Chamaco_VilaMatas

On sait que l’un des aspects les plus séduisants de la littérature est sa possibilité d’être une sorte de miroir qui avance ; un miroir qui, comme certaines horloges peut avancer.

Enrique Vila-Matas, Perdre des théories

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Frédéric Beigbeder

    Partagez
    avatar
    Ouliposuccion

    Messages : 348
    Date d'inscription : 14/01/2017
    Localisation : ubiquiste

    Frédéric Beigbeder

    Message par Ouliposuccion le Mar 17 Jan 2017 - 20:25

    Fréderic Beigbeder
    Né en 1965




    Frédéric Beigbeder est né en 1965, le 21 septembre, à Neuilly-sur-Seine. Sa mère, Christine de Chasteigner est traductrice de romans à l'eau de rose (les romans de Barbara Cartland entre autres), son père, Jean-Michel Beigbeder, d'origine béarnaise, est chasseur de têtes. Au divorce de ses parents, il a 3 ans. Il vivra avec sa mère et son frère, Charles.

    Il entre la première fois chez Castel alors qu’il a peine 12 ans. Ainsi commence sa vie de fêtard. Il a une scolarité normale dans les lycées Montaigne et Louis le Grand. Ensuite, il intègre Sciences-Po et le Celsa ou il obtient un DESS en marketing et publicité.

    En parallèle à ses études, il organise des fêtes avec ses amis du Caca's Club. On compte dans le groupe de ses amis noceurs, le comédien Édouard Baer, le musicien et écrivain Bruno de Stabenrath, l’homme politique Jean-François Copé, Emmanuel de Brantes et bien d’autres.  Pendant ces années, il est aussi chroniqueur littéraire et mondain.

    Son premier roman est publié en 1990, il a alors  24 ans, il le nommera "Mémoires d’un jeune homme dérangé". En 1991, Philippe Michel, après avoir  lu ce premier roman, l’embauche comme concepteur/rédacteur dans l’agence de pub CLM-BBDO.

    Il a créé, en 1994, le "Prix de flore" du nom du célèbre café de Saint-Germain-des-Prés à Paris. Ce prix est doté de 6000 euros ainsi que la possibilité quotidienne pour le lauréat de se faire servir du Pouilly-fuissé, au Café Flore, dans un verre gravé à son nom et cela pendant un an. Ce prix automnal récompense chaque année un jeune auteur français au talent prometteur.

    Frédéric Beigbeder est un personnage très controversé et contradictoire. Ce dandy aime son personnage et en même temps, il n'hésite pas à se critiquer dans ses auto-fictions. Il dénonce un système, la publicité, mais il y est resté 10 ans. Pour la présidentielle de 2002, le bourgeois de Neuilly devient conseiller du communiste Robert Hue.

    L’auteur de "L’amour dure trois ans"  a été marié et divorcé à deux reprises. Il est le père de Chloé, née en 1999. Son frère, Charles Beigbeder, après avoir créé puis revendu la société de courtage en ligne Selfltrade,a fondé le premier opérateur d'électricité indépendant en France Poweo.

    En 2002, Warner lui propose de concocter sa propre compilation, qui sortira sous le titre "La Bande Originale de ma jeunesse".

    Il a été éditeur chez Flammarion de 2003 à 2006. Pendant ces trois années, il a publié quelque 25 romans. Le premier de cette série était "Une fièvre impossible à négocier" de Lola Lafon, le dernier "L'homme qui marchait avec une balle dans la tête" de Philippe Pollet-Villard. Parmi les autres auteurs publiés, il y a eu Pierre Mérot, Simon Liberati, Paul Jimenes, Guillaume Dustan et Bénédicte Martin, entre autres. Il y a aussi parrainé la création de la revue littéraire Bordelet sauvé L’Atelier du Roman.

    Source site officiel

    Bibliographie

    1990 : Mémoire d'un jeune homme dérangé
    1994 : Vacances dans le coma.
    1997 : L'amour dure trois ans
    2000 : 99 francs
    2003 : Windows on the World.
    2005 : L'Égoïste romantique
    2007 : Au secours pardon
    2009 : Un roman français : prix Renaudot
    2014 :Oona et Salinger.
    avatar
    Mordicus

    Messages : 844
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Localisation : Myocarde

    Re: Frédéric Beigbeder

    Message par Mordicus le Mar 17 Jan 2017 - 20:33


    La claque littéraire de ma jeunesse.

    Nouvelles sous ecstasy

    BAM.


    _________________

    Je suis sensible au divertissement
    Mes gencives savent que le dentiste ment
    La drogue agit sur moi lentement
    Ah nan je suis con c'est un Efferalgan
    avatar
    shanidar

    Messages : 1599
    Date d'inscription : 02/12/2016

    Re: Frédéric Beigbeder

    Message par shanidar le Mar 17 Jan 2017 - 20:34

    J'étais sûre que vous alliez vous retrouver sur ce coup-là !
    avatar
    Mordicus

    Messages : 844
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Localisation : Myocarde

    Re: Frédéric Beigbeder

    Message par Mordicus le Mar 17 Jan 2017 - 20:35


    (Ben ptêtre qu'elle va le déglinguer et qu'elle le déteste.)


    _________________

    Je suis sensible au divertissement
    Mes gencives savent que le dentiste ment
    La drogue agit sur moi lentement
    Ah nan je suis con c'est un Efferalgan
    avatar
    shanidar

    Messages : 1599
    Date d'inscription : 02/12/2016

    Re: Frédéric Beigbeder

    Message par shanidar le Mar 17 Jan 2017 - 20:36

    Wait and see !
    avatar
    Mordicus

    Messages : 844
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Localisation : Myocarde

    Re: Frédéric Beigbeder

    Message par Mordicus le Mar 17 Jan 2017 - 20:40


    (Suspense.)


    _________________

    Je suis sensible au divertissement
    Mes gencives savent que le dentiste ment
    La drogue agit sur moi lentement
    Ah nan je suis con c'est un Efferalgan
    avatar
    Ouliposuccion

    Messages : 348
    Date d'inscription : 14/01/2017
    Localisation : ubiquiste

    Re: Frédéric Beigbeder

    Message par Ouliposuccion le Mar 17 Jan 2017 - 20:41

    Un roman français



    C’est l’histoire d’une Emma Bovary des seventies, qui a reproduit lors de son divorce le silence de la génération précédente sur les malheurs des deux guerres. C’est l’histoire d’un homme devenu un jouisseur pour se venger d’être quitté, d’un père cynique parce que son cœur était brisé. C’est l’histoire d’un grand frère qui a tout fait pour ne pas ressembler à ses parents, et d’un cadet qui a tout fait pour ne pas ressembler à son grand frère. C’est l’histoire d’un garçon mélancolique parce qu’il a grandi dans un pays suicidé, élevé par des parents déprimés par l’échec de leur mariage. C’est l’histoire d’un pays qui a réussi à perdre deux guerres en faisant croire qu’il les avait gagnées, et ensuite à perdre son empire colonial en faisant comme si cela ne changeait rien à son importance. C’est l’histoire d’une humanité nouvelle, ou comment des catholiques monarchistes sont devenus des capitalistes mondialisés. Telle est la vie que j’ai vécue : un roman français. » F.B.


    Autoflagellation , condescendance et rébellion d'un aristo à particule , soit le paradoxe de toute sa vie :
    Beigbeder se vante d'être issu d'une famille ayant sauvé des juifs durant la seconde guerre mondiale et pleure sur son sort après son arrestation pour détention de drogue sur la voie publique tout en déclarant la guerre à un procureur (non éditée) dans son livre , la peur au ventre face à l'éventualité d'avoir un procés...
    Encore une fois , l'auteur joue la carte d'une certaine mélancolie , de dégoût de la société , un brin torturé et brisé afin de mieux faire passer son cynisme et son arrogance à coup de révolte prépubère et de sensibilité déguisée ne mettant en avant que son hypothétique grandeur d'esprit..
    Tant de simulations larmoyantes rendent terne l'éclat qu'aurait pu avoir sa réflexion si celle-ci avait eu le visage de la sincérité.
    « Un roman français » se veut être un parcours de vie , un constat personnel , un voyage intérieur mais n'en ressort qu'un Beigbeder qui s'écoute et se congratule de sa différence dans une dédaigneuse jouissance à rabaisser son prochain tel un chevalier sans peur mais plein de reproches qui crève des nuages invisibles à coup de discours pathétiques dans un commissariat afin de se positionner en petit roi qui a besoin de briller pour exister.
    Si Beigbeder cherchait l'apaisement et la reconnaissance dans cet exercice c'est bien essayé mais il semblerait que c'est raté , il n'en ressort que rancune et aigreur.
    J'ai bien essayé de trouver un peu de compassion durant cette lecture parce que la vérité c'est qu'il est touchant ce garçon (normalement ) , tenté d'y voir un peu de loyauté mais j'avoue que le costume qu'il endosse ressemble de trop près à une farce nauséabonde qui pourtant , à en croire son prix Renaudot, n'a pas éclaboussé la bonne majorité.
    Je dédie ces quelques lignes à Beigbeder et à sa dignité disparue dans ces centaines de pages.
    avatar
    Mordicus

    Messages : 844
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Localisation : Myocarde

    Re: Frédéric Beigbeder

    Message par Mordicus le Mar 17 Jan 2017 - 20:44


    (Beigbeder ne vieillit pas très bien. Je n'ai plus rien lu après Windows of the world qui m'avait touchée.)


    _________________

    Je suis sensible au divertissement
    Mes gencives savent que le dentiste ment
    La drogue agit sur moi lentement
    Ah nan je suis con c'est un Efferalgan
    avatar
    Ouliposuccion

    Messages : 348
    Date d'inscription : 14/01/2017
    Localisation : ubiquiste

    Re: Frédéric Beigbeder

    Message par Ouliposuccion le Mar 17 Jan 2017 - 20:53

    Au secours Pardon



    Au secours, pardon' raconte l'histoire d'un homme qui se croit libre comme la Russie, et qui va s'apercevoir que la liberté n'existe pas. 'C' est l'année de mes quarante ans que je suis devenu complètement fou.' A Moscou, Octave Parango est chargé par une marque de cosmétiques de trouver la plus jolie femme du monde. Léna a la détermination boudeuse des jeunes filles et la beauté d'un ange démoniaque. On se damnerait pour la sauver ou se perdre avec elle. A Moscou, puis à Saint-Pétersbourg, Octave fera les deux. Dans la cathédrale récemment reconstruite, il confesse ses turpitudes à un pope qui hoche la tête avec compassion. Lequel des deux sauvera l'autre ? Lequel des deux périra le premier ?

    Beigbeder a toujours été un provocateur dérangeant, même du temps de ses chroniques.
    Ses romans sont à son effigie, et font effectivement réfléchir.
    Ce qui me dérange :
    - "La société actuelle donne toute crédibilité au nazisme, il a gagné. Le modèle de la beauté sociétaire étant la race arienne (...)
    - Les femmes islamiques grâce au voile n'auront jamais de soucis avec " le délit de sale gueule (...)"
    - "La beauté est un sport où les hors-jeu sont fréquents."
    - « Je me dis fréquemment que, si le viol était légal, la vie des hommes modernes serait simplifiée »


    "Au Secours Pardon" !
    On a effectivement envie d’hurler, de lui en mettre une pour tenir de tels propos, mais au fond que décrit-il?
    La dictature de la société dans le milieu de la mode, de la cosmétique.
    L'Idéal pour dénoncer l’Oréal, première firme à balancer son business ravageur.
    Il dénonce la standardisation, l'esclavage de jeunes slaves, les usines de larmes, l'oligarchie....
    Il brise la glace d'une société hypocrite, pas à coup de hache mais de massue.
    Il ne faut pas s'étonner du tsunami de critiques alarmantes à son encontre, les vérités ont toujours fait peur et ne sont pas toujours bonnes à entendre...Ça défrise un petit monde.
    Alors j’entends de tout, on tape sur du Beigbeder parce qu'au final il est le premier à avoir la vie de Bo-bo qu'il décrit cyniquement, parce que ça devient également un sport national, presque institutionnel et j’avoue que ça me fait sourire, allons...soyons honnêtes, nous le sommes tous.
    En étant victime on la cautionne cette société, les dictatures commerciales ne fonctionnent que par nous, nous les alimentons.
    "L'Oréal oui, parce que je le vaux bien...dans l'idéal , je ne suis que victime..."
    Je prends le parti pris de ceux qui s'en rendent compte, ils ont au moins l'honnêteté de le dire.
    En ca j'ai aimé « Au secours pardon » , j’apprécie Beigbeder , je n'attends pas de lui de la prose , de la poésie , une rhétorique impeccable , mais qu'un intellectuel accusateur me repousse dans mes retranchements en me faisant grincer des dents, qu'il me laisse en colère avec cette sensation qu'il est tout de même dans une vérité, ce qui m'agace encore plus.
    Au final j'en ressors plus retournée qu'avec une prose, voilà le Beigbeder que j'apprécie;le genre séditieux devrait être un genre littéraire qui aurait le mérite de faire entendre des vérités, ne serait-ce pas toujours d’ailleurs, des intellectuels provocateurs qui fût un temps, ont changé certaines faces du monde à coup de crocs?...


    Extrait:

    Les tentations étaient innombrables mais je ne devais pas traîner : l'Idéal avait besoin de nouveaux emblèmes, on devait renouveler le stock de pommettes saillantes et de bouches rouges. La standardisation des désirs n'attend pas. La demande était très forte, on en avait besoin pour les catalogues, les dossiers de presse, les encarts, les dos de kiosques et les teasings à échantillon détachable. Natalia Vodianova ne pouvait pas tout faire ; il fallait de nouveaux modèles, moins chers, moins célèbres, plus disponibles. J’avais des faces à moudre ! Je devais faire tourner les visages de l'industrie des pots de crèmes hydratantes nutritives gluco-actives. Au téléphone, mon boss, Bertrand, me disait souvent, tel l'ogre du Petit Poucet : 'Ramène-moi de la chair fraîche.' C'était donc ça : je fournissais des mangeurs de Lolitas qui eux-mêmes entretenaient la libido mondiale.
    avatar
    Ouliposuccion

    Messages : 348
    Date d'inscription : 14/01/2017
    Localisation : ubiquiste

    Re: Frédéric Beigbeder

    Message par Ouliposuccion le Mar 17 Jan 2017 - 20:53

    (Tu peux tenter celui-ci alors )
    avatar
    Mordicus

    Messages : 844
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Localisation : Myocarde

    Re: Frédéric Beigbeder

    Message par Mordicus le Mar 17 Jan 2017 - 20:58


    (C'est vrai que je ne l'ai pas tenté depuis longtemps. Alors je note. L'extrait me parle. Merci.)


    _________________

    Je suis sensible au divertissement
    Mes gencives savent que le dentiste ment
    La drogue agit sur moi lentement
    Ah nan je suis con c'est un Efferalgan
    avatar
    Tristram

    Messages : 1117
    Date d'inscription : 09/12/2016
    Age : 60
    Localisation : Guyane

    Re: Frédéric Beigbeder

    Message par Tristram le Mar 17 Jan 2017 - 23:22

    De Frédéric Beigbeder, je n'ai lu que L’amour dure trois ans. Il y dépeint assez bien certains aspects de notre société, prolongeant le topos post-68 ("On perd sa vie à la gagner") :

    « On attache les gens avec l’argent : ils sacrifient leur liberté pour payer leurs impôts. Il devient de plus en plus évident que l’enjeu du siècle prochain sera de supprimer la dictature de l’entreprise. »

    Il a un certain sens de la formule, qui frôle le cliché de fort près, au gré des évidences débitées en vrac avec de complaisantes provocations.
    avatar
    Arturo

    Messages : 348
    Date d'inscription : 09/12/2016
    Age : 31
    Localisation : Par-delà le bien et le mal

    Re: Frédéric Beigbeder

    Message par Arturo le Mer 18 Jan 2017 - 13:59

    @Mordicus a écrit:
    La claque littéraire de ma jeunesse.

    Nouvelles sous ecstasy

    BAM.

    La seule chose que j'aie lu de l'auteur ...

    Le néant absolu, il n'a rien pour lui ce type.

    BAM !
    avatar
    topocl

    Messages : 1981
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 57
    Localisation : Roanne

    Re: Frédéric Beigbeder

    Message par topocl le Mer 18 Jan 2017 - 14:01

    C'est l' a priori que j'avais. Mais un roman français m'avait touchée. Cela grattait un peu et montrait les failles derrière l'arrogance. Il y avait une certaine douceur et une certaine humilité là-dedans, quand même.


    _________________
    Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
    Dany Laferrière
    avatar
    Mordicus

    Messages : 844
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Localisation : Myocarde

    Re: Frédéric Beigbeder

    Message par Mordicus le Mer 18 Jan 2017 - 14:29

    @Arturo a écrit:
    @Mordicus a écrit:
    La claque littéraire de ma jeunesse.

    Nouvelles sous ecstasy

    BAM.

    La seule chose que j'aie lu de l'auteur ...

    Le néant absolu, il n'a rien pour lui ce type.

    BAM !

    Arturo, c'est un peu léger non ?

    Voire facile.

    Peut mieux faire + encouragements au trimestre prochain.


    _________________

    Je suis sensible au divertissement
    Mes gencives savent que le dentiste ment
    La drogue agit sur moi lentement
    Ah nan je suis con c'est un Efferalgan
    avatar
    Arturo

    Messages : 348
    Date d'inscription : 09/12/2016
    Age : 31
    Localisation : Par-delà le bien et le mal

    Re: Frédéric Beigbeder

    Message par Arturo le Mer 18 Jan 2017 - 14:37

    Bah, je me suis calqué sur ton avis. Tu peux développer ton enthousiasme ... Moi, je vais avoir du mal à faire mieux tant je n'aurais rien à dire sur cet "écrivain". Rien, ça se semble bien résumer ce qu'il représente en termes de fond comme de forme.

    Je passe en classe suivante, ou en conseil de discipline ?
    avatar
    Mordicus

    Messages : 844
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Localisation : Myocarde

    Re: Frédéric Beigbeder

    Message par Mordicus le Mer 18 Jan 2017 - 14:44


    Ma lecture de Nouvelles sous ecstasy remonte à si loin... Il faudrait que je relise (mais c'est très vite fait).

    Je retiens le style tachycardique, la vulgarité gratuite, les expériences, Romane Bohringer, du sexe à tous les étages, l'envie de passer une soirée avec lui.

    (2 heures de retenue mercredi prochain + une dissert)


    _________________

    Je suis sensible au divertissement
    Mes gencives savent que le dentiste ment
    La drogue agit sur moi lentement
    Ah nan je suis con c'est un Efferalgan

    Contenu sponsorisé

    Re: Frédéric Beigbeder

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 24 Juin 2017 - 21:07