Raymond Carver

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Raymond Carver

Message par bix_229 le Mar 10 Jan - 17:22

Raymond Carver (1938-1988)


Raymond Clevie Carver, Jr., né le 25 mai 1938 à Clatskanie dans l'Oregon et mort le 2 août 1988 à Port Angeles dans l'État de Washington, est un écrivain américain. Également poète, Carver est avant tout considéré comme un nouvelliste de premier plan. Né dans une petite ville ouvrière sur la rivière Columbia, Carver a grandi dans l'État de Washington. Son père, ouvrier dans une scierie, était alcoolique et sa mère travaillait parfois comme serveuse ou vendeuse. Lors de son enfance et de son adolescence, il passe la plupart de son temps libre à lire. À l'âge de 19 ans, il se marie avec son amie de l'école secondaire qui est tombée enceinte, Maryann Burk, 16 ans. Ils ont un deuxième enfant quand Carver a 20 ans. Après l'école secondaire, Carver travaille comme portier, ouvrier dans une scierie, ou comme vendeur. Maryann, quant à elle, occupe des emplois de serveuse, secrétaire, puis enseignante.

Après avoir déménagé en Californie, Raymond Carver s'intéresse à l'écriture et prend des cours de création littéraire avec le romancier John Gardner, qui aura une influence importante dans sa vie. Il poursuit ses études dans différentes universités. Dans les années 1960, Carver et sa famille habitent à Sacramento, où il travaille comme gardien de nuit à l'hôpital tout en étudiant à l'université d'État où il apprend beaucoup du poète Dennis Schmitz. L'année 1967 est une année charnière pour Raymond Carver, marquée par la publication de son recueil de poèmes dans la respectable collection Foley et par la mort de son père. C'est également cette année-là qu'il déménage pour Palo Alto, afin de pouvoir travailler comme rédacteur pour Sciences Research Associates, où il est salarié jusqu'à 1970. Dans les années 1970 et 1980, sa carrière d'écrivain ayant enfin décollé, Raymond Carver enseigne dans diverses universités. De 1980 à 1983, il est professeur d'anglais à l'université de Syracuse.

Pendant les années où il travaillait à droite et à gauche, élevait ses enfants et essayait d'écrire, Raymond Carver s'est mis à boire. Il devait déclarer par la suite qu'à l'automne 1973, alors qu'il était professeur dans l'Iowa avec John Cheever, il avait plus bu qu'enseigné... L'année suivante, après avoir quitté Iowa City, Cheever se rend dans un centre de désintoxication pour guérir de son alcoolisme. Carver, quant à lui, continue de boire jusqu'en juin 1977. Il parvient à arrêter grâce à l'aide des Alcooliques anonymes. En 1982, il divorce de Maryann, sa première épouse. Il vit en fait depuis 1979 avec la poétesse Tess Gallagher. Ils se marient en 1988. Deux mois plus tard, le 2 août 1988, il décède à Port Angeles, dans l'État de Washington, d'un cancer du poumon. Il est âgé de 50 ans. Il venait de rentrer à l'Académie américaine des arts et des lettres.

Tout au long de sa vie, Raymond Carver n'a jamais cessé d'écrire des poèmes. Réminiscences d'enfance et d'adolescence, hommages aux amis disparus, inspirations à la lecture de Tchekhov ou d'un film, ou encore déclaration d'amour à sa fille... au fil de chaque texte les sentiments affleurent, dans la justesse épurée qui caractérise l'auteur. Le ton de ces fragments essentiels de son oeuvre se fait intimiste, et donne à découvrir une prose limpide et en suspension. Sa femme, Tess Gallagher, pensait que «les poèmes de Raymond furent le courant spirituel qui inspira les premières lignes de ses nouvelles».
source : wikipédia et éditions de l'Olivier

Ouvrages traduits en français :

Recueils de nouvelles
Tais-toi, je t'en prie (Will You Please Be Quiet, Please?), 1976
Parlez-moi d'amour (What We Talk About When We Talk About Love), 1981.
Les Vitamines du bonheur, (Cathedral), 1983
Elephant, nouvelles, 1988.
Les Trois Roses jaunes, (Where I'm calling from), 1988.

Publications posthumes
Qu'est-ce que vous voulez voir ?, (Call if you need me : the uncollected fiction and prose)
Débutants (Beginners, version originale de Parlez-moi d'amour)
Neuf histoires et un poème (Short Cuts: Selected Stories)

Poèmes
Les Feux (Fire, 1983)
Là où les eaux se mêlent (When Water Comes Together With Other Water), 1985
La Vitesse foudroyante du passé (Ultramarine, 1986)
On trouve aussi en français un choix de poèmes publié sous le titre "Poésie".

Miscellanées
N’en faites pas une histoire (No Heroics, please)

Théâtre
Dostoïevski, 1985

Essais, poèmes et histoires (hors recueils)
Les Feux (Fires: Essays, Poems, Stories), 1983
avatar
bix_229

Messages : 3033
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Raymond Carver

Message par bix_229 le Mar 10 Jan - 17:26

Je vous citerai essentiellement des poèmes de Raymond Carver parce que je les lis de temps en temps.
La poésie est tout aussi prégnante dans ses récits et nouvelles.
On les connait bien à présent pour avoir été retraduites récemment.
avatar
bix_229

Messages : 3033
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Raymond Carver

Message par Mordicus le Mar 10 Jan - 19:53


(Même combat que pour Faulkner. Il m'intimide. Je ne sais pas par quoi commencer...)

_________________

Je suis sensible au divertissement
Mes gencives savent que le dentiste ment
La drogue agit sur moi lentement
Ah nan je suis con c'est un Efferalgan
avatar
Mordicus

Messages : 862
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Myocarde

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Raymond Carver

Message par bix_229 le Mar 10 Jan - 20:13

Carver est plus limpide, plus proche d' un langage parlé que Faulkner.
Meme dans ses poèmes.

S O I R

Je pechais seul en ce soir d'automne languissant
Pechais tandis que l'obscurité continuait de gagner
Eprouvant une peine exceptionnelle et ensuite
une joie exceptionnelle lorsque j'ai remonté dans
le bateau
un saumon argenté, sous lequel j'ai glissé un filet.
Mystères du coeur quand j'ai regardé l'eau ondoyante

puis le contour sombre des montagnes
derrière la ville, rien ne laissait encore prévoir
que je souffrirais tant de ce désir
de revenir une dernière fois, avant de mourir.
loin de tout, loin de moi-meme.


La vitesse foudroyante du passé

avatar
bix_229

Messages : 3033
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Raymond Carver

Message par bix_229 le Mar 10 Jan - 20:15

Carver, c'est surtout la suggestion, le non-dit et le silence. C'est ce qui fait sa force. Et pourtant la violence, le chagrin, le désastre intime et la destruction sont toujours présents. Mais chez ces gens-là, on l'extériorise rarement. Comme chez Tchekhov que Carver admirait profondément et à qui il a dédié l' une des plus belles nouvelles : «Les Trois roses jaunes».
avatar
bix_229

Messages : 3033
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Raymond Carver

Message par Mordicus le Mar 10 Jan - 20:17


Et me conseiller un premier ouvrage ?

_________________

Je suis sensible au divertissement
Mes gencives savent que le dentiste ment
La drogue agit sur moi lentement
Ah nan je suis con c'est un Efferalgan
avatar
Mordicus

Messages : 862
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Myocarde

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Raymond Carver

Message par bix_229 le Mar 10 Jan - 20:40

Tais-toi je t' en prie ou Les Vitamines du bonheur. Traduction de JP Carasso.
avatar
bix_229

Messages : 3033
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Raymond Carver

Message par bix_229 le Mar 10 Jan - 20:44

PHOTOGRAPHIE DE MON PERE DANS SA VINGT DEUXIEME ANNEE

Octobre. Dans cette cuisine humide, peu familière,
j' examine le visage timide et junénile de mon père.
Souriant gauchement, il tient d' une main un fil d' où pendent
d' épineuses perches jaunes, et de l' autre
une bouteille de bière Carlsbad.

En jean et chemise de grosse toile bleue, il s' appuie
sur l' aile avant d' une Ford 1934.
Il aimerait poser en hardi gaillard pour sa postérité,
son vieux chapeau cranement incliné sur l' oreille.
Toute sa vie mon père a voulu etre audacieux.

Mais ses yeux le trahissent et ses mains
qui présentent mollement le collier de perches mortes
et la bouteille de bière. Papa, je t' aime,
mais comment pourrais-je te remercier, moi qui ne sais pas boire non plus
et ne connais meme pas le bon coin pour pecher.

 LES FEUX


mots-clés : #poésie
avatar
bix_229

Messages : 3033
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Raymond Carver

Message par Mordicus le Mar 10 Jan - 20:57


(Merci)

_________________

Je suis sensible au divertissement
Mes gencives savent que le dentiste ment
La drogue agit sur moi lentement
Ah nan je suis con c'est un Efferalgan
avatar
Mordicus

Messages : 862
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Myocarde

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Raymond Carver

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains des États-Unis d'Amérique

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum