de bras ses deux garçons, Stan et Kevin (à moins que ce ne soit elux qui la tiennent à bout de bras) décide, coup de folie désespérée, d'une virée au bord de la mer, à la fois première et ultime :  hôtel miteux, plage sous la pluie, fête foraine, intimité à trois fusionnelle et rejetante.

Un texte très court, écrit à la première personne. Sur les premières pages j'ai été gênée par l'absence de négations (logique mais dérangeante) puis  cela m' importait de moins en moins, saisie par la description de cette noirceur ordinaire, de ce désir de se grignoter un petit bout de bonheur à soi. C' est une œuvre compacte et éprouvante, mêlant  pathétique et sobriété, une histoire de gouffre sans fond, à faire pleurer (ou hurler) les plus insensibles.

(commentaire récupéré)


mots-clés : #famille #social

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 2809
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 57
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Véronique Olmi

Message par Ouliposuccion le Sam 18 Mar - 20:36

La pluie ne change rien au désir



« Elle avait du mal, de plus en plus de mal à demeurer une femme de quarante ans, affranchie, indépendante, elle avait juste quelques mois, quelques mois d'enfermement et de folie qui retenaient sa vie, toute sa vie, elle avait beau se dire parfois, se répéter qu'elle avait été quelqu'un d'autre, qu'elle avait été aussi une enfant, une adolescente, sans le connaître, sans connaître le mal, elle avait beau tenter de se rappeler ce que cela pouvait être, aimer et être aimée, elle n'échappait plus à cette réduction, cette cible qu'elle était devenue, cet objet de haine."


Une descente aux enfers,  une identité brutalisée par la souffrance. Sous le poids de la douleur, les kilos brûlent, le corps se doit d’être caché, la pluie s’y frotte, une femme à honte ;
« un objet », un objet de haine.
Puis il y a cet homme, elle le voit, sans le voir.
Il la connait, lui se souvient de tout.
Les phrases  courtes, concises, éloquentes de Véronique Olmi  nous frappent telle une pluie ruisselante, cinglante, s’imposant au-delà du livre.
Puis des phrases, longues, sans ponctuation, les déferlantes de l’esprit et du désir, une force souveraine des entrailles, un baiser,  vivre, chasser le despotisme de l’âme ravagée, vivre se sentir  vivre …
Nous sommes «  Elle », nous sommes  « Lui », on ne lit plus, on observe, en silence, respectueusement, les tempêtes internes, le rouleau de la convoitise qui s’arrondit, devenant force, le tube  de l’envie qui empoigne tout l’être, on s ‘immerge dans les eaux du désir, abyssal.

J’ai lu que  ce livre était inconsistant, j’y répondrais que les émotions n’ont pas de consistance, elles ne s’identifient pas sous forme de descriptions, de grandes phrases mais par les silences entre les lignes .Le point est lourd de sens, la virgule laborieuse.
J’ai lu que ce livre était vulgaire, pornographique parce que les mots y sont crus, j’y réponds que j’ai lu un hymne au désir, une ode à l’abandon, une prose de souffrance. Seule la trivialité de cette critique est vulgaire et sans profondeur, alimentée par la crainte des mots « crus » se mariant aux tourments de l’âme.

Je cite Robert Alexis, philosophe :
« Le sexe quelles que soient ses manifestations est toujours une chance. Sortir de nous, sortir de ce que l'on a fait de nous ! »

Nos propres retranchements, nos peurs, nos faiblesses, nos envies, C’est à fleur de peau qu’on les considère, les lignes d’Olmi sont un scalpel qui retourne  nos entrailles afin de mieux considérer nos failles.
Se sentir vivant, être vivant au travers d’un amant, sentir une essence des sens afin de renouer avec une renaissance, peut être le temps d’un instant.
Un roman remarquable , voilà ce que nous livre Véronique Olmi , quelques lignes majestueuses , poétiques et qui imposent  la révérence , un hommage à la vie.

« Il est des êtres qui se révèlent dans la souffrance si émouvants et si beaux, qu'on peut à peine regretter de les rendre malheureux. »
 Etienne Rey, préface de l’amour de Stendhal.
Extrait :
« Elle s’approcha de lui avec une lenteur ivre, pleine déjà de tout ce que son geste allait bouleverser, ce geste qui renverserait l’ordre des êtres et du temps, renverserait les siècles des siècles, renverserait les marronniers centenaires, les statues de pierre, les chaises lourdes les idées reçues les leçons apprises, elle s’approcha approcha son visage du sien dans ces secondes éternelles ces secondes arrêtées en arrêt devant cette merveille, cette chose possible uniquement à deux , deux bouches deux désirs deux langues deux vies deux visages vis-à-vis l’un contre l’autre l’un sur l’autre la peau pour la première fois au goût de la peau de l’autre la peau inconnue contre la sienne nouvelle, une première fois unique le premier baiser le seul le sauveur révélateur sublime échange unique  communion goût du sang et de la salive la langue goût du cigare et du vin , les lèvres agacées les lèvres entrouvertes refermées à peine démesurées pleines à pleine bouche  se vouloir se demander  se répondre avec les dents avec les langues ce qu’elles disent en d’autres langues ça n’en finira jamais pour que le premier baiser soit toujours le premier la saveur du premier baiser à pleurer sous les marronniers à ne plus avoir froid ne plus avoir honte le premier baiser indifférent à la forme du corps à l’âge de l’âme la traversée du désert …
Vivre. »
avatar
Ouliposuccion

Messages : 348
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Véronique Olmi

Message par Ouliposuccion le Dim 19 Mar - 12:55

Cet été là



Comme chaque année, trois couples d'amis passent le 14 Juillet au bord de la mer, en Normandie. C'est un rite immuable et léger. Une parenthèse joyeuse.
Cet été-là, pourtant, un adolescent inconnu surgit et s'immisce dans leur petit groupe pour raviver, peut-être malgré lui, des culpabilités anciennes, des blessures, des secrets. En quelques jours, le destin de ces êtres va basculer.
Cet été-là est un roman sur la fragilité des existences que l'on voudrait heureuses - mais dont les failles se creusent au rythme des mensonges et des compromis. C'est un roman vrai sur la solitude, lorsque le temps a passé, lorsque la lucidité a remplacé l'insouciance, et les doutes la jeunesse. Etre un homme. Etre une femme. Sait-on seulement ce que c'est ? Et comment l'on y parvient ?


Véronique Olmi signe encore cet opus sous une plume qui se veut investigatrice.
Les failles toujours et encore sont exploitées avec justesse , la mise en scène de toute vie est mise en avant , pour autant , les coulisses de chacun d'entre nous reprennent un jour leur juste place , la lumière, afin d'exister réellement .

Faire tomber le masque de la comédie afin d'accepter les tragédies de la vie , voilà la plus grande difficulté de tout à chacun.
Si l'écriture de Véronique Olmi se veut beaucoup plus fluide en comparaison à "la pluie ne change rien au désir" celle-ci reste pour autant toute aussi belle et mélancolique.
Les atmosphères d'orages et de pluie décrites dans ses livres reflètent dans un autre registre , nos propres chamboulements internes , effaçant une fois pour toute le maquillage estompant notre propre visage.
mots-clés : #psychologique
avatar
Ouliposuccion

Messages : 348
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Véronique Olmi

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum