Jonathan Lamy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jonathan Lamy

Message par Jack-Hubert Bukowski le Ven 13 Jan 2017 - 6:30

Jonathan Lamy


Jonathan Lamy est un poète qui prend le parti de faire connaître la poésie québécoise et de la réaliser en suivant certains contextes précis - performances slam, participation aux événements institutionnels et des démarches d'enseignement - il est détenteur de stages postdoctoraux. Il a écrit Le vertige dans la bouche, Je t'en prie et La vie sauve aux éditions Le Noroît.

Bibliographie

- Le vertige dans la bouche, 2005
- Je t'en prie, 2011
- La vie sauve, 2016

Mots-clés : #poésie #québec


Dernière édition par Jack-Hubert Bukowski le Ven 13 Jan 2017 - 6:54, édité 1 fois
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 769
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 35
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Jonathan Lamy

Message par Jack-Hubert Bukowski le Ven 13 Jan 2017 - 6:51

La vie sauve (2016) :

[

Jonathan Lamy est très présent dans le contexte institutionnel québécois, notamment à l'UQÀM. J'ai eu l'occasion de le lire dans une analyse des écrivains déambulateurs - il avait analysé la poésie de José Acquelin dans ce contexte. Cette publication date de 2004. La poésie québécoise a eu le temps de changer, d'évoluer et d'aller dans le sens d'une métamorphose qui fut décisive dans les dernières années.

Dans La vie sauve, la poésie de Jonathan Lamy prend son envol. Nous reconnaissons les influences et les parentés avec l'œuvre de Geneviève Desrosiers qui est ineffable lorsque nous parlons de poésie moderne québécoise.

Jonathan Lamy garde une brièveté dans l'écriture :

poussière je retourne
à la poussière je parle
avec mes mains
des envies de loup

cherche ce qui secoue
oublie que je suis
détraqué que le cœur
le matin se lève

Non, on ne dira pas assez la place centrale de Saint-Denys Garneau en littérature :

je ne suis pas bien du tout
assis sur ce banc de parc
les malaises macèrent
les caresses s'encrassent
les poumons
plein de morts
cela ne veut plus
rien
dire
la violence d'être au monde
est inépuisable

Je note mon appréciation de ce style particulier, de cet humour caractéristique :

dans nos bouches s'agitent
des crayons cassés

le cendrier plein
de caresses de souvenirs

les mêmes mots
reviennent toujours
le même bruit de fond de coeur

Je note des choses précises. Elles me sont souvent chères comme thématiques :

combien de morts
depuis le début de l'histoire

tu es dans l'autobus
comme au centre de la tempête

tu veux connaître l'ampleur
du désastre
de l'espoir

Jonathan Lamy persiste de façon décidée dans ce recueil :

des mots peut-être
trop simples qui cassent
les voix cassent les vies

les plus terribles
les plus doux
s'oublient
refroidissent
ventre mort contre ventre mort

Il m'a semblé reconnaître un petit air de Geneviève Desrosiers comme j'ai cru le sentir ici, couplé avec Saint-Denys Garneau :

cela revient
joie toute petite
joie appelle joie
cabossée

cela arrive toujours
en sens inverse
nous frappe nous fend
en deux parfaitement
avatar
Jack-Hubert Bukowski

Messages : 769
Date d'inscription : 04/12/2016
Age : 35
Localisation : Montréal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains du Canada

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum