Chamaco_VilaMatas

On sait que l’un des aspects les plus séduisants de la littérature est sa possibilité d’être une sorte de miroir qui avance ; un miroir qui, comme certaines horloges peut avancer.

Enrique Vila-Matas, Perdre des théories

Forum littérature et arts. Pour partager ses émotions littéraires, coups de cœurs en romans, poésie, essais mais aussi cinéma, peinture, musique, ...


    Metin Arditi

    Partagez
    avatar
    Armor

    Messages : 990
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 36

    Metin Arditi

    Message par Armor le Sam 28 Jan - 14:26

    Metin Arditi
    Né en 1945



    Metin Arditi, né le 2 février 1945 à Ankara, est un écrivain suisse francophone d’origine turque séfarade.

    Metin Arditi a quitté la Turquie à l’âge de sept ans. Après onze années passées dans un internat suisse à Lausanne, il étudie à l’École polytechnique fédérale de Lausanne, où il obtient un diplôme en physique et un diplôme de troisième cycle en génie atomique. Il poursuit ses études à l’université Stanford.

    Metin Arditi habite Genève, où il est très engagé dans la vie culturelle et artistique. De 2000 à 2013, il a été Président de l'Orchestre de la Suisse romande.
    Il est membre du Conseil Stratégique de l’École polytechnique de Lausanne où au fil des ans, il a enseigné la physique (assistant du Prof. Mercier), l'économie et la gestion (comme chargé de cours) et l'écriture romanesque (en tant que Professeur invité). En 1988, il crée la fondation Arditi qui attribue une quinzaine de prix annuels aux diplômés de l'Université de Genève et de l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne.

    La Fondation Arditi a racheté et offert à l'Université de Genève le Cinéma Manhattan, une salle avant-gardiste classée Monument Historique et désormais appelée Auditorium Fondation Arditi. Il est le fondateur en 2009 et le coprésident (avec Elias Sanbar) de la Fondation « Les Instruments de la Paix-Genève », qui favorise l’éducation musicale des enfants de Palestine et d'Israël. Il est membre du Conseil de la Fondation du Conservatoire de musique de Genève. Il a présidé la commission de construction du musée Martin Bodmer, à Cologny.
    En décembre 2012, Metin Arditi a été nommé par l'UNESCO Ambassadeur de Bonne Volonté. En juin 2014, l'UNESCO l'a nommé Envoyé Spécial.

    Bibliographie

    Romans
    2004 : Victoria-Hall
    2005 : Dernière lettre à Théo
    2006 : La Pension Marguerite
    2006 : L’Imprévisible
    2007 : La Fille des Louganis
    2009 : Loin des bras
    2011 : Le Turquetto
    2012 : Prince d’orchestre
    2013 : La Confrérie des moines volants
    2015 : Juliette dans son bain
    2016 : L'Enfant qui mesurait le monde

    Récits
    2001 : Jonction
    2002 : La Chambre de Vincent

    Essais
    1997 : Mon Cher Jean… de la cigale à la fracture sociale
    1998 : La Fontaine, fabuliste infréquentable
    1999 : Le Mystère Machiavel
    2000 : Nietzsche ou l'insaisissable consolation


    Dernière édition par Armor le Sam 28 Jan - 15:02, édité 1 fois
    avatar
    Armor

    Messages : 990
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 36

    Re: Metin Arditi

    Message par Armor le Sam 28 Jan - 14:39



    Le Turquetto

    Si d'aventure une personne vous parlait de ce livre, de son héros à la vie improbable, de la foule bigarrée du bazar de Constantinople, avec ses mendiants hauts en couleurs, ses fabricants d'encre et de babouches, ses marchands d'esclaves, si cette personne vous racontait Venise, son foisonnement artistique et ses intrigues, si enfin elle évoquait les trois grandes religions monothéistes, alors, vous auriez l'impression que l'on vous parle d'un pavé de 800 pages. Et quelle ne serait pas votre surprise, en ouvrant le Turquetto, de découvrir un livre d'à peine 280 pages, et encore, très aérées.

    C'est que nous avons là affaire à un écrivain maîtrisant merveilleusement son art, et qui vous pose un décor comme personne. Quelques détails, disséminés au fil des phrases, et c'est le lecteur qui se construit tout un monde.
    L'auteur mélange à merveille imaginaire et grande Histoire, cette Histoire qui ballotte les êtres, et notamment ce pauvre Elie, né juif à une époque où il ne faisait guère bon l'être, et où les trois religions du livre se regardaient en chiens de faïence.

    Un personnage un peu éthéré, ce Turquetto, qui connaîtra le rejet, la déchéance sociale comme la gloire et les honneurs, mais traversera tout cela sans guère y attacher d'importance, en homme aussi libre que possible des entraves infligées par la société et ses codes imbéciles. Une seule obsession le guidera toute sa vie, et lui sera aussi nécessaire que de respirer : le dessin.
    Peut lui chaut d'être juif, chrétien ou musulman ( ou du moins, voudra-t'il le croire...) Pour lui, seule compte la magie du trait, sa célébration de la piété, sa faculté à révéler la vérité des êtres.

    J'ai vécu ce livre comme une succession d'émotions, subtiles et contrastées. La construction de l'ouvrage rappelle un peu une pièce de théâtre, avec ses trois actes divisés en courtes scénettes.
    Il faut avouer une chose : on ne s'attache pas vraiment au personnage principal, ce Turquetto omniprésent, passionné, tourmenté, et pourtant insaisissable. Paradoxalement, les personnages secondaires ont parfois plus de corps que le Turquetto lui-même. Certains sont particulièrement marquants, comme le calligraphe amoureux de son art, la vieille et sensuelle "éducatrice" de futures concubines, ou encore l'homme d'église migraineux et désabusé.
    Avec une vraie économie de mots, Metin Arditi nous livre l'intimité de tous ces êtres, en de courts chapitres qui, chaque fois, suscitent l'émotion, la réflexion devant la richesse des thèmes abordés, et l'admiration du lecteur devant son art consommé de la chute.


    PS : Ne lisez pas la quatrième de couverture, elle en dit bien trop.

    (ancien commentaire remanié)
    avatar
    Ouliposuccion

    Messages : 348
    Date d'inscription : 14/01/2017
    Localisation : ubiquiste

    Re: Metin Arditi

    Message par Ouliposuccion le Sam 28 Jan - 14:54

    Le turquetto



    Ah le turquetto ...L'histoire d'une passion, la peinture , d'une raison de vivre contrainte de par sa nationalité juive à ne pas exister.Loin des rabbins , le petit turc quitte Constantinople pour ne pas mourir du manque d‘esquisse bien que sa tête fasse office de pinceaux , d’encre et de toile.
    Venise sera sa consécration puis sa perte, Venise ou le silence de ses racines, Venise, l’asservisseuse catholique au sein de laquelle il tente de noyer le non-dit dans une lagune qui le retient prisonnier de son mensonge. Condamné pour hérésie afin d’embrasser son amour de l’art, c’est le brasier des théocrates qui prononcera la sentence.
    Un très beau roman historique mêlant une fiction des plus savoureuses libérant des personnages forts attachants et une rhétorique des plus exquises.
    Deux terres nourricières décrites d’une manière très érudite démontrant une partie de l’histoire de l’art au gré des religions ainsi qu'un très beau parcours initiatique.

    Je termine avec cette citation de Balzac dans la comédie humaine :

    "Les plus beaux portraits de Titien, de Raphaël et de Léonard de Vinci sont dus à des sentiments exaltés, qui, sous diverses conditions, engendrent d'ailleurs tous les chefs d'oeuvre."

    Spoiler:
    Armor, petite faute de frappe dans le titre ( artidi au lieu d'arditi ) Smile
    avatar
    topocl

    Messages : 1976
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 57
    Localisation : Roanne

    Re: Metin Arditi

    Message par topocl le Sam 28 Jan - 14:59

    Et bien, moi aussi, j'avais apprécié (mais si, mais si!)

    Le Turquetto




    Le Turquetto est un  formidable roman d’aventures dans un monde impitoyable, perclus de préjugés et d’exclusions. Et comme les bons romans d’aventure, il pose des questions et ouvre des pistes de réflexion.

    Au delà de l’anecdote, ce livre a un thème universel. Un homme prêt à tout pour son art, prêt à tout perdre, et qui, peu à peu , grâce à cet art, va tout gagner , puis parce qu’il ne peut pas le trahir, tout perdre à nouveau. Mais tout perdre après s’être ainsi créé, n’est ce pas se trouver soi-même ?

    Voilà le thème de base mais il y a  beaucoup plus dans ce livre. D’abord, plein d’informations sur ce monde du XVIème siècle, en Orient, à Venise,  les juifs,  les musulmans, les catholiques leurs intrigues, leurs compromissions. Ensuite, tout une recherche sur la place de l’artiste, sa relation à lui-même, au pouvoir, sa sincérité et les risques à prendre. Aussi une recherche d’identité, soit dans la foi que l’on embrasse, soit dans la reconnaissance de ses racines et de ses ascendants.

    Au final, cela donne un bon roman, mais dont j’ai regretté cependant qu’il ne soit pas vraiment excellent : un phrasé une peu sec sans doute, des personnages pas vraiment attachants, plutôt caricaturaux tant ils représentent le trait dominant de leur personnalité (fascination pour l’art, pour l’argent , pour l’ambition, sans oublier le mendiant cul-de jatte philosophe), sans qu’on les connaisse vraiment par ailleurs . C’est le reproche essentiel que je ferais , les personnages sont pour moi trop clichés .

    Voilà, pour cela, j'ai eu le regret de lire cette histoire assez palpitante, très originale, pleine de ressources, fort bien ficelée, avec une certaine distance. Peut-être la multiplicité des thèmes m’a-t’elle aussi un peu gênée.

    Observer les personnages du Turquetto ! Pas besoin de t’y arrêter des heures,. Que lis-tu sur leurs visages ? L'amour ! La charité ! Et surtout cette qualité que personne ne donne plus aux saints : cette imperturbabilité (il avait prononcé le mot en s'arrêtant sur chaque syllabe), cette manière de dire à chacun : « C'est toi que j'attendais. ». Regarde les tableaux de nos autres peintres. Je parle des meilleurs, bien sûr. Oh ! Ils sont vivants, je le concède. Et bien faits ! Mais que voit-on ? Des visages passionnés ! Des regards inquiets ! La peur ! La terreur d'être pris de court par le destin ! Est-ce que chez eux tu irais chercher la consolation ?

    (commentaire récupéré)


    _________________
    Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
    Dany Laferrière
    avatar
    topocl

    Messages : 1976
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 57
    Localisation : Roanne

    Re: Metin Arditi

    Message par topocl le Sam 28 Jan - 15:02

    Par contre, j'avais un peu moins aimé

    Prince d’orchestre



    Je n‘ai pas du tout aimé ce livre. Du début jusqu’à la fin. Je ne voudrais pas qu'on croit que je prend plaisir à le casser. Je respecte Mettin Arditi, je respecte les lecteurs qui ont aimé ce livre. J’ai donc surtout envie de me justifier.

    Je n’ai vu aucune finesse dans les personnages. Le chef est un vaniteux-prétentieux, qui n’aime pas la musique mais lui-même. Sa femme est une bécasse, sa mère une garce. C’est ça, le milieu de l’art ? Ca fait peur, finalement autant évoluer dans le milieu de la finance qui a le mérite de ne pas être hypocrite. Je suis bien placée pour savoir que ces gens sont complètement déconnectés de la réalité, mais quand même, je me demande comment un type aussi infect peut faire de la bonne musique. Quant à l’explication par le traumatisme de l’enfance elle est un peu facile et simpliste, cela m’a paru très plaqué (un bon roman se doit de révéler un secret caché dans l’enfance et les histoires de solitude à la pension ne brillent pas par leur originalité)
    Quant aux personnages positifs , j' ai bien aimé de Menahem, l’ange du destin kabaliste qui parle à son fils dans le coma., mais j’ai trouvé l’histoire des deux lesbiennes carrément cliché (oui, deux lesbiennes, des personnage que certains pourraient rejeter mais qui sont finalement les plus gentilles…).

    Cette histoire m’a paru improbable. J’ai trouvé la chute d’Alexis vraiment rapide . Pas tant son effondrement narcissique, mais la désaffection totale du milieu musical international, alors que celui-ci est quand même bien habitué aux lubies et aux egos démesurés des maestros. En outre un chef de cet acabit a devant lui des engagements pour trois ans au moins et il est difficile de croire que , du jour au lendemain, il n’y a plus rien. C’est vraiment trop gros.

    Metin Arditi écrit une part énorme de son texte en dialogues tirés au couteau, où on a l’impression que ses personnages disposent d’un lexique de 1000 mots. Il a quelques tics énervants, en particulier sa façon de faire « éclater en sanglot » ses personnages (au moins douze fois dans le livre). Ses scènes de jeu (poker , roulette) m’ont paru très techniques et carrément rasoirs. Quant au parallèle entre la vie et la roulette, le rôle du hasard, tout cela reste plutôt superficiel…

    J’ai trouvé la fin d’un pathétique achevé, tous ces destins cruciaux qui finissent en point d’orgue, mêlant à la même seconde la splendeur d’un concert magique à l’horreur finale du destin d’Alexis. On dirait la fin d ‘un mauvais film de Lelouch, même les violons sont là en arrière fond pour bien faire monter l’émotion, alors même que tout le livre était dans la réserve, sans trace de compassion.

    Voilà , c’était mon quart d’heure d’indulgence.

    (commentaire récupéré)


    _________________
    Comme d'autres soulèvent des haltères pour se garder en forme physiquement,certains soulèvent des idées et des émotions pour que leur esprit ne s'étiole pas.
    Dany Laferrière
    avatar
    Armor

    Messages : 990
    Date d'inscription : 02/12/2016
    Age : 36

    Re: Metin Arditi

    Message par Armor le Sam 28 Jan - 15:04

    @Ouliposuccion a écrit:
    Spoiler:
    Armor, petite faute de frappe dans le titre ( artidi au lieu d'arditi ) Smile

    Oups ! Merci beaucoup, c'est rectifié !

    topocl, en tout cas, ta dernière critique m'a bien fait rire !

    Contenu sponsorisé

    Re: Metin Arditi

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 24 Juin - 14:10