Oscar Wilde

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Oscar Wilde

Message par Tristram le Mer 25 Jan 2017 - 8:47

Oscar Wilde
(1854 - 1900)


Oscar Wilde, dont le nom complet est Oscar Fingal O'Flahertie Wills Wilde, est un écrivain irlandais, né à Dublin le 16 octobre 1854 et mort à Paris le 30 novembre 1900.
Né dans la bourgeoisie irlandaise et protestante de Dublin, d’un père ophtalmologiste renommé et d’une mère poétesse, Oscar Wilde se distingue par un parcours scolaire brillant. Nourri de culture classique, couronné de prix au sein du Trinity College de Dublin, il intègre le Magdalene College de l'université d'Oxford, où il se construit un personnage d’esthète et de dandy, sous l’influence des préraphaélites et des théories de L'art pour l'art de Walter Pater, John Ruskin ou Whistler. À l’issue de ses études, Wilde s’installe à Londres, où il parvient à s'insérer dans la bonne société et les cercles cultivés, s’illustrant dans plusieurs genres littéraires.

S’il publie, conformément aux exigences de l’esthétisme le plus pur, un volume de poésie, il ne néglige pas des activités moins considérées des cercles littéraires, mais plus lucratives : ainsi, il se fait le porte-parole de la nouvelle « Renaissance anglaise dans les arts » dans une série de conférences aux États-Unis et au Canada, puis exerce une prolifique activité de journaliste. Au tournant des années 1890, il précise sa théorie esthétique dans une série de dialogues et d’essais, et explore dans son roman Le Portrait de Dorian Gray (1890) les liens entretenus par la beauté, la décadence et la duplicité. Sa pièce Salomé (1891), rédigée en français à Paris l’année suivante, ne peut être jouée en Angleterre, faute d’avoir obtenu la licence d’autorisation, au motif qu’elle met en scène des personnages bibliques. Confronté une première fois aux rigueurs de la morale victorienne, Wilde enchaîne cependant avec quatre comédies de mœurs, qui font de lui l’un des dramaturges les plus en vue de Londres. Indissociables de son talent littéraire, sa personnalité hors du commun, le mordant de son esprit, le brillant de sa conversation et de ses costumes assuraient sa renommée.

Au faîte de sa gloire, alors que sa pièce maîtresse L'Importance d'être Constant (1895) triomphe à Londres, Oscar Wilde poursuit le père de son amant Alfred Douglas pour diffamation, après que celui-ci a entrepris de faire scandale de son homosexualité. Après une série de trois procès retentissants, Wilde est condamné pour « grave immoralité » à deux ans de travaux forcés. Ruiné par ses différents procès, condamné à la banqueroute, il écrit en prison De Profundis, une longue lettre adressée à son amant dont la noirceur forme un contraste saisissant avec sa première philosophie du plaisir. Dès sa libération en mai 1897, il quitte définitivement la Grande-Bretagne pour la France. C’est dans ce pays d’accueil qu’il met un point final à son œuvre avec La Ballade de la geôle de Reading (1898), un long poème commémorant l’expérience éprouvante de la vie en prison. Il meurt à Paris en 1900, dans le dénuement, à l'âge de quarante-six ans.
(Wikipedia)

Ouvrages traduits en français :

Poésie
Ravenna (1878) : poème pour lequel lui est attribué le prix Newdigate;
Poems (1881);
Poèmes en prose (1894) : publié dans The Fortnightly Review
The Sphinge (1894) : court texte lyrique généralement associé avec poèmes en prose
La Ballade de la geôle de Reading (The Ballad of Reading Gaol), long poème écrit en 1897 après sa libération et décrivant les derniers moments d'un condamné à mort, traduit en français par Henry-D. Davray (Mercure de France, 1898) ; il l'offrit à Octave Mirbeau (no 237 du catalogue de la vente de la bibliothèque de Sacha Guitry, 25/03/1976 - arch. pers.)

Théâtre
Véra ou Les Nihilistes (1880), pièce retirée de l'affiche la veille de la première
La Duchesse de Padoue (The Duchess of Padua) (1883), première pièce de théâtre tirée à douze exemplaires en 1883, elle fut représentée pour la première fois à New York en 1891
L'Éventail de Lady Windermere (Lady Windermere's Fan), jouée pour la première fois en février 1892, publiée en 1893
Salomé (1893), pièce écrite en français pour Sarah Bernhardt ; traduite en anglais par Lord Alfred Douglas, illustrée par Aubrey Beardsley (1894), ou par Alastair
Une femme sans importance (A Woman of No Importance) (1894);
L'Importance d'être Constant (The Importance of Being Earnest) (1895);
Un mari idéal (An Ideal Husband) (1895);
La Sainte Courtisane, pièce qui ne fut publiée qu'en 1908, mais dont on pense qu'elle a été écrite en 1893
Une tragédie florentine (A Florentine Tragedy), pièce parue après la mort de Wilde en 1908.

Romans et nouvelles
Le Fantôme de Canterville et autres nouvelles (Lord Arthur Savile's Crime and Other Stories) :
Le Fantôme de Canterville (The Canterville Ghost) (1887)
Le Crime de Lord Arthur Savile (Lord Arthur Savile's Crime) (1887)
Le Modèle millionnaire (The Model Millionaire) (1887)
Un Sphinx sans secret (The Sphinx Without a Secret) (1894)
Le Prince heureux et autres contes (The Happy Prince and Other Stories) (1888)
Le Portrait de Mr. W. H. (The Portrait of M. W. H.) (1889)
Le Portrait de Dorian Gray (The Picture of Dorian Gray) (1891)
Une maison de grenades (A House of Pomegranates) (1891) : second recueil de contes.
Teleny Étude physiologique (Cosmopolis (Leonard Smithers), Londres, 1893) : roman érotique

Essais
La Vérité des masques sur Shakespeare (1886);
Trois volumes constituent son œuvre critique intégrale :
Essais de littérature et d'esthétique
Nouveaux Essais de littérature et d'esthétique (1886-1887);
Derniers Essais de littérature et d'esthétique (1887-1890);
Intentions (1891, trad. 1905) : recueil d'essais contenant Le Déclin du mensonge; Le Critique comme artiste et La Vérité des masques;
L'Âme de l'homme sous le socialisme (The Soul of Man under Socialism), court essai publié en 1891 et défendant une vision individualiste dans un monde socialiste; il a été republié en 2010 par les éditions aux Forges de Vulcain sous le titre L'Âme humaine et le socialisme.

Autres publications
De Profundis écrit en prison (1897), version expurgée (1905), version intégrale corrigée (1962)
The Letters of Oscar Wilde (1960) ;
Epistola in Carcere et Vinculis ~ De Profundis (1905);
Teleny or The Reverse of the Medal (Paris, 1893).

Recueils
Aristote à l'heure du thé et autres essais (1999)
Le Prince heureux, recueil de contes, (1888)
avatar
Tristram

Messages : 1507
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Oscar Wilde

Message par Tristram le Mer 25 Jan 2017 - 8:53

Le Portrait de Mr. W. H.



Tout le monde a lu Le Portrait de Dorian Gray, non ? En tout cas, c’est à peu près tout ce que j’avais lu de Wilde avec ce MOOC. Fort de ma science toute neuve (et ayant lu un peu plus de l’œuvre de Wilde), je vais évoquer Le Portrait de Mr. W. H. (même pas cité dans le MOOC, ou alors je dormais à ce moment-là).
Paru un an avant Le Portrait de Dorian Gray, Le Portrait de Mr. W. H. annonce ce dernier, ayant beaucoup de points communs avec lui (comme l’appétence sous-jacente pour les jeunes garçons esthètes).
Cette nouvelle est aussi une sorte d’essai littéraire, puisqu’elle traite du mystérieux W H dans la dédicace des Sonnets de Shakespeare : selon Wilde, il s’agit d’un jeune acteur, qui jouait les rôles féminins comme c’était la règle dans le théâtre élisabéthain (thèse délicate à soutenir à l’époque victorienne).
C’est également une sorte d’énigme policière (il y a deux suicides, un vrai et un faux) ; Dorian sera responsable du suicide de sa fiancée Sibyl Vane, qu’il rejette avec cynisme quand l’actrice brillante qu’elle était perd tout son talent dans les rôles d’amoureuse depuis qu’elle est devenue… amoureuse de lui.
Cette intrigue historique me rappelle l’excellent La Fille du temps, de Josephine Tey, où l'inspecteur Grant, cloué sur un lit d'hôpital, fait rechercher par ses amis des documents de la même époque afin de résoudre un mystère : le roi Richard III d'Angleterre (1452 – 1485) a-t-il assassiné ses neveux, les princes Édouard V d'Angleterre et Richard de Shrewsbury ?


mots-clés : #nouvelle
avatar
Tristram

Messages : 1507
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Oscar Wilde

Message par GrandGousierGuerin le Mer 25 Jan 2017 - 12:34

@Tristram : Bonne petite mise en bouche sur Wilde ...
Et si tu mettais ta science toute neuve à l'épreuve de la lecture de Salomé ? Very Happy
avatar
GrandGousierGuerin

Messages : 113
Date d'inscription : 11/12/2016
Localisation : A bord du George G. Grundy

Voir le profil de l'utilisateur http://ggg.fr
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Oscar Wilde

Message par Tristram le Mer 25 Jan 2017 - 12:45

@GGG : c'est prévu, après les contes et poèmes en prose je suis encore dans L'Âme de l'homme sous le socialisme, ensuite je m'y attelle...
avatar
Tristram

Messages : 1507
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Oscar Wilde

Message par GrandGousierGuerin le Mer 25 Jan 2017 - 12:50

@Tristram a écrit:@GGG : c'est prévu, après les contes et poèmes en prose je suis encore dans L'Âme de l'homme sous le socialisme, ensuite je m'y attelle...
On te soutient dans ce si agréable labeur Very Happy
avatar
GrandGousierGuerin

Messages : 113
Date d'inscription : 11/12/2016
Localisation : A bord du George G. Grundy

Voir le profil de l'utilisateur http://ggg.fr
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Oscar Wilde

Message par shanidar le Mer 25 Jan 2017 - 14:50

Je ne connaissais pas du tout l'existence de ce mystérieux Portrait de Mr W.H. et cela fait quelques années que j'ai envie de relire le Portrait de Dorian Gray , je vais le remettre en avant !

Parce qu'il y a chez Wilde une perception du double, du miroir dans lequel se mire ses personnages, de ce narcissisme quelque peu outrancier qui laisse une marque, comme la marque du temps défigurant le portrait de Dorian mais laissant indemne celui qui a vendu son âme. Je me suis toujours demandée où Wilde plaçait la littérature dans ce schéma, s'il en faisait un miroir, plus ou moins hideux, ou bien le réceptacle à jamais intouchable de l'artiste...
avatar
shanidar

Messages : 1600
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Oscar Wilde

Message par Ouliposuccion le Mer 25 Jan 2017 - 15:32

Le portrait de Dorian Gray



Par la magie d'un voeu, Dorian Gray conserve la grâce et la beauté de la jeunesse. Seul son portrait vieillira. Le jeune dandy s'adonne alors à toutes les expériences, s'enivre de sensations et recherche les plaisirs secrets et raffinés. "Les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais", "il faut guérir l'âme par les sens, guérir les sens par l'âme".
Oscar Wilde voulut libérer l'homme en lui donnant comme modèle l'artiste. Pour se réaliser, il doit rechercher le plaisir et la beauté, sous toutes ses formes, bien ou mal. L'art n'a rien à voir avec la morale. Dans une langue raffinée, l'auteur remet en question la société, le mariage, la morale et l'art. Ses propos sont incisifs et humoristiques. Ce livre scandalisa l'Angleterre victorienne, Oscar Wilde fut mis en prison pour avoir vécu ce qu'il écrivait. Au siècle suivant, Proust, Gide, Montherlant, Malraux ont contribué à la célébrité du génial écrivain.


"L’art est à la fois surface et symbole."

Conçu , construit autour d'un portrait qui ne représente que l'image de l'homme , sa propre perception enfermant la beauté et l'atrocité , c'est bien l'essence de l'Art.
Celui-ci est littéraire , le chef d’œuvre d'Oscar Wilde équilibre et embrasse ce qui ne se dissocie pas , l'hédonisme et l'esthétisme face à la moralité.
A quel moment l'innocence bascule sur la vanité , subjuguée par les interdits , la perversité tourne le dos à la bonne conscience , devient une abnégation et une apologie aux vices.
Mais n'est ce pas le romantisme noir , j'y reviens encore à cette fameuse période si importante , propice dans tous les arts qui donne naissance à la connaissance et la liberté de pensée  ?
La moralité est malmenée pour laisser place à la nature profonde de l'homme , aussi l'esthétisme ,l'émotion exacerbée et l'imaginaire créatif laissent place à ce nouveau mouvement dont Oscar Wilde fait partie en signant son portrait de Dorian Gray , rejoignant Poe et Baudelaire , en passant par Hugo et Praz.
L’existentialisme est né sous toutes ses formes et c'est dans cette œuvre admirable que Wilde décrit la rencontre de l'homme avec lui-même . Oeuvre contestée et classée immorale par la société de l époque , reste à savoir où se situe la noblesse , dans la connaissance éclairée ou l'ignorance de l'ordre établi.  


La beauté, la vraie beauté, s'achève là où l'air intellectuel commence. L'intellectuel est en soi une façon d'exagérer et il détruit l'harmonie de n'importe quel visage. Dès qu'on s'assied pour réfléchir, on ne devient plus qu'un nez, ou qu'un front, ou quelque chose d'horrible. Regarde les gens qui ont du succès dans toutes les professions savantes : ils sont tous parfaitement hideux ! Sauf bien sûr, dans l'Église, mais c'est que, dans l'Église, ils ne réfléchissent pas.

C'est pourtant bien le vertige de cette recherche d'absolu que décrit Wilde , le drame et la terreur du démon qui n'est qu'une représentation somme toute , de nous même. L'effroi que notre conscience s'est évertuée à taire par la prière et la bienséance , source insupportable de turpitudes , devient une louange , une éloge intellectuelle de cette élévation éclatante , noire vacillante et aliénante.
De ce constat tragique est née cette beauté , celle de l'homme , de nous autres , aussi imparfaits et si affreux.

Je suis heureux que vous n’ayez jamais rien fait, jamais sculpté une statue, jamais peint un tableau, jamais produit quoi que ce soit en dehors de vous-même. La vie a été votre art. Vous vous êtes mis en musique. Vos jours ont été vos sonnets.


mots-clés : #fantastique
avatar
Ouliposuccion

Messages : 348
Date d'inscription : 14/01/2017
Localisation : ubiquiste

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Oscar Wilde

Message par Tristram le Mer 25 Jan 2017 - 15:35

Très bonne idée de les lire à la suite, et dans l'ordre.
D'après Pascal Aquien, Wilde fut influencé par deux textes de Poe, William Wilson et Le Portrait ovale, ainsi que par le Dr Jekyll et Mr Hyde de Stevenson ; il y a bien thématique de la double nature de l’homme, et surtout de la confrontation de Narcisse avec son reflet destructeur (il a une approche psychanalitique à ce sujet).
Est-ce le modèle ou le portrait, miroir de l'âme, qui est vrai ?
Pour en venir à ta question, Shanidar, je pense que pour Wilde, dandy paradoxal, l'art et l'artiste sont interchangeables, l'important étant d'être...
avatar
Tristram

Messages : 1507
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Oscar Wilde

Message par Tristram le Jeu 26 Jan 2017 - 11:41

Salomé


Reprise d’un thème fort dans l’air de l’époque (voir Le fil de Shanidar), la Salomé de Wilde, c’est la femme (fatale) qu’il ne faut pas regarder.

Dans une atmosphère d’inceste (double, puisque Hérodiade, l’épouse du roi Hérode, fut la femme du frère de ce dernier, et que Salomé est la fille d’Hérodiade), saturée de funestes présages (symboles) en lancinantes reprises alimentant le suspens dramatique (très bien mené, alors qu’on connaît l’issue inéluctable, la décollation du prophète Iokanaan), aussi obsédante de l’indécision apeurée du roi et pleine d'un humour irrévérencieux, un parfum sacrilège imprègne toute cette pièce tragique, lointainement inspirée d’un épisode biblique.

Et pourtant, le prophète aurait vécu s’il avait regardé la vierge folle de désir, dangereuse séductrice à la volupté morbide, au lieu de la maudire…

« Votre beauté m'a troublé. Votre beauté m'a terriblement troublé, et je vous ai trop regardée. Mais je ne le ferai plus. Il ne faut regarder ni les choses ni les personnes. Il ne faut regarder que dans les miroirs. Car les miroirs ne nous montrent que des masques... »

« Ah ! Ah ! pourquoi ne m'as-tu pas regardée, Iokanaan ? Si tu m'avais regardée, tu m'aurais aimée. Je sais bien que tu m'aurais aimée, et le mystère de l'amour est plus grand que le mystère de la mort. Il ne faut regarder que l'amour. »


mots-clés : #théâtre
avatar
Tristram

Messages : 1507
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Oscar Wilde

Message par GrandGousierGuerin le Jeu 26 Jan 2017 - 14:22

@Tristram a écrit:Salomé


Reprise d’un thème fort dans l’air de l’époque (voir Le fil de Shanidar), la Salomé de Wilde, c’est la femme (fatale) qu’il ne faut pas regarder.

Dans une atmosphère d’inceste (double, puisque Hérodiade, l’épouse du roi Hérode, fut la femme du frère de ce dernier, et que Salomé est la fille d’Hérodiade), saturée de funestes présages (symboles) en lancinantes reprises alimentant le suspens dramatique (très bien mené, alors qu’on connaît l’issue inéluctable, la décollation du prophète Iokanaan), aussi obsédante de l’indécision apeurée du roi et pleine d'un humour irrévérencieux, un parfum sacrilège imprègne toute cette pièce tragique, lointainement inspirée d’un épisode biblique.

Et pourtant, le prophète aurait vécu s’il avait regardé la vierge folle de désir, dangereuse séductrice à la volupté morbide, au lieu de la maudire…

« Votre beauté m'a troublé. Votre beauté m'a terriblement troublé, et je vous ai trop regardée. Mais je ne le ferai plus. Il ne faut regarder ni les choses ni les personnes. Il ne faut regarder que dans les miroirs. Car les miroirs ne nous montrent que des masques... »

« Ah ! Ah ! pourquoi ne m'as-tu pas regardée, Iokanaan ? Si tu m'avais regardée, tu m'aurais aimée. Je sais bien que tu m'aurais aimée, et le mystère de l'amour est plus grand que le mystère de la mort. Il ne faut regarder que l'amour. »
Et au final, as tu aimé ? Comment l'interprètes tu selon ta science toute nouvelle ?
avatar
GrandGousierGuerin

Messages : 113
Date d'inscription : 11/12/2016
Localisation : A bord du George G. Grundy

Voir le profil de l'utilisateur http://ggg.fr
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Oscar Wilde

Message par Tristram le Jeu 26 Jan 2017 - 14:41

C'était un peu une lecture de circonstance, portant de plus sur un genre plus vraiment dans mes préoccupations du moment (ce qui m'intéresse dans Wilde, c'est Intentions, ses idées sur l'écriture et le style, que je viens juste de découvrir en format liseuse, et que je lirai après une pause off-Wilde).
Je me suis aperçu que Salomé était en fait une relecture pour moi (...), mais c'est un texte assez bref, et j'y ai pris plus de plaisir que prévu, compte-tenu du savoir-faire de Wilde et de ses écarts avec le traitement habituel du thème. Il y a des profondeurs et des résonnances que je n'ai fait qu'apercevoir, et que je creuserai pas, étant peu féru de psychanalyse et déconnecté de l'époque baudelairo-mallarméenne...
avatar
Tristram

Messages : 1507
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Oscar Wilde

Message par GrandGousierGuerin le Jeu 26 Jan 2017 - 14:47

@Tristram a écrit:C'était un peu une lecture de circonstance, portant de plus sur un genre plus vraiment dans mes préoccupations du moment (ce qui m'intéresse dans Wilde, c'est Intentions, ses idées sur l'écriture et le style, que je viens juste de découvrir en format liseuse, et que je lirai après une pause off-Wilde).
Je me suis aperçu que Salomé était en fait une relecture pour moi (...), mais c'est un texte assez bref, et j'y ai pris plus de plaisir que prévu, compte-tenu du savoir-faire de Wilde et de ses écarts avec le traitement habituel du thème. Il y a des profondeurs et des résonnances que je n'ai fait qu'apercevoir, et que je creuserai pas, étant peu féru de psychanalyse et déconnecté de l'époque baudelairo-mallarméenne...
Ah ben voilà ! Il suffisait de demander Laughing
Merci !
avatar
GrandGousierGuerin

Messages : 113
Date d'inscription : 11/12/2016
Localisation : A bord du George G. Grundy

Voir le profil de l'utilisateur http://ggg.fr
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Oscar Wilde

Message par Tristram le Jeu 26 Jan 2017 - 14:58

En fait, je ne donne que rarement mon ressenti personnel, car il me semble que cela n'a pas grand intérêt : pour moi, l'important est de "soulever des lièvres", signaler des lectures potentielles...
avatar
Tristram

Messages : 1507
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Oscar Wilde

Message par shanidar le Ven 27 Jan 2017 - 10:36

Pourtant il me semble que le ressenti permet de mettre un peu de chair et donc un peu de désir supplémentaire (et pas que pour les lièvres).
avatar
shanidar

Messages : 1600
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Oscar Wilde

Message par GrandGousierGuerin le Ven 27 Jan 2017 - 11:55

@shanidar a écrit:Pourtant il me semble que le ressenti permet de mettre un peu de chair et donc un peu de désir supplémentaire (et pas que pour les lièvres).
Je partage ton avis ... (excepté ton désir pour les lièvres ...)
avatar
GrandGousierGuerin

Messages : 113
Date d'inscription : 11/12/2016
Localisation : A bord du George G. Grundy

Voir le profil de l'utilisateur http://ggg.fr
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Oscar Wilde

Message par Tristram le Mar 14 Fév 2017 - 18:53

Je viens de relire (tout en n'ayant gardé aucun souvenir de ma première lecture, comme à l'accoutumée), La Vénitienne, nouvelle de Nabokov, et superbe variation sur le motif de l'âme prisonnière d'une peinture _ un chef-d'oeuvre plein d'humour, un bijou de lecture brève que je vous convie à (re)découvrir (Folio 2493 et/ou 3930), fruit d'un auteur décidément fort spirituel.
En parler davantage ferait un commentaire plus long que le morceau en question, que je recommande vivement aux amateurs du thème du "prisonnier dans le tableau", comme dans Dorian Gray.
avatar
Tristram

Messages : 1507
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 61
Localisation : Guyane

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Oscar Wilde

Message par shanidar le Mer 15 Fév 2017 - 4:07

C'est noté Tristram, La Vénitienne fait partie d'un ensemble de nouvelles que je me promets de lire depuis quelques temps. Ton post va m'en donner l'occasion !
avatar
shanidar

Messages : 1600
Date d'inscription : 02/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Oscar Wilde

Message par tom léo le Jeu 29 Juin 2017 - 16:32



Le prince heureux et autres contes

Originale : The Happy Prince and other tales

Une statue dorée qui pleure à chaudes larmes, un jeune homme à la recherche D'une rose rouge pour séduire celle qu'il aime, un géant qui ne veut pas que les enfants jouent dans son jardin.

Sous ce titre se dévoile un recueil de cinq contes dans les Oeuvres complètes d'Oscar Wilde et dans la première édition en anglais (mais pour sûr : i y a des nombreuses éditions!) :

Le prince heureux
Le géant égoïste
Le rossignol et la rose
L'ami dévoué
La Fusée remarquable


Pour moi une vraie découverte ! Peut-être on garde quelque part dans la tête l'image d'un auteur un peu « sulfureux », mais qu'est-ce qu'on sait ? Apprenant un peu plus de sa vie, et surtout lisant ces contes pour jeunes et ...vieux, on pressent derrière les façades d'un Dandy un homme en recherche, profond et aimant.

Je ne vais pas résumer encore plus le contenu de chaque histoire, mais mentionner ce qui m'a frappé. Ces petites pièces ont certes un caractère de « conte », avec des répétitions, des motifs-clé etc. Mais pourtant ils me semblaient aussi particuliers :

- la « méchanceté » des mauvais n'est pas facile à cerner par des critères de l'agir. Mais tous se démarquent par leur snobisme, leur sentiment absolu de supériorité et d'immense sagesse. Ils manquent toute forme de modestie, voir d'humilité. Et ainsi ils font fausse route et ratent la vérité, et leur propre vérité.

- les caractères « bons » sont marqués pas juste par un désir de bonheur personnel ou la recherche de fortune, mais marqués par le don de soi. Celui-ci peut aller jusqu'à donner sa vie, et de consentir de souffrir pour un autre. Pour moi ceci n'est pas juste un vœux pieux, mais reconnaît la souffrance comme réalité. Vue réaliste qui ne tait pas qu'il n'y a pas toujours un happy-end rose.

- ces actions ont un caractère de don et d'une certaine invisibilité, d'inutilité. Parfois elles sont mêmes pas reconnues, acceptées.

- mais reste à dire que dans tout cela Wilde est un narrateur extraordinaire et drôle qui sait attirer la sympathie du lecteur.

Splendide !


mots-clés : #contemythe
avatar
tom léo

Messages : 381
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Oscar Wilde

Message par Arturo le Lun 21 Aoû 2017 - 8:51

Inoubliable portrait de Dorian Gray !

Wilde a écrit:Certes les gens sont charitables. Ils nourrissent les affamés, vêtent les gueux. Mais cependant leur âme est famélique et nue. Le courage a déserté notre race, si tant est que nous ayons jamais été courageux. La crainte de la société, qui est le fondement de la morale, la crainte de Dieu, qui est le secret de la religion : voilà les deux principes qui nous gouvernent.

Wilde a écrit:Il est des moments où il faut choisir entre vivre sa propre vie pleinement, entièrement, complètement, ou traîner l’existence dégradante, creuse et fausse que le monde, dans son hypocrisie, nous impose.
avatar
Arturo

Messages : 754
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 31
Localisation : Par-delà le bien et le mal

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Oscar Wilde

Message par Jeremy. Hier à 1:34

Si jamais vous avez envie de lire ses procès (celui intenté par lui et l'autre contre lui) : ici.

L'homme était un guerrier de la littérature. Absolument inflexible. Il en sera d'ailleurs condamné.
avatar
Jeremy.

Messages : 36
Date d'inscription : 27/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Oscar Wilde

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens de langues anglaise et gaéliques

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum