Robert Alexis

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par Ouliposuccion le Dim 22 Jan - 11:55

C'est un fil vivant , qu'il plaise ou pas ce fameux Robert Alexis , il fait parler cheers
avatar
Ouliposuccion

Messages : 348
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par Quasimodo le Dim 22 Jan - 12:25

J'ai écouté ton lien Nadine, mais je ne me suis pas ennuyé. Les extraits lus à voix haute m'ont extrêmement plu. Par contre, j'ai été un peu horrifié par l'auteur (si c'est ce qu'il voulait, chapeau, c'est réussi).

Mais je commence à penser que je pourrais essayer.

_________________
Entre les deux coups de feu qui décidèrent de son destin, il eut le temps d'appeler une mouche : "Madame".
avatar
Quasimodo

Messages : 1004
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 22

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par Ouliposuccion le Dim 22 Jan - 12:40

Mais je commence à penser que je pourrais essayer.

avatar
Ouliposuccion

Messages : 348
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par Nadine le Dim 22 Jan - 12:51

Very Happy

Je me souviens que c'était "baroque" les extraits, mais c'est pas ma tasse de thé, ce nihilisme .
Il va falloir que j'essaie aussi, justement en m'attendant au tournant, pour argumenter où je ne suis pas d'accord.
Pourquoi. etc (ça doit être assez stupide, à sec, de me voir rouspeter pour un contenu qui ne me plais pas, juste ça. a croire que je nierais tout ce qui me dérangerait ...ça me plais pas non plus comme constat. Pfff)
avatar
Nadine

Messages : 2098
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par shanidar le Dim 22 Jan - 12:57

La Véranda

Je suis tombée totalement sous le charme de ce roman étrange.

Le plaisir de la lecture est ici plaisir des sens, la mélodie française qui s'échappe de ce roman aux temps mélangés est un chatoiement de couleurs, d'odeurs, de sons et d'échos. Echos de Vienne, de l'Europe avant qu'elle ne bascule dans la barbarie, écho d'une époque où le voyageur prenait le temps des longs voyages en train, voyage durant lesquels il avait tout le loisir d'inventer des histoires, de s'inventer soi-même, de réfléchir, de laisser libre cours à la magie du roulement du chemin de fer.

Et c'est ainsi, en train, que nous rencontrons le mystérieux narrateur de ce roman qui palpite doucement, comme un cœur un peu usé, une fragrance qui parviendrait des années après en ouvrant une malle dans laquelle de vieux souvenirs côtoient des roses fanées.

Un merveilleux livre d'échos donc, mais aussi un livre palpitant du mystère qui entoure la vie du narrateur. Bizarrement, au fil de la lecture, on finit par tout savoir et finalement ne rien savoir de cet homme là. Les mots, les souvenirs, les réminiscences le cachent mieux qu'un silence, une ellipse, une absence. A tout nous dire, il ne dit rien. Et derrière le dévoilement, la confession s'agitent les silhouettes énigmatiques d'une mère et de sa fille, silhouettes délicieuses et intriguantes, fantômes du passé ou tendres révélatrices des lourds penchants du cœur. A vous de lire...

Un très beau livre, magnifiquement écrit, gorgé d'ombres et de troubles. Beau et languissant...
avatar
shanidar

Messages : 1600
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par églantine le Dim 22 Jan - 12:59

Décidément ....
Me voilà de plus en plus intriguée . What a Face
Il me plait bien ton com Shanidar .

_________________
"Un jour je te décevrai et ce jour-là j'aurai besoin de toi." Robert Desnos
avatar
églantine

Messages : 1961
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 52
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par Nadine le Dim 22 Jan - 13:00

Rien dans les ressources de ma mediatheque, evidemment..
rahhhh
avatar
Nadine

Messages : 2098
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par shanidar le Dim 22 Jan - 13:03

Pour info, La Robe et La Véranda sont paru en poche.
avatar
shanidar

Messages : 1600
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par shanidar le Dim 22 Jan - 13:07

Premier paragraphe de La Véranda :

La neige. Un paysage sous la neige. Et cette buée sur la vitre parce que, pendant un moment, j'ai posé le front sur son rectangle froid. Ce petit pont qui enjambe un ruisseau, j'ai dû le traverser, celui-là ou un autre, beaucoup d'autres, à longueur d'une vie qui arrive maintenant à sa fin.
avatar
shanidar

Messages : 1600
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par églantine le Dim 22 Jan - 13:08

shanidar a écrit:Premier paragraphe de La Véranda :

La neige. Un paysage sous la neige. Et cette buée sur la vitre parce que, pendant un moment, j'ai posé le front sur son rectangle froid. Ce petit pont qui enjambe un ruisseau, j'ai dû le traverser, celui-là ou un autre, beaucoup d'autres, à longueur d'une vie qui arrive maintenant à sa fin.
drunken

_________________
"Un jour je te décevrai et ce jour-là j'aurai besoin de toi." Robert Desnos
avatar
églantine

Messages : 1961
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 52
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par shanidar le Dim 22 Jan - 13:11

Je pensais bien que cette petite approche te plairais...

(je peux cercler si besoin)
avatar
shanidar

Messages : 1600
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par Ouliposuccion le Dim 22 Jan - 13:14

J'ai lu avec attention tous les commentaires et étant pour ma part une grande admiratrice de Robert Alexis je souhaite étayer un peu plus le pourquoi du comment.
Le nihilisme est une doctrine qui me semble essentielle pour qu'un équilibre soit ébranlé afin de ne pas rester dans une vision établie des choses  ce qu'on pourrait appeler effectivement "conservatisme". C'est la base même de la philosophie que de douter et d’émettre un cheminement , une vision différente de l'essence même du "soi" , ce qui je le répète , a été le mouvement du romantisme noir , précurseur des lumières et de la libération de la pensée.
La noirceur et la bestialité qui sont les thèmes chers à Robert Alexis ne sont que la répétition moderne de ce qu'était  l'école du cynisme d'Antisthène ou encore la vision décadente  que la majorité avait de l'épicurisme.
L'équilibre est donc pour moi cette notion de conservatisme et de nihilisme qui mène à une dualité bien plus proche de ce que nous sommes. L'être et la bête , l'ange hanté par des pulsions destructrices , l'érotisme tourmenté...Robert Alexis , c'est l'exploration de l'inconscient , le doute d'une idée de l'homme conditionné à vivre d'une façon unique , l'obsession de la mort et du néant et alors ces conceptions peuvent paraître anormales, pencher vers l'étrange et l'incompris.
Pour conclure je dirais juste que parfois , un beau paysage , paisible et maîtrisé peut être aussi une inquiétante forêt obscure...
avatar
Ouliposuccion

Messages : 348
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par églantine le Dim 22 Jan - 13:18

shanidar a écrit:Je pensais bien que cette petite approche te plairais...

(je peux cercler si besoin)
Oh la tentatrice  Razz  !
Je te remercie pour la proposition de cerclage . Mais ce n'est pas possible, avec mon mode de fonctionnement .
Mais ....comme il est à un prix très raisonnable , je vais faire plaisir à mon libraire . Même s 'il ne le mérite pas , il est très désagréable .

_________________
"Un jour je te décevrai et ce jour-là j'aurai besoin de toi." Robert Desnos
avatar
églantine

Messages : 1961
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 52
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par shanidar le Dim 22 Jan - 13:31

Je suppose qu'il faut également redire un mot sur cette marginalité courtoise dont je parle plus haut, car si Robert Alexis se détache du courant néo-réaliste actuel (dont je pourrais citer par exemple, mais hélas il ne publie plus un auteur comme Pavel Hak), c'est bien par son 'romantisme' et la prose absolument délicieuse, presque méticuleuse avec laquelle il nous entretient de certaines déviances. Je ne crois pas, en tout cas pour ce que j'ai lu, avoir lu la moindre phrase un peu scabreuse ou malveillante, au contraire (comme dans le Nécrophile de Wittkop) seul le narrateur et ceux qui veulent bien l'accompagner baignent dans un univers particulier, étrange, personne n'est forcé, personne ne subit (ou presque) la moindre violence physique (à moins qu'elle ne soit consentie) et l'expérience donnée est celle d'une interrogation sur ce point de rupture à partir duquel notre société estime que tel ou tel comportement dépasse la norme.
avatar
shanidar

Messages : 1600
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par Ouliposuccion le Dim 22 Jan - 14:14

Il semblerait que son roman le plus scabreux soit " Nora" , La décence n'existant pas, on explore vraiment les confins de l’extrême dans les déviances sexuelles et la soumission.
Comme je le soulignais dans ce post , Sade n'est jamais loin dans ce livre puisque le sadisme est mis en avant également.
"Les figures" fait aussi certainement partie de ses livres les plus édifiants sur le thème de la folie.
Mais qu'est ce que la décence finalement si l'on dépasse l'ordre établi ?
avatar
Ouliposuccion

Messages : 348
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par Nadine le Dim 22 Jan - 19:13

Du ggrain à moudre, vos complements, mesdames, merci. j'irai . Je note sur la PAL.
avatar
Nadine

Messages : 2098
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par ArenSor le Dim 22 Jan - 19:19

shanidar a écrit:Un extrait de La Robe avant un commentaire de La Véranda :

Je vous parlais de crimes... Ceux-là valent mieux pourtant que l'erreur des équilibres. La plupart des gens n'apprécient que leur confort. Ils meurent donc bien vite au milieu de leurs répétitions. Il n'en est pas de même pour ceux qui refusent un jeu dont ils ne connaissent pas les règles. Regardez autour de vous... Le spectacle du monde forme une pâte épaisse. Vous pourrez multiplier les images qui le composent sans avancer d'un pas. Les correspondances que votre intelligence saisit entre les choses, cette harmonie inexpugnable dont un seul regard s'emplit, composent la terrible illusion de l'homogène. Cet accord, on désire le reproduire en soi, et l'être se mue, jour après jour, en statue de sel.

J'ai rompu avec tout cela. Je ne désire pas associer mes forces, je veux les séparer. Je ne veux pas unir la berge, le canal et l'oiseau, je veux considérer, derrière, la puissante disharmonie qui commande leurs mouvements. Je veux briser le monde visible et pour cela supprimer les guides intérieurs qui encadrent la puante mollesse des compositions. Je n'ai plus de nom, mes richesses ne sont rien, j'interdis à mes mains la capture des choses, mes yeux sont toujours en alerte. Chaque mot prononcé glisse sur une pente de glace jusqu'à cet amas d'immondices où l'on retrouve tout ce que les hommes ont produit depuis le début des temps. Voyez ce qui est devant vous, et détruisez son lancinant hypnotisme ! Jugez vos pensées comme des passages étroits, provisoires, dont la lumière s'éteint derrière vos pas. Et d'abord, ruinez le centre de la citadelle, mettez à sac ! Ne vous accordez pas l'identité.

Hermann croisa les jambes, glissa ses mains dans les poches de son veston. Un sourire moqueur visait l'accent lyrique de ses dernières affirmations.

Des extraits qui donnent envie d'aller voir plus près les écrits de ce personnage. La fin me fait pensez au fameux "Contre" de Michaux. Merci Oulipo et Shanidar Smile
avatar
ArenSor

Messages : 786
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par églantine le Ven 27 Jan - 12:33

La véranda



La véranda de Robert Alexis
Intriguée par vos échanges au sujet de Robert Alexis dont je n'avais jamais entendu parler auparavant , j'ai voulu en découvrir un peu plus .
Philosophe de formation , élève du grand professeur François Dagognet , voilà une petite touche biographique plutôt engageante et "emballé c'est pesé" , je ressors de la librairie avec La véranda .
Et je fus inspirée car ce fut un moment précieux que cette plongée dans un texte mystérieux et ensorcelant .
Un homme , globe-trotteur gentilhomme , traverse le temps et l'espace à bord d'un train . L'esprit aussi vagabond que sa dimension physique et que celle de son âme , il émane d'emblée de ce personnage un étrange sentiment d'intemporalité .

" La neige. Un paysage sous la neige. Et cette buée sur la vitre parce que, pendant un moment, j'ai posé le front sur un rectangle froid. Ce petit pont qui enjambe un ruisseau, j'ai dû le traverser, celui-là où un autre, beaucoup d'autres, à longueur d'une vie qui arrive maintenant à sa fin "

Et de cette petite percée à travers la vitre de ce train naîtra un désir . Désir , le mot est lâché . Porteur de toute une symbolique .
Irrésistiblement attiré par la vision d'une maison qui éveille en lui ce sentiment , cette envie , ce besoin , cette quasi nécessité , liés à une effluve souterraine surgit de mémoires oubliées dans une approche suprasensible déroutante ( qui n'a pas connu cette sensation frustrante de "déjà vu" ? ) , il rompt le mouvement de la douce mélancolie nonchalante qui le dirige dans ses errances et décide d'acheter cette maison entre-aperçue au cours de ce trajet .
Cette maison , surgissant dirait-on de nulle part presque , apparait comme une vision et pourtant elle est bien là , dans cette verte campagne autrichienne qu'il traverse .
Cette maison au pouvoir magnétique lui ouvrira la porte d'un inconnu qui réveillera en lui des semblants de réminiscences dans les tâtonnements de son âme mouvante entre rêve , réalité , passé retrouvé ou fantasmé ,au frontières du réel .
Cette maison , ce sera aussi la rencontre de deux âmes incarnées par deux dames dotée de pouvoirs mystérieux , évanescentes et nimbées d'un romantique , peut-être fantastique( à vous de choisir ) halo de brume plus ensorceleur qu'inquiétant .
Cette maison , ce sera aussi et peut-être la rencontre avec lui-même , miroir obscur de son ombre ....
S'il repartira sur les routes , à la rencontre de l'orient et de ses charmes envoûtants et ravageurs , assouvissant ses désirs charnels portés sur la fantaisie et les petits délices de la transgression permise , ce ne sera que pour mieux revenir vers la maison ....Retour à soi aussi apaisant qu'effrayant . Retour à soi pour mieux repartir .
Repartir vers un autre mystère . On n'en saura pas plus .
Et c'est bien là la force de ce récit . Qui ne donne que des indices . Ne se définit ni comme un ouvrage philosophique , ni comme un roman purement fantastique , ni comme une simple envolée romantique, ni comme un ouvrage porté par un discours uniquement psychanalytique : Que chacun investisse les mots avec ce qu'il veut bien lui apporter , porté par une écriture d'une finesse rare , et qu'il voyage sur le registre qu'il lui conviendra .
J'ai bien voyagé .
A découvrir . Il le mérite .
Merci à vous Oulipo , Shanidar , Nadine ! Continuez les bavardes , dans cette spontanéité quelquefois plus porteuse que les commentaires les plus léchés . cheers


Dernière édition par églantine le Ven 27 Jan - 17:39, édité 1 fois

_________________
"Un jour je te décevrai et ce jour-là j'aurai besoin de toi." Robert Desnos
avatar
églantine

Messages : 1961
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 52
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par Ouliposuccion le Ven 27 Jan - 12:55

Et d'une convertie , Une !
avatar
Ouliposuccion

Messages : 348
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par shanidar le Mar 28 Fév - 16:22



Le Majestic

Sébastien Judet, jeune diplômé en minéralogie, est recruté dans une ville de province par un Musée d'histoires naturelles, dont la directrice, Elisabeth Vial hante les combles. Il est donc reçu par la sous-directrice, Louise Arsenevia, qui sera la double narratrice de ce roman. Double car le premier narrateur est Sébastien Judet lui-même à travers le journal qu'il a laissé derrière lui.

Judet. Le genre d'hommes qu'on ne fréquente pas et qui ne fréquente personne, replié sur lui-même, détestant son prochain, mettant une distance noble, académique, voire hautaine dans ses relations avec ses semblables. Parfois presque sympathique mais la plupart du temps, livré à lui-même, ou plutôt à son œuvre, celle qui consiste à faire l'inventaire des minéraux (et ils sont forts nombreux) qui peuplent le sous-sol du musée. Nous avons donc une directrice aérienne, perchée dans son grenier et restant invisible et un rat, planqué dans une cave où la nuit, il se met à nu pour entrer en contact avec les pierres. Et puis entre les deux, une femme complexée qui se met à rêver.

Peu à peu les trois personnages vont réaliser leurs fantasmes, libérer leurs corps du carcan du jour pour les plonger dans la nuit génératrice de monstres. Louise veut devenir Elisabeth, Elisabeth veut soumettre ses deux partenaires, Sébastien cherche l'humiliation. Ils vont donc former une triade que certains jugeront malsaines là où d'autres verront la tentative d'une réalisation de soi, par delà la bienséance.

Ce roman interroge la frontière entre le su et l'inconnu, l'instinct et la raison, l'intelligence et le naturel. Les livres, les savants, le rationnel sont maintenus du côté de la lumière, de l'éphémère, du mouvant pour s'opposer à la nuit, aux pierres, à la rigidité des corps, des membres, des duretés qu'on palpe dans le noir, nu, désorienté, apeuré et éprouvant du plaisir dans cette peur. L'irrationnel est dans la matière, cette chose insondable, symétrique, naturelle, physique, qu'est le minéral, cette incompréhension préhensible, cet objet que l'on peut tenir dans sa main mais jamais définir, cette chose que l'on peut sentir, caresser, toucher mais qui toujours échappe, parce qu'il est impossible de la contenir toute entière, régiment d'atomes, construction lente et aléatoire, assemblage hasardeux de matières. Il n'y a pas de corps simple. Il n'y a pas d'unité. Toutes les taxinomies sont faites pour être mises en question. Alors il faut la nuit, la nudité et la peur, il faut la domination, le noir et le dépassement de soi pour entrer en contact, pour saisir et être saisi, pour prendre et être pris.

Ecrit dans une langue éblouissante, Le Majestic, rejoint la cohorte nocturne des livres biscornus, sulfureux et discrets. De ceux qui, même si on ne pratique pas les mêmes amours, éveillent les sens, retiennent l'attention, parce qu'ils nous disent ce qu'il y a à la marge, tapi dans l'ombre, ce qui nous hante parfois, ce qui nous agite, nous attire, nous étonne, nous révulse, nous espère.

A noter, une nouvelle fois, l'excellence du travail de l'éditeur (Le Tripode) et l'éloquente préface de François Angelier, rappelant au passage le nom de Gracq, lequel fait également écho à l'œuvre d'un autre auteur du Tripode : Jacques Abeille ; et la concordance entre ces trois hommes, tout à coup, saute aux yeux.

Deux extraits :

On est sur cette terre à mi-chemin de la peine et de la honte. Accepter cette honte est inutile. Personne ne peut comprendre ce qu'on éprouve. Le monde gagne sur tous les plans. Vous êtes, en parlant, réduit à rien, parce que personne ne peut admettre l'immensité de votre peine en même temps que la totalité de votre insignifiance.


On doit réussir à penser l'homogénéité sans la confondre avec l'identité, peut-être même faudrait-il un terme entre ces deux notions, qui permette à la fois d'accepter l'altérité (car il ne saurait exister quoi que ce soit dans ce monde sans séparation entre les êtres) et de profiter d'une ressemblance essentielle. Le temps et l'espace s'inonde mutuellement, de même que la diversité des êtres. Tout semble fait pour que, au-delà de cette uniformité, l'impression demeure d'une différence aux vertus fondatrices.
avatar
shanidar

Messages : 1600
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Robert Alexis

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens francophones

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum