William Boyd

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

William Boyd

Message par Ouliposuccion le Sam 21 Jan - 15:24

William Boyd
Né en 1952





William Boyd est un écrivain, scénariste et réalisateur britannique. Après des études à l'université de Glasgow, à l'université de Nice, au Gordonstoun School de Moray, Écosse, et à Oxford, au Jesus College, il devient professeur de littérature à Oxford.

Outre ses activités littéraires, William Boyd est également scénariste et réalisateur.

En tant que scénariste, on peut signaler en particulier le Chaplin de Richard Attenborough (1992), l'adaptation de son propre roman "Un Anglais sous les tropiques" (1994), et surtout l'adaptation du roman de Mario Vargas Llosa "Tante Julia et le scribouillard" avec Keanu Reeves et Peter Falk.

En tant que réalisateur, une seule expérience, le film "La Tranchée" (The trench) en 1999, avec Daniel Craig bien avant James Bond: une peinture saisissante de l'épouvantable Bataille de la Somme (bataille surnommée «le Verdun des Anglais»), en juillet 1916, à travers une trentaine de jeunes britanniques appelés à vivre dans l'angoisse l'approche d'une mort plus que probable.

Grand amateur de vin, William Boyd possède un vignoble dans le sud de la France, à Bergerac.
[source Babelio]

Bibliographie :

Romans
Un Anglais sous les tropiques (1984), adapté au cinéma en 1994 (A Good Man In Africa, 1981)
Comme neige au soleil, 1985 ; (An Ice-Cream War), (1982)
La Croix et la Bannière, 1986 ; (Stars and Bars), (1984)
Les Nouvelles Confessions, 1988
Brazzaville Plage, 1991
L’Après-midi bleu, 1994
Armadillo, 1998
À livre ouvert, 2002
La Vie aux aguets, 2007
Orages ordinaires, 2010 (Le pendant du roman de Charles Dickens : Les Grandes Espérances)
L’Attente de l'aube, 2012
Solo, une nouvelle aventure de James Bond, 2014
Les Vies multiples d'Amory Clay, 2015

Nouvelles
La Chasse au lézard, 1990
Du liège, 1991 (paru dans la revue "Le Serpent à Plumes" n°14)
The Destiny of Nathalie X and Other Stories, 1996 ; Le Destin de Nathalie X
Visions fugitives, 1997
La Femme sur la plage avec un chien, 2005
avatar
Ouliposuccion

Messages : 348
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: William Boyd

Message par Ouliposuccion le Sam 21 Jan - 15:30

L'après-midi bleu




L'affaire Carriscant commence-t-elle à Manille un matin de 1902, à l'instant où un brillant chirurgien jette les yeux sur une belle tireuse à l'arc ? Ou bien en 1936, à Los Angeles, lorsque Kay Fischer est abordée par un homme qui affirme être son père ? Ou encore à Lisbonne qui réunit les héros de cette surprenante aventure ? Intemporelle, insaisissable, l'affaire Carriscant est une merveilleuse histoire d'amour qui tient de la légende.

L'après-midi bleu sera le livre qui ouvrira le fil de William Boyd , non pas parce qu'il est ma première approche de cet auteur , mais tout simplement parce qu'il est une sorte de refuge délicat , le pilier d'une retraite voluptueuse révélée au travers d'un récit caressant la corde sensible des amoureux des mots élégants et envoûtants.
Une histoire d'amour oui , un certain regard qui prend corps et donne des ailes , la tendresse de la folie permettant le pire , l'inconcevable pour préserver la quiétude.
Telles sont les pensées , les mots choisis qui définissent la raison du cœur.
Reste un souvenir enivrant inchangé , le doux parfum d'une intrigante mêlé aux effluves corsées d'un after shave so british.
Vous l'aurez compris , le voyage littéraire est vigoureusement conseillé.
avatar
Ouliposuccion

Messages : 348
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: William Boyd

Message par Ouliposuccion le Sam 21 Jan - 15:33

La vie aux aguets



Sénilité précoce, paranoïa ? Comment ne pas y penser quand, par un jour de canicule de l’été 1976, votre mère, si anglaise et si digne, vous annonce tout de go qu’elle est en réalité Eva Delectorskaya, une émigrée russe et une ex-espionne de haut vol . Et pourtant, Ruth Gilmartin doit s’y résoudre : tout est vrai. Depuis trente et quelques années, pour tenter de retrouver la sécurité, Sally-Eva a échafaudé avec soin le plus vraisemblable des mensonges. Au fil de la lecture du manuscrit que lui remet sa mère, Ruth , revenue d’Allemagne pour terminer sa thèse à Oxford et y élever son petit garçon voit sa vie basculer. À qui se fier ? À personne, justement, comme le voulait la règle numéro 1 de Lucas Romer, le séduisant mentor d’Eva dans les services secrets britanniques. Et si Eva se découvre maintenant, c’est contrainte par la nécessité absolue d’obtenir l’aide de sa fille pour accomplir sa dernière mission : régler enfin son compte à un passé qui, du Nouveau-Mexique à un petit village anglais perdu, s’acharne à vouloir rattraper une vie déjà habitée par la peur. Une vie aux aguets…sur fond de conflit mondial et de manipulations internationales, mais aussi une magnifique histoire d’amour et de trahison racontée par le plus doué des romanciers anglais.

Afin que les États Unis rentrent en guerre contre le nazisme , l'Angleterre a du avoir recours à des opérations clandestines de grande envergure , ainsi naquit cette organisation secrète au sein même des États Unis , la BSC , employant plus de 3000 espions chargés d'amener par tous les moyens les américains à changer d'idées quant à leur ralliement contre Hitler. Que ce soit par la propagande distillée dans les journaux américains , le harcèlement politique , la BSC reste encore aujourd'hui la plus grande action clandestine de l'histoire.
Si cette organisation n'avait pas existé, si Pearl Harbor n'avait pas connu son sinistre destin , alors probablement que jamais , les états unis d’Amérique seraient intervenus.
Pourtant , la BSC reste méconnue , encore à ce jour , l'importance et la place des britanniques dans cette guerre reste confidentielle , une sorte de chuchotement dont on parle à demi mot pour cause d'embarras historico-politique, qu'on raconte sans vraiment être pris au sérieux parce qu'il paraît inconcevable qu'une telle action aussi ambivalente reste si ignorée des diverses nations , dont la notre.
Pourtant , Boyd , de manière romancée , mais basée sur des faits réels , explore ce sujet , fournit des détails et prend le parti de parler de l'après , la vie d'après.
Que reste-t-il d'une ex espionne quand le conflit reste derrière , à quoi ressemble une vie factice quand on a fait semblant d'être une identité différente au passé trouble ? Et si tout refaisait surface dorénavant parce que jamais rien n'est fini...
C'est toute la machinerie de William Boyd , un soupçon d'agilité littéraire , un zeste d'érudition le tout mixé avec une bonne dose de talent et d'une atmosphère de polar historique , de ceux qui changent le cours de l'histoire.


mots-clés : #deuxiemeguerre
avatar
Ouliposuccion

Messages : 348
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: William Boyd

Message par animal le Sam 21 Jan - 16:18



Orages ordinaires m'avait terriblement désespéré, j'attendais une lueur du livre, une pointe d'intérêt à laquelle me raccrocher, qui me fasse comprendre pourquoi on m'avait mis le livre dans les mains, pourquoi j'ai vu des bouquins de l'auteur sur les étagères à la maison... et je me suis ennuyé à mort pendant 400 pages de considérations bateaux et d'une construction aussi moderne que mortellement basique avec son alternance de personnages et ses innombrables récapitulatifs. Étonnant déluge de non suspens. Pandesque incompréhension. Ou alors les lointaines thématiques noyées là-dedans : quotidien devenu technique, multinationales, identités, marges, images et imageries je les ai lus avec trop de plaisir et nettement plus de profondeur chez William Gibson ? (Yeah !)

_________________
Keep on keeping on...
avatar
animal
Admin

Messages : 4669
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 36
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: William Boyd

Message par Ouliposuccion le Sam 21 Jan - 16:25

"Orages ordinaires" trône dans ma bibliothèque, son tour viendra !
avatar
Ouliposuccion

Messages : 348
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: William Boyd

Message par animal le Sam 21 Jan - 16:26

héhé. je curiosite déjà du résultat.

_________________
Keep on keeping on...
avatar
animal
Admin

Messages : 4669
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 36
Localisation : Tours

Voir le profil de l'utilisateur http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: William Boyd

Message par Tristram le Jeu 31 Aoû - 12:47

La croix et la bannière



C’est l’histoire d’Henderson Dores, un Anglais expert en tableaux immigré à New-York pour changer sa pitoyable vie de maladroit-type ; il est chargé d'obtenir une vente de tableaux impressionnistes chez un ex-millionnaire à la famille caricaturale, résidant à Luxora plage, bled sudiste parfaitement dépaysant pour lui, en outre pris dans un imbroglio entre sa maîtresse et son ancienne conjointe qu’il veut épouser à nouveau.
Le thème de l’Anglais expatrié, confronté à des situations déstabilisantes dans un milieu fort différent de l’Angleterre, est récurrent chez Boyd (lui-même né outremer).
L’intrigue est habilement construite, avec enchaînement de mésaventures, de scènes cocasses, de personnalités singulières, d’observations justes ‒ trop agencé peut-être ?
Le personnage principal est l’incarnation-même de la timidité, « maladie » très finement observée, cette inhibition incapacitante induisant un comportement de soumission, et finalement le regret.

« Il était (et il se jugeait sans aucun apitoiement sur lui-même) un homme timide. Non pas chroniquement timide ‒ il ne bégayait ni ne crachait ni ne tressaillait ou ne transpirait comme le font les plus atteints ‒, non, timide à la manière de la plupart de ses compatriotes. Son défaut était congénital : latent, profond, permanent. Une particularité ethnique, une structure raciale. […]
Certes, son éducation et son milieu l’avaient doté d’un ensemble d’outils et de méthodes raisonnablement efficaces pour surmonter son infirmité. À le voir bavarder lors d’un cocktail, à le regarder engager la conversation avec une voisine de table sans intérêt lors d’un dîner, on n’aurait jamais deviné la nature de sa maladie. Mais elle était là et, sous ce vernis socioculturel, il souffrait aussi de tous les corollaires de la timidité : un air d’assurance fragile, un aplomb tout théorique, une méfiance réflexe à l’égard de toute manifestation d’émotion, la crainte de la spontanéité, une peur panique d’attirer l’attention, un besoin presque irrépressible de se conformer… »

Henderson ne sait pas choisir (il tente vainement de suivre simultanément toutes les options qui lui sont offertes), encore moins affirmer une décision ; il subit faiblement, agressé par chaque rencontre. Il est en outre affligé d’insomnies exactement décrites.  
Tout cela est bien huilé, très agréable à lire (mais manquant peut-être un peu d’élévation, ou alors de profondeur ?)
William Boyd est de ces brillants auteurs qui maîtrisent leur ouvrage de bout en bout, savent où ils vont et où nous mener. Sa lecture repose momentanément de ceux qui, plus originaux, évoluent dans le trouble, le doute, le non-dit, le questionnement et l’indécis.
avatar
Tristram

Messages : 1960
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: William Boyd

Message par Bédoulène le Jeu 31 Aoû - 15:04

merci Tristram, 4 livres dans ma PAL numérique donc un de ces jours

(faut que je traine moins sur internet moi)

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4017
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: William Boyd

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens de langues anglaise et gaéliques

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum