Chamaco_VilaMatas

On sait que l’un des aspects les plus séduisants de la littérature est sa possibilité d’être une sorte de miroir qui avance ; un miroir qui, comme certaines horloges peut avancer.

Enrique Vila-Matas, Perdre des théories

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Saphia Azzedine

    Partagez
    avatar
    Barcarole

    Messages : 979
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 61
    Localisation : Tours

    Saphia Azzedine

    Message par Barcarole le Sam 3 Déc - 20:15

    Saphia Azzedine
    Née en 1979


    Saphia Azzedine, née au Maroc, et ayant grandi à Ferney-Voltaire (Ain) est une romancière franco-marocaine. Elle est également scénariste, actrice et réalisatrice.Si

    Bibliographie :

    Confidences à Allah (2008)
    Mon père est une femme de ménage (2009)
    La Mecque-Phuket (2010)
    Héros anonymes (2011)
    Combien veux-tu m’épouser ? (2013)
    Bilqiss (2015)


    Dernière édition par Flibustière le Sam 3 Déc - 20:17, édité 1 fois
    avatar
    Barcarole

    Messages : 979
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 61
    Localisation : Tours

    Re: Saphia Azzedine

    Message par Barcarole le Sam 3 Déc - 20:17

    Bilqiss


    Dans un pays islamiste où règne la charia, Bilqiss, l'héroïne de ce roman éponyme, a chanté l’appel à la prière à la place du muezzin qui dormait encore. C’est sa seconde faute, la première étant celle d’être née femme. Bilqiss va être lapidée, la charia appliquée.
    C’est un roman accrocheur, qui se lit d’une traite, mais qui peut déranger par la gravité du sujet, et en même temps et aussi parce que certains moments de lecture font plus que sourire. On ne sait pas si on doit rire ou pleurer. La plume de l’auteure est rondement menée dans ce roman choral, la gouaille de Bilqiss est rafraîchissante lorsqu’elle parle de tous ces hommes obsédés qui voient du sexe partout, le juge qui va la condamner à la lapidation, la journaliste américaine peut-être ou pas pleine de complaisance ou d’humanisme débordant… Et d’autres personnages entrent en scène.
    C’est un cri de désespérance.
    J’ai apprécié le côté « enlevé » de ce roman qui donne le ton dès la première phrase :
    « Contrairement à vous, je ne parlerai pas en Son Nom. Mais j’ai une intuition. Vous adorez Dieu mais, Lui, Il vous déteste. »
    Ce que j’ai beaucoup moins aimé, mais c’est personnel, ce roman ne me paraît pas vraisemblable, mais je le verrais bien adapté au théâtre pour dénoncer les pays où « on abomine les femmes qui ne sont pas des hommes ». L’auteure d’ailleurs est aussi scénariste, peut-être a-t-elle mis en scène ce roman comme une pièce…

      La date/heure actuelle est Sam 24 Juin - 21:08