Robert Alexis

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Robert Alexis

Message par Ouliposuccion le Dim 15 Jan - 11:34

 Robert Alexis  



Robert Alexis est un écrivain français. Particulièrement secret, l'on ne connait que peu de choses de lui sinon qu'il vit à Lyon, qu'il fut l'élève du philosophe François Dagognet et qu'il apprécie la discrétion de l'auteur du Le Trésor de la Sierra Madre, l'écrivain allemand B. Traven.
Les romans de Robert Alexis font voler en éclats toutes les figures du conformisme. Explorateur acharné de la complexité de l'identité, ses personnages sont soumis aux forces brutes du désir, seuls moyens de libération du "Moi". Le corps est le champ de l'expérience, traversant perversions et transgressions, l'identité se révèle multiple. Une littérature du paradoxe qui use du processus mental de déconstruction des certitudes acquises avec "des mots qui entrent dans la chair de l'univers". Il y a chez l'auteur, comme chez Novalis "Le monde doit être tel que je le veux...", un refus du monde tel qu'il paraît, un refus de la condition humaine et des normes qui mutilent l'être.

Dans toute l’œuvre, jalonnées de citations ou d'allusions, rien n'est anodin. Tout incite à "apprendre à changer de point de vue".

Dans La robe : il y a le sexologue Magnus Herschfeld quant aux déviances dites contre nature.

Dans La Véranda : Hofmannsthal dont le narrateur recherche les poèmes et le lien d'ombre, la notion que l'âme préexiste au corps.

Dans Flowerbone : l'épigraphe de Diderot sur l'interprétation de la nature, un vers de John Donne, posent l'interrogation sur le changement de l'évolution.

Plus tumultueuse encore la confrontation de la créature et de la Création dans Les figures : l'épigraphe de Dante précède un extrait de Milton. "Satan découvre l'immense gouffre entre l'Enfer et le Ciel"...
Source Wikipédia


Bibliographie:

2006: La Robe, Paris, José Corti Éditions, Pages 1, 3
2007: La Véranda, Paris, José Corti Éditions, Pages1, 2, 3
2008: Flowerbone, Paris, José Corti Éditions
2008: Les Figures, Paris, José Corti Éditions, Page 1,
2009: U-Boot, Paris, José Corti Éditions, Page 3
2010: Nora, Paris, José Corti Éditions, Page 1,
2011: Mammon, Paris, José Corti Éditions
2012: Les Contes d'Orsanne, Paris, José Corti Éditions
2014: L’homme qui s’aime, Éditions Le Tripode
2016: Le Majestic, Éditions Le Tripode, Page 2

mise à jour de l'index page 2 , le 13/07/2017, page 3, message 50


Dernière édition par Ouliposuccion le Dim 15 Jan - 13:36, édité 2 fois
avatar
Ouliposuccion

Messages : 348
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par Ouliposuccion le Dim 15 Jan - 11:41

Les figures



Au XVIIIème siècle, Étienne de Creyst, l’un des premiers médecins aliénistes, découvre chez les fous les multiples possibilités de l’humain. Il commencera à leur exemple une exploration confinant à la destruction de l’identité. Les « Figures » révèlent les territoires où il est surpris de se reconnaître, ceux du minéral, du végétal, celui de la bête avec laquelle il communie dans l’universel. Trente ans après, le Mémoire qu’il a rédigé est lu à sa nièce. La jeune femme traversera, de la même façon, les expériences ultimes où se croisent le crime et la sexualité…Quatre lectures, comme autant de clés libératrices ou de cercles d’enfer.

Couverture du livre , un tableau de Fussli..."Le cauchemar"sublime oeuvre du romantisme noir.
Plus qu'un livre , les figures est une analyse sur l'identité.
Ce roman est troublant , d'une écriture fabuleuse , il ne s'arrête pas au récit , non , ce n'est que le début d'une profonde introspection sur "l'être" après l'avoir terminé et fermé.
Robert Alexis ne mâche pas ses mots ni ses pensées au point qu'on pourrait par peur rester hermétique à son discours pour ne pas s’éloigner des conventions et des devoirs qu'on nous a toujours inculqués.
Ses discours philosophiques relatant que c'est dans la folie que l'homme se reconnait pleinement , en se confondant avec la nature , les vices et l'animal peuvent dérouter dans cette ambiance noire qui règne dans les profondeurs de cet asile , à la rencontre des "fous" qui ne sont peut être que plus humains , plus vrais et si atroces.
Robert Alexis a écrit que l'homme était l’égal de l'animal , que peut être une seule chose différait entre eux , l'arrogance de l'homme.

Un livre qui ne nous laisse pas intact.

avatar
Ouliposuccion

Messages : 348
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par Ouliposuccion le Dim 15 Jan - 13:35

Nora



Six contes enchâssés autour de la figure de Nora, six variations autour d'un thème cher à l'auteur : la sexualité et ses nombreux écarts.
On aurait tort de ne voir en Nora qu'un récit érotique de plus.
La sexualité est ici un point de départ, non une finalité. Grâce à elle, et malgré nous, se précisent des forces qui repoussent les murs, qui étirent nos limites, qui montrent à la fois l'humain dans sa complexité et le monde dans son infinité.
Le sexe quelles que soient ses manifestations est toujours une chance. Sortir de nous, sortir de ce que l'on a fait de nous, tel est un but qui parfois au hasard de ces pages semble effroyablement,délicieusement accessible. R.A


Robert Alexis encore une fois signe un roman nous menant aux confins de l’extrême.
Après avoir exploré la folie « des figures » nous voici dans le monde du sexe, de la démesure  où les limites ne sont plus,   à l’instar de la réflexion vers laquelle l’auteur veut nous mener. Nous sommes dans la matrice des plaisirs, de la luxure, de la débauche et l’éveil des sens est parfois brutal.
Pourtant une question persiste, ne serait ce pas au-delà d’un écho,  la nature profonde  qui sommeille en nous ?
Le conformiste n’est pas Robert Alexis , il est bel et bien l’auteur de l’inavouable et le marquis de Sade  pourrait être son mentor.
Une écriture toujours aussi élégante et soutenue qui nous fait visiter les tréfonds d’une noirceur peut-être pas si singulière.


L’art du chic pour un choc.


avatar
Ouliposuccion

Messages : 348
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par Bédoulène le Dim 15 Jan - 14:08

tes commentaires m'interpellent, je ne sais pourquoi mais j'ai l'impression que cet auteur nous tend un miroir pour que nous osions nous reconnaître ?

ou bien je n'ai rien compris ?

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4017
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par Ouliposuccion le Dim 15 Jan - 14:31

Robert Alexis scrute les profondeurs sans s’embarrasser des conventions , du bien et du mal , il déshabille l'humain pour n'en ressortir selon lui que notre véritable essence , nos ambiguïtés les plus profondes et notre inaptitude à les laisser aller. Tu as donc très bien compris.

"Nous pouvons être tellement de choses à la fois ! Encore faut-il, d’abord, pouvoir se débarrasser de ces « évidences» qui nous collent à la peau depuis l’enfance. J’ai tout fait dans ma vie, et ce bien avant de paraître en librairie, pour me libérer de ces illusions..."

Il dénonce une forme de mensonge sur l'identité de l'homme telle qu'on la perçoit :

"Nous sommes enfouis sous une brume épaisse. Nul espoir à celui qui se contente de ce qu’il est, ou de ce qu’il estime pouvoir désirer. La lumière vient de ce qui nous déchire, de ce qui est à l’opposé de ce que l’on estime être « soi ».

Quant au miroir qu'il  nous tend , il est bien là :

"Rien ne m’agace autant que la sensation d’être pris au piège. Le récit peut également être un piège. Mon lecteur idéal ne s’arrête pas au récit. J’aimerais que chacune de mes phrases soit pour lui un point de départ. Laissons le récit à ceux qui croient que le roman n’est qu’une histoire que l’on raconte. Heureuse naïveté"

Robert Alexis s'inscrit dans l'art du romantisme noir contemporain , un véritable maître à penser qui invite à en découdre avec soi-même et à explorer nos côtés obscurs qui furent lors de cette période , la fin de l'abnégation de l'homme au divin et une invitation  à la réflexion du "moi "
avatar
Ouliposuccion

Messages : 348
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par shanidar le Dim 15 Jan - 15:45

Je suis d'autant plus contente de cette ouverture de fil que je n'ai pas (encore) lu les deux romans que tu nous présentes, Ouliposuccion !!

Voici ce que je disais de La Robe, après une relecture qui fut telle un moment de grâce :



Lire La Robe de Robert Alexis, c'est un peu comme si Le bal du comte d'Orgel était traversé par le regard acerbe de Georges Bataille. C'est offrir un peu d'érotisme, de psychanalyse et de dépassement de soi à une époque où l'on se déplace encore à cheval et où l'on règle ses différents à coups de sabre.

Pourtant, Alexis est un auteur contemporain et même s'il adhère, comme le souligne Ouliposuccion au genre du romantisme noir qui serait plutôt celui d'une esthétique du XIXème siècle , les thèmes qu'il aborde sont bien ceux du XXIème. Ainsi dans La Robe, il est question du trouble de l'identité sexuelle, de la nécessité d'aller au-delà de soi-même (par l'analyse et le dépassement de ses phobies) pour assumer ce que l'on est en profondeur, aller chercher en soi, l'ultime limite qui fait chavirer, ne pas avoir peur, accepter la 'déviance', le travestissement et le droit à la différence : toutes questions qui aujourd'hui (doit-on dire hélas ?) font encore terriblement écho...

Le récit est sans doute moins troublant que celui de La Véranda (ou bien on s'habitue ?) mais la manière virtuose de traiter le sujet est des plus intrigante, voir plaisante. Je regrette que la rapidité de la narration empêche l'auteur de se plonger un peu plus dans les méandres de la question des genres, mais en ne faisant qu'effleurer la problématique, Alexis arrive à soulever bien des jupons.

Ne renonçant pas à mélanger érotisme, psychanalyse, virilité et féminité, Alexis interroge sur la capacité de l'humain à se transformer pour assumer ses vices, ses vies, ses voies/voix en interrogeant les limites de la bienséance, de la loi et de la morale.

Un auteur à lire.
avatar
shanidar

Messages : 1600
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par Ouliposuccion le Dim 15 Jan - 17:08

Je me pencherai également sur "La robe" pour en visiter les dessous Smile
avatar
Ouliposuccion

Messages : 348
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par Bédoulène le Dim 15 Jan - 18:15

j'ai l'homme qui s'aime dans ma pal numérique

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4017
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par shanidar le Mer 18 Jan - 20:29

Un extrait de La Robe avant un commentaire de La Véranda :

Je vous parlais de crimes... Ceux-là valent mieux pourtant que l'erreur des équilibres. La plupart des gens n'apprécient que leur confort. Ils meurent donc bien vite au milieu de leurs répétitions. Il n'en est pas de même pour ceux qui refusent un jeu dont ils ne connaissent pas les règles. Regardez autour de vous... Le spectacle du monde forme une pâte épaisse. Vous pourrez multiplier les images qui le composent sans avancer d'un pas. Les correspondances que votre intelligence saisit entre les choses, cette harmonie inexpugnable dont un seul regard s'emplit, composent la terrible illusion de l'homogène. Cet accord, on désire le reproduire en soi, et l'être se mue, jour après jour, en statue de sel.

J'ai rompu avec tout cela. Je ne désire pas associer mes forces, je veux les séparer. Je ne veux pas unir la berge, le canal et l'oiseau, je veux considérer, derrière, la puissante disharmonie qui commande leurs mouvements. Je veux briser le monde visible et pour cela supprimer les guides intérieurs qui encadrent la puante mollesse des compositions. Je n'ai plus de nom, mes richesses ne sont rien, j'interdis à mes mains la capture des choses, mes yeux sont toujours en alerte. Chaque mot prononcé glisse sur une pente de glace jusqu'à cet amas d'immondices où l'on retrouve tout ce que les hommes ont produit depuis le début des temps. Voyez ce qui est devant vous, et détruisez son lancinant hypnotisme ! Jugez vos pensées comme des passages étroits, provisoires, dont la lumière s'éteint derrière vos pas. Et d'abord, ruinez le centre de la citadelle, mettez à sac ! Ne vous accordez pas l'identité.

Hermann croisa les jambes, glissa ses mains dans les poches de son veston. Un sourire moqueur visait l'accent lyrique de ses dernières affirmations.
avatar
shanidar

Messages : 1600
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par Nadine le Jeu 19 Jan - 20:10

Tout à fait le ton qui crèe en moi beaucoup de violence réactive : je ne goûte pas qu'on vilipende l'équilibre à ce point.
Ma réaction-
qui, pour ce bord, s'appellerait conservatisme.


J'aurais pourtant pas mal de bile à verser à ces vues .

Il faudrait que je lise, tiens. C'est bien d'aller aussi vers ce qui nous débecte.
Je vilipende, précisément, d'ailleurs, ces postures ,

parce qu'elles s'énoncent en systémie.

Si elles ne souhaitaient pas autant s'ériger en Elective suprême je ne sentirais pas , ainsi, bouillir en moi la colère Smile

Voici le lien vers un long entretien avec Robert Alexis, je l'ai écouté l'hiver dernier. Dans l'excellente émission "Mauvais genre" qui a vocation de me bousculer assez régulierement , c'est un bon programme de santé.

Je l'ai écouté attentivement, et avec un ennui ...métallique. ça aurait pu lui plaire à Alexis, tiens. Un ennui métllique.. Ah mais je suis peut être de la caste ? ! What a Face

clic
avatar
Nadine

Messages : 2098
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par shanidar le Ven 20 Jan - 14:37

Et bien, je ne pensais pas que cet extrait amènerait une réaction aussi 'épidermique' ; je suis de celle qui aime être malmenée par les auteurs et leurs écrits, être emmenée sur des sentiers malodorants et qui ne s'ouvrent pas toujours sur une belle vallée fleurie ; j'aime bien être bousculée (j'espère qu'ArenSor ne lira jamais ses mots !) et même si je n'ai pas vraiment de réponse tranchée au droit à la différence/indifférence, j'aime bien regarder de temps en temps par le trou de la serrure... (il va falloir que je reparle du Nécrophile de Wittkop, du coup, dans lequel on retrouve un peu cette ambiance chère à Robert de courtoise marginalité...).

J'ajoute que François Angelier (de Mauvais genre) a écrit la préface au dernier livre d'Alexis Robert Le Majestic, j'y reviendrai également.
avatar
shanidar

Messages : 1600
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par Nadine le Ven 20 Jan - 19:28

Courtoise , la marginalité d'Alexis ? J'ai dû me laisser emporter par mes humeurs cyclops
j'avoue que je suis ravie de dévoiler mon côté acariâtre ici. Cela me permet de constater que l'accent circonflexe est sur le dernier A.

Razz
avatar
Nadine

Messages : 2098
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par Bédoulène le Sam 21 Jan - 10:00

je crois Nadine qu'il te faut le lire pour soit calmer ton "côté acariâtre" ou le conforter ! Smile

un extrait ne me parait pas suffisant

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4017
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par Nadine le Sam 21 Jan - 13:14

Tu as raison, ça ne peut suffire pour savoir si ça me plairait ou pas,
l'entretien, disons, m'a donné le sentiment de pouvoir en dire un retour (dont j'ai mis le lien plus haut),
 il m'a pareillement paru ne pas concerner ma sensibilité.

J'y allais pleine d'enthousiasme en me disant que j'allais apprendre un tas de trucs sur ces fameux ferments ésotériques et /ou confrériels de Lyon,en plus, via cet auteur classé confidentiel, sérieux au possible etc J'ai été très déçue, très très.ça reste un document à écouter, car il s'exprime assez peu publiquement je crois. C'était surtout pour vous le signaler !
Je ne reviendrai pas sur ce fil d'ailleurs à moins de le lire, bien sûr. Je veux dire que c'est un peu facile en effet, je ne tiens pas à troller jocolor
avatar
Nadine

Messages : 2098
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par shanidar le Sam 21 Jan - 15:51

Bah il est tout à fait normal parfois d'avoir des a priori et de les exprimer ! Cela permet aussi de creuser un peu plus profondément ses réponses et de tenter de comprendre un peu mieux les raisons qui font aimer ou pas un auteur. Je vais écouter cette émission dès que j'ai un peu de temps.
avatar
shanidar

Messages : 1600
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par Bédoulène le Sam 21 Jan - 18:26

Nadine c'était surtout pour t'inciter à lire le livre, sans plus.

moi aussi parfois certains sujets je ne les "sens pas" Smile

et loin de moi l'idée que tu "troller"

merci pour t'être exprimée

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4017
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par Nadine le Sam 21 Jan - 19:17

Je sais Bédoulène ! je répondais selon mes propres réserves, ne t'inquiète pas j'avais compris que ce n'était pas une remise en ordre , merci à toi !
avatar
Nadine

Messages : 2098
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par églantine le Dim 22 Jan - 11:21

Tout cela aiguise ma curiosité .Very Happy
Merci pour le lien Nadine .
Et puis super , une épidermique qui grince du clavier , je me sens moins seule . Alors merci pour ça aussi Nadine . cat

_________________
"Un jour je te décevrai et ce jour-là j'aurai besoin de toi." Robert Desnos
avatar
églantine

Messages : 1962
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 52
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par Nadine le Dim 22 Jan - 11:35

Merci à Ouliposuccion de nous donner à réfléchir à nos limites, aussi. Ducoup.
avatar
Nadine

Messages : 2098
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par églantine le Dim 22 Jan - 11:51

Nadine a écrit:Merci à Ouliposuccion de nous donner à réfléchir à nos limites, aussi. Ducoup.
Ah ben oui alors !

_________________
"Un jour je te décevrai et ce jour-là j'aurai besoin de toi." Robert Desnos
avatar
églantine

Messages : 1962
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 52
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum