Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Paul Auster

Page 5 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Culpabilité - Paul Auster - Page 5 Empty Re: Paul Auster

Message par Nadine le Ven 11 Mai - 18:13

Culpabilité - Paul Auster - Page 5 4200188299
c'est beau "preterit".
Nadine
Nadine

Messages : 3542
Date d'inscription : 02/12/2016

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Culpabilité - Paul Auster - Page 5 Empty Re: Paul Auster

Message par Arturo le Ven 11 Mai - 18:27

Un auteur qui maîtrise toute la gamme d'une narration au passé (et ça ne se limite pas à imparfait et passé simple), c'est tout de même appréciable.
Une pratique perdue ?
Arturo
Arturo

Messages : 3112
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 33
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Culpabilité - Paul Auster - Page 5 Empty Re: Paul Auster

Message par Tristram le Ven 11 Mai - 18:43

Le passé simple a quand même une autre gueule allure que le passé composé ("je vins", plutôt que "j'avais venu"). De plus, pour moi (seul ?), il a une connotation d'action prompte ("je le vis", à comparer à "je le voyais" _ ou à "je l'ai vu"). Le passé est le temps de l'écriture (par rapport au présent qui est actuel, dont un peu faux quand on écrit hors de la fiction). Il y a beaucoup de formes conjuguées du prétérit (bien plus varié en français qu'en anglais) _ les replis et méandres du temps (forcément passé pour ce qui est du réel). Dommage de simplifier (le passé), de perdre des nuances, mais c'est aussi affaire de sensibilité. Quand on dit "je le vois hier", c'est encore une autre acception...

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8476
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Culpabilité - Paul Auster - Page 5 Empty Re: Paul Auster

Message par ArenSor le Ven 11 Mai - 19:49

@Tristram a écrit: Je n'avais pas réalisé l'importance de la poésie surréaliste (parisienne) dans la création outre-atlantique.

Shocked Nombre d'écrivains Beat se sont placés dans la prolongation du surréalisme !
Sinon, je pense pas qu'on se rend compte en France du prestige de la littérature française à l'étranger. C'est un fait qui m'avait frappé lors d'un séjour à Shanghai : on parle du luxe, de la cuisine, mais aussi de la culture française, en particulier de la littérature et du cinéma.
Beaucoup d'auteurs américains ont séjourné en France : Hemingway, Miller, Carson Mac-Cullers, et tant d'autres...
ArenSor
ArenSor

Messages : 1957
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Culpabilité - Paul Auster - Page 5 Empty Re: Paul Auster

Message par bix_229 le Ven 11 Mai - 19:59

Oui, autrefois.

En ce moment, c' est un peu usurpé comme réputation. Ou plutot la réputation
subsiste, mais c' est un peu trompeur, un miroir aux alouettes où l' on recherche
le passé.
Mythique.
"Il est toujours joli le temps passé."
bix_229
bix_229

Messages : 10655
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Culpabilité - Paul Auster - Page 5 Empty Re: Paul Auster

Message par églantine le Ven 11 Mai - 20:53

@Tristram a écrit:Le passé simple a quand même une autre gueule allure que le passé composé ("je vins", plutôt que "j'avais venu"). De plus, pour moi (seul ?), il a une connotation d'action prompte ("je le vis", à comparer à "je le voyais" _ ou à "je l'ai vu"). Le passé est le temps de l'écriture (par rapport au présent qui est actuel, dont un peu faux quand on écrit hors de la fiction). Il y a beaucoup de formes conjuguées du prétérit (bien plus varié en français qu'en anglais) _ les replis et méandres du temps (forcément passé pour ce qui est du réel). Dommage de simplifier (le passé), de perdre des nuances, mais c'est aussi affaire de sensibilité. Quand on dit "je le vois hier", c'est encore une autre acception...
Ben oui c'est pourtant d'une telle richesse la complexité de notre langue française apportant une gamme d'affinités de sens précieuse .
églantine
églantine

Messages : 4297
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Savoie

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Culpabilité - Paul Auster - Page 5 Empty Re: Paul Auster

Message par Bédoulène le Sam 12 Mai - 15:05

pour ce qui concerne le livre 4321 je persiste à dire que si bien sur les évènements sont importants les choix que l'on faits sont essentiels et à plusieurs reprises dans le livre le narrateur le souligne, à la fin où nous apprenons que celui-ci est mort une troisième fois, il est bien question du choix !

sinon j'aime beaucoup le passé simple et comme toi Tristram je le vois plus "actif", animé.

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12903
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Culpabilité - Paul Auster - Page 5 Empty Re: Paul Auster

Message par Tristram le Sam 12 Mai - 15:09

Le vrai problème, n'est-ce pas ce qui détermine, voire conditionne nos choix ?

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8476
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Culpabilité - Paul Auster - Page 5 Empty Re: Paul Auster

Message par Bédoulène le Sam 12 Mai - 15:21

malgré tout reste le choix même s'il y a déterminants et/ou conditions
Spoiler:
pour la 1ère mort l'évènement était l'orage mais il a fait le choix de traverser la cour, rien ne l'y obligeait, pour la 2ème mort il n'a pas regardé du bon côté en traversant (oubliant que le sens de la route était différent) quant à la 3ème mort, il a choisi de ne pas accompagner l' autre journaliste à la prison et a péri dans l'incendie

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12903
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Culpabilité - Paul Auster - Page 5 Empty Re: Paul Auster

Message par bix_229 le Sam 12 Mai - 16:27

Je vous conseille la lecture de Claude Duneton : Parler croquant.
Paru en 1973, ce livre joyeux et plein de malice et d' alacrité se lancait sur
les pistes historiques de la langue française, qu' il comparait ensuite à
l' anglais et à l' occitan.

Culpabilité - Paul Auster - Page 5 Duneto10

"Ce manifeste plein de verve contre la langue française d'aujourd'hui fait prendre conscience de son appauvrissement. La thèse de C. Duneton est que la langue française a été développée pendant trois siècles au sein de la bourgeoisie élitiste, puis imposée d'en haut à l'ensemble des Français, au détriment des langues régionales du territoire français. ©️Electre 2018

La parution, en 1973, de Parler Croquant mit au coeur des militants, improprement qualifiés de régionalistes, un de ces baumes dont ces années-là, dans la foulée de mai 68, étaient tout de même bonnes pourvoyeuses. En cet heureux temps, écologique et rural en diable, il n'était question que de mémoire, de collectage, de réappropriation. On courait la campagne à la recherche des vieux qui savent, du dernier couple de paysans velours côtelé et satinette. La langue - pour nous l'occitan - en ses chansons, ses contes, ses proverbes, tout le grand savoir-dire dont les bribes que nous recueillions semblaient trésor - et en vérité l'étaient ! - à nos oreilles émerveillées. Et tous les savoir-faire, tous les savoir-penser, tant il est vrai qu'on pense différemment d'une langue à l'autre comme on le fait d'une classe sociale à l'autre. (Et que dire quand les deux se conjuguent !... ) Cet heureux temps était en fait pour nos langues le temps de la dernière chance que les promesses non tenues de la gauche allaient quelques années plus tard transformer en fin ultime quand en vieillissaient puis mouraient les derniers usagers naturels. Le livre de Claude Duneton disait avec passion, humour et pertinence comment l'État français, aidé par la trahison des prétendues élites ainsi qu'il est de règle dans toute entreprise de colonisation, avait tout fait pour tuer les langues (en disqualifiant la culture qu'elles véhiculent) des territoires tombés dans son giron, constituant le royaume en empire. Il disait également comment cet État avait châtré sa propre langue en la privant de sa sève, de ses racines populaires, éclairant son propos de façon magistrale en faisant le rapprochement entre français, anglais et occitan. Bref, son livre était plus qu'utile : nécessaire. Or, à l'évidence, en trente-cinq ans, il n'a pas pris une ride. Il devenait urgent, en le rééditant, de le convier au grand débat - pardon, au grand déni linguistique qui ne cesse plus d'agiter ce pays, mettant au coude à coude les ignorants, les faussaires et les rénégats."
bix_229
bix_229

Messages : 10655
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Culpabilité - Paul Auster - Page 5 Empty Re: Paul Auster

Message par topocl le Jeu 21 Mar - 13:11

Excursions dans la zone intérieure

Culpabilité - Paul Auster - Page 5 510gif10

À 67 ans, Paul Auster continue dans la veine autobiographique entamée avec Chronique d’hiver : C’est aux années de formation qu’il s’adresse, entre 6 et 22 ans. C’est donc Paul Auster, écrivain mondialement reconnu, qui se penche  sur Paul Auster l’enfant et le jeune homme qu’il a été, qui ne sait pas encore qu’il va devenir Paul Auster. Il trouve en ce(s)  garçon(s) un sentiment de familiarité, mais aussi une distance, qu’il exprime en s’adressant à eux par le tutoiement.

La première partie, avant l’adolescence, c’est tout ce que j’aime retrouver chez Paul Auster : l’intelligence élégante, la précision attentive, l’émotion mise à distance. Il rapporte des épisodes formateurs, qui soit seront de la matière sur laquelle nourrir ses fictions, soit seront à la source de sa personnalité ultérieure, de son destin d’écrivain. Il analyse, rationalise, plus qu’il ne s’attendrit, Paul Auster reste le brillant intellectuel qu’il est , et malgré cela, offre un portrait tout à fait touchant.

Les deux parties suivantes, je les ai trouvées assez paresseuses.
Dans la deuxième partie, il décrit par le menu les scénarii de deux films qui l’ont particulièrement marqué, l’homme qui rétrécit et Je suis un évadé. Certes, il ne se perd pas complètement de vue, il explique au passage en quoi les péripéties des films ré»pondent aux interrogations, attentes et émotions du jeune garçon qu’il était,  on continue à progresser dans notre connaissance de ce jeune homme intranquille et consciencieux. C’est quand même un peu longuet.
Dans la  troisième partie, le voilà jeune homme. Paul Auster nous retranscrit des pages et des pages de lettres qu’il a adressées à celle qui devait devenir sa première femme, Lydia Davis. On  fréquente toujours ce jeune homme inquiet, souvent mélancolique, encore plus souvent dépressif, le jeune écrivain se dessine mais ne sait pas encore qu’il va réussir, c’est une période difficile de sa vie. Le moins qu’on puisse dire est que Paul Auster ne se laisse pas aller à des débordements amoureux (A-t’il coupé certains passages ? Ou ne serait-il pas un peu égocentrique?). Il s’avère cependant une fois de plus que les correspondances intimes  sont vite lassantes pour  le grand public.

Une quatrième partie est constituée par tout un stock de photos qui illustrent ses propos précédents, les photos ont été recherchées par Laura Wyss. Il ne faut pas attendre des photos personnelles de l’enfance de Paul Auster (il explique qu'il ne lui reste pas grand chose), mais  des faits culturels et politiques illustratifs. Toujours cette distance, on ne se refait pas.

Bref la manière ne m’a pas emballée. Il y a un certain plaisir à retrouver ce jeune homme torturé qui n’a pas encore éclos, à y trouver un portrait d’une certaine Amérique assez sagement contestataire, et aussi des vécus que j’ai pu avoir enfant ou adolescente, n’étant finalement qu’un petit peu plus jeune que l’auteur. Mais il faut dire aussi que beaucoup des anecdotes rapportées l’ont déjà été  ailleurs soit précédemment dans ses écrits autobiographiques, soit dans 4.3.2.1 que Paul Auster va publier quelques années plus tard et que j’ai pour ma part lu avant.



mots-clés : #autobiographie #intimiste #jeunesse

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6480
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Culpabilité - Paul Auster - Page 5 Empty Re: Paul Auster

Message par topocl le Mer 9 Oct - 17:17

Le livre des illusions

Culpabilité - Paul Auster - Page 5 Proxy_10

Paul Auster nous offre un incroyable imbroglio d’illusions, de faux semblants, d’apparitions et disparitions, de doubles, qui ne sont que le reflet de l’impasse de ses personnages emportés par les aléas d’une vie où se mêlent absurde et destinée. S’ils croient un temps que l’art les sauvera, qu’il est un moyen d’y échapper, mais  il n’en est rien, ils restent froidement manipulés par le rouleau compresseur de leur culpabilité et de leur mauvais fortune.

On retrouve la prose élégante et distanciée d’Auster, son intelligence aiguë, son élégance de joueur d’échec montant impitoyablement son jeu, pièce à pièce. Outre la longueur du récit d’un des films d’Hector Mann, c’est sans doute là que le bas blesse, il y manque un sursaut d’émotion, le jeu est trop parfait pour laisser place au déchaînement des émotions. Brillant exercice de style, donc, mais qui s’exerce au détriment d’un romanesque trop contrôlé.

Mots-clés : #amour #creationartistique #culpabilité

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6480
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Culpabilité - Paul Auster - Page 5 Empty Re: Paul Auster

Message par ArenSor le Mer 9 Oct - 20:05

@topocl a écrit: On retrouve la prose élégante et distanciée d’Auster, son intelligence aiguë, son élégance de joueur d’échec montant impitoyablement son jeu, pièce à pièce. Outre la longueur du récit d’un des films d’Hector Mann, c’est sans doute là que le bas blesse, il y manque un sursaut d’émotion, le jeu est trop parfait pour laisser place au déchaînement des émotions. Brillant exercice de style, donc, mais qui s’exerce au détriment d’un romanesque trop contrôlé.

Oui, c'est aussi l'impression que je garde de la lecture de P. Auster, mais il faut que je revienne à cet auteur Very Happy
ArenSor
ArenSor

Messages : 1957
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Din ch'nord

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Culpabilité - Paul Auster - Page 5 Empty Re: Paul Auster

Message par églantine le Mer 9 Oct - 20:17

@ArenSor a écrit:
@topocl a écrit: On retrouve la prose élégante et distanciée d’Auster, son intelligence aiguë, son élégance de joueur d’échec montant impitoyablement son jeu, pièce à pièce. Outre la longueur du récit d’un des films d’Hector Mann, c’est sans doute là que le bas blesse, il y manque un sursaut d’émotion, le jeu est trop parfait pour laisser place au déchaînement des émotions. Brillant exercice de style, donc, mais qui s’exerce au détriment d’un romanesque trop contrôlé.

Oui, c'est aussi l'impression que je garde de la lecture de P. Auster, mais il faut que je revienne à cet auteur Very Happy
C'est ce qui m'avait éloignée .
Il jongle avec brio dans cet univers qu'il a su inventer mais j'ai eu l'impression que cet aspect ludique trop maîtrisé finissait par devenir une recette de cuisine déclinée à diverses sauces .
Mais après 4321 je lui pardonne tout . Razz


Dernière édition par églantine le Jeu 10 Oct - 19:56, édité 1 fois
églantine
églantine

Messages : 4297
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Savoie

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Culpabilité - Paul Auster - Page 5 Empty Re: Paul Auster

Message par topocl le Jeu 10 Oct - 8:08

Oui, églantine, dans 4321, il a su instiller un souffle émotionnel qui donne toute leur richesses aux qualités d'intelligence et de maîtrise. je suis d'accord.

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6480
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Culpabilité - Paul Auster - Page 5 Empty Re: Paul Auster

Message par Quasimodo le Jeu 10 Oct - 12:46

Malgré tes réserves, je suis assez tenté par Le Livre des illusions ! D'ailleurs ta lecture ne semble pas avoir été stérile !

_________________
Entre les deux coups de feu qui décidèrent de son destin, il eut le temps d'appeler une mouche : "Madame".
Quasimodo
Quasimodo

Messages : 3370
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 24

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Culpabilité - Paul Auster - Page 5 Empty Re: Paul Auster

Message par topocl le Jeu 10 Oct - 12:52

Oui, j'ai des réserves mais je ne le déconseille pas du tout!

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6480
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Culpabilité - Paul Auster - Page 5 Empty Re: Paul Auster

Message par Tristram le Jeu 10 Oct - 13:01

Pour revenir à 4321, c'est peut-être l'aspect autobiographique qui "humanise" l'argumentation.

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8476
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Culpabilité - Paul Auster - Page 5 Empty Re: Paul Auster

Message par topocl le Jeu 10 Oct - 17:26

C'est vrai que dans l'ensemble j’aime mieux les textes autobiographiques chez Paul Auster.

_________________
Etre dans le vent, c'est l'histoire d'une feuille morte.
Flore Vasseur
topocl
topocl

Messages : 6480
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 59
Localisation : Roanne

https://topocleries.wordpress.com/
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Culpabilité - Paul Auster - Page 5 Empty Re: Paul Auster

Message par Tristram le Ven 11 Oct - 14:50

Coïncidence heureuse, en faisant une recherche dans mes notes à propos de l'ethnologue Pierre Clastres, je suis retombé sur... une analyse de l'oeuvre d'Auster qui intéressera peut-être ses afficionados : http://austerworld.free.fr/cadres2.htm

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8476
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Culpabilité - Paul Auster - Page 5 Empty Re: Paul Auster

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 5 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains des États-Unis d'Amérique

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum