NATSUME Soseki

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

NATSUME Soseki

Message par bix_229 le Dim 8 Jan - 16:13

Natsume Soseki
1867 - 1916



Sōseki Natsume, de son vrai nom Kinnosuke Natsume, est un auteur japonais (né et mort à Tokyo) de romans et de nouvelles, représentatif de la transition du Japon vers la modernité, pendant l'ère Meiji. Il prendra comme nom de plume, en 1888 « Sōseki » (littéralement : « se rincer la bouche avec une pierre »).

Il a étudié la littérature Anglaise à l'université impériale de Tokyo, puis, durant trois ans, il étudia en Angleterre. A son retour au Japon il enseigna à son tour la littérature anglaise à l'université impériale de Tokyo. Ces études de littérature anglaise ont fait de Soseki Natsume un des premiers écrivains japonais à avoir écrit des œuvres dans lesquelles l'influence de l'écriture occidentale se fait sentir.

Auteur de nombreux essais et de plus de 2500 haïkus, c'est en 1905 qu'il connut soudainement la célébrité grâce à son roman "Wagahai wa neko de aru" (Je suis un chat), une satire sur la société Japonais de l'ère Meiji. Fort de ce succès, il se consacra exclusivement à l'écriture (laissant tomber l'enseignement).

Son livre intitulé "Kokoro" ("Cœur", dans le sens spirituel du terme), qui marque les différences générationnelles grandissantes à l'époque ou le Japon connut de grands changements (passage de l'ère Meiji à l'ère Taishô), est considéré au Japon comme son plus grand chef-d'oeuvre.

L'importance de Soseki Natsume dans l'histoire culturelle du Japon est si importante que les billets de 1000 Yens sont à son effigie et qu'aujourd'hui encore, de nombreux écrivains s'inspirent de son travail.
Source

Bibliographie en français

1899 : Copeaux de bois, extraits de Bokusetsu-roku, œuvre en kanbun
1905 : Je suis un chat (Wagahai wa neko de aru - 吾輩は猫である)
1906 : Botchan (坊っちゃん) ou Le jeune homme
1906 : Oreiller d'herbe (Kusamakura - 草枕)
1906 : Le 210e jour (二百十日)
1907 : Le mineur (Kōfu - 坑夫)
1907 : Rafales d'automne, (Nowaki - 野分)
1908 : Dix rêves (夢十夜), dans "Anthologie de nouvelles japonaises contemporaines"
1909 : Petits contes de printemps (Eijitsu shōhin - 永日小品)
1909 : Sanshirô (三四郎)
1909 : Et puis (Sorekara - それから)
1910 : La porte (Mon - 門)
1910-1911 : Choses dont je me souviens (Omoidasukoto nado - 思い出す事など)
1911 : La civilisation japonaise moderne (Gendai Nihon no Kaika - 現代日本の開化), dans Cent ans de pensée au Japon Tome I
1911 : Haltes en Mandchourie et en Corée, précédé de Textes londoniens, La Quinzaine littéraire-Louis Vuitton
1907-1912 : Une journée de début d’automne
1912 : À l'équinoxe et au-delà (Higansugi made 彼岸過迄)
1913 : Le voyageur ou L'homme qui va (Kōjin - 行人)
1907-1914 : Conférences sur le Japon de l'ère Meiji
1914 : Le pauvre cœur des hommes (Kokoro - こころ)
1914 : Mon individualisme (Watashi no kojinshugi - 私の個人主義), suivi de Quelques lettres aux amis
1915 : À travers la vitre (Garasudo no naka - 硝子戸の中)
1915 : Les herbes du chemin (Michikusa - 道草)
1916 : Clair-obscur, inachevé (Meian - 明暗)


Dernière édition par bix_229 le Dim 8 Jan - 17:03, édité 1 fois
avatar
bix_229

Messages : 5814
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: NATSUME Soseki

Message par bix_229 le Dim 8 Jan - 16:29

Je constate audjoud'hui qu'il n'y avait pas de fil pour Natsume Soseki.
L'occasion pour moi de m'adresser à Ariane et de dissiper un malentendu.

Il y avait sur Parfum de livres un connaisseur de la littérature japonaise qui n'admirait pas beaucoup Soseki. C'était un point de vue subjectif et individuel.
En fait, Soseki est admiré et apprécié en France.
Son importance ne cesse de s' étendre depuis que son oeuvre est raduite. Phénomène relativement récent.

Personnellement j'aime et j'admire beaucoup son oeuvre. Je compte au moins trois de ses romans, dont Oreiller d'herbe parmi mes préférés de la littérature japonaise contemporaine.

Soseki reste le romancier japonais que je préfère ou l'un de mes préférés. Peut-être le plus universel ou le plus proche pour un occidental...
avatar
bix_229

Messages : 5814
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: NATSUME Soseki

Message par bix_229 le Dim 8 Jan - 16:39

J'aime beaucoup l'oeuvre de Soseki. Même si je ne place pas tous ses livres sur le même plan.
Pour moi, son oeuvre littéraire est à la fois picturale, musicale et poétique. C'est ce que l' on resssent en tout cas dans ses meilleures oeuvres..
Je trouve que Soseki a su harmonieusement intégrer la culture occidentale à la sienne.

Oreiller d'herbe est le meilleur exemple  des qualités que j'ai évoquées. En plus, on y touve une intéressante réflexion sur l'art.

Ses Haikus sont un genre un peu hybrides, mais ils  passent bien à la traduction.

Mon âme a la couleur de la nuit
Couleur de ténèbre
Que vient visiter la lune.

J'ai froid au coeur
Trois notes de shamisen
Inexplicablement mon coeur se glace.

Entre les feuilles du volubilis
Un reflet
Les prunelles du chat.

_________________


mots-clés : #poésie
avatar
bix_229

Messages : 5814
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: NATSUME Soseki

Message par Mordicus le Dim 8 Jan - 16:56


(Bix. Tu serais pas en train de faire la fégniasse ? Parce que la présentation de l'auteur est un peu nazbrok)
avatar
Mordicus

Messages : 858
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Myocarde

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: NATSUME Soseki

Message par bix_229 le Dim 8 Jan - 17:04

@Mordicus a écrit:
(Bix. Tu serais pas en train de faire la fégniasse ? Parce que la présentation de l'auteur est un peu nazbrok)

Changé mon fusil d' épaule !
avatar
bix_229

Messages : 5814
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: NATSUME Soseki

Message par Mordicus le Dim 8 Jan - 17:06


(Allez, je m'occupe des finitions. Merci Grand Sachem !)
avatar
Mordicus

Messages : 858
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Myocarde

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: NATSUME Soseki

Message par églantine le Dim 6 Aoû - 10:19

Clair-obscur



Parce que c'est un roman dense , à multiples interprétations ,
Parce que je ne suis pas familière de la littérature japonaise ,
parce que je ne possède suffisamment de connaissance de la culture et histoire du japon ,
Ma lecture n'apportera qu'un prisme que je ressens fortement réducteur mais malgré tous ces bémols , elle fut riche , dense , étonnante , et me porte à penser que je continuerai à poursuivre dans la découverte de l'oeuvre de Soseki .
Clair-Obscur , c'est 500 pages sur du "presque rien" .

D'intrigue , on ne retiendra que l'interminable délitement d'un couple de jeunes mariés , qui , à l'occasion d'une hospitalisation du jeune mari pour une opérations bénigne , se trouvera  confronter à une avalanche de questionnements sur la fondation de leur union , sur leur sentiment ou non sentiment respectifs , sur le vrai et le faux de leur engagement  .
Tout cela s'élabore dans une progression du récit d'une lenteur qui peut décourager mais nécessaire pour faire apparaitre la palette infinie de nuances à peine perceptibles dans ce qui relie et délie les personnages de ce roman . Car plus de psychologie individuelle avec des archétypes tranchés , ce que nous propose Soseki , c'est une réflexion complexe sur les interdépendances entre les êtres et les mouvements intérieurs qui en découlent . Si Nobuko et son mari Tsuda vivent une période d'incertitude au sein de leur couple les acculant à quelque introspection souvent inconsciente , l'entourage n'est pas à négliger dans l'impact , volontaire ou non qu'ils auront dans le devenir de ce couple .

Dans un enchevêtrement d'une densité et complexité soutenues , Soseki met en scène , souvent dans une forme de presque théâtralité, les va et vient du conscient et de l'inconscient , la mouvance psychique intérieure confrontée à la réalité de l'autre , l'oscillement constant entre plusieurs plans de réalité , l'insaisissabilité d'une vérité puisque toujours en déplacement dans une remise en question constante , les petites mesquineries et arrangements avec son petit quant à soi et avec les autres , les évitements qui nous rattrapent par un contour mal défini et qui nous poussent à avancer …

Dans l'art de la minutie et du détail descriptifs où rien n'est laissé au hasard , où chaque détail porteur d'un élément de connaissance ou de non connaissance dans la fuite du temps , ce roman pourtant inachevé , dissèque avec une exigence et une profondeur rare , l'inextricable complexité de l'être humain dans sa psychologie mais aussi et surtout l'impermanence de celle-ci dans son rapport au monde et aux autres .
Clair-obscur , "Je t'aime , je t'aime pas " , "je suis généreux , mais je suis égoiste ", "je suis tout et son contraire " ," je "qui surfe sur la vague dans les contradictions inconscientes .
Et aussi étrange que cela puisse paraitre , le génie de Soseki n'est pas s'en me rappeler celui d'Henry James dans leur finesse et précision d'analyse attachées aux menus détails révélateurs de la nature humaine et de ses méandres .
D'autres parts , certains personnages et leur rôle  m'ont fortement rappelé les romans de Dostoïevski.
Et si parallèle je puis faire avec une forme cinématographique , je retrouve des similitudes avec l'approche de Nuri Bilge Ceylan et son chef-d'oeuvre Winter-sleep .


mots-clés : #psychologique


Dernière édition par églantine le Dim 6 Aoû - 11:25, édité 1 fois

_________________
"Un jour je te décevrai et ce jour-là j'aurai besoin de toi." Robert Desnos
avatar
églantine

Messages : 3324
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 52
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: NATSUME Soseki

Message par topocl le Dim 6 Aoû - 10:25

@églantine a écrit:
Parce que je ne suis pas familière de la littérature japonaise ,
parce que je ne possède suffisamment de connaissance de la culture et histoire du japon ,
Ma lecture n'apportera qu'un prisme que je ressens fortement réducteur mais malgré tous ces bémoles , elle fut riche , dense , étonnante , et me porte à penser que je continuerai à poursuivre dans la découverte de l'oeuvre de Soseki .Clair-Obscur, c'est 500 pages sur du "presque rien" .

Cela, et la couverture, en fait un objet assez tentant (mais je crois bien que j'avais été déçue par Et puis ?).

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 4213
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 58
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: NATSUME Soseki

Message par églantine le Dim 6 Aoû - 10:33

Alors il suffit de se lancer !
Mais il faut accepter 500 pages sur "du presque rien" , avec des réflexions et un regard de chirurgien qui peut être vécu comme du "pinaillage" (Alors que si on rentre véritablement dans l'oeuvre , c'est d'une richesse infini ) . Je préfère prévenir .
Je vais essayer de poster des extraits (pfff j'ai fait la grosse flemmarde et j'ai pas souligné ce qui m'interpellait , il va falloir que j'aille à la pêche maintenant ) .

_________________
"Un jour je te décevrai et ce jour-là j'aurai besoin de toi." Robert Desnos
avatar
églantine

Messages : 3324
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 52
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: NATSUME Soseki

Message par animal le Dim 6 Aoû - 13:49

J'ai beaucoup apprécié Oreiller d'herbes, pas seulement pour le titre, et j'ai été confronté aux mêmes manques et nébulosités de tiraillement entre orient et occident. Pourquoi y a-t-il autant de tentations, je ne suis qu'un panda moi et j'aurais bien envie de le lire un de ces jours ce Clair-obscur...



Oreiller d'herbes

Une lecture de la rubrique des imprévus, titre séduisant, envie de lire un "livre japonais", ce qui m'arrive rarement...

Un narrateur, trentaine (intermédiaire comme on dit par ici - pas dans le livre) part quelques jours au vert dans la montagne. Il est peintre, poète. A l'aube du XXe siècle il réfléchit sur l'art et sur lui même, en quête d'impassibilité. Mais le hasard de ce retour vers un grand calme met sur son chemin une jeune femme énigmatique et remarquable. Nouvelles réflexions.

On pourrait dire que ce petit récit alterne dans ses chapitres les réflexions solitaires et poétiques et les rencontres. Peinture occidentale et japonaise, littérature et poésies occidentales et japonaises. Déambulation japonaise ? Il y a un grand écart des références entre occident et culture traditionnelle japonaise (avec poèmes chinois ou écrits en chinois) et dans ce domaine, comme dans les méandres des pensées, on peut s'égarer. Le poème à venir, le tableau à venir, les bons ingrédients, le juste pas forcément milieu épuré. La quête d'une satisfaction esthétique qui mette de côté la question de l'apaisement.

Pourtant on aussi la volonté d'un roman japonais "différent", là aussi il manque des clés. Alors on compense en faisant le chemin. Facile, les faux airs de roman d'apprentissage tardif et l'humour qui va avec font sereinement leur ouvrage dans le cœur du lecteur qui s'amuse des surprises, des embarras et des contradictions qui se manifestent avec douceur.

Et puis il y a le charme inévitable de cette femme, belle et considérée comme "folle". En fait une histoire qui fait écho à d'autres plus anciennes et romanesques, un amour malheureux et une situation de divorcée, de promeneuse et l'image d'une certaine liberté font le tableau commun qui est assez loin de celui qui ne se peint toujours pas.

On ne peut pas à proprement parler de romance entre notre peintre et cette femme. Une fascination et une cohabitation un rien provocante et amusée. Des instants, des apparitions, c'est presque un rêve.

De même que les poèmes et les égarements, non sans intérêt, sur la peinture et ses sujets : l'émotion ou le détachement ? le sujet ou l'état d'esprit suscité ? De même donc que ces oppositions entre occident et orient qui se mélangent au moins partiellement. La pensée et la sensation se fondent comme deux couleurs ou deux pâtes que l'on tourne. Et le temps surtout, temps qui touche à une fin, joue son rôle, tout comme ce voyage de pas grand chose. Il n'est pas dit que toutes ces réflexions soient si importantes.

Et à la fin il y a bien une forme de résolution à l'énigme, une chute, un déclic, une illumination dirait-on s'il n'y avait une part d'obscurité. A moins que le sens ne soit dans le regard qui dépasse le voile du tableau et le rappel d'un contexte moderne ou actuel ne peut être innocent. A la fin comme avec un bon haiku il y aurait une rupture qui ne ferait qu'exhaler la saveur de ce qui vient de passer. Qui n'est pas lisse mais qui n'est pas violent, un rêve, un charme, une idée que l'on a pas saisi, une sensation envolée alors qu'on allait la reconnaître.

Pour ça, cette balade au vert et cet oreiller d'herbes on quelque chose de tranquille et reposant, embrouillant et dissolvant notre flux de pensée à nous lecteur. Et il y a, primordiale, la très juste mise en image ou mot de l'essentiel énigme esthétique de l'autre et du geste. Et d'autres petites choses, justes elles aussi.

Donc une belle découverte, une vivifiante curiosité, un plaisir reconnu de lecture et beaucoup de charme (sans sombrer dans un cliché japonisant).

Des passages plus difficiles à suivre, des clés qui manquent à la compréhension mais largement de quoi vivre/lire avec tout en l'acceptant. Et ç'a m'a dépoussiéré des souvenirs et un peu de souffle.

(Récup).

mots-clé : #creationartistique

_________________
Keep on keeping on...
avatar
animal
Admin

Messages : 6635
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 37
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: NATSUME Soseki

Message par églantine le Dim 6 Aoû - 14:02

Tu me donnes envie de le relire Animal , je n'ai plus aucun souvenir . A part le plaisir que j'en avais retiré ! Mais je ne l'ai plus ....Il doit appartenir à une vie d'avant et j'ai du le laisser dans un de mes déménagements !
Les mots que tu emploies pour parler d'Oreiller d'herbes conviendraient aussi pour Clair-obscur quelquefois ....
Merci d'avoir posté ton com  , ça me motive encore plus pour continuer avec Soseki .

_________________
"Un jour je te décevrai et ce jour-là j'aurai besoin de toi." Robert Desnos
avatar
églantine

Messages : 3324
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 52
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: NATSUME Soseki

Message par animal le Dim 6 Aoû - 14:04

Travail d'équipe !!!

_________________
Keep on keeping on...
avatar
animal
Admin

Messages : 6635
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 37
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: NATSUME Soseki

Message par topocl le Dim 6 Aoû - 15:26

@animal a écrit: Pourquoi y a-t-il autant de tentations, je ne suis qu'un panda moi et j'aurais bien envie de le lire un de ces jours ce Clair-obscur...

Il ne fait que 500 pages ...

_________________
Il y a plus de personnages dans la littérature que d'habitants en Chine
Héctor Abad
avatar
topocl

Messages : 4213
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 58
Localisation : Roanne

Voir le profil de l'utilisateur https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: NATSUME Soseki

Message par Baleine le Lun 7 Aoû - 17:57

Merci pour vos commentaires, ça fait un moment que j'hésite à me lancer, et je ne savais pas par où commencer. Je pense plutôt tenter Clair-obscur, du coup.
avatar
Baleine

Messages : 69
Date d'inscription : 09/07/2017

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

NATSUME Soseki

Message par Cliniou le Lun 28 Mai - 10:18



Je suis un chat


Présentation:

"Je suis un chat. Je n'ai pas encore de nom.
Je n'ai aucune idée du lieu où je suis né".(1ere phrase du livre)

C'est chez Mr Kushami que j'ai établi mes pénates, le seul à me considérer; c'est lui qui m'a laissé entrer dans sa maison,il est mon maître.
La maîtresse m'ignore et ses trois fillettes sont des égoïstes qui hurlent pour un oui ou pour un non.
Sans parler d'O-san, la domestique, qui me pourchasse souvent; mais l'autre jour, je lui ai volé un poisson, c'était ma petite vengeance.

Mon maître est professeur d'anglais.Quand il revient de l'école, il s'enferme dans son bureau et n'en sort plus.
Tout le monde croit qu'il travaille, mais en réalité il ne fait que dormir; il en bave même sur ses livres.
Il est malade de l'estomac ce qui fait qu'il est tout le temps de mauvaise humeur mais ça ne l'empêche pas d'avoir grand appétit à l'heure des repas.
Quand je l'observe avec mes yeux de chats ainsi dormant et bavant, je me dis qu'un professeur a vraiment une vie heureuse.

Avec ses amis, Meitei et Kangetsu, ils refont le monde dans d'interminables discussions où ils font référence à plein de choses et d'hommes d'un autre monde
et je ne sais jamais si je dois les prendre au sérieux, surtout Meitei.
Ah! Avec sa suffisance, l'humain est vraiment affligeant.

Mon maître, avec ses sautes d'humeur, "a cette particularité de terminer tout ce qu'il entreprend à bout de souffle et mou comme une flèche en fin de trajectoire".
Mais n'oublions pas que la tâche n'est pas simple pour les intellectuels comme lui en cette ère Meiji.
Le respect se perd. La puissance des riches hommes d'affaires est grande. Il n'y a qu'à voir les parvenus, ces Kaneda ou le chat du garagiste !
Avec, en plus, tout ce qui nous vient de l'Occident...
Tout cela finira par "occasionner des coups de sang à mon maître, au point de lui donner un crâne chauve comme une patinoire à mouches".

Ainsi donc, c'est l'histoire de ce grand changement que je relate au travers de la vie de famille de mon maître.
Et je vous assure,.... l'humain est affligeant ! Parole de chat !

(seules les phrases entre guillemets sont extraites du livre.)

Il y a certes quelques longueurs mais Soseki l'explique très bien:
Soseki a écrit:Pour ce qui est du Chat, je n'avais pas au début l'intention d'en faire un texte aussi long, et comme je n'avais aucun plan général en tête, je comptais bien sûr en finir en une seule fois. Je ne pensais pas non plus qu'il serait si bien reçu par les lecteurs. Tout a commencé lorsque Kyoshi (le poète Takahama Kyoshi, ami de Soseki) m'a demandé d'écrire quelque chose. Je lui ai écrit ce qui est maintenant le premier chapitre, et comme il y avait juste à ce moment une petite association appelée Bunshokai, il y a emporté mon manuscrit que Samukawa Sokotsu ( poète disciple de Kyoshi) a lu devvant l'assistance. Il faut croire qu'il l'a fait avec talent, car il a été couvert d'applaudissements.[...] De son côté Kyoshi me pressait d'écrire la suite pour boucher les trous dans son magazine, et j'ai fini par produire 10, puis 11 chapitres. Mais les lecteurs, tout comme moi, commençaient à se lasser de voir l'histoire traîner l'histoire en longueur, et je m'en suis tenu là. Je ne savais pas comment terminer parce que je n'avais pas de plan général à développer, mais il me fallait bien faire quelque chose, et c'est ainsi que j'ai pris congé des lecteurs de cette façon un peu cavalière.

Néanmoins, on est dans le ton satirique, certaines scènes sont dignes du kabuki.
Quand on pense aussi à l'époque où le texte a été écrit, Je suis un Chat est la preuve que les Japonais ont de l'humour.


Dernière édition par Cliniou le Lun 28 Mai - 14:10, édité 3 fois
avatar
Cliniou

Messages : 312
Date d'inscription : 06/12/2016
Age : 47

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: NATSUME Soseki

Message par Armor le Lun 28 Mai - 12:01

Ah, tu attises mes regrets de ne pouvoir le lire. L'édition Gallimard est illisible pour moi...

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
avatar
Armor

Messages : 2376
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 37
Localisation : A l'Aise Breizh

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: NATSUME Soseki

Message par Cliniou le Lun 28 Mai - 12:06

C'est le gros problème de cette édition. J'ai franchement eu du mal, sans parler des nombreuses lignes que je sautais ou que je relisais.
Très déplaisant. Franchement, gallimard devrait songer à l'éditer en 2 volumes pour aérer. De plus, le livre a fini par se casser.
Bref, heureusement que la qualité du texte est à l'opposé de la qualité de l'édition.
avatar
Cliniou

Messages : 312
Date d'inscription : 06/12/2016
Age : 47

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: NATSUME Soseki

Message par églantine le Lun 28 Mai - 12:43

Oui ...
C'est jubilatoire à certains moments .
Publié au départ dans un journal au fil des épisodes et de la fantaisie de l'auteur , on ressent quand même fortement une absence de construction , il faut l'appréhender donc en se laissant porter sans chercher à embrasser une forme romanesque et butiner ...Butiner pour ma part avec un demi-sourire face à l'auto-dérision de Soseki ( petite caricature de lui-même dans le personnage du maître ) mais j'avoue qu'il m'a manqué des clés culturelles pour percevoir toutes les subtilités de ce texte et l'érudition référentielle .
Replacer dans son contexte historique néanmoins l'occidentale que je suis, perçoit très bien ce que souligne Soseki dans l'inéluctabilité du basculement des valeurs traditionnelles nippones vers une assimilation occidentale .

_________________
"Un jour je te décevrai et ce jour-là j'aurai besoin de toi." Robert Desnos
avatar
églantine

Messages : 3324
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 52
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: NATSUME Soseki

Message par Tristram le Dim 17 Juin - 0:33

Oreiller d’herbes



Promenade songeuse en « quête d’impassibilité » (idée de n’être pas susceptible de souffrance, ne donner aucun signe de trouble, de calme, imperturbabilité, voire immobilité, et même zen ?), délicieuse relation d’un ton bonhomme, délicatement empreinte d’humour autodérisoire.  
J’ai particulièrement apprécié le beau passage du marivaudage du peintre-narrateur avec la jeune femme, jusqu’au léger tremblement de terre, et le retour du thème d’Ophélie flottant (chapitre IX). Extraits :
« Si vous voulez, je pourrai tomber amoureux de vous. Ce sera encore plus intéressant. […]
‒ Alors donc un peintre est quelqu’un qui tombe amoureux de façon inhumaine.
‒ Pas inhumaine, mais impassible. Et quand on lit un roman avec impassibilité, on se moque de l’intrigue. J’ouvre le livre au hasard comme je tirerais au sort et je lis la page qui me tombe sous les yeux et c’est là ce qui est intéressant.
‒ En effet, ça a l’air intéressant. Alors, racontez-moi un peu le passage que vous étiez en train de lire. J’aimerais savoir jusqu’à quel point c’est intéressant.
‒ C’est tout gâcher que d’en parler. C’est pareil pour la peinture : si on la raconte, elle perd toute sa valeur. […]
‒ Les romans ordinaires sont tous inventés par des détectives. Comme ils n’ont rien d’impassible, ils n’ont aucun charme. »
Les détectives « qui comptent vos pets » renvoient à ce que Sôseki exècre dans le changement civilisationnel de l’ère Meiji (la foule citadine, le train bruyant, etc.) ; c’est pourquoi aussi il retourne se ressourcer dans ce village épargné :
« La vertu de la nature dépasse de loin ce monde de poussière et instaure une impartialité absolue en toutes choses. »
« J’ai posé mes paisibles fesses sur un coussin d’herbes. »
Le titre si évocateur viendrait « de la poésie japonaise classique : l’oreiller rempli de certaines herbes servait à protéger contre les mauvais esprits dans une auberge », dixit http://nicole-giroud.fr/oreiller-herbe-voyage-poetique-3641

Cela m’a aussi ramentu La Montagne de l'Âme, de Gao Xingjian (qui a un fil sur le forum, et que je recommande à l'occasion).
avatar
Tristram

Messages : 4219
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: NATSUME Soseki

Message par Bédoulène le Dim 17 Juin - 6:17

j'aimerai bien, de temps en temps, trouver l'impassibilité !

merci Tristram

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 7405
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 73
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: NATSUME Soseki

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Asie

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum