Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Karel Schoeman

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

lieu - Karel Schoeman - Page 2 Empty Re: Karel Schoeman

Message par topocl le Dim 10 Sep - 9:10

A y repenser après coup, c'est vraiment beau ce bouquin, sombre, lent,touchant. Plein de silences et de tourments.

(il est dur à trouver je crois, je peux le prêter)

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6480
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

lieu - Karel Schoeman - Page 2 Empty Re: Karel Schoeman

Message par Tristram le Dim 10 Sep - 16:02

Des voix parmi les ombres

lieu - Karel Schoeman - Page 2 Des_vo10

Le narrateur et un photographe parcourent en voiture l’Afrique du Sud pour collationner les éléments d’un livre portant sur les évènements de la guerre des Boers. Ils ne trouvent pas Fouriesfontein (ainsi dénommée à cause des Fourie, colons d’origine française) selon les indications de leur carte routière. Le narrateur s’acharne à pied, et dans une vision spectrale lui apparaît la petite ville, qu’il explore, comme à peine quittée par ses habitants, avec des signes d’occupation récente, des revenants intangibles, des voix lointaines.
Le narrateur présente sa révélation de Fouriesfontein comme ce qui sourd de l’ensemble des données réunies pour un livre, ou mieux, comme un film avant montage (on pense bien sûr à la genèse de l’écrit lui-même) :

« C’est comme lorsque l’on fait des recherches pour un livre, se prend-il à songer, on rassemble des notes, des photocopies, des coupures de journaux et des photographies, les dossiers s’empilent, la banque de données augmente de volume tandis que prend forme, à un rythme légèrement décalé, quelque chose qui est plus que la simple somme de ses parties et qui commence enfin à vivre sa vie en toute indépendance. »

« Est-ce sur les gens qui ont vécu jadis et qui sont morts depuis longtemps que j’écris, ou bien sur les ombres et les échos qui peuplent mon imagination ? […]
Jusqu’où peut-on se pencher sans basculer au-dehors par-dessus l’appui de la fenêtre, jusqu’où peut-on se pencher sans dégringoler dans la fosse sombre du passé perdu, irrévocablement ? Essayer. »

Trois résidents britanniques de Fouriesfontein en l'été 1901 témoignent successivement de la brève occupation par un commando de Boers avant l’arrivée de l’armée anglaise : Alice, la fille du magistrat Macalister, puis Kallie, jeune clerc de ce dernier, enfin Mademoiselle Godby, sœur du médecin depuis défunt, et vieille fille solitaire. Chacun s’efforce de se souvenir de ces évènements au cours de trois monologues répétitifs, réticents, plus ou moins réfléchis et factuels selon le personnage ; et chaque point de vue complète les deux autres de sa version lacunaire.
Fouriesfontein est une communauté fermée, des Hollandais, quelques britanniques, qui respectent et aident davantage les métis, misérable main-d’œuvre sans perspective d’avenir. Adam Balie, métis doué, fut le seul à parvenir à s’émanciper, accéder à une certaine réussite avant d’être emprisonné, battu puis tué par les Boers, acte de violence et d’injustice arbitraire qui focalise les tensions de la collectivité.
Si les deux premiers rapports sont partiels, le troisième met en évidence leurs non-dits et omissions, dénis et aveuglements, allusions et sous-entendus. Le témoignage de cette fine observatrice des relations entre les habitants confrontés à la guerre est plus lucide et approfondi. Dans un sentiment d’impuissance, rejetant l’oubli et la révision de l’histoire, elle éclaire sans complaisance les fêlures et divisions sociales que la période des troubles n’a fait que mettre en lumière.

« …] la vie a continué au jour le jour et le changement ne s’est produit que peu à peu, sur des semaines, des mois. Les divisions qui existaient après la guerre n’étaient pas nouvelles, simplement nous ne les avions pas remarquées, elles étaient masquées, un peu comme ces fissures sur un mur que l’on bouche avec du plâtre et que l’on recouvre ensuite de papier peint ; les fissures demeurent. Les blessures, les rancunes, les désaccords avaient toujours été là, tout comme la peur et la méfiance ‒ je dirais comme l’angoisse, et la haine ‒ car il y avait aussi de l’angoisse et de la haine, et la guerre n’a rien fait d’autre, en définitive, qu’arracher le papier peint et mettre à nu les fissures. »

« Tant de choses étaient tues, ou simplement ignorées, et sont tombées dans l’oubli avec le temps ; le plus souvent, il était trop tard pour corriger l’injustice commise et beaucoup étaient d’avis qu’il valait mieux éviter d’échauffer les esprits. […]
Souvent je me suis demandé ce que nous pouvions faire pour lutter contre l’injustice et les préjudices qui s’enracinaient de plus en plus profondément dans la société, au point qu’ils finissaient par devenir la norme et que tout le monde les considérait comme allant de soi. […]
Nous faisons ce que nous pouvions, comme je l’ai dit, ce qui nous semblait juste, convenable, et ce n’est que bien plus tard que nous avons commencé à nous poser la question de savoir si c’était suffisant. »

« Nous avions appris à ces gens à nous admirer, à nous écouter, à respecter notre autorité, à écouter nos conseils et à exécuter nos ordres, et lorsque, désespérée, elle [la femme de Adam Badie] s’est tournée vers nous, allant de maison en maison demander de l’aide pour son mari, elle n’avait trouvé personne qui pût l’aider, personne qui osât faire quoi que ce fût. »

« Nous n’avons rien appris de ce qui est arrivé, les divisions n’ont fait que se creuser, l’amertume n’a fait que croître. […] Nous n’avons rien appris, nous continuons à faire comme si de rien n’était, comme si rien ne s’était produit, condamnés, me dis-je parfois, à répéter éternellement les mêmes mots, les mêmes gestes, pris au piège dans un manège dont nous ne pouvons plus descendre. Éveillée dans la nuit, j’écoute, seule dans le noir, le tintement et le bruissement presque imperceptibles. »

Perplexe entre factuel et fabulation, le narrateur invisible observe les fantômes de Fouriesfontein qui ressasse son passé et en répète les épisodes sans enchaînement causal, sans ordre (chrono)logique, sans pouvoir en tirer la leçon.

Ce roman serait le deuxième volet d'une trilogie (pas signalé par l’éditeur comme d’habitude, merci Phébus ; par ailleurs le résumé en quatrième de couverture est partiellement incorrect, et racoleur).

« Regardez-moi ; écoutez-moi. Moi aussi, j’ai vécu. »

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8462
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

lieu - Karel Schoeman - Page 2 Empty Re: Karel Schoeman

Message par bix_229 le Dim 10 Sep - 16:26

Jusqu' en 2006, Phébus fut l' un des meilleurs éditeurs français indépendants,
grace à la curiosité et la passion de son directeur Jean-Pierre Sicre.
Le catalogue de Phébus en témoigne.
Sicre fut débarqué à cette date, et Phébus n' a pas retrouvé le lustre d' antan.
Dommage !
Tout passe, mais il faut rendre à Sicre ce que fut Phébus.
bix_229
bix_229

Messages : 10630
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

lieu - Karel Schoeman - Page 2 Empty Re: Karel Schoeman

Message par Tristram le Dim 10 Sep - 16:34

Ce qui m'agace, et ce n'est pas propre à Phébus, ce sont ces quatrièmes qui éludent les rattachements de l'oeuvre à un cycle, les présentations par quelqu'un qui ne semble pas l'avoir lue, et bien sûr l'aguichage hors de propos sinon pour faire vendre.

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8462
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

lieu - Karel Schoeman - Page 2 Empty Re: Karel Schoeman

Message par bix_229 le Dim 10 Sep - 16:41

Je comprends. Certains éditeurs pensent que c' est un argument de vente.
Ce n' est pas général.
Ce qui est tout aussi génant, c' est la pratique presque systématique des auteurs
américains qui font l' éloge d' un confrère.
A charge de revanche bien entendu !
bix_229
bix_229

Messages : 10630
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

lieu - Karel Schoeman - Page 2 Empty Re: Karel Schoeman

Message par Tristram le Dim 10 Sep - 16:52

La pratique de la préface par d'autres auteurs ne me choque pas (motivée par la reconnaissance, même partiale). Mais ne pas pouvoir se faire une idée juste du contenu d'un livre au lu de la quatrième (et être obligé d'en faire le résumé pour Des choses à lire), c'est trop, on passe de la réclame à la malhonnêteté. Il n'y a pas d'autre mot quand, dans ce cas précis, on dit entr'autres : "Voici deux hommes confrontés à une ville spectrale d'où ils ne reviendront peut-être pas." !
Je pense qu'il faut souligner de telles dérives si on souhaite revenir à un peu plus de probité envers l'oeuvre et ses lecteurs.

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8462
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

lieu - Karel Schoeman - Page 2 Empty Re: Karel Schoeman

Message par Bédoulène le Dim 10 Sep - 17:04

quels seraient les livres de la trilogie Tristram ? merci !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12857
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

lieu - Karel Schoeman - Page 2 Empty Re: Karel Schoeman

Message par Tristram le Dim 10 Sep - 17:21

Babelio a écrit:Des voix parmi les ombres est le deuxième volet d'une trilogie magistralement inaugurée par Cette vie (Phébus, 2009 ; Prix du Meilleur Livre étranger) explorant le passé de l'Afrique du Sud.

Wikipédia a écrit:Cet ouvrage [Cette vie], premier volet d'un triptyque intitulé Voix (Stemme)
Le troisième volume serait en préparation, ou plutôt pas traduit en français ?

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8462
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

lieu - Karel Schoeman - Page 2 Empty Re: Karel Schoeman

Message par Bédoulène le Dim 10 Sep - 17:57

merci j'ai déjà lu "cette vie" donc je vais noté le deuxième !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12857
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

lieu - Karel Schoeman - Page 2 Empty Re: Karel Schoeman

Message par kashmir le Dim 10 Sep - 19:02

Je viens de lire Cette vie et j'ai beaucoup aimé : je découvre, grâce à vous, que ce livre s'inscrit dans une trilogie : tant mieux, cela m'aidera à choisir la prochaine lecture de cet écrivain. Wink
kashmir
kashmir

Messages : 1826
Date d'inscription : 10/09/2017

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

lieu - Karel Schoeman - Page 2 Empty Re: Karel Schoeman

Message par bix_229 le Dim 10 Sep - 19:10

On peut quand meme lire cette trilogie sans savoir qu' elle existe.
Elle me semble plutot thématique.
Ce qui n' est pas forcément le cas des suites
bix_229
bix_229

Messages : 10630
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

lieu - Karel Schoeman - Page 2 Empty Re: Karel Schoeman

Message par bix_229 le Sam 15 Juin - 16:16

lieu - Karel Schoeman - Page 2 En_zot10

En étrange pays

On était absorbé par le vide, étreint par le silence, qui n'étaient plus des étendues étrangères regardées de loin sans comprendre, la terre inconnue devenait familière et celui qui la traversait ne pouvait même plus se rappeler qu'autrefois il avait pensé aller plus loin. A mi-chemin sur la route on découvrait que le voyage était achevé, qu'on était arrivé à destination.

A la fin du 19e siècle, un riche bourgeois hollandais quitte son pays pour aller en Afrique du Sud, à Blomfontein, alors simple village dans le veld..
A cette époque, on pensait que des lieux particuliers pouvaient aider les malades atteints de la tuberculose. C'était des lieux de haute montagne ou des pays réputés secs. Certains, comme le personnage de ce livre partaient de leur plein gré. D'autres étaient expédiés contre leur gré par leur famille.
Loin des yeux loin du coeur.

Je ne parlerai pas de ce livre qu se suffit à lui-même.
Mais il faut que je dise que je l'ai lu avec difficulté  parce que pas en forme. Et j'ai failli l'arrêter plusieurs fois.
De plus le rythme du livre est lent, très lent. Celui d'une marche funèbre ou plutôt d'une marche inexorable vers une mort annoncée. Une attente sans illusion.
Le rythme restera identique pendant 500 pages. Au lecteur de s'adapter. Ou pas.
C'est aussi celui d'une transformation humaine, in extremis. Le retournement total d'une vie conditionnée par une éducation de classe, murée par la solitude, l'insensibilité, l'égoïsme.
Comme le personnage central, j'ai été vaincu, ou plutôt retourné, tranformé par tant de génie stylistique. Et par ces extraordinaires personnages que sont ce pasteur et sa soeur.

Peut-on encore vivre quand on porte la mort en soi et qu'on la transporte ailleurs ?
Peut-être ou peut-être pas.
La vie est une épreuve difficile et la mort un passage terrifiant.
Karel Schoeman a un style sublime qui a peu d'équivalent au 20e siècle.
bix_229
bix_229

Messages : 10630
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

lieu - Karel Schoeman - Page 2 Empty Re: Karel Schoeman

Message par topocl le Sam 15 Juin - 20:30

Un livre magnifique et douloureux, oui.

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6480
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

lieu - Karel Schoeman - Page 2 Empty Re: Karel Schoeman

Message par Tristram le Mer 24 Juil - 0:49

Cette vie

lieu - Karel Schoeman - Page 2 Karel_10

La narratrice est une vieille agonisante qui rassemble ses souvenirs tout au long d’une nuit pour « tenter de comprendre, [de] tenter de pardonner. »
Elle a vécu dans une ferme isolée du veld, en bordure du désert du Karoo où hiverne la famille avec les moutons et dont vient sa mère, obstinée, parcimonieuse et irascible. Elle reconstitue, avec ses réminiscences de discrète enfant observatrice et quelques conjectures, l’histoire de son ascendance depuis son établissement jusqu’à la prospérité relative dans ce milieu difficile.
« À la ferme, lorsque j’étais enfant, je jouais souvent seule près du vieux cimetière derrière la colline, là où les anciens jetaient ce dont ils ne vouaient plus ; je ramassais parmi les pierres des fragments de poterie, de porcelaine, ou encore des morceaux de verre bleu ou mauve. Parfois, certains de ces fragments étaient assez gros et assez grands pour permettre, en examinant l’arrondi et les décorations, de retrouver la forme et le motif de la tasse ou du bol d’origine ; c’est ainsi que se présentent les fragments de souvenirs à partir desquels je dois maintenant tenter de reconstituer la forme et les motifs du passé. »

« C’est sans doute comme cela que notre domaine s’est étendu et que nos prétentions se sont affirmées : par des disputes avec les voisins et des menaces ou des violences envers ceux qui étaient plus faibles que nous. »

« …] le but était là depuis toujours et nous autres, les enfants, n’étions que des instruments pour y parvenir. »
Les domestiques, d’anciennes esclaves, dorment à même le sol de bouse séchée, au pied de leur maîtresse. Il y a également une sous-classe de genre de serfs, les Bâtards de Bastersfontein :
« Tous sont morts et enterrés jusqu’au dernier sans laisser ne fût-ce qu’un nom, qu’un visage ; enterrés soit derrière le mur d’enceinte, de l’autre côté du cimetière réservé aux Blancs, soit quelque part le long de la route qui mène vers le Karoo, soit encore dans l’intérieur des terres, vers Grootrivier, là où les ont menés leurs pérégrinations ; les pierres dont on les avait recouverts se sont écroulées et ont été dispersées par le vent, leurs enfants et leurs petits-enfants sont morts à leur tour quelque part dans la plaine, dans le ravin, ou près du feu de camp, et les derniers souvenirs de leur existence se sont évanouis avec eux. Seules leurs voix résonnent encore tandis que je cherche en vain le sommeil. »
La vieille fille de la maison se remémore un drame familial, voudrait ne plus se ramentevoir. Elle aura finalement été seule, une sorte d’étrangère chez elle, un témoin invisible.
Dans ce livre est aussi démontrée la prépotence de femmes fortes, ambitieuses, égoïstes ‒ ainsi que la vanité des vies humaines.
« Dans le coffre où nous rangions le linge de maison, les draps et les taies d’oreiller s’entassaient sans que quiconque prît la peine d’expliquer pourquoi, à l’image de ces terres et de ces troupeaux de moutons dont notre famille, à la même époque, faisait l’acquisition dans la plus grande discrétion, méthodiquement, dans la perspective d’un avenir sans doute inconnu, mais fascinant. »

« En réalité, au fil des ans, seuls les visages autour de la table avaient changé, un simple renouvellement des ombres à la lueur de la bougie dans une maison où, pour le reste, tout était comme avant. »
Après Cette vie et Des voix parmi les ombres, Phébus a édité L’Heure de l’ange, qui clôt le triptyque de Karel Schoeman consacré aux voix ; à écouter bientôt…


Mots-clés : #famille #lieu #ruralité

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8462
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

lieu - Karel Schoeman - Page 2 Empty Re: Karel Schoeman

Message par Bédoulène le Mer 24 Juil - 7:20

merci Tristram tu fais remonter des souvenirs de cette lecture que j'avais beaucoup aimé (comme d'ailleurs le premier livre lu de l'auteur "En étrange pays")
Tu montres bien l'échelle des "classes"

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12857
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

lieu - Karel Schoeman - Page 2 Empty Re: Karel Schoeman

Message par Tristram le Mer 24 Juil - 8:20

Merci Bédoulène ; oui, en plus de L’Heure de l’ange, vu les commentaires j'aimerais bien mettre la main sur En étrange pays

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8462
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

lieu - Karel Schoeman - Page 2 Empty Re: Karel Schoeman

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Afrique et de l'Océan Indien

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum