Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot


Patrick Chamoiseau

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Esclavage - Patrick Chamoiseau - Page 2 Empty Re: Patrick Chamoiseau

Message par Armor le Dim 3 Déc - 13:35

@Tristram a écrit:C'est une hantise qui parcourt toujours l'univers créole, ne serait-ce que dans la nostalgie d'un continent d'origine inconnu.
Tu peux m'expliquer ?

Je pense en effet que Patrick Chamoiseau est un auteur à lire, pour de multiples raisons. La mémoire de l'esclavage, bien sûr, qui constitue encore intrinsèquement ces populations antillaises.
Et puis la langue, qu'on ne connaît pas en métropole, et qui est pourtant quotidiennement utilisée dans ces petits bouts de France. Une langue riche, imagée, porteuse de sens et d'histoire. S'immerger ne serait-ce qu'un peu dans cette culture peut être déroutant de prime abord, mais cette lecture fut enrichissante.


Dernière édition par Armor le Dim 3 Déc - 16:23, édité 1 fois
Armor
Armor

Messages : 3526
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 38
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Esclavage - Patrick Chamoiseau - Page 2 Empty Re: Patrick Chamoiseau

Message par anagramme le Dim 3 Déc - 14:06

@Armor : en attendant la réponse de Tristram, je pense qu'il parle du déracinement de l'Afrique, continent que les Antillais n'ont pas connu.
J'aime aussi la littérature antillaise avec, entre autres, cette langue de mots-valises...
anagramme
anagramme

Messages : 1119
Date d'inscription : 12/12/2016
Age : 51

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Esclavage - Patrick Chamoiseau - Page 2 Empty Re: Patrick Chamoiseau

Message par Tristram le Dim 3 Déc - 14:17

Bien vu Anagramme.
Je vais essayer d'être plus clair : le traumatisme dû à l'esclavage se retrouve par exemple dans la haine de la mer (qui a amené les esclaves ; Chamoiseau évoque souvent les esclaves noyés enchaînés), mais aussi dans le regret, plus que nostalgie, d'un avant qu'ils n'ont pas connu (au moins directement), en Afrique, avec les langues, les croyances, les cultures, etc. perdues (les parents aussi), que les Créoles essaient de retrouver/ perpétuer de façon plus ou moins mythique, ambiguë, ambivalente. Même chose dans les rapports avec la langue française (celle de l'ancien colon), la métropole (terme négrier), le rêve d'indépendance, etc. C'est en tout cas ce que je comprends ; c'est encore vif, sensible dans les mémoires, même si cela s'estompe depuis au moins trente ans (que je connais un peu cette société).

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8451
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Esclavage - Patrick Chamoiseau - Page 2 Empty Re: Patrick Chamoiseau

Message par Armor le Dim 3 Déc - 16:23

C'est super intéressant, merci Tristram.

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 3526
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 38
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Esclavage - Patrick Chamoiseau - Page 2 Empty Re: Patrick Chamoiseau

Message par Armor le Dim 3 Déc - 19:22

Un dernier extrait, pour le plaisir :

L’innommable était là, dans l’ombre, lové sur une fougère à hauteur de mon cou. Déjà raidi, prêt à frapper dans un wacha d’écailles. Sifflant. Crocs exposés. Je restai froid, je veux dire bleu-saisi-pétrifié. (…)
Il fallait demeurer ainsi. Pas bouger, mon nègre. Pas foubin, mon bougre. Pas laisser ton coeur désaccorder sa peur. Pas laisser le monstre arrivant m’arracher une tremblade. Rester là, avec cet Inommable plus puissante et plus rapide que toi. S’il m’injecte son venin, et même si elle l’envoie sur ma peau abîmée, je serai terrassé. Pas bouger. Derrière, le monstre se rapprochant, me transmettait une roide envie de fuir. Courir. Pas bouger. Courir. Pas bouger. Je ne savais quoi faire. Je croyais voir ma mort au plus clair. La voir même au plein de ce déchirage.

_________________
"Et au plus eslevé trone du monde, si ne sommes assis, que sus notre cul." (Michel de Montaigne)
Armor
Armor

Messages : 3526
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 38
Localisation : A l'Aise Breizh

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Esclavage - Patrick Chamoiseau - Page 2 Empty Re: Patrick Chamoiseau

Message par Tristram le Sam 10 Mar - 0:23

Écrire en pays dominé

Esclavage - Patrick Chamoiseau - Page 2 Ecrire10

Quatrième de couverture :
Écrire en pays dominé c'est l'histoire d'une vie, la trajectoire d'une conscience, l'intime saga d'une écriture qui doit trouver sa voix entre langues dominantes et langues dominées, entre les paysages soumis d'une terre natale et les horizons ouverts du monde, entre toutes les ombres et toutes les lumières. Écrivain, Marqueur de Paroles, et finalement Guerrier, Patrick Chamoiseau interroge les exigences contemporaines des littératures désormais confrontées aux nouvelles formes de domination et à la présence du Total-monde dans nos imaginaires.

Essai (1997) très structuré (égard de plus en plus rare, l’ouvrage bénéficie d’une utile table des matières).

Il se compose de trois « cadences », entrelardées de paroles du vieux guerrier sur la colonisation (« Inventaire d’une mélancolie ») et de brefs commentaires sur des lectures-phares (« Sentimenthèque »).

D’abord I, « Anagogie par les livres endormis » : les réflexions de Chamoiseau sur le comment écrire dominé par une autre culture, puis la révélation de la découverte des livres-objet (reprise des souvenirs de son autobiographie À bout d’enfance), puis lecture « agoulique », puis, à l’adolescence, découverte de Césaire, de la poésie lyrico-épique, du militantisme, du racisme ordinaire et de l’identité dans la négritude opposée à l’impérialo-capitalisme (qui tente d’imposer ses valeurs « universelles »), domination silencieuse du Centre avec passage pour ce dernier de la contrainte à la subjugation, l’ « autodécomposition » dans le « développement », le mimétisme, la consommation, l’assistanat et la folklorisation, enfin rôles de Glissant et Frankétienne dans son évolution du lire-écrire (Chamoiseau est alors éducateur dans les prisons métropolitaines).

II, « Anabase en digenèses selon Glissant » : après dix ans passés en métropole à rêver du pays, en anabase (expédition vers l’intérieur, voyage intérieur, cf. Saint-John Perse), en admiration libératrice du déprécié, il s’identifie successivement au premier colon (« carrelage » de l’ordre et de la mesure, de la rationalité sur leurs contraires), aux Caraïbes (Amérindiens), aux Africains puis à tous les autres apports ethniques. Marronnage et mer geôlière, danse, tambour, quimboiseurs, mentôs puis conteurs et autres « résistances et mutations ». « Ultimes résistances et défaites urbaines » : après le conteur des habitations-plantations dont l’oralité créatrice se réfugie dans les chansons et proverbes, le driveur errant en déveine et déroute folle se concentre dans l’En-ville, devenant djobeurs et majors, jusqu’au « Moi-créole », le Divers dans la mosaïque créole, sans origine ni unité : le « chaos identitaire » ; Lieu versus territoire.

III, « Anabiose sur la Pierre-Monde » : identité d’assimilation, départementalisation stérilisante, assistanat, modernisation aveugle, développement factice, consommation irresponsable, fatalité touristique (toujours au profit des békés). Domination furtive d’un Centre diffus, du rhizome-des-réseaux, « Empire technotronique où l’empereur serait le brouillard de valeurs dominantes, à coloration occidentale, tendant à une concentration appauvrissante qui les rend plus hostiles à l’autonomie créatrice de nos imaginaires [color=#2181b5]ains et artistes neutralisés « dans la dilution d'une ouverture au monde". Insularité vécue comme isolement versus la (notion de la) mer ouverte. Choix entre les deux langues, la reptilienne et résistante, et le français, par celui qui devient le Guerrier dans le Monde-Relié. Davantage épanouissement que développement de l’Unité se faisant en Divers : la Diversalité.

C’est donc l’historique du ressenti douloureux des (ex-)colonisés du « magma anthropologique », simultanément avec l’éveil par les livres (lus, relus, écrits) du Marqueur de paroles, pour relever le défi du Web.


mots-clés : #creationartistique #essai #identite #independance #insularite #mondialisation

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8451
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Esclavage - Patrick Chamoiseau - Page 2 Empty Re: Patrick Chamoiseau

Message par églantine le Sam 10 Mar - 1:42

Merci ! pale
églantine
églantine

Messages : 4295
Date d'inscription : 02/12/2016
Localisation : Savoie

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Esclavage - Patrick Chamoiseau - Page 2 Empty Re: Patrick Chamoiseau

Message par Bédoulène le Sam 10 Mar - 8:06

je ne pense pas que ce livre, qui me parait intéressant, me soit d'accès facile ; philosophique ou psychologique ?

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 12848
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 74
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Esclavage - Patrick Chamoiseau - Page 2 Empty Re: Patrick Chamoiseau

Message par Tristram le Sam 10 Mar - 11:32

C'est un peu difficile d'accès à cause des créolismes... et de l'inventivité de l'auteur ! J'ai hésité à poster ce commentaire, fait il y a un moment, mais après tout le livre mérite d'être "remonté", et il trouvera peut-être des lecteurs intéressés !

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8451
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Esclavage - Patrick Chamoiseau - Page 2 Empty Re: Patrick Chamoiseau

Message par animal le Sam 10 Mar - 23:41

ça aurait été dommage de ne pas le poster, c'est probablement l'idée que ce genre de livre se situe en dehors des sentiers habituels mais ça a l'air très intéressant et un commentaire sur ce genre de livre est une fenêtre ouverte sur une autre pensée. Esclavage - Patrick Chamoiseau - Page 2 1252659054

_________________
Keep on keeping on...
animal
animal
Admin

Messages : 10190
Date d'inscription : 27/11/2016
Age : 38
Localisation : Tours

http://deschosesalire.forumactif.com
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Esclavage - Patrick Chamoiseau - Page 2 Empty Re: Patrick Chamoiseau

Message par Quasimodo le Dim 11 Mar - 11:35

Tout à fait d'accord, animal ! (j'en suis friand, de ces fenêtres)
Merci Tristram ! On peut découvrir Chamoiseau avec ça ?

_________________
Entre les deux coups de feu qui décidèrent de son destin, il eut le temps d'appeler une mouche : "Madame".
Quasimodo
Quasimodo

Messages : 3334
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 24

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Esclavage - Patrick Chamoiseau - Page 2 Empty Re: Patrick Chamoiseau

Message par Tristram le Dim 11 Mar - 11:39

Je recommanderais plutôt ses romans, comme le superbe Texaco : l'eau n'y est pas moins profonde, mais on s'y apprivoise plus aisément.

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8451
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Esclavage - Patrick Chamoiseau - Page 2 Empty Re: Patrick Chamoiseau

Message par Quasimodo le Dim 11 Mar - 12:01

Merci, c'est noté : j'irai fureter au marché aux livres. On m'a prêté un cours sur la littérature caribéenne francophone (?) (post-colonisation) que je n'ai jamais ouvert; je vais y faire un petit détour !

_________________
Entre les deux coups de feu qui décidèrent de son destin, il eut le temps d'appeler une mouche : "Madame".
Quasimodo
Quasimodo

Messages : 3334
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 24

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Esclavage - Patrick Chamoiseau - Page 2 Empty Re: Patrick Chamoiseau

Message par Tristram le Sam 20 Oct - 19:56

La matière de l’absence

Esclavage - Patrick Chamoiseau - Page 2 La_mat10


Dans le prolongement des récits autobiographiques sur son enfance, et d’un essai comme Écrire en pays dominé, Chamoiseau reprend une fois encore cet héritage du passé fatidique, « le manque fondateur, l’effacé structurant », la Traite impossible à oublier, avec des mots et une verve renouvelés en variations lyriques.
Roman ? participe plus de l’essai, dans un va-et-vient des souvenirs à l’approfondissement des réflexions.
Sous forme de dialogues avec la Baronne sa sœur à propos de Man Ninotte, leur mère décédée, évocation de la mort dans le monde créole, superstitions, rituels, vide/ en-dehors/ mystère/ disparition :
« Il ne se passait pas un jour sans qu’on ne les remplisse, leur amenant des personnes décrochées des dernières espérances, à croire qu’à la manière de pêcheurs clandestins les cimetières envoyaient vers la vie des lignes chargées d’hameçons, et en ramenaient des trâlées de victimes. »

« Sauf circonstances extraordinaires, et même si les sépultures seront en certains lieux réservées aux personnages marquants, nulle part sur cette planète (sauf durant la Traite des nègres, l’esclavage américain ou dans les camps nazis) un mort ne se verra abandonné sans un bout d’enchantement, et sans qu’il ne serve à étayer une quelconque autorité. »
(Impact, Légendaire du retour)
…théorie de la « grappe » comme groupe de Sapiens ; les Traces, concept venu de Glissant, ce à quoi se résume la culture perdue des esclaves déportés (en parallèle avec la narration de Man Ninotte proie d’Alzheimer après avoir vaillamment combattu la déveine ‒ stratégie de survie dans la misère) ; le jazz, notamment celui de Miles Davis ; un beau passage à propos des plantes, « mémoires végétales » connues des « marchandes-sorcières », les herboristes (pp 187-188) ; dissertation sur les origines de la beauté, de la poésie (et Césaire sera à son tour rappelé) :
« Parlons du sentiment de la beauté.
Imagine cette conscience humaine balbutiante qui s’ouvre sur trois immensités : sur la menace de l’inconscient humain chargé de toutes les animalités ; sur l’omnipuissance de la nature et du vivant ; sur l’infinie désolation de la mort…
Imagine ce qui lui arrive…
Elle commence à se détacher de l’inconscient et d’une indistinction avec le monde. […]
Il faut appeler "présence" le rayonnement indéfinissable de la chose vivante ou minérale à son plus bel éclat. […]
La conscience archaïque percevra tout présence comme vivante : les éléments, les grottes, les pierres, la nuit, le vent, le soleil… Elle y soupçonnera un être imprévisible, secret, obscur, invisible et puissant ‒ je veux dire : une beauté. L’éclat du beau est dans l’intensité de la chose existante lorsque celle-ci inspire la sensation d’une présence. […]
La sacralisation qui donne du sens à l’existant est l’énergie première de la beauté.

Le sentiment du beau ouvre à l'état poétique : cette partie de la vie qui échappe aux obligations des survies immédiates. »
(Éjectats, Légendaire du langage)
Il y a d’ailleurs une réelle poétique chez Chamoiseau, quoiqu’il en dise ; ici, à un lever de jour :
« La ville perdait ses immobilités dans une marée d’éveils. »
(Impact, Légendaire de l’annonce)
Expérience déterminante du gouffre, la cale du navire négrier, d’où l’on doit se refonder, individu séparé du collectif vers la Relation au Tout-monde (notions de Glissant) ; puis le cimetière.

« Les nuits sont toujours enceintes, nous disent les Arabes, elles sont les seules qui, dans un même mouvement, peuvent dissiper les certitudes du jour et recharger le monde pour la splendeur d’une aube. C’est ce genre de nuits qui se vivait dans mes antans d’enfance. »
(Impact, Légendaire du retour)




mots-clés : #devoirdememoire #esclavage #fratrie #identite #insularite #lieu #mort

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 8451
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Esclavage - Patrick Chamoiseau - Page 2 Empty Re: Patrick Chamoiseau

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains d'Amérique Centrale, du Sud et des Caraïbes

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum