Ernst Wiechert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ernst Wiechert

Message par églantine le Mer 25 Jan - 19:08

Ernst Wiechert
(1887-1950)


"Nationalité : Allemagne  Né(e) le : 18/05/1887 Mort(e) à : Stafa (Suisse) , le 24/08/1950

Ernst Wiechert est un écrivain allemand, né le 18 mai 1887 dans la région de Sensburg en Prusse-Orientale, mort le 24 août 1950 à Stäfa en Suisse. Publié à des millions d'exemplaires, il est un des auteurs les plus lus de son époque. Son éducation chrétienne et son attachement à la nature façonnent et influencent ses œuvres construites autour de deux idées principales : la beauté de la nature et de la vie dans le pays boisé où il est né, et l'horreur de la guerre destructrice.  Fils d'un garde-forestier, Ernst Wiechert, né dans une maison forestière, passe ses premières années dans la nature, en pleine forêt. Il fait ses études à Königsberg où il devient professeur d'allemand et de sciences naturelles, tout en commençant à écrire des romans, contes et nouvelles. Il écrit son premier livre en 1913. Après la première guerre mondiale, au cours de laquelle il a été blessé, il renonce à son métier d'enseignant pour se consacrer entièrement à sa carrière d'écrivain. La publication de son roman La Servante de Jürgen Doskocil en 1932 assoit sa réputation. En 1933 il s'installe à Berlin.  En 1935, s'opposant au nazisme, il prononce un discours au grand auditorium de l'université de Munich, perçu comme un appel à la résistance, qui lui vaut d'être interné à Buchenwald en 1938, expérience qu'il relate dans Le Bois des morts. Il est déclaré non coupable et relâché cinq mois plus tard à la condition qu'il ne porte plus d'attaque au régime en place. "
Source : Wikipédia


Principaux romans traduits en français

1929 L'Enfant élu, Pages  1
1931 La Grande Permission,
1932 La Servante du passeur,
1934 La commandante ,
1939 La Vie simple,
1945 Les Enfants Jéromine, Pages 1

1946 Le Bois des morts,
1950 Missa sine nomine,


Dernière édition par églantine le Mar 4 Avr - 16:48, édité 1 fois

_________________
"Un jour je te décevrai et ce jour-là j'aurai besoin de toi." Robert Desnos
avatar
églantine

Messages : 2333
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 52
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Ernst Wiechert

Message par églantine le Mer 25 Jan - 19:12



Les enfants Jéromine


Il restera parmi les plus forts moments que j'ai pu vivre dans ma vie de lectrice . Une lecture qui m'a fait un bien fou !
Certains pourront être rebutés  par la musicalité toute chrétienne de cette oeuvre exceptionnelle .
Pour ma part j'y ai trouvé un immense réconfort et plaisir ....C'est mon âme d'enfant qui s'est réveillée à travers ce long chant , hymne à la terre , à l'amour et à la foi . Et qu'un homme puisse être capable d'un tel souffle littéraire porté par tant d'humanité , à travers ces 1124 pages d'un lyrisme puissant et enivrant ...oui ... tout cela dans un seul homme , c'est extraordinaire .Et en ce sens pour moi c'est un chef-d'oeuvre . Même si je n'adhère pas forcément à tout ,je pense que l'essence , le fond de cette réflexion réunit l'humanité toute entière au delà des clivages et des appartenances politiques ou religieuses .
Je cherchais  une petite lumière ces dernièrs temps , je l'ai trouvée dans Les enfants Jéromine . Merci Ernst Wiechert .
Je déplore ne pas l'avoir découvert avant , lorsque mes filles étaient petites ; je leur aurais lu le soir , comme j'ai pu le faire avec certains écrits d'Hermann Hesse ou d'autres encore .

Commentaire rapatrié
mots-clés : #religion #spiritualité


Dernière édition par églantine le Sam 16 Sep - 20:28, édité 1 fois

_________________
"Un jour je te décevrai et ce jour-là j'aurai besoin de toi." Robert Desnos
avatar
églantine

Messages : 2333
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 52
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Ernst Wiechert

Message par GrandGousierGuerin le Mer 25 Jan - 19:14

@églantine : je me doutais que Wiechert était pour toi Very Happy
As tu lu Missa sine nomine ?
avatar
GrandGousierGuerin

Messages : 113
Date d'inscription : 11/12/2016
Localisation : A bord du George G. Grundy

Voir le profil de l'utilisateur http://ggg.fr
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Ernst Wiechert

Message par églantine le Mer 25 Jan - 19:22

@GrandGousierGuerin a écrit:@églantine : je me doutais que Wiechert était pour toi Very Happy
As tu lu Missa sine nomine ?
Oui GGG,  j'ai découvert Ernst Wiechert avec Missa sine nomine ! drunken

_________________
"Un jour je te décevrai et ce jour-là j'aurai besoin de toi." Robert Desnos
avatar
églantine

Messages : 2333
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 52
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Ernst Wiechert

Message par GrandGousierGuerin le Mer 25 Jan - 19:53

@églantine a écrit:
Je déplore ne pas l'avoir découvert avant , lorsque mes filles étaient petites ; je leur aurais lu le soir , comme j'ai pu le faire avec certains écrits d'Hermann Hesse ou d'autres encore .
Curieux et intéressé de connaître comment tu partageais ces moments, ce qui se passait, ce qui se transmettait, le ressenti à l'époque et maintenant ..
Pas trop curieux j'espère ? Rolling Eyes
avatar
GrandGousierGuerin

Messages : 113
Date d'inscription : 11/12/2016
Localisation : A bord du George G. Grundy

Voir le profil de l'utilisateur http://ggg.fr
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Ernst Wiechert

Message par églantine le Mer 25 Jan - 20:30

Eh bien ....
En quelques petits mots .
Je n'ai jamais joué avec ma marmaille ; je n'aime pas ça et donc j'ai choisi d'autres moyens pour faire rêver , faire grandir ma marmaille et grandir moi aussi .
J'aime la lecture , j'adore la lecture à voix haute , voire même la mise en scène , j'adore les questions sans réponses, existentielles, que posent ingénument l'enfant ..." où on va quand on meurt " , "c'est qui Dieu" et tout ça ...
Et j'aime les mots , dans leur tentative d'approche des idées , concepts et toutes les histoires qu'on se raconte pour "inventer une vérité "....
Alors mes petites , elles adoraient aussi forcément car je là "je jouais" ...Avec les mots , dans la propulsion que je leur donnais selon ce que je souhaitais intensifier ....Le mystère , la magie , le grand doute qui fait peur etc ....C'était finalement ça notre partie ludique .
Je ne changeais rien au texte parce que je savais qu'elles comprendraient , avec justement le ton que je m'y mettais ...Ou alors je déployais une série de synonyme pour les mots compliqués mais sans m'y apesantir , ce n'est pas cela qui était important .

Et puis on retombait sur terre avec le rituel de Sorcière , sorcière , fais gaffe à ton derrière , et elles psychotaient en allant au toilette croyant que celle-ci allait sortir de la cuvette ! Ah ah c'était trop chouette tous ces moments .  

Et à côté de tout ça , il y avait les goûters philo ( une petite collection pour aborder tout ça ) mais finalement c'était bien terne par rapport à Hermann Hesse !!!!
Voilà mais stop sinon j'en ai pour la nuit et là on flood GGG ,  je sais que tu adores ça , galopin .Mais faut pas abuser quand même . clown

_________________
"Un jour je te décevrai et ce jour-là j'aurai besoin de toi." Robert Desnos
avatar
églantine

Messages : 2333
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 52
Localisation : Savoie

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Ernst Wiechert

Message par GrandGousierGuerin le Jeu 26 Jan - 19:47

@églantine a écrit:Eh bien ....
En quelques petits mots .
Je n'ai jamais joué avec ma marmaille ; je n'aime pas ça et donc j'ai choisi d'autres moyens pour faire rêver , faire grandir ma marmaille et grandir moi aussi .
J'aime la lecture , j'adore la lecture à voix haute , voire même la mise en scène , j'adore les questions sans réponses, existentielles, que posent ingénument l'enfant ..." où on va quand on meurt " , "c'est qui Dieu" et tout ça ...
Et j'aime les mots , dans leur tentative d'approche des idées , concepts et toutes les histoires qu'on se raconte pour "inventer une vérité "....
Alors mes petites , elles adoraient aussi forcément car je là "je jouais" ...Avec les mots , dans la propulsion que je leur donnais selon ce que je souhaitais intensifier ....Le mystère , la magie , le grand doute qui fait peur etc ....C'était finalement ça notre partie ludique .
Je ne changeais rien au texte parce que je savais qu'elles comprendraient , avec justement le ton que je m'y mettais ...Ou alors je déployais une série de synonyme pour les mots compliqués mais sans m'y apesantir , ce n'est pas cela qui était important .

Et puis on retombait sur terre avec le rituel de Sorcière , sorcière , fais gaffe à ton derrière , et elles psychotaient en allant au toilette croyant que celle-ci allait sortir de la cuvette ! Ah ah c'était trop chouette tous ces moments .  

Et à côté de tout ça , il y avait les goûters philo ( une petite collection pour aborder tout ça ) mais finalement c'était bien terne par rapport à Hermann Hesse !!!!
Voilà mais stop sinon j'en ai pour la nuit et là on flood GGG ,  je sais que tu adores ça , galopin .Mais faut pas abuser quand même . clown
cheers Merci églantine bounce
Kif du jour
En demander plus serait du flood, hein ?
avatar
GrandGousierGuerin

Messages : 113
Date d'inscription : 11/12/2016
Localisation : A bord du George G. Grundy

Voir le profil de l'utilisateur http://ggg.fr
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Ernst Wiechert

Message par Bédoulène le Jeu 26 Jan - 20:05

eh bien j'en profite aussi !

merci à vous deux !

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4729
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Ernst Wiechert

Message par tom léo le Jeu 26 Jan - 22:27

D'abord un grand Merci pour l'ouverture de ce fil, églantine! J'apprécie énormement cet auteur qui fait vibrer quelque chose à l'intérieur...


L’enfant élu


Original : Die kleine Passion (deutsch, 1929)

Traduction française par Clara Malraux, 1ère édition 1960

CONTENU :
Venus de la mer du Nord s'installer dans des fermes isolées de Prusse orientale, les Karsten passent depuis des générations pour des chrétiens sévères, intègres et sages, mais on dit dans le pays qu'une fatalité pèse sur leurs filles, car toutes épousent des hommes indignes d'elles.
Gina Karsten n'échappe pas à la règle. Zerrgiebel n'a .pas plus de coeur que d'honnêteté. L'enfant qui va naître de leur union sera-t-il un autre Zerrgiebel, comme l’autre fils de la première union du mari (et la femme s’est suicidée…) ou le grand-père paternel? Par bonheur, le petit Jean se révèle uniquement héritier de l'âme des Karsten. Il fera son éducation dans les forêts, auprès d'hommes simples et droits comme son grand-père ou le garde-chasse, ou encore le pêcheur qui l'appelle « l'enfant élu ».
Le temps des épreuves commence avec l'obligation de fréquenter l'école, ce premier schéma de la société, mais les leçons de la Nature et les amis anciens et nouveaux soutiennent Jean Karsten dans la longue marche vers l'adolescence et la maturité morale …

REMARQUES :
Les personnages « positifs » de ce roman sont – comme si souvent chez Wiechert – marqué par une certaine solitude face à un environnement des fois hostile, une proximité avec la nature et une sorte de « foi profonde » qui touche à la terre, à un profond enracinement dans le simple et le concret. Pas de double jeu, de fausseté en eux. Des âmes simples ? Ils nous paraissent un peu d’un autre monde, nous sont peut-être devenus un peu lointain, comme si on nous parle d’une autre génération qui a vécu avec un autre rythme face au temps. Et voilà que des mots dominants sont p.ex. « calmement, silencieusement, avec intériorité » etc.

Malgré cette certaine étrangeté des personnages pour nous et notre temps, même notre sentiment de distance envers eux, je me demande quand même si Wiechert ne nous indique pas un type d’homme qui peut et pourra exercer tranquillement, mais avec assurance, une sorte de résistance face à ce qu’il appelle « la machine » (de la société, de l’école…). Vu quand le livre avait été écrit me fait trembler : en 1929 ! Comme si Wiechert avait pressenti déjà les uniformismes d’une certaine socialisation, mais aussi qu’il a décrit ce dont il faisait (et fait !) défaut, et ce dont il nous faut pour oser « être autre ».

Wiechert utilise ce faisant un langage mythique, aussi souvent avec des références bibliques. Cela a l’air un peu pathétique des fois, un peu vieillot, mais il me semble qu’on devrait en faire abstraction ?! Car derrière cette langue imagée avec ses comparaisons et métaphores se trouvent une force qui pourrait nous dire encore quelque chose aujourd’hui. Un certain besoin d’enracinement, d’appartenance à la nature et aux siens. Une tranquillité. Voir même un sens pour le don de soi. Et à voir de plus près Wiechert se livre à une critique virulente envers le système scolaire de l’époque et ce qu’il appelle « la foule », aliénant l’homme et le nivelant dans un produit de norme.

Les caractères sont un peu en noir et blanc. Le « bien et le mal » semblent assez clairement définis. Dans un certain sens encore un monde plus abordable, clair ?

Est-ce que je dois souligner qu’en toute étrangeté ce livre fait résonner quelque chose en moi?


(Certains critiques trouvent un pendant français dans le livre « L'Enfant des Terres blondes » par Christian Signol. Peut-être cette remarque aidera l’un ou l’autre ?)

mots-clés : #initiatique #religion
avatar
tom léo

Messages : 490
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Ernst Wiechert

Message par GrandGousierGuerin le Ven 27 Jan - 17:41

@tom léo : merci pour ce commentaire très fouillé .....
Si tu devais proposer un livre d'un auteur différent mais t'ayant laissé la même empreinte ou un ressenti assez proche, lequel serait-il ?
avatar
GrandGousierGuerin

Messages : 113
Date d'inscription : 11/12/2016
Localisation : A bord du George G. Grundy

Voir le profil de l'utilisateur http://ggg.fr
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Ernst Wiechert

Message par tom léo le Ven 27 Jan - 20:20

@GrandGousierGuerin a écrit:@tom léo : merci pour ce commentaire très fouillé .....
Si tu devais proposer un livre d'un auteur différent mais t'ayant laissé la même empreinte ou un ressenti assez proche, lequel serait-il ?

Sans trop réflèchir, car sinon on attendrait longtemps pour des réponses, je pense à Sigrid Undset. Olaf Audunsson ou Kristin Lavransdatti. Moi je garde le premier surtout en mémoire, cela fût ma découverte de la Prix Nobel.

(Sinon il y a aussi Arno Surminski, un Allemand, pareillement de la Prusse Orientale, qui a écrit énormement. Mais malheureusement très peu traduit...)
avatar
tom léo

Messages : 490
Date d'inscription : 04/12/2016
Localisation : Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Ernst Wiechert

Message par GrandGousierGuerin le Sam 28 Jan - 9:55

@tom léo a écrit:
@GrandGousierGuerin a écrit:@tom léo : merci pour ce commentaire très fouillé .....
Si tu devais proposer un livre d'un auteur différent mais t'ayant laissé la même empreinte ou un ressenti assez proche, lequel serait-il ?

Sans trop réflèchir, car sinon on attendrait longtemps pour des réponses, je pense à Sigrid Undset. Olaf Audunsson ou Kristin Lavransdatti. Moi je garde le premier surtout en mémoire, cela fût ma découverte de la Prix Nobel.

(Sinon il y a aussi Arno Surminski, un Allemand, pareillement de la Prusse Orientale, qui a écrit énormement. Mais malheureusement très peu traduit...)
Pas facile à trouver tes auteurs ...
A défaut, je lirai avec plaisir tes commentaires sur ces auteurs Very Happy
avatar
GrandGousierGuerin

Messages : 113
Date d'inscription : 11/12/2016
Localisation : A bord du George G. Grundy

Voir le profil de l'utilisateur http://ggg.fr
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Ernst Wiechert

Message par bix_229 le Jeu 2 Mar - 16:07

Citations personnelles retrouvées de  Missa sine nomine.

"Cet enfant n'était point le fruit paisible et heureux de l'amour mais la folie de la vengeance et des représailles.
Il parlait déjà bien avant d'avoir un langage ou même une bouche.

Il en est qui écrivent des vers ou qui jouent une mélodie. D'autres lisent des livres ou regardent les étoiles.
D'autres broient le grain de leur passé et soupèsent la farine dans leurs mains.
D'autres tracent des tableaux d'avenir sur leur mur et suivent des pistes qui traversent les champs de leurs rêves.

Les enfants sauvent toujours ce qu'il y a de plus important dans un incendie ou un exode.

C'est curieux que nous arrivions à vivre, même après avoir presque tout raté dans la vie.
avatar
bix_229

Messages : 3916
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Ernst Wiechert

Message par Bédoulène le Mar 4 Avr - 15:49


L’enfant élu

Tom Léo a fait un beau et juste commentaire et ne voulant pas « maltraiter » cet auteur que je rencontre pour la première fois et dont l’écriture m’a enchantée je vais seulement relevé quelques passages qui m’ont interpellée.

- « Les enfants Karsten avaient accoutumé de démonter leurs jouets puis de les contempler, perdu en réflexions profondes. Les vieillards, eux, avaient accoutumé de démonter la vie des êtres humains et surtout leur propre vie. Les uns et les autres tentaient ensuite de remonter jouets et vies sous une nouvelle forme. Car leurs idées concernant les hommes et les objets n’étaient ni celles de Dieu, ni celles des fabricants. »

J' aime beaucoup l'idée de déconstruire pour réfléchir sur ce qui est et reconstruire d'une autre façon, je crois que nous faisons cela plusieurs fois dans notre vie.

- Ce fatalisme qui fait dire à tous que « les filles Karsten n’ont pas de chance avec leur mari » Gina, la mère le subira aussi mais elle dérogera à la « règle » qui veut que les filles Karsten ne retourne qu’une seule fois dans la ferme familiale ; pour y mourir. Gina elle y retournera bien avant, puis dérogeant à une autre règle « Puis l’on inscrivait le nom de la morte dans la bible familiale et l’on tirait le rideau. Quant à son mari et à ses enfants, le livre ne les mentionnait pas. »

Gina inscrira la date de naissance de Jean et mentionnera Dieu comme Père*, est-ce par cet acte qu’elle fait porter à l’enfant une charge importante mais dont elle sent qu’il l’assumera  ?  Par cet acte réclame-t-elle à Dieu justice ?

« Elle se rendait compte qu’elle avait été dupée par Dieu et par les hommes, effroyablement  leurrée, mais elle ne pouvait le dire. Elle savait qu’elle était déshonorée et étranglée par un homme et par un enfant (fils du premier mariage) qu’il fallait qu’elle divorça et qu’il valait mieux qu’elle mourût plutôt que de continuer à vivre ainsi. Mais elle ne pouvait rien dire de tout cela. »

C'est une indignation salutaire qui lui permet de lutter.

- On retrouve dans le récit certaines idées, lois ( ?) de ce christianisme sévère que Tom Léo a relevé : « Knurrhan devina, sentit tout cela comme une bête devine la plante vénéneuse, comme une famille de gens normaux sent que l’un des siens est un artiste. » (métier interdit certainement, mais une comparaison assez injuste)

Ou comme le fait que les filles doivent assumer leur rôle d’épouse quelles qu’en soient les conditions, là-aussi est rappelé un message de la Bible.

( cette obligation a pu être observée dans d’autres sociétés)

- J’ ai  trouvé aussi des mots qui disent la malignité de Dieu, un Dieu qui ne serait pas que de bonté mais comme un Homme et qui porterait le Bien et le Mal .(d’ailleurs Jean dit qu’il n’est pas croyant comme on peut le penser) « Dès le premier jour de cette union il s’avéra que Dieu ne faisait point silence. Et ce Dieu ne se révélait pas seulement comme un Dieu dur et actif, mais comme un Dieu rusé qui, ayant amené sa victime jusqu’ aux portes de la douleur, n’avait encore fait que commencer de jouer avec cette proie facile. »

Ceci m’a rappelé Jung mais étant éloignée de la religion depuis bien longtemps il se peut que ce rapprochement soit faux.

- On comprend le symbole ; Jean sera donc « le fils de Dieu »* son enfance et son adolescence s’accompliront sur un dur chemin, il portera sa croix, soutenu quand il trébuchera par sa mère et ses amis, par la Nature qui le reconnait.

Après la réussite à son examen il décide d’étudier le Droit parce qu’il veut rendre les lois plus justes et la grandeur à la vie.

J'ai apprécié son approche de la victime lors du procès, ce qui sera d'ailleurs déterminant pour le choix de son métier.



J’ai beaucoup aimé l’écriture accomplie, poétique, le rapport à la Nature.

Le destin de cet enfant, de cette mère, auraient-ils eu moins d’intérêt  s’ils n’étaient empreints de religiosité ? Personnellement je ne le pense pas  et d’ailleurs beaucoup des valeurs portées par l’auteur à travers ce récit sont aussi des valeurs laïques. Le Bien et le Mal sont intrinsèques à l’Homme, mais nous  réclamons tous  justice.

Je dois avouer qu'après avoir choisi ce livre je me suis demandé si c'était une lecture pour moi, le doute est levé j' ai lu le livre d'une traite, j' aime ces mots, ces émotions.

merci à Tom Léo qui m' a conduite à cet auteur en ouvrant le fil

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
avatar
Bédoulène

Messages : 4729
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 72
Localisation : En Provence

Voir le profil de l'utilisateur
  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Re: Ernst Wiechert

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens de langue allemande

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum