Chamaco_VilaMatas

On sait que l’un des aspects les plus séduisants de la littérature est sa possibilité d’être une sorte de miroir qui avance ; un miroir qui, comme certaines horloges peut avancer.

Enrique Vila-Matas, Perdre des théories

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Anise Koltz

    Partagez
    avatar
    Jack-Hubert Bukowski

    Messages : 557
    Date d'inscription : 04/12/2016
    Age : 35
    Localisation : Montréal

    Anise Koltz

    Message par Jack-Hubert Bukowski le Jeu 12 Jan - 20:11

    Anise Koltz
    (Née en 1928)


    Anise Koltz est née en 1928 au Luxembourg où elle réside toujours. Elle a tout d'abord écrit de la poésie en allemand. Ayant perdu son mari René Koltz dans les persécutions nazies, elle devait publier dans cette langue. Elle a depuis lors investi la contrée de la littérature de langue française. Elle reste tout de même une irréductible Luxembourgeoise. Dans son activité professionnelle, elle a été appelée à faire des liens avec différents réseaux d'influence de la littérature française. Elle a traduit quelques poètes, dont Senghor premier membre d'origine africaine à l'Académie française (Dany Laferrière est le deuxième membre - rétrospectivement - issu de la minorité noire siégeant à l'Académie française).

    En tant que poétesse, je reconnais des mérites à Anise Koltz. Elle n'est pas sans me faire penser aux prouesses de Guillevic. Il y a une telle finesse dans le maniement de sa poésie et les traits d'esprit qui transcendent cette poésie. Néanmoins, je reconnais que son passé des persécutions nazies donne une coloration particulière à sa quête poétique. En cela, j'ai tendance à la rapprocher un peu de Celan et elle a elle-même mentionné en plus de Guillevic, le poète à la quête atypique Francis Ponge. Nous pouvons donc témoigner de sa recherche dans sa quête poétique. J'ose espérer qu'Anise Koltz garde quelques affinités poétiques féminines dans son manche.

    Ouvrages traduits en français

    En bilingue allemand-français
    • Le cirque du soleil, Pierre Seghers, 1966
    • Vienne quelqu’un, Rencontre, 1970
    • Fragments de Babylone, Fagne, 1974
    • Sich der Stille hingeben, Heiderhoff Verlag, 1983

    En français
    • Le jour inventé, Paris, Librairie Saint-Germain-des-Prés, 1975
    • La terre monte, Paris, Belfond, 1980
    • Souffles sculptés, Luxembourg, Guy Binsfeld, 1988
    • Chants de refus I et II, Paris, phi, 1993 et 1995
    • Le mur du son, phi, 1997, Prix Guillaume Apollinaire
    • Le paradis brûle, Paris, La Différence, 1998
    • La terre se tait, phi, 1999
    • Le cri de l’épervier, phi, 2000
    • Le porteur d’ombre, phi, 2001
    • L’avaleur de feu, phi, 2003
    • Béni soit le serpent, phi, 2004
    • L’ailleurs des mots, Paris, collection "Les Cahiers d'Arfuyen", Éditions Arfuyen, 2007, Prix Jean Servais
    • La Lune noircie, collection "Les Cahiers d'Arfuyen", Éditions Arfuyen, 2009 publié à l'occasion de la remise du Prix Jean Arp de littérature francophone
    • La Muraille de l’Alphabet, phi, 2010
    • Je renaîtrai, collection "Les Cahiers d'Arfuyen", Éditions Arfuyen, 2011, médaille de bronze du prix Théophile Gautier de l'Académie française
    • Soleils chauves, collection "Les Cahiers d'Arfuyen", Éditions Arfuyen, 2012, Prix des Découvreurs 2012
    • Galaxies intérieures, collection "Les Cahiers d'Arfuyen", Éditions Arfuyen, 2013
    • Un monde de pierres, collection "Les Cahiers d'Arfuyen", Éditions Arfuyen, 2015
    • Somnambule du jour - Poèmes choisis, Gallimard, collection 'Poésie', 2016


    Tiré de Wikipedia


    Dernière édition par Jack-Hubert Bukowski le Ven 13 Jan - 7:47, édité 1 fois
    avatar
    Jack-Hubert Bukowski

    Messages : 557
    Date d'inscription : 04/12/2016
    Age : 35
    Localisation : Montréal

    Re: Anise Koltz

    Message par Jack-Hubert Bukowski le Jeu 12 Jan - 20:21

    Dans Vienne quelqu'un, Anise Koltz a écrit de belles poésies. Il y en a qui reviennent dans Somnambule du jour. Je vous citerai deux poésies :

    «Qui me donne deux visages»

    Qui me donne deux visages
    qui voit
    ce que je ne suis pas

    je change de peau
    au-delà de mes rives
    quand j'aveugle le jour
    et que je rôtis le soleil à la broche

    les nuages me craignent
    moi le mauvais berger
    qui secrètement
    prêta serment au loup

    ma mort est lesbienne
    tutrice
    dure à subir

    elle m'a déjà
    troué le crâne
    avec le plomb des étoiles

    Elle en a du caractère cette Anise Koltz-là.

    «Aube»

    Éteins les bougies
    et allume les fleurs
    le jour
    ne peut pas appeler
    il porte les étoiles dans sa bouche
    seul un merle chante
    dans sa main fermée
    la nuit
    monte sur le bûcher
    et se dissipe en flammes

    Soit dit en passant, désolé d'avoir essayé de t'appâter avec cette photo de 1964 d'Anise Koltz, Bix!

      La date/heure actuelle est Dim 25 Juin - 12:22