John Kennedy Toole

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: John Kennedy Toole

Message par Tristram le Sam 14 Jan - 11:59

Arturo a écrit:Fante, Bukowski, Céline, et beaucoup d'autres

S'il y avait un problème, ce serait que j'apprécie beaucoup les auteurs que tu cites!!! Finalement, les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas trop... L'essentiel, c'est de beaucoup partager de «choses», pour découvrir celles à quoi on est sensible!
avatar
Tristram

Messages : 1951
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: John Kennedy Toole

Message par bix_229 le Sam 14 Jan - 15:22

Mais tu as raison Arturo. Tout à fait ! Lire est avant tout subjectif. Inutile donc de chercher des arguments raisonnables et tout, ni de se justifier. Non, non ! Et, je l'espère en tout cas, il n'y aura personne ici pour encourager les lectures élitistes, les «chefs-d'oeuvre» estampillés, homologués. Et afficher un mépris hautain pour ceux qui oseraient lire tout autre chose, librement et pour le seul plaisir de se faire plaisir !
avatar
bix_229

Messages : 3403
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: John Kennedy Toole

Message par Bédoulène le Sam 14 Jan - 16:33

De toute façon un livre ne suffit pas pour se faire une idée de l'auteur, ni si l'on aime sa plume !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4016
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: John Kennedy Toole

Message par Armor le Sam 14 Jan - 19:29

Il est sur ma PAL depuis des années. Vous le donnez envie de le lire, du coup ! Wink
avatar
Armor

Messages : 1647
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 36

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: John Kennedy Toole

Message par Tristram le Sam 14 Jan - 19:47

Armor, surtout, donne-nous ton avis !
avatar
Tristram

Messages : 1951
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: John Kennedy Toole

Message par églantine le Sam 14 Jan - 21:26

Je n'ai pas pu rentrer dans cette conjuration à l'époque . Je l'avais offert au préalable à quelqu'un qui l'avait adoré .
Quelques années auparavant le livre de Michel Houellebecq Les particules élémentaires m'avait fait un effet un peu comparable .
Il faudrait que je retente . Les deux .


Dernière édition par églantine le Jeu 19 Jan - 23:59, édité 1 fois

_________________
"Un jour je te décevrai et ce jour-là j'aurai besoin de toi." Robert Desnos
avatar
églantine

Messages : 1961
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 52
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: John Kennedy Toole

Message par simla le Jeu 19 Jan - 23:56

Et bien moi j'ai beaucoup aimé ! J'adore les personnages déjantés. Laughing Laughing

Je vais essayer de retrouver sur l'ancien forum ce que j'en disais à l'époque....
avatar
simla

Messages : 56
Date d'inscription : 23/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: John Kennedy Toole

Message par simla le Ven 20 Jan - 0:10

Voici ce que j'en disais en 2013.....mais je n'ai pas oublié !



La conjuration des imbéciles de John Kennedy Toole.

Voici un roman que je qualifierais de burlesque, extrêmement drôle, paru dans les années 80 après avoir été écrit dans les années 60 par un jeune écrivain, John Kennedy Toole, qui s'est suicidé à l'âge de 32 ans parce qu'il se croyait un écrivain raté, son roman n'ayant pas trouvé d'éditeur. Sa mère, après sa mort, a fait le forcing auprès d'un éditeur et celui-ci, conquis, a publié le livre qui a obtenu par la suite le prix Pulitzer et un succès considérable.

L'histoire: Ignatius, un jeune homme obèse, bardé de diplômes notamment en littérature médiévale, hypocondriaque (taraudé par son anneau pylorique), anti-social, méprisant la société de consommation prônant la réussite à tout prix, vit à la Nouvelle Orléans avec sa mère quelque peu (beaucoup) alcoolique, sans travailler, la plupart du temps reclus dans sa chambre où il écrit de nombreux cahiers, un journal où il relate ses pensées, sa vie présente et passée.

Tout un tas de personnages loufoques l'entourent et c'est hilarant..mais pas que, la condition des noirs est bien décrite au passage, tout comme la Nouvelle Orléans. Ignatius a un sens de la répartie absolument éblouissant, ses envolées «érudites» confrontées à des gens très simples, des employés de bureau, une entraîneuse de boîte de nuit, une communauté d'homosexuels, l'agent de police Mancuso , un serial gaffeur en quelque sorte, sa propre mère : Mme Reilly et une de ses amies étudiantes, Myrna, une jeune femme qui prône une révolution par le sexe, avec laquelle il  entretient des rapports épistolaires extrêmement conflictuels, sont hilarantes.

Sa vie se complique lorsqu'à la suite d'un accident de voiture au cours duquel sa mère, ivre, emboutit une maison et devant payer les dégâts l'oblige à trouver un travail, lui qui, en dehors de son lit, passe une partie de son temps au cinéma. Séances au cours desquelles il vitupère à haute voix contre les acteurs et actrices... Il parvient à trouver deux emplois où il sème la pagaille, évidemment.

«J'ai entrepris de me présenter au bureau une heure après l'heure convenue. De cette manière, je suis beaucoup plus frais et reposé quand je me présente et j'évite la première heure blafarde de la journée de travail, au cours de laquelle mes sens encore engourdis font de toutes les tâches de véritables pensums. Je constate qu'en arrivant plus tard j'ai considérablement amélioré la qualité de mon travail.»

Santé : mon anneau pylorique s'est fermé tout à fait violemment cet après-midi, quand M. Gonzales m'a demandé de faire une longue addition pour lui. Quand il a vu l'état dans lequel sa requête m'avait plongé, il a eu la délicatesse de faire son addition lui-même. J'aurais préféré éviter cette scène, mais mon anneau l'entendait autrement. Ce directeur de bureau risque d'ailleurs de se révéler importun à l'usage».

On ne s'ennuie pas une seule seconde : c'est truffé de dialogues très drôles. Quelle imagination ! Bravo, à lire et relire, rire!


mots-clés : #humour
avatar
simla

Messages : 56
Date d'inscription : 23/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: John Kennedy Toole

Message par bix_229 le Ven 20 Jan - 12:46

Merci pour ton point de vue. Et tant mieux s' il contraste avec d' autres points de vue contraires.
C' est cela qui fait notre différence de voir et de sentir les choses autrement.
avatar
bix_229

Messages : 3403
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: John Kennedy Toole

Message par Tristram le Mar 28 Fév - 11:22

Pour essayer d'être objectif, voici une critique de ce livre culte ici
avatar
Tristram

Messages : 1951
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: John Kennedy Toole

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains des États-Unis d'Amérique

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum